Analyse de discours et argumentation, Vol. 4 : argumentation et data mining

  1. De l’importance des sources

Pour commencer, toute argumentation assortie de données et de statistiques implique que l’on connaisse et que l’on maîtrise les sources utilisées. C’est bien évidemment le cas dans chaque type de communication (écrite ou orale), mais à l’ère d’internet, où l’on a tendance à confondre plagiat, citation et production originale, il s’agit de faire la différence. Au passage, il est bon de rappeler que le plagiat constitue un délit, puisqu’il s’agit de s’approprier la pensée d’autrui de manière écrite sans en indiquer la provenance ; en d’autres termes, un véritable vol intellectuel.

Petit rappel donc : 

  1. Un plagiat est l’utilisation d’une citation sans guillemets et sans en indiquer l’auteur, et se matérialise souvent sous la forme d’un simple copier-coller dans un dossier, sans aucune référence. Les plagiats sont souvent détectés car ils introduisent une rupture de style. C’est absolument à éviter – d’autant que dans la législation académique, la plagiat lors d’un examen peut vous exclure purement et simplement du droit à faire des études pour plusieurs années… à bien réfléchir, donc !
  2. Une citation est l’utilisation d’une phrase ou d’un passage de texte, introduit entre guillemets, et dont la référence à l’auteur et à l’oeuvre est clairement indiquées (soit en note de bas de page, soit dans le corps du texte). La citation est la forme la plus classique d’appel à un texte externe : elle respecte la propriété intellectuelle et permet d’introduire une variété de références dans votre argumentation.
  3. Un emprunt (ou paraphrase) constitue, comme son nom l’indique, le fait d’emprunter une notion, un concept ou une idée à un auteur, sans pour autant rédiger de citation nommément dans le texte (donc, pas de citation entre guillemets), mais en citant malgré tout l’auteur qui en est à l’origine dans le corps du texte (ou en note de bas de page), pour bien montrer que l’idée n’est pas de vous et que la paternité revient à quelqu’un d’autre.
  4. La production originale, enfin, est tout simplement une idée qui vient bel et bien de vous (et uniquement de vous, pas d’internet, pas d’une page wikipédia, pas d’un autre média) et que vous développez au fur et à mesure de votre texte. Nul besoin de référence dans ce cas : votre simple rôle d’auteur suffit !

Il s’agit de méthodologie pure et simple, mais c’est excessivement important quand il s’agit de bien respecter la question de la source dans un texte. Pourquoi ? Parce qu’il existe tout simplement une hiérarchie de la connaissance, qui n’est pas faite pour vous embêter, mais tout simplement pour permettre à n’importe qui de pouvoir trouver la source à tout moment. En d’autres termes, citer, c’est indiquer et c’est surtout partager : c’est permettre à n’importe qui de pouvoir se référer à un document tiers afin de pouvoir aller consulter l’information, se renseigner sur un sujet et, pourquoi pas, fouiller ces documents tiers à la recherche d’une nouvelle information. En d’autres termes, citer ses références, c’est mettre en valeur la variété et la richesse de l’ensemble des travaux concernant la connaissance d’un sujet donné.

Cet exemple vous invite à utiliser des moyens relativement simples pour citer des sources sur internet, notamment lorsque vous consultez des sites aux informations variées. Attention toutefois, à chaque fois, de bien vérifier que le site dont vous vous inspirez pour une formation est sérieux : est-il reconnu par une communauté ? Quelle association ou quelle organisation représente-t-il ? S’agit-il de données officielles ou considérées comme telles ? Citer un site ne doit pas vous exempter d’être bien certains de la réalité ou de la véracité des informations qui y sont contenues – car quand vous citez, vous cautionnez en estimant que ce site est une source fiable.

Au-delà de la question des sites, il convient également d’adopter une norme bibliographique et éditoriale concernant les documents que vous produisez : c’est valable du mémoire de Master jusqu’au dossier de Licence ou de Bachelor. Avoir une cohérence méthodologique dans la manière de traiter les citations, c’est s’habituer à un travail académique régulier qui va s’automatiser au fur et à mesure de vos productions écrites, et qui vous permettra de construire des documents bien structurés et facilement lisibles.

2. C’est quoi, le rapport avec la data ?

Nouvel or noir pour certains, simple accumulation statistique pour d’autres, la donnée (ou data) est considérée comme l’un des enjeux majeurs de ce début de siècle, et pour cause : l’enregistrement d’informations grâce à des capteurs, ou l’accumulation de connaissances chiffrées sur tout un tas de sujet (climat, socio-démographie, économie, consommation, etc.) permet de discerner des comportements, de se risquer même à des analyses prédictives ou bien, tout simplement, de proposer des solutions en lien avec les chiffres. Oui mais voilà, les chiffres, on peut leur faire dire un peu ce qu’on veut… et c’est vrai : corrélation ne vaut pas causalité, par exemple.

Cette petite introduction au à l’analyse des données liées au « big data » (ou « grosse donnée », pour les amoureux de la langue de Molière et de Nadine Morano) par Yves Gueniffey vous permet d’avoir une vision globale sur la manière dont les données peuvent être entrecroisées et interprétées. Mais concrètement, si vous produisez un dossier qui doit comporter des données, encore faut-il que ces données et ces statistiques soit disponibles quelque part. Sinon, comment allez-vous travailler ? C’est la fameuse question de l’accessibilité de la donnée : fort heureusement, de plus en plus de chercheurs ou encore d’organismes, officiels ou non, vous permettent un accès relativement clair.

On le voit, selon le point de vue du chercheur, le big data est présent partout et permet de compiler des données en temps réel. Encore faut-il pouvoir les exploiter : c’est là que commence le défi de tout citoyen qui souhaite se document sur un sujet (et je ne parle même pas du chercheur qui a pour projet de se lancer dans un travail scientifique) ! Fort heureusement, vous pouvez vous-mêmes créer des données à travers des enquêtes ou des sondages, ce qui vous permet ainsi de pouvoir argumenter à partir d’éléments précis, qui auront pour objectif n’ont pas de constituer le coeur de votre argumentaire, mais de le soutenir – ce qui est tout de même différent.

Attention donc à l’usage de la donnée : vous avez tout pour devenir vous-mêmes de la donnée qui peut circuler, se retrouver exploitée à votre insu dans telle ou telle étude, ou même générer des prédictions qui vous sont imposées sur votre moteur de recherche préféré, par exemple. Et pourtant, à la base de tout cela, la statistique, en tant que discipline scientifique, peut vraiment vous permettre d’aller plus loin dans vos productions.

3. Utiliser des données dans un dossier

Une fois que la question des sources est abordée, et notamment celle des sources chiffrées permises par l’exploitation de ces fameuses « grosses données », il n’en reste pas moins que le but de l’environnement universitaire (ou académique) est justement de vous permettre de regarder des données. Il ne s’agit pas, bien sûr, de vous transformer en statisticien ou en mathématicien chevronné, mais plutôt de vous transformer en lecteur intelligent, critique et prudent de statistiques compilées. Premièrement, attention à ne pas confondre corrélation et causalité.

Pour un dossier ou un mémoire, l’important est d’abord de trouver les données. Vous pouvez bien évidemment vous rendre sur les sites suivants, qui regorgent d’études et d’enquêtes diverses :

  • l’INSEE, bien sûr, qui reste l’une des sources officielles nationales majeures ;
  • le site Data.Gouv qui joue le jeu de la donnée ouverte (ou open data) ; 
  • EU Open Data Portal, site de l’Union Européenne qui joue ce même jeu ;
  • le site d’Eurostat, statistiques de tous les pays européens ;
  • le Global Open Data Index, même chose donc mais au niveau mondial ;
  • Open Data Soft, qui propose une liste de jeux de données à travers le monde ;

Plus généralement, de plus en plus de villes ou de régions proposent à leurs administrés de pouvoir consulter tout un tas de données en ligne concernant les grands éléments de leurs évolutions : démographie, création d’entreprises, segments marketing – tout y est. Des associations comme OuestMediaLab proposent même à des étudiants de pouvoir faire du « data journalisme » (ou journalisme à partir de la donnée) sur des jeux de données accessibles et qu’il faudrait pouvoir valoriser. 

Plus largement, n’hésitez pas aussi à consulter directement les études scientifiques chiffrées, disponibles via le moteur de recherche Google Scholar. Si vous cherchez une étude sur l’utilisation de jardins partagés, le développement de jeux vidéo, la vie des associations sportives ou encore le taux de vieillissement démographique de votre ville, pas de panique : il existe sans doute une étude et des chiffres que vous pouvez utiliser !

… pour aller plus loin : argumenter avec le data mining.

Vous devez rendre un dossier de 5 pages maximum, bien édité, qui dispose des contenus suivants : 

  • au moins 3 citations dans le texte (pas de limite maximale) ;
  • au moins 3 tableaux / diagrammes dans le texte (pas de limite maximale) ;
  • une bibliographie à la fin du document qui reprend les auteurs, les livres et les sites utilisés pour le dossier.

Analyse systémique des phénomènes discursifs et de leurs représentations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search