Jupiter contre Minerve

Le jeudi 11 juin dernier dans un article du Monde (retranscrit par Les Inrocks), le Président de la République a réussi à accuser le monde universitaire, qui n’en demandait pas tant, d’avoir contribué à la fragmentation de notre société. S’il ne s’agit que d’une formule rhétorique dont le locataire de l’Elysée a le secret, elle mérite pourtant que l’on s’y attarde – ne serait-ce que par respect et déférence pour la qualité des recherches menées en sciences humaines et sociales.

Que les choses soient claires : on ne peut pas accuser un homme politique, fusse-t-il chef d’Etat, de faire commerce des petites phrases (c’est, bien malheureusement, son métier) et de ne pas être lui-même spécialiste de sciences humaines – bien que l’on puisse souhaiter que ses conseillers l’informent, a minima, sur l’état de ces recherches dans le pays qu’il dirige. En revanche, cette affaire met en lumière trois éléments distincts : 1) la place de la recherche dans l’espace public est plus que jamais détériorée ; 2) quelques exemples de travaux sur les discriminations méritent d’être rappelés ; 3) une brève analyse discursive paraît ici nécessaire.

Le cirque et la science

Dans un article éclairant paru à peine quelques heures avant la « sortie » d’Emmanuel Macron, Julien Longhi proposait une analyse intéressante, qui soulignait à la fois la confusion des registres, ainsi que la difficulté à pouvoir proposer une position scientifique médiatisable. Comment, en effet, faire entendre la voix des chercheurs, lorsque ceux-ci se retrouvent dans une disposition hypernarrative où les paroles s’expriment en toute horizontalité – sans distinction de légitimité ou de degré de positionnement ? Que les choses soient claires : le problème n’est pas que les chercheurs puissent être en capacité de dialoguer sur un plateau télé avec des éditorialistes et des politiques – mais le fait que les dispositifs médiatiques proposés ne permettent pas la distinction du degré d’expertise de ceux qui parlent. La recherche serait-elle une opinion comme les autres ? Opinion publique et science sont-elles vouées à se livrer à d’insolubles combats de boue, comme l’analyse l’ouvrage de Bernadette Bensaude-Vincent, paru en 2013 ?

Dans tous les cas, il est difficile d’y voir clair – d’autant plus que le Président de la République semble avoir réussi à orchestrer un clivage néfaste entre sciences dures (celles qui ont conseillé le Chef de l’Etat dans sa gestion du Covid-19) et sciences humaines et sociales (ou « subtiles », voire « molles »), qui peinent à trouver leur place dans l’espace public, comme le souligne Bernard Lahire. Face à des objets sociaux complexes qui commandent la finesse de la nuance, l’espace médiatique a besoin d’opinions tranchées pour mettre en scène des oppositions sociales, économiques et politiques. Réduits à la liquidité de leurs objets, les chercheurs en sciences humaines interrogent, questionnent et postulent à propos de thématiques qui font heureusement réagir tous les citoyens – mais qui méritent un parti pris de la complexité. Une complexité difficile à conjuguer avec le temps politique, et caricaturée jusqu’à l’extrême dans l’espace médiatico-numérique.

Une science des discriminations

Quand le Président de la République s’insurge, de manière simpliste et interlope, à propos des chercheurs qui oseraient étudier les discriminations, il est difficile de savoir de qui il parle exactement. En effet, c’est peu dire que la question des discriminations, sous toutes leurs formes, ont permis de produire des recherches de grande qualité, et ce depuis plusieurs dizaines d’années. Aucune discipline n’est en reste : sociologues, historiens, psychologues, infocomologues, linguistes, politologues, anthropologues, historiens de l’art et philosophes (j’en oublie probablement et prie mes collègues de m’en excuser) s’emparent des ces objets sociaux depuis bon nombre d’années – pas par effet de mode (on ne peut pas dire que les financements pleuvent sur ces questions), ni parce que c’est « sexy », mais parce que la question des vulnérabilités et fragilités sociales mérite que l’on s’y intéresse – ne serait-ce qu’en raison des urgences humanitaires qu’elles provoquent.

Et même si le consensus scientifique voudrait que les chercheurs participent à la constitution de leurs objets de recherche, il serait à la fois flatteur et grave de postuler le fait que les chercheurs créent de toutes pièces des problématiques sociales. Nous ne sommes pas démiurges, fort heureusement, et l’insinuer est injurieux, au regard des objets étudiés et des personnes humaines qui se trouvent directement concernées. Peut-on seulement accuser Laura Calabrese de Marie Veniard d’avoir créé les mots de la migration pour cliver la société ? Insinuerait-on qu’Alexandra Galitzine-Loumpet, pour ne citer qu’elle, aurait inventé les violences dont sont victimes les migrants uniquement par opportunisme ? Soupçonne-t-on Cécile Canut de mettre en avant ses travaux à propos de la situation des populations Rom par pur plaisir ? Nombreuses et nombreux sont les consœurs et les confrères qui travaillent avec les populations, les professionnels et les associations afin de pouvoir situer leurs recherches, structurer avec exigence leur éthique et leur appareil épistémologique afin de faire dialoguer terrain et théorie. Et si les ouvrages et les articles pleuvent, c’est d’abord en raison du caractère impérieux des personnes, des objets et des terrains – non par opportunisme cynique.

Quand Minerve fend le crâne de Jupiter

Difficile de ne pas être estomaqué par ces déclarations, jetées ainsi dans l’espace public avec la légèreté perverse du pompier pyromane. Accuser les chercheurs d’être coupables d’avoir créé les objets qu’ils ne font qu’étudier (si tant est que le terme d' »objets » soit d’ailleurs bienvenu ici), cela reviendrait à accuser des médecins d’avoir créé une maladie simplement parce qu’ils l’ont détectée – ou d’accuser les juges de créer du contentieux, simplement parce que des citoyens saisissent les tribunaux. Cette petite pirouette rhétorique, qui fait par ailleurs très largement écho aux travaux salutaires de Ruth Amossy, montre que plus personne n’est à l’abri de la polémique – et que le plus haut personnage de l’Etat peut s’y adonner, écrasant de par son autorité celles et ceux qui se retrouvent sous le poids de l’accusation.

Ainsi donc, c’est le monde universitaire tout entier qui serait coupable, rien que ça. Nous aurions, chères consœurs et chers confrères, ethnicisé la question sociale et pour quelle raison, déjà ? Parce que c’était un bon filon. De quel filon parle-t-on ? S’il s’agit de subsides, que le locataire de l’Elysée soit rassuré : ce type de sujet ne déchaîne pas vraiment l’excitation des financeurs potentiels, y compris publics. Parle-t-on d’avancement de carrière ? Là aussi, que le Chef de l’Etat dorme tranquille : les horizons concernant les recrutements de maîtres de conférences et de professeurs des universités, surtout en sciences humaines et sociales, ne sont pas vraiment des plus dégagés. Parle-t-on de célébrité ou de visibilité ? Que le Président de la République soit rasséréné : le filon de l’ethnicisation de la question sociale n’a rien de sexy, et on ne peut pas dire que les chercheurs défilent sur les plateaux télé lorsqu’il s’agit d’aborder les questions de discrimination – sujet ontologiquement plus grave, convenons-en, que celui des petites saillies communicationnelles.

La République n’est, de surcroît, pas cassée en deux : elle est en mille morceaux, et il faudra plus que des agitations stériles et puériles pour en recoller quelques-uns. Le Chef de l’Etat serait probablement plus inspiré de s’en alarmer, plutôt que de parler d’un monde auquel il ne connaît rien. S’il avait connu l’exigence d’un parcours disciplinaire universitaire, la rigueur des méthodologies et de la construction des problématiques, ou bien encore le sacerdoce d’années doctorales de plus en plus difficiles à vivre, peut-être aurait-il plus de considérations pour ces femmes et ces hommes qui tentent, avec leurs moyens et leur savoir-faire, de contribuer à la mission passionnelle de la recherche.

Il est à craindre que la migraine fasse dire n’importe quoi à Jupiter, lorsque Minerve lui fend le crâne.

Pour aller plus loin

  • Amossy, Ruth (2014). Apologie de la polémique. Paris : PUF.
  • Benhabib, Seyla (2002). The claims of culture : equality and diversity in the global era. Princeton : Princeton university press.
  • Bensaude-Vincent, Bernadette (2013). L’opinion publique et la science. Paris : La Découverte.
  • Bertheleu, Hélène (2007). « Sens et usages de ‘l’ethnicisation’. Le regard majoritaire sur les rapports sociaux ethniques », Revue européenne des migrations internationales, 23 (2), 7-28.
  • Boucher, Manuel & Belqasmi, Mohamed (2017). « Enquêter sur les migrations et le racisme dans l’intervention sociale : entre engagement et distanciation », Migrations société, 167 (1), 77-90.
  • Calabrese, Laura & Veniard, Marie (2018). Penser les mots, dire la migration. Paris : L’Harmattan.
  • Canut, Cécile (2016). Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires. Paris : Petra.
  • Crenn, Chantal & Kotobi, Laurence (2012). Du point de vue de l’ethnicité : pratiques françaises. Paris : Armand Colin.
  • Galitzine-Loumpet, Alexandra (2018). « Le livre de ‘la jungle de Calais’ : imaginaires et désubjectivations », Journal des anthropologues, 5, 99-127.
  • Hourmant, François, Lalancette, Mireille & Leroux, Pierre (2019). Selfies et stars : Politique et culture de la célébrité en France et en Amérique du Nord. Rennes : PUR.
  • Lahire, Bernard (2017). « Ce que peut la sociologie », The Canadian Review of Sociology, 54 (3), 261-279.
  • Lochak, Danièle (2007).  » Le ‘modèle républicain’ dans le débat public : usages rhétoriques et reconstitution mythique », in Bertrand Badie & Yves Déloye (éds), Le temps de l’État : mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum (398-407). Paris : Fayard.
  • Longhi, Julien (2018). Du discours comme champ au corpus comme terrain. Contribution méthodologique à l’analyse sémantique du discours. Paris : L’Harmattan.
  • Nicolas, Loïc, Ravat, Jérôme & Wagener, Albin (2020). La valeur du désaccord. Paris : Editions de la Sorbonne.
  • Paveau, Marie-Anne (2009). « Chronique ‘linguistique’. Peut-on dire n’importe quoi ? Langage et morale », Le français aujourd’hui, 167 (4), 105-113.
  • Wagener, Albin (2020). « Hypernarrativity, storytelling, and the relativity of truth : digital semiotics of communication and interaction », Postdigital science and education, 2, 147-169.

3 réflexions sur « Jupiter contre Minerve »

  1. Merci pour cet article documenté et inspirant. En tant qu’enseignant à l’université ayant fait du bénévolat auprès des Roms, des migrants et des SDF, je vois bien que votre réflexion dit vrai. Merci d’avoir le courage de défendre les plus fragiles en dévoilant au grand jour les injustices dont ils sont victimes !

  2. OK, Macron ne comprend et ne comprendra rien des enjeux de la recherche en sciences sociales et a choisi de déféquer verbalement sur votre honnêteté intellectuelle pour nourrir on ne sait quelle stratégie de communication, au moins pour se faire mousser et faire monter la mayonnaise.

    Bref ! En communication, je pense que la concision est une vertu.

    Je souhaite que vous pourrez lui asséner une gifle verbale tout aussi convaicante que votre article quand de mon côté, je ne manquerai pas de verbaliser mon opinion sur les propos d’un Président qui se paie de mots en tentant vainement de donner de l’épaisseur à sa petite personne.

    Quant à ce « Jupiter » (suivez mon regard), il n’est que sorti du trou du cul de la finance.

    PS :  » … avoir réussi à orchestré … » -> orchestrer

    Bien à vous, et continuez à l’ouvrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.