COP 26 : une urgence sans conséquences

Du 1er au 12 (en fait, au 13) novembre, la 26ème COP consacrée au climat et à ses bouleversements a réuni chefs d’Etat, lobbys industriels, militant.e.s, activistes et autres personnalités notables à Glasgow, en Ecosse.

La presse et les politiques sont quasiment unanimes : cette COP, présentée comme celle de la dernière chance, est perçue comme un échec cuisant, dans la mesure où elle ne propose aucun plan d’action clair et engageant pour les Etats afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pire encore, l’objectif des 1,5°C de réchauffement, inscrit dans l’accord de Paris, est désormais hors de portée et se retrouve littéralement dynamité par ce sommet international qui risque de rester dans les annales comme un pic remarquable de cynisme, de trahison des engagements et d’inefficacité assumée des parties prenantes.

Mais au-delà de ce commentaire, encore faut-il regarder exactement ce que contient l’accord final signé par les parties prenantes. Cette étude se propose de le faire.

Le texte est la version avancée, rédigée en anglais (langue de la diplomatie de la COP 26), qui est donc la langue originale de l’accord. D’autres versions seront bien sûr disponibles dans d’autres langues, mais il semble pertinent de prendre pour source le texte original, dans sa langue de rédaction première.

Les outils utilisés sont les suivants :

  • Iramuteq (pour l’analyse des réseaux de sens et classes thématiques et argumentatives)
  • Tropes (pour l’analyse des champs lexicaux)
  • Gephi (pour visualiser les résultats de Tropes)
  • Visual Tools (pour compléter l’analyse lexicale)

Ces outils sont tous gratuits, téléchargeables ou utilisables sur des sites dédiés. D’autres logiciels encore peuvent être utilisés bien évidemment, mais la proposition ici est de proposer une analyse qui s’appuie sur un outillage accessible à toutes et à tous.

S’il y a beaucoup de choses à dire sur le contenu de cet accord, une chose est claire : il n’y a pas de plan d’actions. Mais finalement, le fait qu’il n’y ait aucune réponse concrète à la détresse des populations les plus fragiles (qui sont pourtant bien mentionnées dans le texte – mais uniquement mentionnées) n’est que la partie émergée de l’iceberg.

L’analyse outillée de l’accord de Glasgow met surtout en lumière la cause de cette absence de mesure : la persistance parfaitement assumée du modèle extractiviste et capitaliste, pourtant intégralement responsable du changement climatique, comme seule solution.

Ainsi, les incitations aux investissements bancaires ou aux compensations financières sont clairement indiquées – des incitations qui permettent de faire tourner une sorte d’économie de la catastrophe climatique. Ainsi, plutôt que de faire en sorte de remettre en question le modèle dominant et de proposer des solutions de sobriété, le solutionnisme technologique est désigné comme seule porte de sortie pour répondre aux enjeux.

(et je termine avec quatre mèmes – variations sur le même thème, histoire de trouver un brin de distraction dans cette sombre histoire).



Citer ce billet
Albin Wagener (2021, 15 novembre). COP 26 : une urgence sans conséquences. Systèmes et discours. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/umyp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.