Analyse de discours et argumentation, Vol. 5 : analyser et critiquer

1. Analyser les discours

L’analyse du discours se base d’abord sur une conception de ce qu’est le discours. Pour plusieurs linguistes et analystes, le discours est en fait un vecteur de représentations sociales, culturelles et économiques. En d’autres termes, le discours n’est pas simplement un acte de langage qui dit quelque chose sur l’état du monde : il participe à la conception du monde, à son formatage et à sa construction. Cette conception très pragmatique du discours, qui est maintenant largement développée et admise depuis la fin des années 60, est d’abord imaginée par Aristote.

Mais ce triangle discursif, qui est bien sûr fondamental pour bien cerner et comprendre la dimension entre pathos, ethos et logos, reste insuffisante pour bien comprendre les implications fondamentales de l’analyse du discours. Par exemple, analyser les discours est également valable pour les discours écrits, et peut même se produire grâce à des logiciels libres d’accès comme Tropes, ou encore Voyant Tools ou Iramuteq, qui permettent d’avoir immédiatement une vision d’un corpus général. Cette vision est dite lexicométrique, car elle se base d’abord sur un comptage des mots et sur les relations de sens entre ces mots. Des logiciels comme Treecloud permettent même une représentation graphique utile de la proximité des mots entre eux, ce qui permet immédiatement de constater les éloignements ou rapprochements de sens dans un corpus de textes.

Au-delà de cela, analyser les discours, c’est d’abord atteindre les représentations sociales en regardant ce qui se passe derrière le langage. Cela peut par exemple passer par plusieurs types d’analyses :

  1. la sémantique des possibles argumentatifs (Galatanu) qui permet de lister toutes les manières dont une expression ou un mot peuvent être compris, en fonction de leurs contextes d’activation – cette méthode est très utile pour pouvoir saisir la complexité des contextes d’expression et enrichir les points de vue ;
  2. l’analyse proxémique du langage (Chilton, Cap ou Kopytowska) qui permet de représenter le positionnement du locuteur face à un discours selon trois axes : espace, temps et modalisation ;
  3. l’analyse des noeuds sémantiques, enfin, qui permet de remarquer les éléments les plus saillants d’un texte et de comprendre la manière dont ceux-ci se retrouvent reliés entre eux pour tisser l’architecture du discours et ses objectifs.

Une fois que l’on a exposé ces différents moyens d’analyse, il convient de proposer une méthodologie claire pour pouvoir rendre compte des discours, qu’il s’agisse d’un discours simple ou d’un corpus plus large (donc un ensemble de textes).

2. Méthodologie d’analyse de discours

Il y a plusieurs manières d’analyser les discours, comme nous l’avons vu, mais il existe une méthodologie relativement bien segmentée qui permet, étape par étape, d’aller au fond d’un texte ou d’un corpus de textes, pour découvrir ce qui se cache dans la face cachée de l’iceberg discursif. 

Analyser le discours de manière critique, c’est disposer d’outils importants et nécessaires pour ne pas se faire manipuler, comprendre les intérêts de ceux qui parlent, cerner le contexte d’énonciation des discours et leurs potentiels impacts, bref : pouvoir prendre des décisions de manière éclairée, quel que soit le contexte, et éviter de se laisser porter par des discours, simplement parce qu’ils nous paraissent « bons », « justes » ou « séduisants ».

Dans Politics East Asia, Florian Schneider présente une boîte à outils tout à fait pertinente pour analyser les discours. Celle-ci se découpe en dix étapes incontournables :

  1. Etablir le contexte du ou des discours étudiés, pour bien comprendre dans quel moment ceux-ci sont énoncés, et dans quel environnement interdiscursif (les autres discours qui existent sur le sujet) ;
  2. Comprendre le processus de production, c’est-à-dire saisir la manière dont le discours a été produit, comment, suite à quels événements et avec quels dispositifs – ce n’est jamais neutre ;
  3. Préparer le matériau d’analyse, c’est-à-dire conserver le corpus ou le texte, l’annoter ci besoin, et préparer une première lecture avec quelques remarques avant de passer par l’analyse méthodologique de discours, qui permettra de confirmer ou d’infirmer vos hypothèses ;
  4. Codez votre matériau, ce qui revient en fait à isoler les termes ou les mots que vous voulez analyser, les expressions ou d’autres éléments – grâce aux logiciels cités en première partie, le codage peut se faire de manière relativement aisée, voire automatique ;
  5. Examinez la structure du texte : y a-t-il une introduction ou une conclusion ? S’agit-il de questions et de réponses ? Est-on en présence d’un pamphlet, d’un programme ou d’une opinion journalistique ? Bien cerner votre texte, c’est important pour ne pas se tromper dans l’analyse et dans les conclusions que vous allez tirer ;
  6. Collectez des fragments de discours qui vous semblent particulièrement représentatifs ou intéressants dans votre corpus, pour pouvoir donner des exemples lors de votre analyse ;
  7. Identifiez les références culturelles, au sens large du terme, qui permettent de voir comment le discours fait appel à d’autres discours (toujours dans cette logique d’interdiscours) pour activer des images, afin d’arriver à ses fins ;
  8. Repérez les mécanismes linguistiques et rhétoriques : le locuteur utilise-t-il des comparaisons ou des métaphores, ou encore des procédés rhétoriques pour tenter une argumentation persuasive (argument de l’homme de paille, par exemple, ou d’autres vus au semestre 1 ? Il faut pouvoir bien repérer ces formules ;
  9. Travaillez et interprétez la donnée : à travers tout ce que vous avez comptabilisé à l’aide de votre logiciel, vous allez repérer un certain nombre de régularités qui méritent d’être interprétées afin de mieux comprendre la portée du corpus.
  10. Et enfin, présentez vos résultats pour justement les confronter à d’autres avis : listez vos hypothèses, illustrez-les par des exemples tirés du texte, exposez des graphiques utiles en élaborant des wordclouds et faites en sorte de structurer votre propos pour rendre votre analyse critique cohérente et pertinente.

Bien évidemment, ce type d’analyse fonctionne pour les données textuelles, mais cela fonctionne bien évidemment aussi pour les données sémiotiques (images, vidéos), même s’il n’existe pas encore de logiciels pour les analyser de façon automatique !

3. Rédiger un contre-argumentaire

Imaginons le cas concret suivant : vous avez analysé un corpus de textes que vous estimiez problématiques, vous avez un avis qui ne cadre pas nécessairement avec le contenu de ce corpus et vous souhaitez le faire savoir. C’est le moment de vous servir du matériau que vous avez analysé pour construire une contre-argumentation qui va vous permettre d’exploiter les failles sémantiques du corpus afin de positionner, de manière concrète, un texte qui va répertorier les arguments de la partie adverse en démontant leur pertinence, pour vous permettre ensuite d’adopter un positionnement plus fort. En d’autres termes, il s’agit d’utiliser ce qui a déjà été écrit dans le camp adverse pour vous permettre d’étayer une argumentation plus vigoureuse, plus justifiée et plus ancrée dans le réel.

Il existe plein d’arguments fallacieux qui méritent qu’on leur oppose un contre-discours parfaitement construit. Mais au-delà de ces exemples, construire un contre-argumentaire nécessite de suivre scrupuleusement les opérations suivantes :

  1. Documentez-vous tout d’abord sur le sujet sur lequel vous allez argumenter : qui a dit quoi et de quelle manière ? Comment se structurent les différentes positions d’opposition sur ce sujet, et autour de quelles grandes familles et sous-familles d’arguments ? Existe-t-il des recherches ou des polémiques sur le sujet ? Tout doit être répertorié pour bien saisir votre contre-argumentaire et vous rendre spécialiste du sujet ;
  2. Commencez par isoler les arguments principaux de la partie adverse : quels sont les éléments que vous estimez être les plus saillants dans leur argumentation ? Sur quels segments souhaitez-vous vous appuyer pour construire votre contre-argumentation ? Quelles sont les faiblesses de ces arguments, et comment comptez-vous les exploiter ? Ce travail est nécessairement méthodique ;
  3. Une fois que vous avez listé ces argumentaires principaux, vous allez entamer des procédés de réfutation. Ces procédés sont nombreux, et vous en connaissez probablement déjà certains aspects : soyez préparés en les utilisant de manière solidement structurée ;
  4. Une fois ces réfutations engagées, affirmez vos contre-arguments de façon claire, en les étayant également par des exemples et des références culturelles permettant de les rendre plus immédiatement accessibles. Présentez-les toujours de manière structurée, avec un rythme spécifique, en les hiérarchisant en faisant en sorte de terminer par l’argument que vous imaginez être le plus impactant pour votre auditoire ;
  5. Enfin, terminez par un résumé critique qui vous permet, en quelques formules courtes et particulièrement percutantes, de réduire l’argumentaire de la partie adverse et de résumer également votre contre-argumentaire de manière nette et percussive.

Stylistiquement, ces opérations nécessitent une véritable créativité dans le maniement de la langue, pour précisément vous assurer de pouvoir vous engager dans une joute argumentative sans craindre de vous laisser impressionner par votre adversaire ou par une supposée impression de supériorité de l’autre partie. Nous sommes en effet tous égaux devant ce type de positionnement. 

… pour aller plus loin : analyser de manière critique et contre-argumenter.

Ce dossier est complexe et comporte plusieurs parties qui comportent chacune un travail distinct. Il doit présenter un plan clair et une introduction, ainsi qu’une conclusion (pour le nombre de pages : l’introduction et la conclusion ne sont pas comprises dans les pages des trois parties à présenter).

PARTIE 1 (4 pages maximum) : à l’aide du logiciel Tropes, analysez un corpus de textes (10 textes minimum) qui traitent tous d’un sujet de société de la même manière. Tropes vous propose des résultats : mettez ces graphiques dans le dossier, observez notamment la manière dont les mots les plus importants sont utilisés et dans quel contexte, et regardez bien la nature des interrelations dans le texte. Illustrez à l’aide d’exemples.

PARTIE 2 (2 pages maximum) : prenez un texte de votre corpus (n’importe lequel, celui qui a votre préférence) et opérez votre analyse critique en utilisant les 10 étapes méthodologiques vues en cours. 

PARTIE 3 (2 pages maximum) : élaborez un contre-argumentaire par rapport à ce que vous avez pu lire dans le corpus de textes étudié, en utilisant la méthodologie vue en cours, et en prenant clairement position tout en prenant appui de manière intelligente sur les arguments de la partie adverses, que vous réfuterez.

Analyse systémique des phénomènes discursifs et de leurs représentations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search