Tous les articles par Albin Wagener

Radicalisation des mouvements écologistes ?

Le mardi 5 décembre à Toulouse aura lieu une journée d’études au sujet de la radicalisation des mouvements écologistes, co-organisée par plusieurs laboratoires, sous la houlette de Caroline Guibet Lafaye (LISST), Laure Teulières (FRAMESPA) et Julien Weisbein (LASSP).

Une question interdisciplinaire particulièrement vive, notamment en pleine COP28, qui permettra de croiser Histoire, Sciences politiques, Sciences du langage, Anthropologie et Droit. Merci aux collègues qui ont pris l’initiative d’organiser ce moment !

L’écologie dans le potage

Le vendredi 14 octobre 2022, deux militantes du groupe Just Stop Oil ont effectué une action activiste remarquée, en aspergeant de soupe à la tomate Heinz le célèbre tableau « Tournesols » de Vincent Van Gogh, qui était exposé à la National Gallery à Londres. Dans le contexte britannique, cette action s’inscrit dans une tradition de happenings activistes en contexte muséal, qu’il s’agisse de dénoncer politiquement les liens entre musées et régimes autoritaires (par le biais de donations de compagnies pétrolières) ou, récemment, de montrer que l’art sera mis en danger par le réchauffement climatique.

Quelques jours plutôt, le 5 octobre 2022, un touriste états-unien quinquagénaire, fâché de ne pas pouvoir obtenir d’audience avec le pape François, avait volontairement détruit deux bustes du musée Chiaramonti au Vatican – une destruction authentique d’œuvres d’art cette fois, sans que cette anecdote ne devienne un événement médiatique et ne déclenche de torrents d’indignation. La simple demande de déboulonnage de certaines statues avait pourtant provoqué beaucoup plus de fureur dans l’espace public.

De premières questions peuvent alors être posées, sobrement : pourquoi sommes-nous moins choquées lorsque des œuvres sont vraiment détruites, et plus choquées lorsque la dégradation d’œuvres est fausse ou mise en scène ? Pourquoi sommes-nous plus choquées lorsque ce sont deux jeunes femmes qui s’en prennent à l’art, et moins interpellés lorsque c’est un vieil homme blanc ? Pourquoi sommes-nous moins choqués par un caprice brutal et idiot que par une action visant à sensibiliser à la cause climatique ?

Mais revenons à l’action des militantes de Just Stop Oil. Tout d’abord, ce courant d’activisme muséal n’est pas nouveau en Grande-Bretagne, et s’inscrit plus largement dans une culture du happening, parfois à la limite du punk, qui permet à l’activisme d’être rendu visible et audible. En outre, ce courant reprend par ailleurs les codes de certains mouvements artistiques qui, eux-mêmes, s’installaient dans une contre-culture de la dénonciation. Mais voilà, en France, cette action a déclenché un torrent de haine dans les médias et sur les réseaux sociaux – y compris de la part de personnalités engagées pour la cause climatique, comme François Gémenne ou Hugo Clément.

Cette indignation est particulièrement éclairante, dans la mesure où elle dessine, au sein même des acteurs de l’écologie politique et militante, une frontière entre une écologie radicale, désireuse d’utiliser tous les moyens à se disposition pour se faire entendre, et une écologie « classique » (ou « embourgeoisée », si on voulait aller plus loin), qui estime que l’activisme doit s’adapter à la société pour produire des messages capables d’atteindre le grand public (y compris lorsque ce même grand public est à la fois sensible à la cause, mais rétif aux changements nécessaires pour y répondre).

Au-delà de ce contexte, des opinions et des réactions à chaud, un rapide petit exercice d’analyse de discours peut peut-être permettre d’isoler les différents narratifs/discours/récits qui s’entrechoquent dans cet épisode médiatique, et qui s’entrechoquent souvent avec fracas. Alors que le scientifique de la NASA Peter Kalmus reprend le slogan selon lequel « there is no art on a dead planet (il n’y a pas d’art sur une planète morte) », d’autres exigent des activistes qu’ils rentrent dans des codes plus policés (tout comme le font également les partis conservateurs).

De quoi parle-t-on au juste ? Quels sont les grands ensembles discursifs qui s’entrechoquent ? Voici ce qu’on peut en dire, avant d’approfondir :

  • Cette action militante interpelle d’abord notre vision patrimonialisée des œuvres d’art, dans sa version « classiciste », souvent très éloignée de l’action de la création elle-même ou des désirs et ambitions des artistes, comme le rappellent les travaux de Gerard Corsane.
  • Ces représentations percutent de plein fouet celles que nous avons de l’activisme ou du militantisme (au sens large, y compris écologiste), avec des répertoires d’actions, des imaginaires sur ce que doit être une lutte, et une dimension historique et sociale.
  • Les représentations, souvent basées sur des impressions hésitantes plutôt que sur des faits, concernant ce qu’attendrait le grand public pour être sensibilisé à la cause climatique ; le plus souvent, il existe une doxa qui voudrait que l’écologie ne saurait être radicale pour convaincre, notamment concernant le changement climatique, alors que plusieurs travaux scientifiques montrent pourtant l’inverse.

Commençons par notre représentation de l’art. Il convient ici de noter que les discours à propos de l’art recouvrent plusieurs dimensions, que nous avons l’habitude de confondre : il existe en effet de réelles différences entre nos représentations de l’art classique, de la création artistique, des artistes, de l’art muséographié ou patrimonialisé, de certaines œuvres ou encore de la culture. Si, par exemple, ces mêmes militantes avaient jeté de la soupe à la tomate sur des œuvres d’art contemporain dans un squat berlinois, il y a fort à parier que leur action n’aurait pas eu le même éclat. Or on touche ici à notre propension à considérer l’art, ou du moins certaines œuvres d’art, comme sacré (en tout cas lorsque certaines œuvres entrent au panthéon du patrimoine culturel commun), ce qui fait écho aux travaux de Bernard Lahire.

Cette représentation est bien souvent déconnectée à la fois de l’aspect profondément spéculatif du marché de l’art (les Tournesols de Van Gogh sont estimées à une somme astronomique), et de la réalité de la vie des artistes, souvent morts dans le dénuement (c’est le cas de Van Gogh), et dont le combat aura souvent été de précisément produire des créations artistiques qui avaient pour objet de s’opposer à des stéréotypes dominant sur l’art – pour reprendre les travaux de Pierre Grégory et Jean-Pierre Daviet. A partir du moment où une œuvre entre dans un canon, elle est d’une certaine manière subtilisée à son auteur, au mépris de ses intentions, et se retrouve aspirée par une logique capitaliste d’embourgeoisement. Bien évidemment, les musées permettent au grand public d’apprécier des œuvres, et on peut les apprécier sans adhérer à la logique que je viens de décrire, cela va sans dire ; il n’empêche que c’est bien cette logique qui est à l’œuvre ici, y compris en contexte muséal et patrimonial, et y compris lorsque le grand public est convié à participer à la diffusion des œuvres d’art.

Venons-en au militantisme, et notamment au militantisme radical. Tout d’abord, la définition de la radicalité change en fonction des sujets et des époques ; on se souvient par exemple de l’extrême violence avec laquelle les premières actions des Femen avaient été perçue dans le grand public et dans les médias, comme le rappelle Christine Bard, ou encore des controverses autour des happening d’Extinction Rebellion, comme le montre Deepa Shah. De ce point de vue, James D. Patterson II et Myria Watkins Allen remarquent que l’activisme écologique se retrouve finalement face aux mêmes types de discussions. En d’autres termes, l’espace public s’attend à certains répertoires d’actions et s’y habitue parfois, ce qui pousse les collectifs militants à inventer de nouvelles incarnations.

Lorsque Greenpeace s’introduit dans des centrales nucléaires par exemple, c’est pour provoquer une sensibilisation par rapport aux failles sécuritaires de ces installations, et donc stimuler l’imaginaire du danger du nucléaire pour rallier certaines franges du grand public à leur cause. Est-ce radical pour autant ? Qu’est-ce qui est radical, à partir du moment où une écrasante majorité des organisations militantes plaide pour la non violence, et que seuls des biens matériels se retrouvent non pas détruits, mais simplement temporairement altérés ? On est en droit de se poser cette question, lorsqu’on se souvient de réactions médiatiques totalement démesurées concernant l’action d’Attac qui n’avait fait que tagger les vitrines de la Samaritaine, pour protester contre les investissements de Bernard Arnault.

Dans un cas donc, écrire à la peinture sur des vitrines peut être considéré comme trop radical – difficile de ne pas y voir une offuscation embourgeoisée concernant quelque chose qui peut être tout simplement nettoyé et rendu « présentable au public » quelques heures plus tard. Si peindre une vitrine est radical, alors jeter de la soupe à la tomate sur une vitre qui protège un tableau l’est probablement tout autant. Il est d’ailleurs symboliquement interrogeant de voir que ce sont à chaque fois des vitres, donc des dispositifs qui séparent deux mondes ou deux espaces, qui provoquent autant d’indignation lorsqu’elles sont au centre des actions. Des chercheurs bien plus avisés que moi y verraient sans doute une symbolique particulièrement intéressante.

Dans le cas qui a secoué l’opinion publique, et qui aurait probablement amusé Vincent Van Gogh, beaucoup de réactions ont souligné le fait qu’il n’y avait aucun rapport entre l’art et le changement climatique, et que s’attaquer au premier n’allait rien faire bouger pour le second. C’est, à mon avis, se tromper de cadre d’analyse, pour plusieurs raisons :

  • D’abord, il ne s’agit pas ici d’art, mais d’une œuvre exposée dans un musée britannique (musées britanniques dont le financement repose souvent sur des investissements d’entreprises climaticides, détail qui n’échappe jamais aux activistes et qui ne devrait pas nous échapper non plus) ;
  • Ensuite, on peut effectivement se dire qu’il y a une interpellation sur la vacuité de nos sociétés humaines, et sur le fait que nous continuons nos vies comme si de rien n’était, en fonçant droit dans le mur : dans ce cas de figure, mettre en scène une dégradation d’une partie du patrimoine humain met effectivement en exergue le fait que sans s’attaquer frontalement à l’inaction climatique, tout cela disparaîtra ;
  • Pour finir, malgré ce lien, il me semble que le rapport entre l’œuvre de Van Gogh et le changement climatique n’a aucun intérêt. Pour aller plus loin, je dirais même que cette absurdité devrait nous interpeller, précisément parce que l’inaction climatique est profondément absurde et nous met face à des décisions politiques chaque jour de plus en plus grotesques et infiniment plus violentes que de la soupe à la tomate sur une vitre.

Quoiqu’il en soit, les deux militantes ont réussi à faire parler de leur action, à interpeller, à interroger et à indigner – donc à polariser le débat public et à provoquer du débat, ce qui est, fort heureusement, l’une des forces de l’espace démocratique.

Le 11 octobre 2022, c’était l’économiste Julia Steinberger, membre du GIEC, qui était arrêtée lors d’une action pour sensibiliser à la cause climatique. Que dire lorsque les scientifiques se retrouvent à bout de souffle et ne savent plus comment faire pour sensibiliser l’opinion publique, les médias et la classe politique ? Que faire quand les rapports et les chiffres ne suffisent plus ? Que faire, mis à part produire encore et encore plus de rapports et de beaux graphiques qui finiront dans les tiroirs des ministères, noyés par le brouhaha général et couverts par les ricanements d’une industrie climaticide qui souhaite juste accélérer la hausse des profits à tirer de tout cela, avant que le système ne se grippe ?

Il y a autre chose qu’il ne faut pas non plus oublier, et sur lequel je ne suis pas nécessairement revenu : les deux militantes de Just Stop Oil étaient des femmes. A mon humble avis, étant donné la manière dont l’activisme féminin et le féminisme sont traités dans l’espace médiatique, le torrent d’insultes auquel nous avons pu assister suite à leur action a probablement un petit quelque chose à voir avec cette situation. Si Greta Thunberg a été autant ciblée au moment de ses prises de parole en France par exemple, ce n’était jamais en raison de son combat face au climat, mais pour ses caractéristiques féminines, ce qui a été largement documenté par la recherche. Il y a donc fort à parier pour que cette dimension soit également présente dans l’affaire des Tournesols, et que les réactions auraient été différentes s’il s’était agi d’hommes – peut-être même que certains auraient loué l’action ou l’auraient excusée, mais je ne peux ici que formuler une simple hypothèse.

En conclusion, on pourrait également avoir une pensée émue pour cette soupe à la tomate produite par Heinz, qui aura été inutilement gâchée sur une vitre, là où elle aurait pu finir dans l’estomac d’une personne qui en aurait eu besoin. On a les indignations qu’on mérite, surtout quand on essaie de se focaliser sur quelque chose qui n’a rien à voir avec l’inaction climatique. Mais ce serait ignorer la portée très artistique de ce geste, qui évoque immédiatement les Campbell’s Soup Cans d’Andy Warhol – et qui montre, une fois de plus, que les actions activistes ne sont jamais éloignées des actions artistiques, comme le rappelle Kirsten Dufour.

Peut-on être engagé pour la cause climatique, et indigné par cette action ? Bien sûr que oui, et il ne s’agit pas ici de dire que chaque personne qui aura été choquée par le jet de soupe est un.e climatosceptique notoire. Si nous ressentons de l’indignation, il est en revanche important de savoir d’où provient cette indignation, d’en comprendre la complexité, et d’en expliquer le fonctionnement. Mais allais-je dire : peu importe la sincérité et la vivacité de cette indignation, elle reste infiniment en décalage avec la portée incroyablement dévastatrice du changement climatique sur tout le vivant. Il s’agit donc de ne pas donner d’importance démesurée à un ressenti, qui ne restera qu’une minuscule manifestation anthropocentrée face à quelque chose qui nous dépasse toutes et tous.


Comment la France parle du Climat : une analyse narrative sous le quinquennat d’Emmanuel Macron (2017-2022)

Cliquez sur l’image pour télécharger le rapport !

Publiée par Impakt Faktor, cette étude que j’ai eu la chance de réalisée combine l’extraction de données en ligne (notamment sur les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook, Instagram, Reddit et Youtube), le regroupement de commentaires d’internautes en corpus, et l’analyse de discours outillée.

Vous pouvez télécharger l’intégralité du rapport ici. A la fin de l’étude, qui fait 65 pages, un résumé de 3 pages vous permet de lire les principaux enseignements de cette étude digitale et longitudinale.

Cette méthodologie, qui propose une fusion entre les humanités numériques et les études de discours, met en lumière les différents narratifs qui ont circulé, en France, sous le quinquennat d’Emmanuel Macron (entre son élection en mai 2017, et jusqu’au 1er février 2022). On y apprend donc les principaux sujets de conversation, la manière dont les françaises et les français sont touché.e.s ou non par les thématiques du climat, de l’environnement ou de l’écologie, ou encore l’état des différentes forces en présence qui tentent d’influencer l’espace public sur ces questions.

Parmi les outils utilisés, on trouve Iramuteq, Facepager, Rawgraph ou encore Gephi. Cette étude a été financée à la fois par Komons et Open Society Foundations.

COP 26 : une urgence sans conséquences

Du 1er au 12 (en fait, au 13) novembre, la 26ème COP consacrée au climat et à ses bouleversements a réuni chefs d’Etat, lobbys industriels, militant.e.s, activistes et autres personnalités notables à Glasgow, en Ecosse.

La presse et les politiques sont quasiment unanimes : cette COP, présentée comme celle de la dernière chance, est perçue comme un échec cuisant, dans la mesure où elle ne propose aucun plan d’action clair et engageant pour les Etats afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pire encore, l’objectif des 1,5°C de réchauffement, inscrit dans l’accord de Paris, est désormais hors de portée et se retrouve littéralement dynamité par ce sommet international qui risque de rester dans les annales comme un pic remarquable de cynisme, de trahison des engagements et d’inefficacité assumée des parties prenantes.

Mais au-delà de ce commentaire, encore faut-il regarder exactement ce que contient l’accord final signé par les parties prenantes. Cette étude se propose de le faire.

Le texte est la version avancée, rédigée en anglais (langue de la diplomatie de la COP 26), qui est donc la langue originale de l’accord. D’autres versions seront bien sûr disponibles dans d’autres langues, mais il semble pertinent de prendre pour source le texte original, dans sa langue de rédaction première.

Les outils utilisés sont les suivants :

  • Iramuteq (pour l’analyse des réseaux de sens et classes thématiques et argumentatives)
  • Tropes (pour l’analyse des champs lexicaux)
  • Gephi (pour visualiser les résultats de Tropes)
  • Visual Tools (pour compléter l’analyse lexicale)

Ces outils sont tous gratuits, téléchargeables ou utilisables sur des sites dédiés. D’autres logiciels encore peuvent être utilisés bien évidemment, mais la proposition ici est de proposer une analyse qui s’appuie sur un outillage accessible à toutes et à tous.

S’il y a beaucoup de choses à dire sur le contenu de cet accord, une chose est claire : il n’y a pas de plan d’actions. Mais finalement, le fait qu’il n’y ait aucune réponse concrète à la détresse des populations les plus fragiles (qui sont pourtant bien mentionnées dans le texte – mais uniquement mentionnées) n’est que la partie émergée de l’iceberg.

L’analyse outillée de l’accord de Glasgow met surtout en lumière la cause de cette absence de mesure : la persistance parfaitement assumée du modèle extractiviste et capitaliste, pourtant intégralement responsable du changement climatique, comme seule solution.

Ainsi, les incitations aux investissements bancaires ou aux compensations financières sont clairement indiquées – des incitations qui permettent de faire tourner une sorte d’économie de la catastrophe climatique. Ainsi, plutôt que de faire en sorte de remettre en question le modèle dominant et de proposer des solutions de sobriété, le solutionnisme technologique est désigné comme seule porte de sortie pour répondre aux enjeux.

(et je termine avec quatre mèmes – variations sur le même thème, histoire de trouver un brin de distraction dans cette sombre histoire).

élections régionales 2021 : rapport d’analyse discursive

Depuis plusieurs mois, j’ai la chance de pouvoir mettre mon expertise d’analyste de discours au service de causes qui m’importent. Après avoir notamment pu travailler avec la Fondation Européenne pour le Climat, c’est sous l’égide d’Open Society Foundations que j’ai eu la chance de contribuer à une observation de la campagne des élections régionales françaises de 2021. Ce rapport d’analyse se focalise notamment sur la place de l’écologie dans les discours en circulation dans la campagne, mais également sur les discours de campagne en général, afin d’effectuer une comparaison entre la place accordée à l’écologie, et les productions générales.

Pour cette étude, il s’agissait d’observer six mois de campagne en ligne, sur plusieurs réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Youtube, Instagram, Reddit), d’extraire les productions linguistiques, puis de les analyser. Pour ce rapport, plusieurs outils ont été mobilisés : Mediacloud pour l’analyse des tendances dans la presse, Crowdtangle pour celles des réseaux sociaux, Facepager pour l’extraction des commentaires sur les réseaux sociaux, Pulsar pour l’analyser des tweets, puis Iramuteq pour l’analyse des observables linguistiques. Si cette batterie d’outils est particulièrement intéressante pour recueillir des grands jeux de données (ou datasets), elle ne remplacera bien évidemment l’analyse linguistique proprement dite, seule à même de pouvoir accéder aux circulations narratives, aux régularités argumentatives et aux représentations sociales.

Quelques enseignements à propos de ce rapport, qui a permis d’étudier un corpus de productions discursives qui vont de mi-décembre 2020 à mi-juin 2021 (juste avant le premier tour des élections régionales, afin de respecter le temps strict de la campagne) :

  • La place de l’écologie dans la campagne était particulièrement restreinte dans la campagne des régionales (alors même qu’elle fait partie des compétences des régions), supplantée notamment par des thématiques nationalistes d’identité et de sécurité (qui sortent des compétences des régions) ;
  • Du côté des discours écologistes, on remarque que la majorité des productions de fond ont été émises par La France Insoumise et non par Europe Ecologie Les Verts, dont la majorité des conversations les plus partagées ont porté soit sur la campagne en tant que telle (déplacements, meetings, etc.), soit sur des mécaniques électoralistes (fusion de listes, retraits, scissions) ;
  • Le thème de l’écologie reste cantonné aux partis de gauche (PS, EELV, LFI, Divers gauche, PCF…) et peine à percoler vers les parties de droite et du centre ;
  • Lorsque le thème de l’écologie est utilisé par Les Républicains ou le Rassemblement National, c’est exclusivement pour critiquer les écologistes, en invoquant notamment un ensemble de polémiques et de paniques morales qui circulent depuis plusieurs mois à propos des écologistes ;
  • Pour les conversations générales sur les régionales, l’écrasante majorité des publications sont dominées soit par le Rassemblement National et l’extrême droite en général (y compris les sphères zemmouriennes, souverainistes et complotistes), soit par des publications apolitiques ou apartisanes, qui critiquent le monde politique (soit avec humour, soit avec sarcasme, soit avec violence) ;
  • Le dégagisme reste extrêmement présent dans les conversations sur les réseaux sociaux, avec une percée nette d’arguments trumpistes que l’on voyait déjà aux USA il y a cinq ou six ans (thèses complotistes voire conspirationnistes, mise en fragilité des classes populaires blanches, etc.) ;
  • Dernier élément : une percée nette des associations militantes dans les conversations sur les réseaux sociaux (notamment LGBT, écologistes ou encore pour L214, entre autres), qui parviennent à porter leurs luttes au sein des campagnes politiques.

D’une manière assez éclairante (à mon humble avis), ce rapport jette également un regard assez éloquent sur la forte abstention qui a animé les scrutins du premier et du second tour, et donne des pistes précieuses pour les campagnes de 2022 (élection présidentielle et élections législatives).

Islamo-gauchisme : du pseudo débat à la réalité du terrain

Au cœur de ce débat qui prend des tournures toujours plus inattendues, j’ai eu la chance d’avoir une conversation exigeante et mesurée, afin de prendre un peu de recul. Merci à CTRL Z pour sa confiance et, au passage, pour ses articles d’une trop rare finesse sur le mondes numériques et les débats de notre temps !

La conversation menée avec la mirifique Elodie Safaris est accessible sur Youtube ou Spotify ; je vous incruste ici la version Youtube.

Quelques lectures sur le sujet sont également recommandées en fin de vidéo. Je vous les liste également : il s’agit vraiment de portes d’entrée dans ces sujets.

Pour aller plus loin

  • L’intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques, sous la direction de Marta Roca i Escoda, Farinaz Fassa et Éléonore Lépinard, La Dispute, 2016.
  • Un féminisme décolonial, Françoise Vergès, La Fabrique, 2019.
  • Une écologie décoloniale, Malcolm Ferdinand, Le Seuil, 2019.
  • Matérialismes, culture et communication, Tome 2: Cultural Studies, théories féministes et décoloniales, Maxime Cervulle, Nelly Quemener, et Florian Vörös, Presses des mines, 2016.
  • De l’exclusion à la solidarité : Regards intersectionnels sur les médias, Josette Brun (Sous la direction de), Editions du Remue-Ménage, 2021.

La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf

Pendant ces dernières heures, j’ai pris le temps de tenter une approche purement “comptable” (urgh) concernant la fameuse et néanmoins ridicule polémique à propos de la supposée “gangrène islamogauchiste” qui serait à l’œuvre au sein de nos respectables universités. Ce billet de recherche sera simple, et je vais d’abord dire ce qu’il n’est pas, suite aux quelques échanges bienveillants que j’ai pu avoir avec certain.e.s collègues qui auront le plaisir de se reconnaître – et je les remercie d’ailleurs sincèrement pour leurs remarques.

Disclaimer, donc (comme on dit en bon français) : cette mini-étude n’a pas pour vocation à consolider les arguments des pourfendeurs de l’islamogauchisme. Il part simplement de l’expression “gangrène” et tend à leur montrer, chiffres à l’appui, qu’on est très très loin d’une explosion de ces concepts qu’ils ne maîtrisent pas (comme “intersectionnalité” ou “décolonial”, qui renvoient par exemple tous deux à des positionnements épistémologiques et des fondements théoriques bien précis, n’en déplaisent à ceux qui sont trop fainéants pour n’y voir qu’une bouillasse méprisable, là où se trouve un champ d’intérêt extrêmement fécond et inspirant). En gros, l’idée n’est pas de dire “ne vous alarmez pas, confrères conservateurs, c’est en fait une idéologie marginale“, mais plutôt de dire “1. il n’y a pas d’idéologie, mais de la recherche et 2. si on s’amusait à la compter, on obtient des résultats ridicules qui n’autorisent ni vos invectives, ni votre inculture sur ces sujets”.

Et au passage, la grenouille dans le titre (pour être clair), ce sont bien ceux qui accusent l’université de dérives idéologiques. Spoiler : tout est idéologie de toute manière puisque tout peut être politique, et tous les corps de métier sont d’ailleurs traversés par des expériences militantes – et heureusement, c’est ça la démocratie ! Il y a autant de militantisme possible à l’université que dans la culture, le milieu associatif, le journalisme et même (mais si si si) le monde de l’entreprise. Donc cessons d’agiter des fantômes pour nous faire peur, et surtout cessons les chasses aux sorcières qui visent précisément les universitaires – les régimes qui organisent cela n’ont rien de démocratique, et ma crainte principale se loge bien là, d’ailleurs. Ma démarche est donc la suivante : vous voulez du sérieux ? On va faire la base de la démarche scientifique : regarder les faits et compter. Cela ne devrait pas être si compliqué que cela, tout le monde peut suivre.

Those Are Rookie Numbers | Know Your Meme

Je l’exprime ici, en tant que chercheur : ce que des esprits mal intentionnés et peu curieux nomment “islamogauchisme” constitue un ensemble d’études interdisciplinaires que je vous encourage à aller explorer, au moins par pure curiosité intellectuelle – comme je m’évertue, autant que faire ce peut, à lire un maximum d’approches variées. C’est tout le principe de la recherche. Pour pouvoir effectuer mon étude arithmétique, j’ai choisi d’utiliser quelques mots-clé souvent réexploités pour accuser les universitaires d’islamogauchisme : “décolonial”, “intersectionnel”, “intersectionnalité”, “racisé”, “racialisé” – puis, pour la blague, “islamogauchisme” et “islamogauchiste”. Je suis donc allé voir ce que nous donnaient 4 des moteurs de recherche scientifiques les plus utilisés : theses.fr et HAL pour la partie générale, puis CAIRN et Open Edition pour la partie plus directement dédiée aux sciences humaines.

Pourquoi les sciences humaines et pas la sociologie, arguera l’esprit pingre ? Parce que les études dites intersectionnelles ou décoloniales occupent en fait un champ interdisciplinaire très vaste : on y retrouve les études anglophones, la sociologie, la géographie, la démographie, le droit, les sciences du langage, la philosophie, l’anthropologie, les sciences de l’information et de la communication, l’économie, la psychologie, les études littéraires ou encore les arts. Bref, inutile de taper comme un sourd sur cette pauvre sociologie qui se donne pourtant beaucoup de mal (avec des moyens dérisoires) pour comprendre la société qui nous entoure. Nous autres, scientifiques des SHS, sommes donc toutes et tous coupables, rassurez-vous. Et pourquoi, comme on me l’a demandé, ne pas inclure les expressions “gender studies” ou “écriture inclusive” ? Parce que faut pas non plus exagérer : faites donc une liste de toutes les notions de sciences humaines que vous ne comprenez pas et que donc, par définition, il faudrait arrêter d’étudier, et ça sera plus simple. Et si vous ne comprenez pas pourquoi “race”, “postcolonial” ou “islam” n’y figurent pas, j’ai des réponses, mais elles ne sont pas dignes d’un carnet de recherche.

Voici donc la première partie de cette rapide étude : elle est assez simple, puisqu’elle donne des données plutôt brutes. Pour chaque portail dédié à l’archivage des publications scientifiques, il s’est agi de rentrer simplement les mots-clé pour une simple recherche, puis de les transformer en pourcentage par rapport au total de publications répertoriées. De ce point de vue, on est loin du calcul statistique complexe (je rappelle à mon lectorat que je suis linguiste, que j’ai fait un Bac L à l’époque, et que je fais ce que je peux pour ne pas sombrer). Mais comme les pourfendeurs de l’islamogauchisme brandissent souvent la neutralité de la raison face à des chercheur.e.s qui, selon eux, auraient succombé à l’idéologie et à l’émotion, alors chiche : voici des chiffres, soit les représentants les plus aboutis du mythe de la prétendue neutralité scientifique et de l’objectivité rationnelle. Mieux : des données, de la data. Et le tout dans une infographie avec des couleurs et des dessins.

Premier à passer sur le grill d’un simple comptage, le portail HAL répertorie un ensemble plutôt impressionnant de références scientifiques déposées. Toutes disciplines confondues, on arrive à un pourcentage excessivement faible concernant les mots-clés proposés. Ironie du sort : la seule publication qui sort lorsqu’on rentre le terme “islamogauchiste” est celle de Pierre-André Taguieff, à qui l’on attribue souvent à tort la naissance de cette expression bien connue des milieux d’extrême-droite (il n’en reste pas moins qu’il a largement participé à sa popularisation et à sa normalisation médiatique, sans être lui-même d’ailleurs sympathisant des milieux d’extrême-droite – je tiens ici à le préciser, avant qu’on ne m’accuse de manœuvre diffamatoire). Il convient également de signaler qu’on retrouve également dans ces publications des travaux qui critiquent justement les études décoloniales et intersectionnelles, ce qui fait monter artificiellement les chiffres – sans compter le fait que certaines publications cumulent plusieurs de ces mots-clés. Bref, pour le dire vite : ce pourcentage de 0,038 % est donc probablement surévalué.

Sur Theses.fr, on remarque une légère augmentation des résultats en terme de pourcentages. Il faut dire ici, de surcroît, que le portail doctoral en question répertorie à la fois les thèses soutenues et les thèses démarrées, ce qui fait que là aussi, on se retrouve avec un cumul de travaux qui n’en sont pas tous au même stade – ce qui est à la fois heureux et bien normal, quand on connaît le processus doctoral, ses exigences et ses coups du sort. Quoiqu’il arrive, vous me direz (et vous aurez raison) que c’est bien gentil de mélanger des concepts de sciences humaines à des thèses de médecine ou de biologie moléculaire, mais qu’il faut être un peu sérieux – et que si pluridisciplinarité il y a, il faut donc aller regarder plus précisément du côté des domaines de recherche concernés. Je suis entièrement d’accord, donc allons-y.

Et là, pas de surprise : sur CAIRN comme sur Open Edition, qui totalisent tous deux une masse non négligeable de publications répertoriées et accessibles pour les adeptes des sciences dites “molles” ou “subtiles”, évidemment, le pourcentage augmente. Mais vous l’aurez remarqué : le pourcentage sur le total de publications répertoriées est très très loin d’être significatif, tout au contraire : on reste aux alentours des 2%, ce qui montre la faible représentativité des études décoloniales ou intersectionnelles. Et là, autre contre-argument : mais c’est facile de prendre le nombre de publications sur le total ! Evidemment, en 1992, on n’utilisait probablement pas ces notions en France ! Tout juste : attardons-nous donc sur l’évolution de ces mots-clé depuis 2011, histoire d’avoir une représentativité plus fine sur le total de publications. Mais même là, il faut se rendre à l’évidence : on est loin d’une écrasante hégémonie des études intersectionnelles, par exemple.

CAIRN ne figure pas dans les résultats, tout simplement parce que son moteur de recherche ne permet pas de faire émerger des résultats annuels – sinon je l’aurais fait. Mais déjà, avec HAL, Theses.fr et Open Edition, on remarque les mots-clé incriminés sont bel et bien en augmentation depuis 2011, mais qu’ils rencontrent aussi un certain tassement depuis deux ans – ce qui est à vrai dire plutôt inquiétant, car cela souligne le retard de la France sur des questions de recherche qui sont assez largement investies ailleurs dans le monde (et pas qu’aux Etats-Unis, le grand Satan des néoréacs français) – sans pour autant que cela soit d’ailleurs associé à des postures militantes. Cela étant, le tassement de ces mots-clés depuis 2011 n’a de sens que si on regarde leur pourcentage total par rapport à l’évolution de l’ensemble des publications sur les portails en question. Regardons un peu.

Les accusateurs d’islamogauchisme pourront se réjouir et pointer du doigt une tendance à la hausse ; cela dit, on remarque une dynamique différente en fonction du portail. Là où le nombre de thèses marque une augmentation qui reste régulière, par exemple, on ne peut que constater la faiblesse des pourcentages par an. C’est sur Open Edition que ce type de courbe reste le plus intéressant à analyser : on voit une évolution croissante, bien que timide, de l’intérêt pour les sujets que permettent d’analyser les études intersectionnelles et décoloniales, quelle que soit la discipline d’ancrage. Mais attention aussi : sur Open Edition, on se bat à coups de revues scientifiques notamment, et en regardant sur ce portail, vous trouverez une évolution nette des publications scientifiques qui critiquent en fait les études décoloniales et intersectionnelles – en d’autres termes, l’augmentation de publication n’est pas tant dû à l’ancrage épistémologique dans ces champs, mais aux débats interdisciplinaires qui surgissent en raison de leurs méthodes ou de leurs concepts. En bref, cette évolution montre plus une vitalité des débats (tiens tiens) qu’une homogénéisation des épistémologies et des méthodologies.

Que dire après tout cela ? Qu’avant de juger un terme sur de simples rumeurs colportées sur une chaîne de télé trop racoleuse ou un réseau social trop électrique, il suffit d’aller lire. Parce que lire reste encore la meilleure réponse à apporter à l’ignorance, aux idées reçues, aux raccourcis commodes, aux paresses intellectuelles ou aux ignorances légitimes. Ne pas savoir, ce n’est pas grave : nous sommes toutes et tous ignares sur bien des sujets. Ne pas savoir et prétendre que l’on a pas besoin de savoir pour se faire une idée, c’est non seulement bête à manger du foin et dommage en général, mais c’est surtout dangereux pour nos fragiles régimes démocratiques – et surtout pour l’indépendance de la recherche. Au final, on a le droit de questionner, de débattre et de discuter autour de ces questions (et encore heureux) : mais faisons-le dignement.

PS : Au passage, ce n’est plus la peine de commander une étude au CNRS concernant l’islamogauchisme, du coup.

PS bis : Vous avez le droit de ne pas être d’accord avec ma démarche, bien entendu. Depuis la première publication de cette mini-étude sur Twitter, j’ai eu quelques messages un peu vifs : ceux qui disent que l’islamogauchisme n’aiment pas mes chiffres et m’accusent de ne pas mesurer “l’impact” par exemple, ou encore de ne pas vouloir voir la réalité derrière les chiffres (???). Et celles et ceux qui pensent qu’il ne faut pas donner du grain à moudre avec des chiffres. J’ai envie de répondre que dans ce genre de situation, il peut y avoir une pluralité de méthodes et de démarches, et que rien ne leur empêche de concorder à des moments opportuns. En tout cas, c’est ma modeste contribution, et ma modeste démarche.

Le croissant et la faucille

Deux questions polémiques ont, entre autres, agité le contexte de l’inflation du terme « islamogauchiste » ces derniers jours. La première était de savoir ce que ce terme recouvrait exactement, afin de pouvoir en donner une définition ; la seconde était de savoir si le concept derrière le terme était scientifique. Bien évidemment, on ne peut pas répondre à la seconde question sans répondre à la première. Mais ce qui m’intéresse bien plus, au-delà du terme en lui-même, ce sont les effets discursifs que celui-ci produit dans la sphère publique. Et c’est là que l’analyste de discours que je suis a repris ses outils favoris pour faire de la recherche : une théorie du discours, une méthodologie d’analyse correspondante – et, bien sûr, quelques outils indispensables comme Facepager, Wordsmith, Iramuteq ou encore Tropes.

Si ce billet de carnet de recherche constitue une ébauche pour ce qui pourrait plus tard devenir un article scientifique, il permet au moins de donner quelques premiers résultats. Pour cela, je me base sur plusieurs éléments. Tout d’abord, le fait qu’une analyse outillée des occurrences linguistiques donne des clés sur les représentations sociales qui en émergent (Bendinelli 2011). Deuxièmement, le fait que les éléments sémantiques se parlent (Barbazan 2006) au sein d’environnements interdiscursifs distincts (Garric & Longhi 2013) qui peuvent être construits en corpus (Baker 2006) : en gros, au sein de l’espace médiatique, l’utilisation de certains termes provoque des réactions en chaîne, comme les ondes d’un caillou jeté dans un plan d’eau. Il s’agit ici d’une approche systémique du discours (Wagener 2019) : un fait de langue n’a de sens que lorsqu’il est observé par rapport à son contexte d’émergence, et que si l’on tente d’étudier les liens que ce fait de langue tisse avec son environnement. D’une certaine manière, il s’agit d’une approche systémique et écologique des discours, qui renvoie à la notion de nexus (Lo Monaco, Rateau & Guimelli 2007).

L’un des premiers éléments de l’analyse montre que le terme « islamogauchisme » (ou « islamo-gauchisme », pour sa variante graphique) constitue en fait un idéologème (Kristeva 1968, Angenot 1977). Plus avant, je propose le fait de le déterminer comme un dextro-idéologème, soit un terme idéologique prioritairement utilisé par la droite, avec un positionnement axiologique qui dévalorise le camp politique adverse (l’analyse suivante va rapidement permettre de confirmer cette première hypothèse). D’ailleurs, en miroir, cela permet également de se poser la question des sinistro-idéologèmes (comme « lutte » par exemple) ; dans les deux cas, il s’agit de termes particulièrement marqués, qui ont d’ailleurs des effets spécifiques sur les environnements discursifs.

Pour pouvoir travailler sur l’ensemble de ces éléments, je me suis amusé à constituer un corpus subdivisé en deux parties :

  • Un sous-corpus constitué de 55 textes de presse qui traitent de la polémique de l’islamogauchisme, qui totalisent 50914 mots ;
  • Un sous-corpus constitué de 36 ensembles de 90089 mots, basé sur l’extraction de commentaires à partir d’articles postés sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Youtube et Reddit) et directement liés à la polémique.

Pour les réseaux sociaux, il est important d’apporter la précision concernant la constitution du corpus et ses spécificités, notamment le fait que les éléments ont été récoltés entre le 16 et le 23 février 2021 :

  • Commentaires concernant 29 articles Facebook publiés sur les pages de médias nationaux (Marianne, Le Monde, Libé, L’Express, Le Point, Le Parisien, L’Obs, Valeurs Actuelles, Mediapart) ;
  • Commentaires sur Reddit concernant trois fils de discussion (sur le piège de l’alt-right, la réalité de l’islamogauchisme ou encore la réaction du CNRS) ;
  • Commentaires sur Youtube concernant trois vidéos qui traitent du soutien d’Aurore Bergé à Frédérique Vidal, du face à face entre Frédérique Vidal et Jean-Pierre Elkabbach, et d’une vidéo du Media concernant la croisade de Macron contre l’islamogauchisme ;
  • Enfin, un corpus de 700 tweets (100 par journée de récolte) impliquant le hashtag #islamogauchisme.

L’idée est de ce dire qu’avec une telle représentativité, on peut être amené à se faire une idée de la manière dont le terme « islamogauchisme » provoque débats, polémiques et échanges au sein de la sphère publique et médiatique.

Grâce à une première analyse avec Iramuteq, on remarque assez rapidement que l’ensemble du corpus répond évidemment aux grands éléments de l’actualité qui ont permis à la polémique d’émerger. Ce qui m’intéresse en revanche, c’est le fait que l’on retrouve immédiatement des termes comme « islam », « musulman », « islamiste » ou « gauchiste », qui montrent nettement la manière dont le débat tourne. C’est d’ailleurs tous le piège du terme « islamogauchiste », mot-valise s’il en est, puisqu’il repose sur une double généralité particulièrement floue, qui n’est pas utilisée pour désigner clairement ce à quoi elle fait référence, mais pour attaquer une certaine catégorie de population :

  • D’une part, la forme « islamo » qui est particulièrement trompeuse : fait-elle référence à l’islam, à l’islamisme, aux islamistes ou aux musulmans ? Il s’agit ici d’une véritable arme discursive qui ne permet pas de distinguer fondamentalistes, terroristes ou simples pratiquants ;
  • De l’autre, la forme « gauchisme » qui est tout autant généralisatrice : comme on le sait (et c’est peu dire), les courants à gauche sont suffisamment nombreux et parfois notoirement éloignés : communisme, socialisme et social-démocratie se retrouvent mis dans le même sac.

Iramuteq permet de générer un nuage de mots (en conservant exclusivement les termes de plus de 50 occurrences dans le corpus) qui donne immédiatement une première température du corpus. Bien évidemment, cette première approche est insuffisante, et ce qui m’intéresse, c’est le réseau de sens proposé par Iramuteq pour mieux cerner les liens entre les items du corpus (obtenu grâce à l’opération d’analyse des similitudes).

Ce schéma nous montre plusieurs choses :

  • D’abord, il semble indiquer isoler à la fois le débat sur la scientificité du terme islamogauchisme (à l’ouest) tout comme le contexte particulier de l’université au sein de la République (au sud).
  • A l’est, nous pouvons distinguer nettement que le terme « gauche » émerge de manière nettement identifiable, là où le terme « droite » paraît plus ténu – ce qui aurait tendance à indiquer que l’on parle ici plus de la gauche que de la droite, et que donc le terme « islamogauchisme » est bien utilisé pour corneriser la gauche française.
  • Au nord enfin, c’est toute la dimension polémique et politique qui est matérialisée, avec la présence de Frédérique Vidal, de Jean-Michel Blanquer ou encore de Pierre-André Taguieff, à qui ont attribue souvent (et injustement) la paternité du terme.

Enfin, c’est l’analyse factorielle de correspondance, toujours avec Iramuteq, qui nous donne la répartition des grands ensembles signifiants du texte en plusieurs classes, ici au nombre de trois, et qui expriment plusieurs dimensions du texte.

La première classe (classe 3) contextualise l’émergence de la polémique et les différents acteurs qui s’y retrouvent impliqués, du point de vue de l’actualité. Viennent ensuite deux classes dans ce dendrogramme : une classe 2 qui est plutôt concentrée sur les questions idéologiques ou intellectuelles, et une classe 1 majoritaire dans le corpus (un peu plus de 50%) qui est axée sur des réactions à cette actualité polémique.

La distribution des classes au sein des variables du corpus est intéressante – et ici, c’est surtout la classe 1 qui m’intéresse, car elle mobilise notamment le terme « gens » qui indique potentiellement une réaction ou une analyse générale par rapport à la situation. Il semble que Reddit, Youtube et Facebook y soient d’ailleurs surreprésentés, là où Twitter bascule plutôt de la classe 3, celle de l’actualité politique.

Alors, à quoi fait référence le terme « gens », justement ? Petit extrait du corpus :

  • « on se dit laïque mais presque tous nos partis politiques se battent pour avoir le vote des musulmans ou le vote des cathos avec des proposions de mesures faites pour ces gens là » (Reddit)
  • « personnellement ça me fait chier je m en branle de la religion des gens j en ai strictement rien à foutre de leurs croyances et s ils pouvaient arrêter de me faire chier avec leurs putain d histoire ça serait cool » (Youtube)
  • « la fachosphere est en train de gesticuler et inventer de faux problèmes pour endoctriner les gens mais en réalité ils font juste de la promotion de l islam et tant mieux que le seul fait de le reconnaitre publiquement puisse faire polémique » (Gilles Goldnadel dans Le Figaro)
  • « qanon ou le wokisme les études sociale ne sont pas répréhensibles en elles même mais quand des gens les utilisent à des fins politiques ce qui est le cas maintenant cela devient un problème » (Reddit)
  • « les gens qui exercent dans ces disciplines sont bien sûr persuadés de leur qu ils font de la science du plus haut niveau et sont tellement investis dans leur travail et en un sens heureusement que ce n est pas à eux de dire si leur discipline est pertinente ou non » (Facebook)
  • « l islamogauchisme c est plutôt l idée générale véhiculé par des gens s identifiant bien comme progressiste et de gauche que toute critique de l islam est obligatoirement fasciste de droite» (Youtube) 

D’autres co-occurrences sont particulièrement intéressantes. Le logiciel Wordsmith, par exemple, permet d’aller plus loin dans le détail des constructions d’environnements lexicaux, afin de pouvoir étudier la manière dont « islamogauchisme » mobilise ou non des discussions concernant des termes voisins. Très vite, on se rend compte qu’entre internautes, notamment dans les commentaires des réseaux sociaux suscités, les discussions évoluent à propos des musulmans ou de la gauche en général. Si nous prenons le terme « musulman.e.s », représenté 140 fois dans le corpus, on distingue assez nettement l’évolution des échanges.

D’après ce premier concordiancer extrait grâce à Wordsmith, on remarque que l’islamogauchisme pose en creux la question des musulmans – et c’est d’ailleurs permis par le marais sémantique de ce terme, qui peut embrasser tout autant des terroristes que de simples pratiquants. Il en va de même pour la gauche, d’ailleurs.

Revenir au corpus est intéressant, mais il est également éclairant d’obtenir un troisième avis, plus axé sur les trames narratives. C’est ce que propose le logiciel Tropes, qui n’a pas pour vocation de proposer une approche lexicale du corpus, mais plutôt une approche textuelle généraliste et néanmoins particulièrement éclairante. Ici, notamment, c’est la vision de l’université nourrie par les commentateurs sur les réseaux qui est particulièrement frappante.

Plus généralement, au-delà des tensions entre gauche et droite, évidemment ravivées par ce type de polémique, c’est plus généralement la question des discrimination, et parfois même de leur hiérarchie, qui est mise en exergue au sein du corpus.

Evidemment, une telle étude mérite nombre d’approfondissements, et j’invite d’ailleurs celles et ceux qui le souhaitent à me contacter pour pouvoir récupérer ce corpus. Mais ce que je remarque, en tant qu’analyste de discours, c’est que le débat sur l’islamogauchisme a les effets suivants :

  • Poser la question de la perméabilité de l’enseignement supérieur et de la recherche aux débats de société et à leur violence sociale ;
  • Mettre en lumière de fortes dimensions idéologiques portées par celles et ceux qui emploient ce terme, avec nombre d’idéologèmes qui se retrouvent réactivés au fur et à mesure des discussions ;
  • Introduire, et c’était à craindre, de nouvelles discussions sur l’islam et les musulmans en général, qui se retrouvent une fois de plus pris en otage dans un débat politique qui les dépasse largement ;
  • Indiquer qu’il y aurait un agrégat d’individus et de communautés qui constitueraient une menace pour la République et la démocratie (de manière simplifiée : la communauté musulmane et les individus se situant à gauche de l’échiquier politique), ce qui légitimerait de facto la position des individus se situant à droite comme ardents et seuls défenseurs du modèle social et politique français.

La présence du terme « islamogauchisme », à l’évidence, ne permet pas de poser sereinement un ensemble de débats et de questions qu’il serait pourtant utile de pouvoir poser. Peut-être est-ce, précisément, parce qu’une forme d’idéologie républicaniste empêche de poser un certain nombre de questions de société, en les transformant systématiquement entre les défenseurs et les agresseurs de la République. Peut-être serait-il temps, à tout le moins, de sortir de cette posture théocratique, qui masque assez mal un modèle républicain qui s’est érigé en véritable religion d’Etat.

Pour aller plus loin

  • Angenot, Marc (1977). “Présupposé, topos, idéologème”, Le lieu commun, 13 (1/2), 11-34.
  • Baker, Paul (2006). Using corpora in discourse analysis. Londres : Continuum.
  • Barbazan, Muriel (2011). ‘’Enonciation’ ou ‘représentation du monde’ ? Le jeu dynamique de la construction du sens dans les échanges verbaux’, Cahiers de praxématique, 56, 117-166.
  • Bendinelli, Marion (2011). « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », Asp, 60, 103-123.
  • Dahlberg, Lincoln (2013). « Discourse theory as critical media politics? Five questions ». In Dahlberg, Lincoln & Sean Phelan (éds.). Discourse theory and critical media politics, 41-63. Londres : Palgrave Macmillan.
  • Garric, Nathalie & Longhi, Julien (2013). ’Atteindre l’interdiscours par la circulation des discours et du sens’, Langage et Société, 144 (2), 65-83.
  • Hart, Christopher (2013)« Argumentation meets adapted cognition : manipulation in media discourse on immigration », Journal of pragmatics, 59 (2), 200-209.
  • Howarth, David (2000). Discourse. Buckingham : Open University Press.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Kristeva, Julia (1968). “Le texte clos”, Langages, 3 (12), 103-125.
  • Lo Monaco, Grégory & Lheureux, Florent (2007). “Représentations sociales : théorie du noyau central et méthodes d’étude”, Revue électronique de psychologie sociale, 1, 1-55.
  • Lo Monaco, Grégory, Rateau, Patrick & Guimelli, Christian (2007). “Nexus, représentations sociales et masquage des diversgences intra et intergroupes”, Bulletin de psychologie, 6 (492), 581-592.
  • Maillat, Didier (2013). « Constraining context selection : on the pragmatic inevitability of manipulation », Journal of pragmatics, 59 (2), 190-199.
  • Martinez, William (2012). « Au-delà de la cooccurrence binaire… Poly-cooccurrences et trames de cooccurrence », Corpus, 11, 191-216.
  • Moirand, Sophie (2007). Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre. Paris : PUF.
  • Moïse, Claudine, Auger, Nathalie, Fracchiolla, Béatrice & Schultz-Romain, Christina (2008) (dir). La violence verbale (2 tomes). Paris : L’Harmattan.
  • Rosier, Laurence (2012) (dir). « Insulte, violence verbale, argumentation », Argumentation et analyse du discours, 8, https://journals.openedition.org/aad/1242.
  • Scott, Mike (2001). « Comparing corpora and identifying key words, collocations, frequency distributions through the Wordsmith Tools suite of computer programs ». In Ghadessy, Mohsen, Henry, Alex & Robert L. Roseberry (éds.). Small corpus studies and ELT. Theory and practice, 47-70. Amsterdam : John Benjamins.
  • Wagener, Albin (2019). Discours et système : théorie systémique du discours et analyse des représentations. Bruxelles : Peter Lang.

Culture(s), identité(s), confusion(s)

Il y a six ans de cela, après plusieurs années de lecture et d’écriture, j’avais la chance de publier chez Peter Lang un ouvrage intitulé “L’échec culturel. Vie et mort d’un concept en sciences sociales”. Six ans après, ce qui m’apparaissait à l’époque comme une véritable marotte intellectuelle et pratique, nourrie également par mon enseignement et mes séances de formation continue, a fini par prendre une place particulièrement importante dans l’espace médiatique, politique et social. Les questions qui y sont liées ne sont bien évidemment pas nouvelles (elles sont même vieilles comme Hérode, à vrai dire), mais la manière dont elles sont désormais posées (ou “mises en scène”) les révèlent sous un nouveau jour. Et comme les interrogations conceptuelles, sociales et politiques qui les sous-tendent n’ont jamais été véritablement ne serait-ce qu’abordées sereinement, c’est l’ensemble de l’espace médiatique qui se retrouve pris en otage. Entre rhétorique conservatrice brutale, réflexes militants woke, retour du concept de race et course au virtue signalling, c’est difficile d’y voir clair sans déclencher l’un des fameux shitstorms dont Twitter peut avoir le secret.

Au départ, il y a une authentique interrogation pragmatique et philosophique : que faire d’un concept aussi protéiforme et totalisant qu’il masque finalement plus de choses qu’il n’en explicite ? A lire la littérature dominante sur le sujet, tout est culturel : vêtements, nourriture, communication non verbale, schèmes cognitifs, religion, organisation sociale, modèles politiques, cultes et appréciation des écosystèmes. Pour certains, il existe même des cultures individuels ; quant aux définitions du concept en lui-même, elles se succèdent en une succession de tentatives qui finissent par former un insondable marais intellectuel. En parallèle, le concept d’identité se trouve dans la même situation épistémologique. L’une des premières à apporter une critique particulièrement construite et incisive par rapport au concept de culture est l’anthropologue Lila Abu-Lughod, grâce à son fameux article ‘Writing against culture’ paru en 1991. Elle y décrit un concept qui bride la capacité d’action humaine, essentialise les autres comme les semblables, et invite les anthropologues à écrire contre la culture, voire à se débarrasser du concept lui-même. Abu-Lughod propose de s’attacher aux vies humaines sans passer par cette notion, à travers une vision digne et élégante de ce que nous sommes : “Others live as we perceive ourselves living, not as robots programmed with ‘cultural’ rules, but as people going through life agonizing over decisions, making mistakes, trying to make themselves look good, enduring tragedies and personal losses, enjoying others, and finding moments of happiness” (Abu-Lughod 1991 : 158).

Quelques années plus tard, c’est Srikant Sarangi qui critique notre propension à utiliser ce qu’il appelle la ‘carte culturelle‘ dès qu’il s’agit de justifier de comportements que nous ne parvenons pas à expliquer – à la fois pour les autres ou pour nous-mêmes. En d’autres termes, la notion même de culture recouvrerait un certain nombre d’intérêts plus ou moins avoués, qu’ils soient individuels, politiques ou communautaires : “The notion of ‘culture’ is a very much contested one in many modern societies, as both dominant and dominated groups often resort to the culture card in managing their power-maintaining and power-acquiring purposes” (Sarangi 1994 : 416). Toujours dans les années 90, c’est l’anthropologue sud-africain Adam Kuper qui propose d’abandonner le concept de culture, dans la mesure où celui-ci masque les similarités et rend très artificiels nos habitudes de vie et nos choix : “Cultural identity can never provide an adequate guide for living. We all have multiple identities, and even if I accept that I have a primary cultural identity, I may not want to conform to it. Besides, it would not be very practical. I operate in the market, live through my body, struggle in the grip of others. If I am to regard myself only as a cultural being, I allow myself little room to maneuver, or to question the world in which I find myself” (Kuper 1999 : 247). Une critique qui n’est pas sans rappeler la notion de commune humanité proposée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot.

C’est finalement dans l’anthropologie féministe que je vais trouver les cultures les plus stimulantes et les plus vives face au concept de culture – sans compter le fait que ces lectures vont très nettement m’ouvrir des portes et me réveiller sur la dimension très hétérocentrée et occidentalo-centrée de mon point de vue. Selon Anjantha Subramanian, les politiques du multiculturalisme, qui découlent de l’utilisation actuelle du concept de culture, sont utiles au libéralisme, dans la mesure où elles permettent de ne pas s’attaquer aux inégalités entre classes sociales : “Far from class-neutral, multiculturalism is a new hegemonic discourse (…). The (…) shift from a racial to a cultural model of citizenship has allowed for a rearticulation of minority identity in cultural terms that secures class privilege. When we consider that this adopted professional politics dovetails with the state’s own efforts at managing diversity, it appears that multiculturalism is a new kind of class politics, although one that is fragmented by multiple histories of migration and that is peculiarly blind to its own elitism” (Subramanian 2000 : 113). Cette confusion entre les concepts de “race” et de “culture”, Lila Abu-Lughod l’avait déjà soulignée – et c’est Stephanie Lawson qui va enfoncer le clou, en fustigeant le déterminisme délétère d’une application essentialiste du concept de culture : “The anthropological replacement of biological difference with cultural difference simply returns racism to its point of departure (…). On this view, cultural relativism joined with an insider/outsider dichotomy represents not the denial of racist categories of human difference, but rather their reaffirmation under a new banner. (…) Biological racism and cultural differentialism constitute not two separate (and opposed) systems but rather two registers of racism. (…) It should therefore come as no surprise that culture now serves as a politically correct euphemism for race in strong versions of multiculturalism” (Lawson 2006 : 175/176).

Cette charge de Lawson est particulièrement intéressante, surtout si on la relit maintenant, au moment où plusieurs communautés pointent du doigt le fait qu’elles se retrouvent en position de domination, au sein de systèmes qui les “racisent“, c’est-à-dire qui les essentialisent en fonction de leurs caractéristiques ethniques et biologiques. C’est dans ce sens, d’ailleurs, qu’il faut comprendre le terme de “racisme systémique“, contrairement à ce qui circule dans un certain nombre de médias mainstreams – tout comme l’intersectionnalité n’est pas un projet secret de mise à mort des sociétés, mais simplement un concept et une méthodologie relevant d’une épistémologie de la complexité, en ce qu’elle met en relief la multiplicité et la variété des facteurs d’exclusion et de domination. Cette critique fait par ailleurs écho à un article de Lin Ma paru en 2004, qui démontre qu’il n’existe pas plus de différences entre des individus de culture soi-disant différentes qu’entre individus de même culture – ce qui lui permet de démonter le mythe de l’opposition entre interculturalité et intraculturalité. Et pour Walter Benn Michaels, le concept de culture est même perçu comme un instrument de domination, de sorte que l’on pourrait parler d’individus culturalisés comme on parle d’individus racisés : “the modern concept of culture is not (…) a critique of racism, it is a form of racism. And, in fact, as skepticism about the biology of race has increased, it has become – at least among intellectuals – the dominant form of racism” (Michaels 1995 : 129).

Depuis, plusieurs scientifiques ont mené des études et pris leur plume pour apporter un point de vue critique sans concession sur le concept de culture, notamment grâce à de remarquables travaux du côté du côté de l’anthropologie féministe. Joana Breidenbach et Pàl Nyiri invitent à la méfiance face à l’utilisation politique de la rhétorique culturaliste – précisément parce que la raison culturelle peut être particulièrement commode pour dissimuler d’autres enjeux de domination, d’oppression ou de prise de pouvoir : “Most of the time cultural characteristics become the center of discussions, it is claims by spokespeople of particular ‘communities’ or ‘experts’ we rely on. Question their authority! Are they self-appointed, democratically elected by a majority of those they speak for, or do they have some other source of real legitimacy? Can they credibly represent nondominant members of the group – for example, women, children, homosexuals, or the disabled? ” (Breidenbach & Nyiri 2009 : 344). Pour Ingrid Piller, la culture représente une essentialisation monolithique qui aliment le nationalisme et sert des intérêts de pouvoir qui n’ont souvent rien à voir avec les questions que la culture aborde. Selon l’anthropologue norvégienne Unni Wikan, l’utilisation du concept de culture sert surtout, par ailleurs, à opprimer les populations les plus faibles (femmes, enfants, migrants, etc) : “Equality, irrespective of race or ethnic background, is sacrificed on the altar of culture. Children’s rights and welfare are sacrificed on the altar of culture. Citizenship is sacrificed in all but a nominal sense. And the losers are primarily females” (Wikan 2002 : 27). D’autres encore, comme Martha Nussbaum ou Nancy Fraser, pointent du doigt cette erreur fondamentale, tout en notant les ravages que celle-ci produit sur son passage.

On l’aura compris : la critique du concept de culture n’est pas nouvelle, et elle permet de mettre un utile coup de projecteur sur les processus de domination et d’oppression qui nourrissent inégalités et enjeux de pouvoir – des réalités que certains acteurs politiques aimeraient voir disparaître d’un coup de baguette magique, grâce à l’introduction de nouveaux discours hégémoniques et dissimulants. Et comme je l’ai souligné, le concept d’identité n’est pas loin derrière. Rogers Brubaker et Frederick Cooper, dans leur excellent article ‘Beyond identity’ paru en 2000, tentent de comprendre la dimension narrative de la culture et de l’identité – et en profitent pour proposer un programme de recherche chargé de comprendre le rôle que ces concepts réifiants jouent dans la vie politique et sociale : “We should seek to explain the processes and mechanisms through which what has been called the ‘political fiction’ of the ‘nation’ – or of the ‘ethnic group’, ‘race’, or other putative ‘identity’ – can crystallize, at certain moments, as a powerful, compelling reality. But we should avoid unintentionally reproducing or reinforcing such reification by uncritically adopting categories of practice as categories of analysis“(Brubaker & Cooper 2000 : 5). Ce constat est d’ailleurs partagé, notamment, par Fred Dervin – dont les travaux réputés et reconnus ont inlassablement permis de dénoncer les écueils nombreux des études interculturelles, et notamment (mais pas uniquement) leurs impacts dans le monde de l’éducation, du travail social ou encore du management.

A l’époque, après tout ce travail critique qui avait amené à la publication de L’échec culturel, j’avais vu une véritable porte de sortie lumineuse dans le travail remarquable d’AnaLouise Keating et sa théorie des seuils (ou thresholds) : “Thresholds represent complex interconnections among a variety of sometimes contradictory worlds – points crossed by multiple intersecting possibilities, opportunities, and challenges. Like thresholds – that mark transitional, in-between spaces where new beginnings, and unexpected combinations can occur – threshold theories facilitate and enact movements ‘betwixt and between’ divergent worlds, enabling us to establish fresh connections among distinct (and sometimes contradictory) perspectives, realities, peoples, theories, texts, and/or worldviews” (Keating 2013 : 10). Cette vision élégante d’interconnexions et de noeuds signifiants, j’ai ensuite tenté d’en développer une version dans une théorie systémique des interactions. Mais malheureusement, je me rends compte que la compréhension fine et bienveillante de ces phénomènes humains complexes nécessite encore de longs combats. Il semble en effet bien plus simple d’accuser les universités de dérive islamo-gauchiste ou bien encore de fustiger tout un ensemble de concepts, comme l’intersectionnalité, auquel les commentateurs professionnels (y compris universitaires pour certains) ne comprennent rien – et au sujet desquels ils n’ont jamais rien lu de scientifique ou d’informé. Dommage : pendant ce temps-là, on perd du temps pour pouvoir tenter de rendre la vie un peu meilleure à des personnes qui souffrent véritablement chaque jour, loin des diatribes des plateaux télé, et qui sont directement concerné.e.s par ces sujets.

Pour aller plus loin

  • Abu-Lughod, L. (1991). ‘Writing against Culture’. In R.G. Fox (Ed.), Recapturing Anthropology: Working in the Present, (pp.137-162). Santa Fe: School of American Research Press.
  • Anderson, B. (2006). Imagined Communities. London: Verso.
  • Balibar, E. (1994). ’Identité culturelle, Identité nationale’, Quaderni, 22(1), 53-65.
  • Bateson, G. (1972). Steps to an ecology of mind: collected essays in anthropology, psychiatry, evolution and epistemology. Chicago: The University of Chicago Press.
  • Bayart, J.-F. (1996). L’illusion identitaire. Paris: Fayart.
  • Benhabib, S. (2002). The Claims of Culture. Equality and Diversity in the Global Era. Princeton: Princeton University Press.
  • Boltanski, L., Thevenot, L. (1991). De la justification. Les économies de la grandeur. Paris: Gallimard.
  • Breidenbach, J., Nyiri, P. (2009). Seeing culture everywhere: from genocide to consumer habits. Seattle: University of Washington Press.
  • Brubaker, R. (2002). ‘Ethnicity without Groups’, Archives Européennes de Sociologie, XLIII (2), 163-189.
  • Brubaker, R., Cooper, F. (2000). ‘Beyond ‘Identity’’, Theory and society, 29, 1-47.
  • Burke, P. J., & Stets, J. E. (2009). Identity theory. Oxford: Oxford University Press.
  • Castella, P. (2005). La différence en plus. Paris: L’Harmattan.
  • Chokr, N. (2007). ’Qui (n’) a (pas) peur du relativisme (culturel) ?’, Tracés. Revue de Sciences humaines, 12 (1), 25-59.
  • Citot, V. (2009). ’L’idée d’humanité, par-delà l’universalisme métaphysique et le relativisme nihiliste’, Le Philosophoire, 31 (1), 89-112.
  • Dervin, F. (2011). Impostures interculturelles. Paris: L’Harmattan.
  • ElHajji, M. (2013). ’Le culte à la culture : évolution, révolution et régression’. In F. Dervin (Ed), Le concept de culture (pp. 19-46). Paris : L’Harmattan.
  • Enfield, N. J., & Levinson, S. C. (2006). Roots of Human Sociality. New York: Berg.
  • Fraser, N. (1997). ‘Heterosexism, Misrecognition, and Capitalism: A Response to Judith Butler’, Social Text, 15 (2/3), 279-289.
  • Fraser, N. (2005). ‘Multiculturalisme, anti-essentialisme et démocratie radicale’, Cahiers du Genre, 39 (2), 27-50.
  • Gilbert, P. (2010). Cultural Identity and Political Ethics. Edinburgh: Edinburgh University Press.
  • Greenfeld, L. (2000). ‘Democracy, Ethnic Diversity, and Nationalism’. In K. Goldman, U. Hannerz & C. Westin (Eds), Nationalism and Internationalism in the Post Cold-War Era (pp. 25-36). London: Routledge.
  • Halter, M. (2000). Shopping for Identity. The Marketing of Ethnicity. New York: Schocken.
  • Holliday, A. (2011). Intercultural communication and ideology. London: Sage.
  • Keating, A. (2013). Transformation now!. Chicago: University of Illinois Press.
  • Kuper, A. (1999). Culture: the Anthropologists‘ account. Cambridge: Harvard University Press.
  • Lemieux, C. (2009). Le devoir et la grâce. Paris: Economica.
  • Lindholm, C. (2008). Culture and Authenticity. Oxford: Blackwell.
  • Ma, L. (2004). ‘Is there an Essential Difference between Intercultural and Intracultural Communication?’, Journal of Intercultural Communication, 6.
  • Michaels, W.B. (1995). Our America: nativism, modernism, and pluralism. Durham: Duke University Press.
  • Neumayr, A. (2007). Kritik der Gefühle: Feministische Positionen. Vienna: Milena Verlag.
  • Nussbaum, M. (2000). Women and Human Development. Cambridge: Cambridge University Press.
  • Okin, S.M. (1999). Is Multiculturalism bad for Women?. Woodstock: Princeton University Press.
  • Olwig, K.F. & Hastrup, K. (1997). Siting Culture. The shifting anthropological object. London: Routledge.
  • Phillips, A. (2009). Multiculturalism without culture. Woodstock: Princeton University Press.
  • Piller, I. (2011). Intercultural communication: a critical introduction. Edinburgh: Edinburgh University Press.
  • Reed, J. (2008). ‘France for the (Naturalized) French? Multiculturalism and French National Identity’. Magister Thesis, Lund, Lund University.
  • Sarangi, S. (1994). ‘Intercultural or not? Beyond celebration of cultural differences in miscommunication analysis’, Pragmatics, 4(3), 409-427.
  • Subramanian, A. (2000). ‘Indians in North Carolina: Race, Class, and Culture in the Making of Immigrant Identity’, Comparative Studies in South Asia, Africa, and the Middle East, 20 (1/2), pp.105-113.
  • Subramanian, A. (2009). Shorelines: spaces and rights in South India. Bloomington: Stanford University Press.
  • Wagener, A. (2010). Le débat sur l’identité nationale: essai à propos d’un fantôme. Paris : L’Harmattan.
  • Wagener, A. (2012). ’Deconstructing culture: towards an interactional triad’, Journal of Intercultural Communication, 29, https://immi.se/intercultural/nr29/wagener.html.
  • Wagener, A. (2014). ‘Le concept de culture : une nécessité absolue en sciences sociales ?’, Signes, Discours et Sociétés, 12, http://revue-signes.gsu.edu.tr/article/-LXz7N94wtkqglgVTTTH.
  • Wagener, A. (2019). Systémique des interactions : communication, conversations et relations humaines. Paris: L’Harmattan.
  • Wikan, U. (2002). Generous Betrayal. Politics of Culture in the New Europe. Chicago: The University of Chicago Press.

Appel à contribution : “Les discours des mouvements contestataires à l’ère des RSN”

Coordinateurs de l’ouvrage : OULEBSIR Kamila, CHACHOU Ibtissem & WAGENER Albin

Les mouvements de contestation sont définis comme des phénomènes épisodiques durant lesquels les manifestants revendiquent des droits, s’opposent à des lois et à des décisions politiques ou s’insurgent contre des pouvoirs qu’ils considèrent comme illégitimes ou non démocratiques. Actuellement, ces mouvements sociaux prennent de plus en plus d’ampleur et définissent de nouveaux modes de communication. Les manifestants occupent physiquement les espaces à travers les marches et les sit-in pour revendiquer davantage de justice sociale, de démocratie ou de retour aux valeurs démocratiques, ou en dénonçant leurs limites. Les discours issus de cette activité militante constituent désormais un terrain intéressant à observer, où chants, dénonciations, colères et solidarité s’entremêlent. Les manifestants utilisent des pancartes, s’arment de mots, adoptent des slogans et défendent des mots d’ordre pour faire entendre leurs voix et assoir leurs revendications (Krieg-Planque et Oger 2018). En effet, ces discours sont pétris de conflits et marqués par des positionnements différents ; ils représentent le support de réflexions polémiques. Les discours émanant de ces mouvements s’inscrivent dans un interdiscours (Maingueneau 2014), c’est-à-dire dans un « espace discursif extérieur à un discours donné, faisant constitutivement irruption à l’intérieur de celui-ci » (Authier-Revuz 1985: 275) et définissant ainsi un réseau de sens. La contestation des régimes totalitaires ou des pratiques anti-démocratiques motivent ces mouvements à l’instar des « printemps arabes », des « indignés » en Espagne, du mouvement des « gilets jaunes » en France, des « hirak » algérien et marocain, de celui des « Black lives matter » aux USA, les mouvements de contestation en Amérique du Nord, à Hong Kong, etc. Le déclenchement de ces mouvements de contestation a suivi, ces dernières années, des processus similaires (Larzillière, Petric et Wieviorka 2013) qui livrent une visibilité intéressante et dans la rue et sur les réseaux sociaux numériques (désormais RSN) ainsi qu’à travers les médias et leurs discours.

Ces mouvements révolutionnaires s’organisent à travers les réseaux sociaux (Bodin & Chambru 2019), des trolls interviennent dans les évènements qui en découlent et le rôle des médias se trouve souvent mis en cause dans le traitement de ces évènements (Rigoni, Theviot et Bourdaa 2015). L’occupation de la rue est relayée par les RSN, où la visibilité participe de la consolidation du mouvement et de son organisation physique. La contestation peut s’organiser également uniquement sur les réseaux sociaux et se déplacer dans les espaces publics quand un cadre plus vaste d’expression s’offre à des militants, comme c’est par exemple le cas pour les mouvements féministes, mais également des manifestations estudiantines ou antiracistes. Souvent, les mouvements de contestation sociaux intègrent des micro-contestations qui se joignent au mouvement général, d’où le caractère à la fois hétéroclite et unificateur de ces mouvements ; ceci impose de revoir les pratiques de pouvoir au sein des sociétés à travers le monde. Partout où les modèles de société sont en crise et où les fractures idéologiques et économiques creusent les inégalités sociales, la contestation populaire contre les élites s’organise ; de ce fait, mots d’ordre et slogans apparaissent comme l’unique recours pour certains citoyens de crier leurs colères, de poser leurs revendications ou de les faire aboutir dans une sorte de démocratie participative réclamée par les citoyens.

Les mouvements contestataires ont, certes, fait l’objet d’études dans le domaine de la sociologie, de l’histoire et des sciences de l’information et de la communication, mais aussi du domaine des analyses du discours. En effet, il faut remonter aux études sur les tracts de mai 1968 (Demonet 1975, Geoffroy et Gouazé 1975) et aux études sur les slogans qui y sont produits (Touillier Feyrabend 1983) pour comprendre l’intérêt accordé aux productions révolutionnaires. Aussi, l’articulation de l’analyse argumentative avec les travaux de la sociologie des mobilisations dans les discours contestataires (Rennes 2011) ou l’étude du « discours de l’action collective » (Orkibi 2015) participent de la mise en place de l’étude des caractéristiques de ces discours contestataires. L’objectif de cet ouvrage est d’étudier ces discours issus des mouvements de contestation et d’en montrer les spécificités.

 En effet, la parole contestataire présente des propriétés de l’ordre de l’éthos et du pathos qu’il est intéressant de décrire. Les dimensions persuasive, incitative, exhortative du texte dit ou écrit, ainsi que les aspects pathétiques (Charaudeau 2015) et pathémiques de la parole scandée, chantée ou entonnée, participent de la force rhétorique (Krieg-Planque 2015) que génèrent des effets illocutoires et perlocutoires. Au-delà des revendications exprimées sous forme de formules ou de slogans caractérisés par leur brièveté et leur caractère émotionné, des éthos et des anti-éthos se donnent à construire à travers le discours protestataire, grâce à des stratégies rhétoriques auxquelles recourent les manifestants et l’instance contestée à l’instar de la légitimation/délégitimation, la crédibilité/décrédibilisation, le sarcasme, la dérision, la subversion, etc. En outre, cette contestation est prise dans un interdiscours qui définit les textes contestataires comme pour le « dégagisme » par exemple. Cet interdiscours est nourri par des expériences antérieures externes ou internes de lutte qui ont marqué ces dernières décennies. L’accentuation de ces caractéristiques dépend du contexte de production de la parole, à savoir la situation de tension qui prévaut parfois lors de certaines manifestations de rue. Ainsi, le contexte intervient comme une variable à même de caractériser les aspects formels du discours manifestant, comme le caractère bref et émotionné de l’expression. Les citoyens qui sont engagés dans un militantisme plus ou moins intense sont connectés entre eux, en y ajoutant des citoyens plus ou moins politisés, cela pourrait avoir un effet viral sur le caractère de la contestation dont les modes d’organisation et de communication présentent des similarités intéressantes à décrire, notamment des points de vue des discours qui y sont véhiculés.

Les contributions pourraient s’articuler autour des axes suivants :    

  • Analyse discursive des slogans, chants, pancartes scandés et brandis lors des manifestations ;
  • Etude de la dimension argumentative et pragmatique des formules (Krieg-Planque, 2003, 2009) et d’autres énoncés reprenables ;
  • Analyse des discours médiatiques et numériques contestataires ;
  • Analyse des discours politiques (représentants des gouvernements, des leaders d’opposition, de personnalités publiques, etc.) décrivant les mouvements de contestation ;
  • Analyse des discours autour du rôle des médias dans le traitement médiatique des événements ;
  • Propriétés de la parole contestataire en fonction des supports et des contextes de sa production ;
  • Construction de l’éthos et de l’anti-éthos dans les discours contestataires ;
  • Analyse des discours des trolls et leurs contre-discours dans les processus de contre-révolutions (discours de la haine, insultes, etc.) ;
  • Propriétés discursives des fake-news (Sini et Cetro 2020), du complotisme, de la propagande et du révisionnisme comme stratégies de manipulation politicienne, en rapport avec les mouvements contestataires. 

Bibliographie indicative :

Amossy, R., (2014), « L’éthos et ses doubles contemporains. Perspectives disciplinaires », Langage et société, n° 149, p. 13-30. DOI : 10.3917/ls.149.0013. URL : https://www.cairn-int.info/revue-langage-et-societe-2014-3-page-13.htm

Bonnafous, S., Tournier M., (1995), « Analyse du discours, lexicométrie, communication et politique », Langages, n°117, p. 67-81; https://www.persee.fr/doc/lgge_0458-726x_1995_num_29_117_1706

Bernard Barbeau, G., (2015), « De l’appel à mobilisation à ses mécanismes sociodiscursifs : le cas des slogans écrits du printemps érable », Argumentation et Analyse du Discours, n°14, URL : http://journals.openedition.org/aad/1969 ; DOI : 10.4000/aad.1969

Bodin, C., et Chambru, M., (2019) (S/D), « Fake-News! Pouvoirs et conflits autour de l’énonciation publique du ″ vrai ″ », Etudes de communication, N°53, https://doi.org/10.4000/edc.9104

Boutet, J., (2016), Le pouvoir des mots. Paris, La Dispute.

Bourdieu, P., (2011), Langage et pouvoir symbolique. Paris, Fayard.

Cetro, R., et Sini, L., (Ed.) (2020), Fake news rumeurs, intox…stratégies et visées discursives de la désinformation. Paris, L’Harmattan.

Charaudeau, P., (2017), Le débat public. Entre controverse et polémique. Enjeu de vérité, enjeu de pouvoir. Paris, Lambert-Lucas.

Gerardin-Laverge, M., (2018), « C’est en slogant qu’on devient féministe. Hétérogénéité du genre et performativité insurrectionnelle », Semen, revue de sémiolinguistique des textes et discours, N°44, http://journals.openedition.org/semen/10779; DOI: https://doi.org/10.4000/semen.10779

Grinshpun, Y., (2013). « Discours manifestant et contestation universitaire » (2009). Argumentation et Analyse du Discours, n°10, URL: http://journals.openedition.org/aad/1476, DOI: 10.4000/aad.1476

Jerad, N., (2011), « La révolution tunisienne : des slogans pour la démocratie aux enjeux de la langue », Archivio Antropologico Mediterraneo on line anno XII/XIII. 13 (2), Università degli Studi di Palermo, URL : http://www.archivioantropologicomediterraneo.it/riviste/estratti_13_2/05.pdf

Larzillière, P., Petric, B., et Wieviorka, M., (2013), « Révolutions, contestations, indignations », Socio, n°2, p.7-24, URL : https://doi.org/10.4000/socio.341

Londei, D., Moirand, S., Reboul-Touré S, et Reggiani L, (Ed.) (2013), Dire l’événement : langage, mémoire, société. Paris : Presses Sorbonne nouvelle.

Maingueneau, D., (2014), Discours et analyse du discours. Introduction. Paris, Armand Colin.

Maingueneau, D., (2012a), Les phrases sans texte. Paris, Armand Colin.

Maingueneau, D., (2012b), Analyser les textes de communication, nouvelle édition revue et argumentée. Paris, Armand Colin.

Mebtoul, M., (2019a). « Le mouvement social algérien du 22 février 2019 : profondeur et puissance au cœur de l’espace public », Revue des Sciences Sociales, n°07, Faculté des Sciences Sociales Université Mohamed Ben Ahmed Oran 2, p25-37.

Morsly, D., (2016), Les mots des révolutions arabes, Ch. Sini et F. Laroussi (dirs.), Langues et mutations sociopolitiques au Maghreb, p.153-164, Rouen, PURH.

Krieg-Planque, A., Oger, C., (2018), « Slogan », Publictionnaire. Dictionnaire critique et encyclopédique des publics, Université de Lorraine, En ligne : http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/slogan/

Krieg-Planque, A., (2013), Analyser les discours institutionnels.  Paris, Armand Colin.

Krieg-Planque, A., (2009), La notion de formule en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique. Besançon, PU de Franche-Comté.

Paveau, M-A., (2013), « Analyse discursive des réseaux sociaux numériques », Dictionnaire d’analyse du discours numérique, Technologies discursives, [Carnet de recherche], URL : http://technodiscours.hypotheses.org/?p=431,

Paveau, M-A., (2017), L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques. Paris, Hermann.

Provenzano, F., (2015), « Tel Quel à la rue : subjectivation et argumentation dans le discours théorique et dans l’affiche militante de Mai 68 », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], n°14, URL : http://journals.openedition.org/aad/1897 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.1897

Rennes, J., « Les formes de la contestation. Sociologie des mobilisations et théories de l’argumentation », A contrario, 2011/2 (n° 16), p. 151-173. DOI : 10.3917/aco.112.0151. URL : https://www.cairn.info/revue-a-contrario-2011-2-page-151.html

Rigoni, I., Theviot, A., et Bourdaa, M., (2015), « Médias, engagements, mouvements sociaux », Sciences de la société, n°94, p. 3-12.

Ringoot, R., (2104), Analyser le discours de presse. Paris, Armand Colin.

Comité scientifique :

Abbès-Kara Attika (ENS de Bouzeréah – Alger) – Ali-Bencherif Mohammed-Zakaria (Université Abou Bekr Belkaid -Tlemcen) – Morsly Dalila (Université d’Angers) – Bernard- Barbeau Geneviève (Université de Sherbrooke) – Bektache Mourad (Université Abderrahmane Mira – Bejaia) – Bestandji Nabila (Université d’Alger 2 Abou El kacem Saâdallah) – Oulebsir Fadila (Université d’Alger 2 Abou El kacem Saâdallah) – Dourari Abderrezak (Université d’Alger 2 Abou El kacem Saâdallah) – Paveau Marie-Anne (Université Paris 13) – Longhi Julien (Université de Cergy-Pontoise) – Ouaras Karim (Université d’Oran 2 Mohamed Ben Ahmed) – Liénard Fabien (Université du Havre) – Djordjevic Léonard Ksenija (Université Montpellier 3 Paul-Valéry) – Grinsphun Yana (Paris III Sorbonne Nouvelle) – Miliani Hadj (Université Abdelhamid Ben Badis- Mostaganem) – Arnaud Richard (Université Montpellier 3 Paul Valéry) – Chaibi Hassiba (ENS de Bouzeréah – Alger) – Sitri Frédérique (Université Paris-Est Créteil) – Krieg Planque Alice (Université Paris-Est Créteil) – Kebbas Malika (Université de Blida 2) – Bonhomme Marc (Université de Berne) – Yahiaoui Kheira (ENS d’Oran) – Maingueneau Dominique (Université Paris-Sorbonne) – Veniard Marie (Université Paris Descartes).

Calendrier :

Date limite de soumission des résumés : 15 mars 2021

Notification des réponses du Comité Scientifique : 29 avril 2021

Envoi des articles : 31 Juillet 2021

Les résumés, qui doivent comporter environ 1000 mots, doivent répondre aux consignes suivantes :

  • Un titre
  • Une courte problématisation et un état de l’art succinct (incluant des références).
  • Les objectifs de l’article clairement énoncés
  • Une présentation et une justification du choix du cadre théorique et de la démarche méthodologique.
  • Une présentation du corpus
  • Une courte bibliographie indicative.
  • Une courte notice biographique

Concernant les articles : une feuille de style sera envoyée aux auteurs dont les contributions seront retenues.

Les résumés doivent être envoyés simultanément aux adresses suivantes : ibtissemchachou@yahoo.fr, kamilaoulebsir83@gmail.com, albin.wagener@gmail.com