Linguistique et communication, Vol. 4 : présence numérique

1. Facebook

Facebook, c’est ce réseau social international créé par Mark Zuckerberg et qui alimente tous les fantasmes depuis quelques années maintenant : problème de protection des données mais aussi d’effacement d’anciennes photos par exemple, projets généraux de Zuckerberg pour sa société, rachats, implémentation de nouveaux modules… certains conspirationnistes vont même jusqu’à affirmer que Zuckerberg serait un reptilien illuminati. Ben voyons.

Plus prosaïquement, Facebook est l’un des nombreux réseaux sociaux permettant à ses utilisateurs de pouvoir interagir avec des personnes proches ou étrangères, d’intégrer des communautés d’intérêt ou des groupes, de partager des informations ou de s’engager dans des discussions de messagerie instantanée. C’est à la fois un moyen de retrouver des vieux copains de lycée, de créer des événements pour se retrouver autour d’un verre, ou encore de partager autour de centres d’intérêt professionnel.

A un niveau personnel, votre (non-)utilisation de Facebook vous appartient. A un niveau plus professionnel en revanche, la création d’une page Facebook est devenue quasiment un inconditionnel, et voici pourquoi :

  1. Elle permet de centraliser des informations, surtout quand on a pas encore les moyens d’activer un site internet complexe – en ce sens, la page peut remplacer temporairement le site internet traditionnel ;
  2. Elle permet d’animer votre communauté, qu’il s’agisse de clients et de fournisseurs ou de sympathisants, afin de mobiliser d’ores et déjà toutes les personnes potentiellement intéressées par ce que vous proposez ;
  3. Elle permet la création d’événements, qui vont être évidemment incontournables pour pouvoir passer de la relation numérique à la relation IRL (in real life) et définitivement humaniser les rapports ;
  4. Elle diffuse votre identité graphique à travers la publication de photos, de logos ou de vidéos, afin de stimuler et sensibiliser à ce que vous êtes et à ce que vous pouvez apporter ;
  5. Enfin, elle permet la création de publicités en ligne, qui ont pour objectif de pouvoir élargir votre audience numérique et donc de vous permettre d’atteindre petit à petit une augmentation de notoriété, avec tout ce que cela peut comprendre de positif.

Du point de vue de la stratégie de développement de votre projet, Facebook n’est pas simplement essentiel : la page devient un incontournable pour démarrer l’activité et installer relativement rapidement un positionnement et une visibilité qui seront nécessairement un plus.

2. Twitter

Véritable symbole gazouillant de l’instantanéité éphémère de la communication sur les réseaux sociaux, Twitter est un dispositif relativement étrange qui permet à l’opinion de PMU, dont tout le monde se fichait traditionnellement, de résonner de manière virale à échelle planétaire, permettant ainsi des réactions et des commentaires en une impressionnante réduction de caractères, pour un objectif qui n’est pas toujours totalement clair.

En fait, cet objectif est peut-être aussi limpide que vain : l’objectif de Twitter, c’est d’acquérir et maintenir une forte visibilité, en s’assurant d’un maximum d’engagements (« likes » et repartages, voire réponses) afin de promouvoir son activité numérique individuelle ou professionnelle. Derrière cette première enveloppe de vacuité se cache pourtant un phénomène ontologiquement plus révolutionnaire : Twitter symbolise, et de très loin, la transformation qu’est en train de subir l’espèce humaine du point de vue de la communication. L’information doit être virale, rapidement, n’est pas construite pour s’installer dans le temps : ce qui doit s’installer dans le temps, en revanche, c’est que l’auteur de l’information dispose de qualités intrinsèques qui doivent lui permettre d’être suivi, retweeté et commenté. Il s’agit donc, littéralement, de créer une aura sur la simple base de la qualité (ou non) des commentaires ou des informations partagées.

Ainsi, du point de vue professionnel, développer un compte Twitter permet donc d’atteindre les objectifs suivants, et non des moindres :

  1. Atteindre un degré de viralité important, afin de générer de la visibilité et donc une notoriété suffisante au sein des espaces numériques et donc d’atteindre ses objectifs d’activité ;
  2. Être en capacité de s’inscrire dans un réseau qui partage des intérêts et des valeurs similaires, ce qui permet ainsi d’être identifié du point de vue de l’activité et des objectifs à atteindre ;
  3. Montrer sa capacité à se positionner par rapport à des grands sujets de société, à une actualité liée à votre activité professionnelle ou a minima aux enjeux qui y sont liés ;
  4. Pouvoir être un curateur d’information en publiant des contenus de qualité, qui peuvent être repris par d’autres et diffuser de manière intelligible et utile de l’information liée à votre domaine ;
  5. Enfin, suivre l’actualité au plus près de son émergence et de ses enjeux, en suivant des personnes qui la font ou qui en font le commentaire.

Attention : Twitter peut vite devenir un instrument chronophage et relativement inutile, si l’on ne l’utilise pas de manière rigoureuse, avec une ligne éditoriale claire. Contrairement à Facebook, qui est un réseau plus protéiforme et où l’informel peut être source d’adhésion, Twitter exige une véritable hygiène de gestion du rapport à l’information.

3. Instagram

Vous pensez qu’Instagram est d’abord fait pour partager vos délires entre potes ? Vous imaginez que c’est un truc fait pour des bloggeuses qui partagent leurs photos de voyage, de foodporn ou de conseils fashion ? Vous estimez que c’est un énième réseau futile et inutile, dont la seule action sur le monde moderne serait la formalisation sémiotique et graphique des clichés et des couleurs ? Oui, c’est vrai, c’est un peu tout ça. Mais malgré tout, on peut en faire moult autres choses.

Après n’avoir été qu’une redoutable et ridicule machine à selfies, Instagram est en train de se transformer en une autre forme de réseau, quasiment plus proche du blogging pictural collaboratif que du simple réseau d’interactions. Evidemment, il est toujours possible, comme pour tout réseau social, d’en faire une utilisation futile et relativement indigente : mais du point de vue professionnel, la stratégie de présence sur les réseaux sociaux passe par un emploi très ciblé de ce que l’on appelle désormais « Insta ». Et cela permet, entre autres choses, d’atteindre les buts suivants :

  1. Evidemment, mettre en scène de manière esthétique les réalisations, produits et événements liés à votre activité, afin de pouvoir élaborer une narration qui permettra d’attirer l’attention ;
  2. Mettre en scène une narration riche en contenu, afin précisément de ne pas être confondu avec le premier compte de bimbo venu, et montrer que vos productions picturales portent des valeurs et du sens ;
  3. Inclure votre activité dans un réseau actif, puisque l’un des buts d’instagram (comme n’importe quel réseau social) est non seulement d’être suivi, mais également de suivre d’autres comptes ;
  4. Permettre de transposer vos valeurs et votre projet en images, qui doit permettre de stimuler de manière évidente votre créativité, afin de dépasser la simple esthétique picturale ;
  5. Enfin, et c’est un incontournable du point de vue de la communication, partager des ressources visuelles qui permettront un archivage de vos productions et un partage spontané par des tiers.

Instagram permet, en l’utilisant à un rythme bien anticipé, de pouvoir vous mettre en contact avec d’autres comptes utilisateur qui partagent avec vous des valeurs, des activités ou des intérêts similaires : le secret est, à chaque fois que vous publiez du contenu, d’utiliser les bons #hashtags !

4. LinkedIn

LinkedIn, c’est un petit peu le Facebook des professionnels. Avec tout ce que cela comporte, de plus en plus, comme dérives : nous sommes en effet passés de l’utilisation un peu aride d’un LinkedIn comme banque de CV, à une utilisation plus personnelle parfois, où le contenu de pauvre qualité et le « personal branding » se côtoient dans un ballet qui peut friser le ridicule. Fort heureusement, là encore, LinekdIn permet de développer un réseau de manière exponentielle, et de faire en sorte que votre activité puisse être partagée.

LinkedIn est un outil intéressant : il vous permet d’approcher des professionnels qui peuvent vous aider à développer votre réseau ou votre activité, d’en apprendre plus sur des personnes qui tentent de vous contacter, mais également de pouvoir valoriser ce que vous faites ainsi que votre parcours. Plus qu’une gigantesque CV-thèque en ligne, LinkedIn est un réseau quasiment incontournable, qui dit ce que vous êtes et ce que vous faites, mais également ce que vous souhaitez pouvoir apporter du point de vue général. Plus qu’un réseau professionnel, il est en fait vocationnel.

Pour éviter les pièges d’un LinkedIn facebookisé, l’utilisation professionnelle stricte est de mise pour pouvoir vous assurer une réelle valorisation de vos projets :

  1. Créer une page de votre activité professionnelle. Même si vous n’avez pas encore de structure juridique (association, entreprise, etc.), mettre en place une page de projet et indiquer que vous y travaillez le rend immédiatement réel pour ceux qui visitent votre page.
  2. Il faut également publier du contenu régulièrement, et ne pas simplement considérer LinkedIn comme un simple CV accessible par tous : la curation de contenu fait partie de la valorisation de votre activité.
  3. N’hésitez pas également à contacter d’autres professionnels, mais JAMAIS en utilisant des messages généraux qui sont copiés et collés pour tous ! Vous risquez alors de froisser des personnes qui auraient sincèrement pu vous soutenir.
  4. Comme pour tout réseau social, engagez-vous ! Montrez que vous appréciez ce que certains publient quand c’est le cas, et repartagez également le contenu qui vous intéresse : il pourra intéresser d’autres personnes !
  5. Enfin, et évidemment, montrez le sens de ce que vous faites. Votre contenu doit être à la fois personnalisé, mais dans un domaine professionnel bien spécifique : ne publiez pas sur tout, et identifiez les sujets sur lesquels votre activité LinkedIn a du sens.

Pour la question du pur réseau professionnel, plus que celle de l’activité professionnelle en elle-même, LinkedIn peut vraiment rapidement se transformer en un allié de taille. Ne le négligez surtout pas !

… pour aller plus loin : élaborez une ligne éditoriale et une stratégie numérique pour les réseaux sociaux !

En fonction de votre groupe, vous devez élaborer une ligne éditoriale stratégique pour le développement d’un projet de votre choix, en identifiant les destinataires, en faisant de la veille concurrentielle et en proposant un rétroplanning d’évolution dans le développement de l’activité. Vous devez le proposer sur Facebook, Twitter, Instagram ou Linkedin.

Le dossier doit revêtir la forme d’un rapport de préconisation, être présentable (donc pas un document Word tout pourri), et contenir 5 pages environ.

Analyse systémique des phénomènes discursifs et de leurs représentations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search