Analyse de discours et argumentation, Vol. 1 : discours politiques

  1. Le discours politique, c’est quoi ?

A quoi ça sert d’écrire un discours politique, et pourquoi en comprendre les ressorts ? D’abord, et tout simplement, parce que les discours politiques sont au « sommet de la chaîne » démocratique discursive. Autrement dit, les discours politiques sont, pour les linguistes, des discours de pouvoir. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela veut dire que les discours politiques visent à obtenir, conserver ou contester le pouvoir, en tant qu’exercice d’action sur des décisions qui impliquent la vie de l’ensemble des citoyens.

Comprendre les mécanismes des discours politiques, leurs ressorts et leurs modes de fonctionnement permet donc d’être mieux sensibilisé à la manière dont les discours fonctionnent. Pour Giglione (1989), le discours politique est un « discours d’influence produit dans un monde social« , et dont le but est d’ »agir sur l’autre pour le faire agir, le faire penser, le faire croire« .

Mais pour bien comprendre le discours politique, avant de pouvoir en rédiger, il s’agit de pouvoir en analyser le contenu et le fonctionnement. Petit exemple avec cette vidéo qui oppose Jérôme Cahuzac et Jean-Luc Mélenchon sur un plateau télé, avec deux styles différents de discours politique dans un cadre un peu particulier, celui du débat politique – qui fait que les discours s’opposent directement, in situ, alors que le discours politique classique n’appelle pas nécessairement de réponse immédiate.

Une petite analyse de la séquence se révèle intéressante. Voici déjà un découpage simple, qui permet de comprendre les ressorts utilisés par les deux hommes politiques.

Intervention de Jean-Luc Mélenchon (durée approximative 1:15) :

  • Mention de la dette à payer et de son délai de paiement (2 fois)
  • Proposition de finance par la Banque centrale européenne (avec exemple de la Grèce et de l’Espagne)
  • Effet rhétorique d’opposition des chiffres à la « vie concrète des gens »
  • Obligation d’emprunt sur les marchés financiers réfutée par la proposition de finance par la BCE (deuxième fois) et le rappel de l’emprunt à la Banque de France
  • Rappel de situations financières, avec le fait que 70% de la dette française soit collectée à l’échelle internationale et qu’un euro sur deux des compagnies d’assurance soit placé à l’étranger
  • Effet rhétorique d’opposition entre l’accusation de « clown » et la souffrance des personnes Invitation adressée à Jérôme Cahuzac de le suivre

Intervention de Jérôme Cahuzac (durée approximative 2 :30) :

  • Indication qu’il ne suivra pas Jean-Luc Mélenchon (4 mentions)
  • Reconnaissance de la sincérité de Jean-Luc Mélenchon (4 mentions)
  • Mention de la visibilité de la souffrance
  • Répétition de l’inefficacité des propositions de Jean-Luc Mélenchon (6 mentions)
  • Commentaires sur les occurrences non verbales de Jean-Luc Mélenchon (2 mentions)
  • Etablissement d’une liste de banques nationales et de leurs monnaies
  • Mention du fonctionnement du système européen et de la Banque centrale européenne
  • Argument de la difficulté à persuader les créanciers à prêter de l’argent tout en refusant de les rembourser (avec appui sur deux chiffres à emprunter, soit 170 milliards pour l’Etat français et 15 à 20 milliards pour la seule sécurité sociale)

L’idée ici n’est pas de savoir qui a raison, ni de savoir si les chiffres sont vérifiables ou si les discours sont convaincants. Peu importe le bord politique : l’analyste de discours doit pouvoir détailler de manière claire l’architecture discursive et rendre compte de ses mécanismes. Et de ce point de vue, le discours politique possède une caractéristique claire : convaincre les citoyens, dans le but d’obtenir ou conserver le pouvoir d’action politique, donc le pouvoir d’action tout court sur une collectivité de citoyens et de services publics. 

2. Rédiger un discours politique

Analyser les discours politiques, c’est bien. Essayer d’en rédiger, c’est encore mieux. Pourquoi ? Pour bien comprendre la manière dont les ressorts de ces discours fonctionnent, le mieux est encore d’essayer de manier les outils soi-même, pour s’approcher au plus près de la finesse de ce type d’exercice.

D’après les formations dédiées aux futurs hommes politiques, notamment à l’ENA (hé oui, ne nous privons pas de ce plaisir !), il s’agit d’articuler les choses en trois temps spécifiques :

1) Préparer efficacement le discours

  • Définir et formaliser l’objectif principal
  • Déterminer le message essentiel
  • Structurer un discours sur ses temps forts
  • Rédiger l’introduction et la conclusion
  • Intégrer les cinq W pour mieux informer (What Who Where When Why / Quoi Qui Où Quand Pourquoi)
  • Choisir le meilleur angle d’attaque
  • Hiérarchiser l’information pour la dynamiser
  • Utiliser les chiffres avec parcimonie

2) Mesurer l’importance de la cible

  • L’aparté, l’émotion, le lieu
  • L’importance de l’empathie et de l’écoute
  • L’interactivité provoquée

3) Augmenter le pouvoir de conviction

  • Recourir à la communication narrative
  • Se reposer sur du concret
  • Accompagner les logiques de chaque développement
  • Evolution de la rhétorique, formules fortes, adverbes et adjectifs

Notez bien que dans cette triade, vous trouvez finalement une méthodologie simple qui vous permet d’écrire n’importe quel type de discours, quel que soit l’exercice demandé. Qu’il s’agisse de convaincre des électeurs, des décideurs, des financeurs ou des partenaires, savoir rédiger proprement, clairement et de manière enthousiasmante constitue une compétence incontournable et de plus en plus rare. Et au milieu de tout ça, n’oubliez jamais le style, bien sûr !

… pour aller plus loin : écrivez un beau discours politique !

Sur environ deux pages, dressez un discours de politique générale ou d’engagement sur un sujet de société. A vos figures rhétoriques !

Analyse systémique des phénomènes discursifs et de leurs représentations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search