La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf

Pendant ces dernières heures, j’ai pris le temps de tenter une approche purement « comptable » (urgh) concernant la fameuse et néanmoins ridicule polémique à propos de la supposée « gangrène islamogauchiste » qui serait à l’œuvre au sein de nos respectables universités. Ce billet de recherche sera simple, et je vais d’abord dire ce qu’il n’est pas, suite aux quelques échanges bienveillants que j’ai pu avoir avec certain.e.s collègues qui auront le plaisir de se reconnaître – et je les remercie d’ailleurs sincèrement pour leurs remarques.

Disclaimer, donc (comme on dit en bon français) : cette mini-étude n’a pas pour vocation à consolider les arguments des pourfendeurs de l’islamogauchisme. Il part simplement de l’expression « gangrène » et tend à leur montrer, chiffres à l’appui, qu’on est très très loin d’une explosion de ces concepts qu’ils ne maîtrisent pas (comme « intersectionnalité » ou « décolonial », qui renvoient par exemple tous deux à des positionnements épistémologiques et des fondements théoriques bien précis, n’en déplaisent à ceux qui sont trop fainéants pour n’y voir qu’une bouillasse méprisable, là où se trouve un champ d’intérêt extrêmement fécond et inspirant). En gros, l’idée n’est pas de dire « ne vous alarmez pas, confrères conservateurs, c’est en fait une idéologie marginale« , mais plutôt de dire « 1. il n’y a pas d’idéologie, mais de la recherche et 2. si on s’amusait à la compter, on obtient des résultats ridicules qui n’autorisent ni vos invectives, ni votre inculture sur ces sujets ».

Et au passage, la grenouille dans le titre (pour être clair), ce sont bien ceux qui accusent l’université de dérives idéologiques. Spoiler : tout est idéologie de toute manière puisque tout peut être politique, et tous les corps de métier sont d’ailleurs traversés par des expériences militantes – et heureusement, c’est ça la démocratie ! Il y a autant de militantisme possible à l’université que dans la culture, le milieu associatif, le journalisme et même (mais si si si) le monde de l’entreprise. Donc cessons d’agiter des fantômes pour nous faire peur, et surtout cessons les chasses aux sorcières qui visent précisément les universitaires – les régimes qui organisent cela n’ont rien de démocratique, et ma crainte principale se loge bien là, d’ailleurs. Ma démarche est donc la suivante : vous voulez du sérieux ? On va faire la base de la démarche scientifique : regarder les faits et compter. Cela ne devrait pas être si compliqué que cela, tout le monde peut suivre.

Those Are Rookie Numbers | Know Your Meme

Je l’exprime ici, en tant que chercheur : ce que des esprits mal intentionnés et peu curieux nomment « islamogauchisme » constitue un ensemble d’études interdisciplinaires que je vous encourage à aller explorer, au moins par pure curiosité intellectuelle – comme je m’évertue, autant que faire ce peut, à lire un maximum d’approches variées. C’est tout le principe de la recherche. Pour pouvoir effectuer mon étude arithmétique, j’ai choisi d’utiliser quelques mots-clé souvent réexploités pour accuser les universitaires d’islamogauchisme : « décolonial », « intersectionnel », « intersectionnalité », « racisé », « racialisé » – puis, pour la blague, « islamogauchisme » et « islamogauchiste ». Je suis donc allé voir ce que nous donnaient 4 des moteurs de recherche scientifiques les plus utilisés : theses.fr et HAL pour la partie générale, puis CAIRN et Open Edition pour la partie plus directement dédiée aux sciences humaines.

Pourquoi les sciences humaines et pas la sociologie, arguera l’esprit pingre ? Parce que les études dites intersectionnelles ou décoloniales occupent en fait un champ interdisciplinaire très vaste : on y retrouve les études anglophones, la sociologie, la géographie, la démographie, le droit, les sciences du langage, la philosophie, l’anthropologie, les sciences de l’information et de la communication, l’économie, la psychologie, les études littéraires ou encore les arts. Bref, inutile de taper comme un sourd sur cette pauvre sociologie qui se donne pourtant beaucoup de mal (avec des moyens dérisoires) pour comprendre la société qui nous entoure. Nous autres, scientifiques des SHS, sommes donc toutes et tous coupables, rassurez-vous. Et pourquoi, comme on me l’a demandé, ne pas inclure les expressions « gender studies » ou « écriture inclusive » ? Parce que faut pas non plus exagérer : faites donc une liste de toutes les notions de sciences humaines que vous ne comprenez pas et que donc, par définition, il faudrait arrêter d’étudier, et ça sera plus simple. Et si vous ne comprenez pas pourquoi « race », « postcolonial » ou « islam » n’y figurent pas, j’ai des réponses, mais elles ne sont pas dignes d’un carnet de recherche.

Voici donc la première partie de cette rapide étude : elle est assez simple, puisqu’elle donne des données plutôt brutes. Pour chaque portail dédié à l’archivage des publications scientifiques, il s’est agi de rentrer simplement les mots-clé pour une simple recherche, puis de les transformer en pourcentage par rapport au total de publications répertoriées. De ce point de vue, on est loin du calcul statistique complexe (je rappelle à mon lectorat que je suis linguiste, que j’ai fait un Bac L à l’époque, et que je fais ce que je peux pour ne pas sombrer). Mais comme les pourfendeurs de l’islamogauchisme brandissent souvent la neutralité de la raison face à des chercheur.e.s qui, selon eux, auraient succombé à l’idéologie et à l’émotion, alors chiche : voici des chiffres, soit les représentants les plus aboutis du mythe de la prétendue neutralité scientifique et de l’objectivité rationnelle. Mieux : des données, de la data. Et le tout dans une infographie avec des couleurs et des dessins.

Premier à passer sur le grill d’un simple comptage, le portail HAL répertorie un ensemble plutôt impressionnant de références scientifiques déposées. Toutes disciplines confondues, on arrive à un pourcentage excessivement faible concernant les mots-clés proposés. Ironie du sort : la seule publication qui sort lorsqu’on rentre le terme « islamogauchiste » est celle de Pierre-André Taguieff, à qui l’on attribue souvent à tort la naissance de cette expression bien connue des milieux d’extrême-droite (il n’en reste pas moins qu’il a largement participé à sa popularisation et à sa normalisation médiatique, sans être lui-même d’ailleurs sympathisant des milieux d’extrême-droite – je tiens ici à le préciser, avant qu’on ne m’accuse de manœuvre diffamatoire). Il convient également de signaler qu’on retrouve également dans ces publications des travaux qui critiquent justement les études décoloniales et intersectionnelles, ce qui fait monter artificiellement les chiffres – sans compter le fait que certaines publications cumulent plusieurs de ces mots-clés. Bref, pour le dire vite : ce pourcentage de 0,038 % est donc probablement surévalué.

Sur Theses.fr, on remarque une légère augmentation des résultats en terme de pourcentages. Il faut dire ici, de surcroît, que le portail doctoral en question répertorie à la fois les thèses soutenues et les thèses démarrées, ce qui fait que là aussi, on se retrouve avec un cumul de travaux qui n’en sont pas tous au même stade – ce qui est à la fois heureux et bien normal, quand on connaît le processus doctoral, ses exigences et ses coups du sort. Quoiqu’il arrive, vous me direz (et vous aurez raison) que c’est bien gentil de mélanger des concepts de sciences humaines à des thèses de médecine ou de biologie moléculaire, mais qu’il faut être un peu sérieux – et que si pluridisciplinarité il y a, il faut donc aller regarder plus précisément du côté des domaines de recherche concernés. Je suis entièrement d’accord, donc allons-y.

Et là, pas de surprise : sur CAIRN comme sur Open Edition, qui totalisent tous deux une masse non négligeable de publications répertoriées et accessibles pour les adeptes des sciences dites « molles » ou « subtiles », évidemment, le pourcentage augmente. Mais vous l’aurez remarqué : le pourcentage sur le total de publications répertoriées est très très loin d’être significatif, tout au contraire : on reste aux alentours des 2%, ce qui montre la faible représentativité des études décoloniales ou intersectionnelles. Et là, autre contre-argument : mais c’est facile de prendre le nombre de publications sur le total ! Evidemment, en 1992, on n’utilisait probablement pas ces notions en France ! Tout juste : attardons-nous donc sur l’évolution de ces mots-clé depuis 2011, histoire d’avoir une représentativité plus fine sur le total de publications. Mais même là, il faut se rendre à l’évidence : on est loin d’une écrasante hégémonie des études intersectionnelles, par exemple.

CAIRN ne figure pas dans les résultats, tout simplement parce que son moteur de recherche ne permet pas de faire émerger des résultats annuels – sinon je l’aurais fait. Mais déjà, avec HAL, Theses.fr et Open Edition, on remarque les mots-clé incriminés sont bel et bien en augmentation depuis 2011, mais qu’ils rencontrent aussi un certain tassement depuis deux ans – ce qui est à vrai dire plutôt inquiétant, car cela souligne le retard de la France sur des questions de recherche qui sont assez largement investies ailleurs dans le monde (et pas qu’aux Etats-Unis, le grand Satan des néoréacs français) – sans pour autant que cela soit d’ailleurs associé à des postures militantes. Cela étant, le tassement de ces mots-clés depuis 2011 n’a de sens que si on regarde leur pourcentage total par rapport à l’évolution de l’ensemble des publications sur les portails en question. Regardons un peu.

Les accusateurs d’islamogauchisme pourront se réjouir et pointer du doigt une tendance à la hausse ; cela dit, on remarque une dynamique différente en fonction du portail. Là où le nombre de thèses marque une augmentation qui reste régulière, par exemple, on ne peut que constater la faiblesse des pourcentages par an. C’est sur Open Edition que ce type de courbe reste le plus intéressant à analyser : on voit une évolution croissante, bien que timide, de l’intérêt pour les sujets que permettent d’analyser les études intersectionnelles et décoloniales, quelle que soit la discipline d’ancrage. Mais attention aussi : sur Open Edition, on se bat à coups de revues scientifiques notamment, et en regardant sur ce portail, vous trouverez une évolution nette des publications scientifiques qui critiquent en fait les études décoloniales et intersectionnelles – en d’autres termes, l’augmentation de publication n’est pas tant dû à l’ancrage épistémologique dans ces champs, mais aux débats interdisciplinaires qui surgissent en raison de leurs méthodes ou de leurs concepts. En bref, cette évolution montre plus une vitalité des débats (tiens tiens) qu’une homogénéisation des épistémologies et des méthodologies.

Que dire après tout cela ? Qu’avant de juger un terme sur de simples rumeurs colportées sur une chaîne de télé trop racoleuse ou un réseau social trop électrique, il suffit d’aller lire. Parce que lire reste encore la meilleure réponse à apporter à l’ignorance, aux idées reçues, aux raccourcis commodes, aux paresses intellectuelles ou aux ignorances légitimes. Ne pas savoir, ce n’est pas grave : nous sommes toutes et tous ignares sur bien des sujets. Ne pas savoir et prétendre que l’on a pas besoin de savoir pour se faire une idée, c’est non seulement bête à manger du foin et dommage en général, mais c’est surtout dangereux pour nos fragiles régimes démocratiques – et surtout pour l’indépendance de la recherche. Au final, on a le droit de questionner, de débattre et de discuter autour de ces questions (et encore heureux) : mais faisons-le dignement.

PS : Au passage, ce n’est plus la peine de commander une étude au CNRS concernant l’islamogauchisme, du coup.

PS bis : Vous avez le droit de ne pas être d’accord avec ma démarche, bien entendu. Depuis la première publication de cette mini-étude sur Twitter, j’ai eu quelques messages un peu vifs : ceux qui disent que l’islamogauchisme n’aiment pas mes chiffres et m’accusent de ne pas mesurer « l’impact » par exemple, ou encore de ne pas vouloir voir la réalité derrière les chiffres (???). Et celles et ceux qui pensent qu’il ne faut pas donner du grain à moudre avec des chiffres. J’ai envie de répondre que dans ce genre de situation, il peut y avoir une pluralité de méthodes et de démarches, et que rien ne leur empêche de concorder à des moments opportuns. En tout cas, c’est ma modeste contribution, et ma modeste démarche.


2 réflexions sur « La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf »

  1. Bonjour,

    Merci pour cette étude que je cherchais depuis longtemps !

    Cela donne de bons arguments pour dire qu’en effet il n’y a pas une telle « vague » en France.

    Mais elle n’est qu’en devenir. L’essai de Heinich avait pour but d’alerter, et je pense qu’elle a raison. Car les chercheurs ne restent pas cantonné à la littérature de leur pays mais vont chercher la littérature nord-américaine qui elle foisonne.

    Si on fait une simple recherche avec « gender studies » (avec google scholar mais en utilisant Harzing), il y a au moins 1000 références (je n’ai pas pu aller plus loin puisque ça s’arrête à 1000!).

    D’autre part, il ne faudrait pas ignorer trop longtemps le pouvoir des idées qui circulent en-dehors des articles scientifiques, et notamment sur les réseaux sociaux où nombreux sont les militants de pacotilles effectivement complètement submergés par leurs émotions et leurs postures victimistes. Une simple étude psychosociologique démontrerait qu’il y a un vrai problème de société. Mais curieusement la sociologie n’a pas l’air d’étudier la diffusion de cette idée et les changements sociaux que ça entraîne (une approche processuelle par exemple?) pour se concentrer principalement sur la « structuration » de celle-ci et faire valoir le nouvel transhumain cyborg.

    Ben oui, on est contre le capitalisme, mais quand il s’agit de se faire greffer un nouveau sexe, on est un peu coincé, il faut aussi souscrire à l’idéologie transhumaniste et progressiste de la Silicon Valley! Ca tombe bien, c’est un combo en fait, c’est exactement le même monde du progrès, celui des technosciences.

    J’aimerais aussi que les chercheurs français se positionnent clairement sur ce qu’il se passe en Amérique du Nord et les dérives d’Evergreen. Mais curieusement, là aussi, on active le mode autruche.

    Enfin, bien que j’entretiens un rapport ambivalent avec Fassin, il a déjà tout écrit en 2006 du conflit civilisationnel que provoque cette « démocratisation sexuelle ». Il explique bien qu’elle évacue toute transcendance, et en tant que point de vue sur le monde, je ne peux évidemment pas souscrire à cela, car nous devons être dans l’inclusion de la transcendance (ah tiens, pourtant on se dit inclusif ? Ah oui, mais juste d’une certaine catégorie de personnes ; les LGBT!).

    Point de vue sur le monde dont la vocation n’est ni plus ni moins de se répandre comme le capitalisme, dans un mouvement universel (mais où sont donc les particularismes et les relativismes chers aux sciences sociales?), et va en plus se confondre avec. La sociologie ferait bien de se documenter sur les épistémologies des suds et comprendre que le relativisme radical est le futur, puisque la pensée des pays du sud est aussi colonisée par les productions académiques de l’occident (De Sousa Santos, De Castro entre autres). Par conséquent, le modèle SJW serait l’équivalent d’une colonisation épistémique dans les pays du sud ! OUPS !

    Le clivage n’est plus celui d’antan (capitaliste/anticapitaliste), le clivage actuel est celui de la modernité-progressisme-capitalisme VS tradition-conservation. Ma position est qu’il faut trouver un juste milieu, et ce sont pas les freaks transgenres complètement modernes et « fiers » de leur sexualité qui vont me convaincre qu’on est dans la fine fleur civilisationnelle. Et je le dis en tant que lesbienne qui a toujours regardé ces chars du mois de mai avec défiance et incompréhension de cette ostentation libidineuse.

    La question de la sexualité ne devrait pas être l’élément principal représentatif de notre identité, et peut-être que les questions que devraient se poser les psychosociologues est : Mais pourquoi leur identité (leur être-au-monde) est basée principalement sur la représentation de leur corps en société et par la manière dont ils se la construisent ? Du nombrilisme qui va parfaitement avec la tendance à l’individualisme, au libertarianisme (qui est très américain!), on va construire un système de pensée qui se place bien au-delà de la « nature », pour concevoir nos corps d’une manière artificielle, et pour ce faire, il faut se prosterner devant les technosciences! Vous êtes en train de vous faire avaler tout cru, c’est une vraie colonisation de la pensée américaine qui ne correspond pas du tout à nos cadres civilisationnels à nous initialement.

    Dans l’idée, c’est intéressant, il s’agit peut-être de devenir des sujets autonomes qui forment leur propre manière d’être au-delà des conventions sociales, le but étant de s’émanciper de la domination. C’est courageux comme posture, mais c’est aussi une forme de provocation : tu veux jouer le freak sur la place publique (combo tatouage, cheveux bleu, baisers ostentatoires), évidemment que tu vas ramasser si tu joues au fier. Le principe d’une société c’est qu’une identité n’a pas vocation à supplanter et à se démarquer du collectif, on vit son identité et sa sexualité en privé. En société, on doit aligner nos subjectivités et nos différences pour avancer ensemble, ça passe effectivement par une forme « d’effacement » de sa singularité qui permet de mieux communiquer. Imposer sa différence avec ostentation, c’est juste de la violence symbolique. Je me demande donc où est la fécondité de ce champ académique vu ce que ça produit dans le « Réel » ?

    Il y a aussi ce drôle de comportement qui vise à choisir son genre, ses pronoms etc. Donc là on est clairement dans la négation de la filiation donnée par les parents, principe qui régit nos sociétés depuis des millénaires, et occultation du symbole du sexe. En fait, le symbolique et le transcendant sont des gros mots, évacués du logiciel. N’espérez donc pas que ce caprice individuel se répande dans toute la société avec acceptation puisqu’une bonne partie des français ont encore cette intelligence de la transcendance.

    D’autre part, l’idée est de sortir des catégories de dualité, mais c’est pour mieux créer de nouvelles catégories qui participent à complexifier à outrance et donc à brouiller complètement les pistes. Déjà que la dualité c’était compliqué, mais avec la multiplicité, c’est encore pire. N’avez-vous pas pensé à l’Unité ? Moi j’aurais plutôt développé une stratégie qui vise à faire accepter la non-binarité, c’est-à-dire un accord entre sa part féminine et masculine, d’autant plus que cela peut dialoguer avec cette question de la transcendance où le but est aussi de trouver l’unité. Dans la spiritualité, les catégories féminines et masculines sont fondamentales, elles permettent d’avoir un regard très intéressants sur le monde, mais comme vous évincez le registre symbolique, c’est compliqué à comprendre.

    Par conséquent, la stratégie est particulièrement mauvaise et va à l’encontre de ce qui est recherché : vivre sa différence tranquillement sans hystériser, juste être accepté dans l’espace public. C’est sans compter ces nombreuses personnes qui sont dans l’affichage et quasiment la provocation : elles ne rendent absolument pas service à l’ensemble de la communauté LGBT. Le soulèvement des partisans de la manif pour tous vient en partie de l’intense lobbying qui a été mené par les LGBTs notamment sur les réseaux sociaux.

    Et si on parle de réseaux sociaux, ce qu’il s’y passe est dramatique. Nous aboutissons à une société où le dialogue est rompu. Les échanges sont particulièrement difficiles, les procès d’intention sont légions. Et on reconnait un militant SJW à ça : « Va t’éduquer, Bourdieu, de Beauvoir, blabla ». On pourrait récolter des milliers de verbatims qui montrent une même structuration de la pensée, des mêmes logiques conversationnelles, une forme de violence symbolique très importante. Et je ne parle pas des groupes de type « Neurchis » qui accueillent des milliers de personnes et dont les administrateurs sont capables de bannir quelqu’un pour un LIKE SUR UNE PUBLICATION. Administrateurs qui sont dans la logique de la purge des ennemis de La Pensée, même si ces ennemis tentent d’avoir des conversations intelligentes (j’en ai fait les frais).

    Bref, ce serait chouette de faire aussi votre auto-critique et un état des lieux d’où vous en êtes idéologiquement, parce que les cadres épistémiques de la logique sjw sont complètement antinomiques avec les cadres français initiaux (oui, je connais l’historique Derrida & compagnie – la reprise des américains a fait beaucoup de mal). Nous aussi on se fait coloniser par la pensée américaine, et les petits cheffaillons de la Silicon Valley se frottent les mains.

    Et je suis preneuse de références récentes (même très orientées dans votre sens) qui traitent de ces questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.