Analyse de discours et argumentation, Vol. 3 : scénarisation et storytelling

1. L’argumentation

Pour pouvoir raconter une histoire convaincante, encore faut-il savoir comment la raconter. En effet, pour toute scénarisation de storytelling, l’important est de placer les bons arguments au bon moment, afin de créer un effet d’enchaînement logique capable de captiver le destinataire (ou récepteur), et de le mettre en condition pour accepter le récit et, au besoin, le raconter à son tour.

L’argumentation dispose de racines philosophiques, mais se retrouve en sciences du langage et en communication, comme particulièrement bien écrit sur la page Correspondance : http://correspo.ccdmd.qc.ca/index.php/document/heureux-dun-printemps/largumentation-i-quest-ce-quargumenter1/

Au-delà, l’argumentation permet de pouvoir soutenir un démonstration, c’est-à-dire une théorisation ou une expression d’idées qui visent à affirmer un état du monde, à convaincre ou à séduire. A vrai dire, une bonne maîtrise de l’argumentation doit permettre de soutenir n’importe quelle idée – y compris des idées fausses, et c’est bien là tout le problème lié à notre époque de post-vérité et de fake news.

Pour se raconter à l’écrit, il faut donc argumenter en utilisant un certain nombre d’éléments qui vont permettre de scénariser votre récit, et de livrer ainsi un storytelling susceptible de captiver votre auditoire. Cela fonctionne bien sûr pour votre parcours, un projet ou un produit. En argumentant, je décide de sélectionner des éléments que j’estime être des fondamentaux et qui vont me permettre de soutenir un storytelling efficace. Il faut donc pouvoir réduire un storytelling à quelques arguments essentiels : ici, la quantité n’est pas du tout gage d’efficacité.

2. La scénarisation

Scénariser, c’est permettre de mettre en oeuvre une narration (ou storyline, en bon français cool) qui va permettre de poser un univers, des personnages et une histoire qui vous emporte. Evidemment, cette capacité à mettre en oeuvre la scénarisation est directement inspirée de l’écriture de roman ou d’histoire au sens large ; ces stratégies d’écriture se retrouvent partout dans la vie quotidienne, de la vie des hommes politiques aux jeux vidéo, en passant par de simples vlogs que vous pouvez trouver sur internet.

Mais quel est l’intérêt d’appliquer la scénarisation à soi, à son profil ou son projet ? C’est très simple : on a jamais trouvé de meilleure manière de captiver un auditoire qu’en racontant une bonne histoire. Mais qu’est-ce qu’une bonne histoire ? C’est une histoire qui obéit à un scénario, qui fait figurer de rebondissements, et qui permet au personnage principal de passer par un ensemble de quêtes qui s’accomplissent ensuite par une réalisation ultime.

La scénarisation et la narration de votre histoire doit donc vous inviter à définir les éléments suivants :

  1. Un (ou plusieurs) personnage principal auquel il est possible de s’identifier. Ce personnage peut être une personne bien sûr, mais également un concept, un produit ou une figure imaginaire. L’important c’est qu’il soit identifié comme celui à qui arrive l’histoire en question.
  2. Un univers dans lequel se déroule l’histoire. Cet univers doit être animé par un ensemble de références qui renferment des symboles, des valeurs, des ancrages historiques et des représentations imaginaires qui vont animer la quête du personnage principal.
  3. Des protagonistes autres que le personnage principal, qui vont soit lui permettre d’avancer dans sa quête, soit de représenter des obstacles que le personnage principal va devoir dépasser pour rendre l’histoire captivante et la réalisation ultime encore plus valorisante.
  4. Un début et une fin, qui vont permettre d’emporter le récepteur de l’histoire puis de le laisser en ayant l’impression d’avoir découvert quelque chose d’abouti.
  5. Des quêtes à réaliser qui permettent au personnage principal d’atteindre quelque chose, puis qui permettent ensuite d’obtenir la réalisation ultime.
  6. Des ruptures et obstacles qui doivent être franchis afin d’apprendre de nouvelles idées ou d’obtenir de nouveaux éléments, et qui rendent précisément le déroulement de l’histoire passionnante. Pour une scénarisation efficace, les points de rupture et les obstacles doivent être particulièrement bien scénarisés – c’est-à-dire qu’ils doivent arriver au bon moment dans l’histoire.

L’ensemble doit bien évidemment être servi par un rythme. Que vous vous mettiez en scène ou que vous mettiez en scène un produit ou un concept, la scénarisation implique une dose rythmique qu’il vous conviendra de prévoir, mais qui doit aussi obéir à ce qu’attendent vos destinataires.

Commencez d’abord par tenter de raconter votre histoire, et d’en réaliser la scénarisation !

3. Le storytelling

Le storytelling dépasse la simple scénarisation d’un récit, en ce qu’il représente l’impact collectif ou social sur le récepteur. En gros, le storytelling doit permettre trois choses :

  1. La viralité d’une histoire, c’est-à-dire qu’elle se répand et est reprise sur un ensemble non négligeable de médias ou auprès d’un nombre spécifique de personnes ;
  2. La capacité de narration, c’est-à-dire le fait que votre récit sera facile à résumer et raconter par d’autres personnes, qui vont ainsi pouvoir la faire vivre à leur tour ;
  3. La forte teneur symbolique, c’est-à-dire la manière dont les valeurs et les références au coeur de votre scénarisation vont nécessairement toucher des fibres particulières chez votre auditoire.

via GIPHY

De ce point de vue, le storytelling représente donc la façon dont votre récit sera reçu par les autres, ce qui implique nécessairement des notions d’efficacité, d’authenticité et de captivité. Ces notions sont explicables de la façon suivante :

  1. L’efficacité d’un récit signifie qu’il doit pouvoir être aisément reconnaissable par votre auditoire, et qu’il doit pouvoir être retenu et parler immédiatement aux individus, sans devoir être explicité longtemps ;
  2. L’authenticité représente l’impression « naturelle » d’un récit et de ses personnages, c’est-à-dire qu’on doit pouvoir avoir l’impression qu’il s’agit d’une histoire réaliste, vraie ou qui pourrait arriver à d’autres ;
  3. La captivité fait directement écho à la forme scénaristique de votre storytelling, puisque cela implique que vos récepteurs vont désormais être « accrochés » à votre histoire et en attendre la ou les suite(s).

Quelle est votre capacité à invoquer un storytelling efficace ? Comment pouvez-vous passer de votre histoire à une projection dans le monde qui vous permet de mettre en oeuvre des projets qui donnent envie de changer les choses ? C’est à vous de pouvoir affirmer et scénariser votre propre capacité de storytelling ! 

… pour aller plus loin : scénariser son histoire.

Le principe de ce dossier est simple : il s’agit de remettre un dossier individuel avant la date limite, qui permet de scénariser de manière intelligente votre parcours personnel et professionnel, ou bien celui du projet que vous avez envie de monter (au choix). Une fois cette scénarisation effectuée, vous devez ensuite anticiper le storytelling possible de cette scénarisation, soit les impacts que celle-ci peut générer.

La proposition de structure de votre dossier est la suivante :

  • Introduction
  • 1) Scénarisation de votre profil ou de votre projet (au choix), avec un récit que vous produisez, puis l’explicitation des six composantes de la scénarisation
  • 2) Storytelling de votre récit précédent, avec l’explicitation des six composantes du storytelling, afin de montrer les chances de réussite de votre récit
  • Conclusion

Votre dossier ne doit pas excéder 6 pages.

Analyse systémique des phénomènes discursifs et de leurs représentations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search