Linguistique et communication, Vol. 6 : articles, reportages et documentaires

1. L’article et sa structure

Un article de presse, c’est d’abord pouvoir créer du contenu de manière succincte, en présentant un sujet d’information que l’on a choisi parce que l’on estimait qu’il était intéressant, représentatif de ce qui peut toucher et intéresser une population, ou parce qu’il fait partie des grands sujets de société ou des grandes questions. Le choix du sujet est nécessairement subjectif, mais si on essaie de le faire reposer sur des critères objectivables : en tout cas, pour chaque sujet, il peut toujours y avoir débat ou polémique.

L’article en soi n’est pas spécialement difficile à construire du point de vue de la structure : le problème, c’est que l’on est souvent limité en nombre de mots ou de lignes, et qu’il faut donc réussir à concentrer l’information ou garder les éléments d’informations suffisamment importants. Il faut donc trier, ce qui revient à enlever des choses qui peuvent peut-être nous paraître importants dans l’absolu, mais ne sont pas forcément pertinents pour le public de lecteur.

En fonction de votre journal, du type de sujet que vous traitez ou du nombre de mots, qu’il s’agisse d’un blog, d’un véritable journal ou d’un webzine, ce sont les mêmes éléments qui permettent de construire un article :

  1. Le sujet, bien sûr ! Il doit permettre de toucher votre lectorat par rapport à ses centres d’intérêt, ou bien de le sensibiliser à une cause qu’il ne connaissait pas.
  2. Le ton – à choisir en fonction de la ligne éditoriale, du sujet ou bien de votre inspiration du moment. Humoristique, grave, polémique ou descriptif, votre article peut vous permettre toute une palette de styles.
  3. Le titre, qui doit être immédiatement accrocheur, et peut très souvent reposer sur une formule linguistique de type « jeu de mots » ou « appel à référence » afin de donner envie de lire le contenu.
  4. Le contenu : il présente des informations factuelles et un point de vue sur ces informations. En général, la brièveté nécessite de se concentrer sur une formule du type « une phrase = une idée ».
  5. La qualité des questions posées, dans la mesure où vous allez nécessairement porter un point de vue sur le sujet que vous traitez, quel qu’il soit. Il faut donc remettre le sujet en lien avec un contexte de questions plus large.

Attention : le véritable défi de l’écriture de l’article peut être la problématique de la limite du nombre de mots. C’est un exercice qui requiert une pratique assez régulière.

2. L’interview

L’interview est une interaction qui consiste, dans le cas d’une récole d’information publiable, à obtenir des réponses de la part d’individus de manière officielle – ce qui signifie qu’il sera possible de les citer dans l’article. La première chose à faire sera, d’ailleurs, de faire attention à ce que l’on cite correspond bel et bien à ce qui a été dit : avec un smartphone ou un dictaphone, il est possible d’enregistrer l’interview pour éviter les glissements de sens.

Plusieurs méthodes existent pour faire une interview, et elles varient notamment en fonction du sujet ou de l’interlocuteur, ou bien des informations que vous souhaitez récolter. Quoiqu’il en soit, quelques conseils élémentaires sont à respecter :

  1. Renseignez-vous sur la personne que vous interviewez, et faites-le un maximum : biographie, expérience, tout doit y passer. Ne posez pas de question ridicule qui mettrait la personne dans une posture d’agacement, qui introduirait des propos défensifs ou ne lui permettrait pas de souhaiter répondre à vos questions. 
  2. Préparez les sujets traités lors de l’interview, en faisant une veille active. Si vous abordez un sujet et que votre interlocuteur sent que vous n’y connaissez pas grand chose, vos questions manqueront également de qualité et de pertinence. Vous n’aurez donc pas d’information qualitative.
  3. Préparez vos questions : vous devez avoir préparé une structure qui vous permet de conduire l’interview de manière structurée, sans laisser de moment de gêne ou d’incertitude. Il faut prêter une attention particulière à la première et à la dernière question – comme pour une introduction et une conclusion.
  4. Soyez à l’écoute de votre interlocuteur. Si la personne interviewée aborde un sujet qui sort du sujet, recentrez-la avec élégance et politesse : il faut l’accompagner dans le sujet. Si au contraire, elle aborde un sujet annexe passionnant qui sort de votre grille de questions, mais qui peut enrichir considérablement l’article, alors improvisez de nouvelles questions avant de revenir à votre grille.
  5. Soyez certains de ce que vous voulez savoir, dans la mesure où vous devez déjà avoir une idée de la manière dont vous souhaitez traiter le sujet avec votre interlocuteur. Votre posture doit être préparée et assumée, mais vous devez maîtriser le sujet à discuter lors de l’interview.

Evidemment, respectez les règles élémentaires de politesse avec votre interlocuteur : on peut être impertinent et intelligent dans ses questions, sans pour autant être désagréable avec la personne en face de vous. Après tout, c’est grâce à elle que vous allez obtenir les informations qui vous permettront d’écrire un article !

3. L’éditorial

L’éditorial est un exercice très particulier de la rédaction de presse : il consiste à donner un point de vue argumenté sur un sujet de société, en prenant position de manière claire, avec des idées qui s’enchaînent de façon lisible. L’éditorial n’est surtout jamais neutre, et ne prétend pas l’être : tous les grands journaux ont des éditoriaux rédigés dès la première page.

Quoiqu’il en soit, l’éditorial, ou « édito », donne le ton du journal et s’insère dans ce qu’on appelle une ligne éditoriale, plus large, et propre au contenu voulu par l’organe de publication. L’édito repose sur une logique simple :

  1. Il donne un point de vue assumé sur l’actualité, de manière subjective, mais en étant accessible et compréhensible pour le lectorat – le but, c’est de partager ce point de vue.
  2. Ce point de vue est argumenté, c’est-à-dire qu’il se distingue de l’opinion grâce à une structure claire avec plusieurs étapes d’argumentation.
  3. L’édito porte sur un sujet de société et souvent d’actualité, qu’il soit politique, économique, social ou culturel : il permet à l’auteur de positionner le journal de manière claire.
  4. L’édito s’engage dans un débat : en prenant position, l’éditorialiste accepte la contradiction et le jeu du débat démocratique de manière inconditionnelle. C’est précisément là tout son intérêt.
  5. L’édito est en lien avec la stratégie éditoriale du journal, c’est-à-dire que ce n’est pas simplement une aventure en « solo », mais une écriture qui va aussi résonner avec l’équipe de publication et porter une parole.

Evidemment, de nos jours, beaucoup d’éditorialistes ont un peu perdu la notion de partage, d’engagement collectif et de débat démocratique d’un édito. C’est dommage, mais de belles plumes permettent encore malgré tout de voir que cet exercice risqué dispose d’un bel intérêt pour tous !

4. Le reportage

Pour écrire un article, il faut se renseigner sur un sujet. Et parfois, la simple veille ne suffit pas : il faut aller à la recherche d’informations de qualité, essayer de contourner les interdits, et permettre au lectorat d’obtenir de véritables réponses à des questions qui, parfois, se révèlent dérangeantes. Le reportage implique une méthodologie spécifique et une déontologie à toute épreuve.

Si le reportage nécessite évidemment l’enregistrement de preuves ou de pièces, ou bien encore la récolte de témoignage ou encore la captation audio-visuelle, il est réussi à partir du moment où l’on respecte les principes suivants :

  1. On prépare son reportage en se renseignant sur le terrain d’investigation, sur les acteurs que l’on va rencontrer, sur l’état des forces et des avis opposés sur le sujet, ou encore sur les difficultés que l’on risque de rencontrer. Parfois, des sujets anodins permettent de tomber sur de véritables pépites.
  2. On prévoit un emploi du temps précis, sans partir à l’aventure, en prévoyant les témoignages, les interviews ou les enquêtes sur le terrain. Pour qu’un reportage soit réussi, il faut préparer les méthodes qui nous permettront de récolter des éléments de qualité.
  3. Ne partez jamais seul : deux regards sur des informations à récolter valent mieux qu’un seul, surtout quand le sujet est complexe, polémique ou inconnu de vos domaines de spécialité. Croisez les regards permet une récolte maximale d’information de qualité.
  4. Soyez souples et sachez rebondir : le reportage est une expérience totalement anthropologique. Il faut être attentif, s’adapter aux conditions sur le terrain, savoir sortir du cadre que vous vous êtes fixés si vous sentez que vous pouvez obtenir de meilleures informations. Mais revenez toujours à votre sujet !
  5. Retour sur le terrain : parfois, on oublie certains éléments où on se rend compte que ce que l’on avait imaginé nécessite un complément d’enquête ou d’investigation. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à préparer un retour sur le terrain, nécessairement affiné et très spécifique.

Quels que soient les impératifs auxquels vous faites face pendant votre reportage, ne perdez jamais votre sujet de vue et gardez-le en perspective !

… pour aller plus loin : essayez-vous à ces exercices !

Produire un éditorial : sur une page maximum, je prends position sur un sujet de société en me situant dans un débat et en argumentant ma position de manière claire, de sorte à convaincre mon lectorat.

Produire un reportage ou un documentaire : suite à un reportage que j’aurai effectué, en mêlant ce que je souhaite (interviews, observations sur le terrain, veille, lectures), mais toujours en gardant une approche d’enquête et d’investigation, je rédige un article d’une page de qualité journalistique ou je produis un documentaire vidéo.

Produire un rapport de reportage : je propose un sujet de reportage et je le traite à travers une investigation sur le terrain, en recoupant des informations. En deux pages, je produis un rapport qui fait état de ce que j’ai fait pour ce reportage et des actions entreprises pour collecter les informations. Je précise également la nature de ce que j’ai réussi à faire et des difficultés rencontrées.

Analyse systémique des phénomènes discursifs et de leurs représentations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search