Analyse de discours et argumentation, Vol. 2 : parler et convaincre

1. De la passion à la transmission

Nous avons déjà évoqué les questions de rédaction d’histoire, de « storytelling » ou de narration. Dans un autre temps, nous avons également pu remettre en perspective les notions d’argumentation et de persuasion, afin de rentrer dans des notions importantes de stylistiques. Dans la communication, ce qui peut compter lorsque l’on a une passion, c’est précisément de la transmettre – et ce n’est pas forcément le plus facile. Et pourtant : c’est toujours plus captivant d’écouter quelqu’un de passionné parler de ce qu’il aime, se laisser entraîner par des anecdotes, des petits détails qui permettent de comprendre les impacts et les intérêts d’une passion. Mais si certains ont le don de raconter une belle histoire et d’emporter leurs destinataires, ce n’est pas toujours le cas de tout le monde. Il y a des grands hommes qui y parviennent magnifiquement, comme le défunt artiste canadien Leonard Cohen : 

Mais nous ne sommes pas tous Leonard Cohen. Cela étant, pour reprendre l’inspiration de ce que porte ici le poète canadien, nous avons tous la capacité à trouver notre « chanson intérieure », celle qui raconte ce qu’on est et ce qui nous porte. Toutes ne sont pas simples à raconter, toutes ne sont pas faciles à transmettre ou à exposer, mais toutes portent sur quelque chose qui nous est propre et intime.

Transmettre une idée, une passion, un projet, quelque chose qui vous est propre et que vous avez envie de partager auprès des autres et auprès du monde, c’est quelque chose qu’il faut savoir apprendre à faire. Cela permet de travailler entre autres les qualités d’empathie, de sympathie, de sociabilité, de transmission et d’humanité, tout simplement. Voici ce qu’il faut en retenir :

  1. Il faut partir de quelque chose qui nous est intime. La sincérité, si elle ne fait pas tout, aide singulièrement pour pouvoir vraiment transmettre quelque chose de clair et d’entier aux autres. Pour cela, il faut connaître ce qui fait le noyau de votre vie.
  2. Cette passion n’est pas forcément une vocation, mais elle arrive en raison d’un contexte dont il faut être totalement conscient et qu’il faut savoir comprendre, analyser et resituer. La passion ou l’envie n’est jamais étrangère à la personne que vous êtes et aux choses que vous avez vécues.
  3. Une fois posées les notions d’intime et de contexte, c’est celle du langage qui domine. En effet, il faut d’abord commencer par poser des mots sur cette passion, la nommer, mettre les mots sur ce qui la lie à votre histoire, à des rencontres, à un contexte et à des réalisations.
  4. Car en effet, cette passion implique, pour être transmises, des réalisations. Ces réalisations ne sont pas forcément des objets : il peut s’agir d’expériences (un voyage par exemple), d’événements, de pensées structurées, de lectures, ou de mille autres choses. Tout ce qui sort de cette passion compte.
  5. Une fois ciblées ces réalisations, il faut pouvoir raconter. Cela passe par expliquer ce qui vous anime, pourquoi cela vous anime, quelles anecdotes vous avez vécues pour vous en rendre compte et le vivre encore aujourd’hui : il s’agit de morceaux de vie que vous allez transmettre.

Une fois ceci exposé, la passion peut passer de l’implicite vécu à l’explicite connu, ou au moins transmis. Mais après avoir pris conscience de tout cela, il reste la mise en forme, cette sorte de « gastronomie » de la langue qui va vous permettre de transformer le produit brut de votre passion en délicieux plat qu’on a envie de déguster.

2. Quand s’invite la stylistique

Maîtriser sa langue, ce n’est pas simplement savoir écrire. Rédiger, c’est savoir cuisiner : c’est savoir utiliser les bons ingrédients, les bonnes épices et les bons temps de cuisson. En d’autres termes, un texte esthétique est un texte qui a du style et du goût, qui sait alterner moments d’émotions, métaphores, images évocatrices et appels à l’esthétique, au pathos ou au logos. Ecrire est accessible à tous : écrire le beau, décrire le beau, est quelque chose qui permet de dépasser le simple stade d’utilisateur de la langue à celui de créateur d’un bel art, celui de susciter des pensées et des sentiments chez l’autres avec de simples enchaînements de mots.

Et oui, ça passe, par exemple évidemment, par des figures de style. Rien à dire : même si se repencher sur ces notions fait penser au collègue ou au lycée, il n’en reste pas moins que ces alliés sont précieux et indémodables lorsqu’il s’agit de basculer de la rédaction mécanique à l’orfèvrerie esthétique linguistique.

Parfois, même un discours politique (moins maintenant, mais en 1992, il y avait encore des tribuns de qualité, ah, d’mon temps…) peut emprunter au beau, au vrai, à l’esthétique et à l’orfèvrerie stylistique pour pouvoir soutenir des idéaux et une vision – c’est le cas dans cet extrait du discours de Philippe Séguin en 1992, qui propose à l’époque une vision différente de celle soutenue par François Mitterrand concernant le vote sur le traité de Maastricht. Le beau n’est pas superflu, il n’est pas une simple lubie : il peut permettre de transmettre mieux, de faire adhérer, de passionner, d’intéresser ou même simplement de sensibiliser. Les sujets peuvent être nombreux, mais quelle que soit l’optique de ce que vous souhaitez écrire, gardez à l’esprit ces cinq principes :

  1. Soyez simples. Miser sur l’esthétique ne veut pas dire qu’il faille miser sur la complexité.
  2. Utilisez les images. Les métaphores et les comparaisons seront toujours vos meilleures alliées (sans bien sûr en abuser, comme pour tout acte gastronomique : les ingrédients doivent être utilisés à leur juste mesure).
  3. Optez pour un champ lexical riche. N’hésitez pas à utiliser des dictionnaires en ligne comme Synonymo si vous êtes à cours de mots, et ne répétez pas toujours les mêmes mots à chaque phrase.
  4. Utilisez une grammaire adaptée. Les conjugaisons sont importantes et ne sont pas optionnelles : maîtriser sa langue, c’est en maîtriser les coins et les recoins et utiliser, par exemple, le subjonctif quand cela est nécessaire, bienvenu – et, bien sûr, stylé.
  5. Optez pour les anecdotes. Raconter des histoires vécues et des expériences réelles est toujours une belle manière de pouvoir illustrer ce que vous êtes en train de transmettre.

La tâche est ardue, mais tout locuteur de langue maternelle a les cartes en main pour réussir cette belle aventure : celle du bien écrire, non pas par amour de l’artifice, mais pour pouvoir transmettre avec précision, goût et passion ce qui vous anime et ce que vous avez envie de partager au monde.

… pour aller plus loin : parler de ce qu’on aime dans une stylistique esthétique, pourquoi pas ?

Attention : l’effort esthétique stylistique sera absolument incontournable pour une validation positive. Pour être bon dans cet exercice, lisez, lisez et lisez encore (y compris des articles en ligne) pour vous inspirer d’un langage le plus élégant possible. 

Le dossier doit faire 2 pages maximum.

Analyse systémique des phénomènes discursifs et de leurs représentations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search