Tous les articles par Albin Wagener

Point médian ou point Godwin ?

L’écriture inclusive fait partie de ces quelques sujets brûlants qui secouent les sciences humaines et sociales depuis quelques années maintenant, et plus particulièrement les sciences du langage, dans la variété de leurs composantes (sociolinguistique, sémantique, didactique des langues, pragmatique, etc.). De fait, l’écriture inclusive est une solution expérimentale imaginée pour résoudre la question du genre dans la langue, et des représentations sociales qui y sont liées, tout en étant réutilisée dans des milieux plus militants – mais ce n’est pas de militantisme que je parlerai aujourd’hui. Je précise d’emblée, au passage, que je n’ai jamais été connu pour mes positions militantes sur l’écriture inclusive, et que je ne vais donc pas ici me positionner dans un débat « pour ou contre », mais dans une optique de commentaire d’argumentation scientifique.

En tant que linguiste, j’ai toujours observé le phénomène de l’écriture inclusive en m’informant et en lisant articles et ouvrages, de part et d’autre, et en m’intéressant plus particulièrement (entre autres, je vous rassure !) à ce que l’on appelle les études de genre, qui regroupent un nombre foisonnant de disciplines (sciences du langage, sociologie, anthropologie, psychologie, histoire, études littéraires) et qui, n’en déplaisent à certains fantasmes, ne sont pas des productions idéologiques de « féminazis » qui, écume aux lèvres, auraient pour ambition de brûler les fondements de notre société, de démolir les écoles et d’empêcher les hommes de siroter une Heineken tiède devant un match de foot : pas d’amalgame. En outre, ces lectures m’ont permis de travailler de manière approfondie sur le concept de culture, il y a quelques années de cela. Et c’est toujours en tant que linguiste que je ne peux m’empêcher de rédiger quelques paragraphes vis-à-vis de la tribune signée par plusieurs de mes collègues chercheurs dans Marianne.

Sans malice aucune, j’avertis ici que ce billet ne sera pas rédigé en écriture inclusive, non pas par positionnement militant, mais pour ne pas attiser inutilement l’agacement des consœurs et confrères concernés. J’en profite par ailleurs pour dire, le plus sincèrement du monde, tout le respect confraternel, et même la sympathie franche, que j’ai pour plusieurs d’entre eux ; je me nourris régulièrement de leurs lectures et utilise même leurs travaux pour alimenter mes propres recherches. L’apport de certaines et certains de ces collègues aux sciences du langage est considérable, et ce n’est bien évidemment pas cela qui sera ici étudié. Ce présent billet n’a dont aucune prétention d’outrage ad hominem ou ad feminem, et ne se place pas non plus dans une querelle d’egos malvenue. Je préfère ici souligner cette subtilité pour bien contextualiser les propos qui vont suivre.

Etant par ailleurs engagé dans un processus de réponse collective qui répond à celle de mes collègues (ce billet ayant été rédigé de manière totalement indépendante), je préfère ici me consacrer à une analyse de discours, comme une forme d’exercice pédagogique à destination de mes étudiants (passés, présents et à venir), par rapport aux questions posées par l’argumentation, notamment dans une controverse scientifique linguistique, plus précisément lorsque celle-ci touche à des questions de société – puisque c’est ici le cas. Pour ceux qui veulent un billet sarcastique rédigé par quelqu’un qui ne connaît rien à la complexité des problématiques linguistiques tout en donnant l’impression inverse, vous pourrez toujours vous rabattre sur le blog d’Un odieux connard, par exemple. Pour les autres, ça y est, ma (trop) longue introduction est terminée.

La tribune publiée le 18 septembre 2020 dans Marianne fait écho à de vifs débats internes aux sciences du langage, et qui n’ont finalement pas grand-chose de surprenant : cela fait plusieurs décennies, au rythme des évolutions de la langue (emprunts à l’anglais, réforme de l’orthographe et féminisation des noms de métier), qu’anciens et modernes s’égratignent, sur fond de politiques linguistiques nationales. Evidemment, en France, il y a des sujets sur lesquels tout le monde a toujours un avis définitif : la langue, le voile, les vacances des profs, les allocations chômage, les impôts ou la bouffe des cantines sont autant de marronniers qui agitent périodiquement notre délicieuse République. Mais quand il s’agit de la langue, et quand bien même tout locuteur a bien évidemment le droit d’avoir un avis construit sur la question, il est toujours intéressant d’aller voir du côté des sciences du langage, afin de lire ce que proposent les travaux des spécialistes.

Des spécialistes, nous n’en manquons pas : la linguistique dite « à la française » s’est fait une place de choix, en cultivant sa différence face à l’hégémonie de certains courants scientifiques anglo-saxons, notamment. Et précisément, même si la tribune représente un genre linguistique qui ne rend pas justice aux subtilités de la recherche, les auteurs du texte étudié se présentent d’emblée comme tenant une position scientifique respectable (les scientifiques, donc ceux qui seraient du côté de la raison), en représentant les autres collègues pro-écriture inclusive comme des promoteurs politiques (les militants, donc ceux qui seraient du côté de la passion). Cette première construction pose tout de même problème : elle balaye d’un revers de main tout un pan de la littérature scientifique sur le sujet, de manière définitive et, disons-le, très peu scientifique.

Les auteurs de la tribune rappellent, à juste titre, que « la langue est à tout le monde ». C’est d’ailleurs précisément parce que la langue est à tout le monde que chaque locuteur ou groupe de locuteurs peut se permettre d’expérimenter, de jouer avec la langue et de proposer, à travers des modifications linguistiques, des réponses à des questions sociales – ce que se propose de faire l’écriture inclusive, point médian ou non. D’autre part, les auteurs de la tribune taclent une vision qui serait plus ou moins conspirationniste de la langue, à travers les intentions prêtées aux grammairiens (qui, sauf erreur de ma part, étaient probablement en grande majorité des hommes). Ici, un peu de philologie et d’histoire politique linguistique rappelle pourtant combien la langue française est une langue qui a été, en partie, créée par des processus d’écriture qui ont été le fruit de petits groupes d’individus (notamment pour ce qui concerne l’orthographe) et combien elle a joué dans l’imposition d’un pouvoir politique fort dans le pays. A ce titre, il existe un rapport ontologique de lien de pouvoir entre le peuple français et sa langue, d’abord imposée puis partagée par des locuteurs qui, pour le dire sommairement, n’avaient pas vraiment trop le choix – et je propose ici aux curieux d’aller voir l’histoire politique linguistique d’autres pays européens, et également les évolutions orthographiques d’autres langues.

J’en profite pour signaler que les questions de masculin et de féminin dans la langue sont des questions tout à fait légitimes : elles ont lieu dans d’autres langues et sont encore en cours de débat pour certaines. On est donc très loin d’une marotte isolée qui ferait de la langue française un cas d’école honteux, mais bel et bien d’une tendance générale des langues dans le monde : elles évoluent avec les questions sociales et politiques des peuples qui les parlent, évidemment, et précisément parce que « la langue est à tout le monde ». A ce titre, je rappelle que, contrairement à ce qu’écrivent mes collègues, aucun chercheur sur la question du français inclusif n’a jamais écrit où que ce soit qu’il y aurait une langue originelle pure, pervertie par la gent masculine (sauf erreur grossière de ma part, ce qui est toujours possible). Je vais maintenant me permettre de rebondir sur la liste des défauts reprochés à l’écriture inclusive.

La langue n’est pas la création de grammairiens, mais son institutionnalisation réglementaire, en revanche, est bien le fait d’institutions dédiées – et l’on sait le poids que l’Académie Française a longtemps fait peser sur le bon usage de la langue française, pour reprendre la sacro-sainte expression du Grévisse. Précisément, comme l’écrivent d’ailleurs mes collègues, ce sont les locuteurs qui créent la langue. Dans ce cas, pourquoi vouloir dénier à certains locuteurs le droit de modifier des pratiques orthographiques, dans une optique d’évolution de la langue française ? Qu’il y ait débat, c’est toujours sain : qu’il y ait procès d’intention ou erreur d’analyse scientifique, c’est tout de même dommage. Quant à cette petite phrase « le masculin l’emporte sur le féminin », c’est une formulation qui n’a, j’en suis navré, absolument rien de rare : ce n’est pas parce que quelque chose ne figure pas dans un Bescherelle que la pratique n’existe pas. Il serait ici peu honnête de nier l’usage social de cette phrase, répétée à l’envi par nombre d’enseignants à certaines époques, pour que les écoliers puissent apprivoiser la graphie du pluriel. A ce titre, si, il y a bien une règle d’usage totalement grammaticale qui vaut pour le pluriel, c’est bien celle-là.

La tribune poursuit ensuite avec une distinction qui fait qu’il y aurait une séparation nette entre les mots « féminin » et « masculin » en grammaire et les mêmes termes dans la vie quotidienne : autrement dit, il n’y aurait aucun lien entre le genre des mots, si je puis dire, et le genre des individus (les auteurs de la tribune utilisent eux le mot « sexe »). La langue, fait social par excellence, creuset de représentations sociales et culturelles, disposerait donc d’un temple isolé du fait social, à savoir la grammaire, au sein duquel le sens des mots resterait pur et hermétique à toute forme de contamination extérieure, dans la mesure où il concerne uniquement les cas et les désinences. Je ne sais pas personnellement sur quelle théorie linguistique repose ce subterfuge épistémologique, et je serai très sincèrement ravi d’en discuter, mais il me semble au contraire que nombre de travaux, notamment en sémantique ou en pragmatique cognitive, ont bien montré la contamination des représentations liées aux sèmes (unités de sens) activées par les lexèmes (unités lexicales ou mots, pour vulgariser fort grossièrement) – il suffirait d’ailleurs de retourner lire les travaux fondateurs de ce bon vieux Charles Sanders Peirce, a minima, pour l’observer.

« Trouver un quelconque privilège social dans l’accord des adjectifs est une simple vue de l’esprit » : dommage pour les travaux fondateurs de Basil Bernstein, pourtant capital dans la sociolinguistique contemporaine, qui a pourtant bien montré que la maîtrise et l’application de la langue variaient de manière considérable en fonction des milieux sociaux des apprenants – et que ces privilèges sociaux vont, par exemple, durablement impacter les capacités d’apprentissage des individus. Donc oui, il peut y avoir des privilèges sociaux logés dans le maniement de certains adverbes, dans tels choix lexicaux, ou dans la capacité à accorder les adjectifs : pourquoi n’y en aurait-il donc pas pour ce qui concerne les différences liées au genre (j’utilise genre, alors que les auteurs de la tribune utilisent sciemment le terme « sexe », et je le précise : « genre » n’est pas un gros mot et ne fait de personne un dangereux extrémiste) ?

Je trouve d’autre part étrange l’affirmation suivante (basée sur des travaux scientifiques que j’ai probablement le malheur de méconnaître) : « si la féminisation est bien une évolution légitime et naturelle de la langue, elle n’est pas un principe directeur des langues ». Si la féminisation n’est pas un principe directeur des langues, qu’est-ce à dire ? Cela signifierait-il que les locuteurs sont rétifs à la féminisation, ou qu’il existe une tendance cognitive directrice et socialement partagée ? Qu’est-ce qu’un principe directeur d’une langue ? Et quels sont les principes directeurs d’une langue ? Et puisque la langue appartient à tout le monde, qu’est-ce qui empêcherait les locuteurs de souhaiter, précisément, la féminiser ? Quant aux exemples utilisés pour étayer l’argument, ils ne soutiennent en aucun cas la précédente affirmation. Par ailleurs, dans plusieurs langues, on peut parfaitement modifier les lexèmes pour féminiser un mot, et ça ne fait peur à personne. « Une médecin » en français devient « eine Ärztin » en allemand, et jusque là cela n’a pas vraiment agité nos amis d’outre-Rhin. On pourra par ailleurs par moment regretter, dans cette tribune, le mélange d’arguments et d’exemples parfois contradictoires, qui n’honore certainement pas l’argument de la question de la féminisation de la langue. Certes, on peut dire que « ma fille est un vrai génie des maths » et « c’est Jules, la vraie victime de l’accident », mais le simple fait que les auteurs de la tribune aient choisi « génie » pour illustrer le masculin et « victime » pour le féminin en dit déjà suffisamment pour que j’y passe encore quelques lignes (idem pour les deux animaux choisis, « un aigle » et « une grenouille »).

Puisqu’on parle de nos amis les animaux et que les auteurs de la tribune précisent qu’il suffit de dire « un aigle femelle » et « une grenouille mâle » pour résoudre le problème (dans ce cas pourquoi pas écrire « un médecin femelle » pour utiliser une logique rigoureuse et générale ?), précisons aussi que la langue est ainsi faite qu’on peut également féminiser un mot pour pouvoir délimiter les spécimens (« un lion » et « une lionne », ou encore « un loup » et « une louve »), mais que de surcroît, certaines espèces ont même droit à des termes carrément différents pour pouvoir faire la différence entre les sexes (« un cochon » et « une truie », « un lièvre » et « une hase », etc). Qu’est-ce que ça veut dire ? Rien, pas plus que les exemples de mes collègues, sinon d’affirmer qu’il existe une multitude de cas. Sauf que bien évidemment, l’écriture inclusive n’a jamais concerné les animaux (sans spécisme aucun bien sûr), et il serait malhonnête de feindre de l’ignorer : l’écriture inclusive s’intéresse au genre (mot visiblement imprononçable pour les auteurs de la tribune), pas au sexe, et plus précisément des humains qui vivent en société. C’est bien de cela, et uniquement de cela, qu’il s’agit ici.

« La langue n’est pas une liste de mots dénués de contexte et d’intentions, renvoyant à des essences » : je partage ce constat, et c’est précisément pour cela que les expérimentations linguistiques liées à l’écriture inclusive sont tout aussi légitimes que toute autre réponse potentielle aux questions posées par le rapport entre masculin et féminin dans la langue – et donc, nécessairement, dans la société. Toutes les langues n’ont pas les mêmes ressources lexicales, ni même grammaticales d’ailleurs, mais mes collègues reviennent ici à une théorisation qui représente peut-être le schisme épistémologique le plus fondamental entre opposants et tenants de l’écriture inclusive. En français, le masculin ferait office de neutre – sauf que dans les faits, c’est bien le masculin qui se retrouve systématiquement mentionné d’une manière ou d’une autre, dans certains singuliers comme dans certains pluriels. Affirmer « il n’y a là aucune domination symbolique ou socialement interprétable » ne relève certainement pas de l’hypothèse scientifique ou même d’un positionnement épistémologique construit, mais semble tout simplement ignorer cinquante ans de littérature sociolinguistique sur le sujet, en langue française comme en langue anglaise par ailleurs (et je passe sur les publications en allemand, pour ne citer que cette autre langue). Et encore une fois, puisque la langue appartient à tout le monde, qu’est-ce qui empêcherait des locuteurs de vouloir changer cette donne ? Je passe sur le fait de commander (là encore, exemple surprenant) « un lapin aux pruneaux » et non pas « un.e lapin.e aux pruneaux », qui a évidemment pour objectif pur de ridiculiser la position adverse pour mieux la délégitimer – procédé rhétorique intéressant qui n’a que peu de place dans une discussion scientifique, ce que je regrette.

« La langue a ses fonctionnements propres qui ne dépendent pas de revendications identitaires individuelles ». Premièrement, il s’agit ici de revendications collectives, sauf erreur de ma part (sauf à considérer, ce qui semble être le cas, que les utilisateurs de l’écriture inclusive seraient de dangereux illuminés isolés), puisqu’il s’agit ici de la question de la féminisation de la langue, en lien d’ailleurs avec les questions posés par certains courants féministes en ce moment (et je dis bien « certains courants », puisqu’il n’aura, j’espère, pas échappé aux auteurs de la tribune qu’il existe plusieurs féminismes). Deuxièmement, je ne vois pas comment l’on peut écrire, dans le même texte, que la langue appartient à tout le monde, qu’elle dépend des contextes d’énonciation, et en même temps qu’elle dispose de fonctionnements propres qui ne dépendent pas de revendications – donc de faits sociaux. Il s’agit ici d’un problème de cohérence épistémologique. Les fonctionnements « propres » (sic) de la langue n’en sont pas : ils sont déterminés, situés dans des époques, des sociétés et des choix politiques, et il n’aura échappé à personne que les langues évoluent – soit qu’il y a eu quelques modifications légères entre le français du quatorzième siècle et celui que nous parlons et écrivons aujourd’hui. Il y a fort à parier pour que le français parlé dans cinq siècles soit encore bien différent de celui que nous faisons vivre aujourd’hui, autant qu’il fait vivre nos représentations. Laissons également Simone de Beauvoir tranquille, qui a donc pu être féministe expressément parce que la langue n’exerce pas de pouvoir sexiste, selon les auteurs de la tribune. Il y a eu, au passage, beaucoup d’autrices féminines qui se sont penchées sur la question du pouvoir sexiste de la langue – Simone de Beauvoir y compris, justement.

Il faudrait également, selon les auteurs de la tribune, nécessairement une logique étymologique pour modifier un mot – en d’autres termes, ceux qui ne sont ni latinistes, ni hellénistes, peuvent gentiment passer leur chemin et ouvrir un dictionnaire. Et pourtant, il en existe quelques-uns, des mots apparus sans logique étymologique spécifique (on pourrait commencer par les interjections) – sans même parler de la logique orthographique complexe du français, soulignée d’ailleurs par les auteurs, qui avaient auparavant écrit, je le répète, que la langue est à tout le monde – mais un petit peu moins quand même à ceux qui expérimentent avec l’écriture inclusive : il s’agirait de ne pas badiner avec l’ordre grammatical. Des normes, il en existe : mais cela tombe bien, les normes sont aussi là pour être créées, modifiées, supplantées, contestées. Elles évoluent avec les sociétés et les actions des locuteurs. Encore une fois, la philologie (et je bénis mes cours de philologie à l’université) nous le montre de manière relativement claire, surtout dans un contexte de linguistique comparée. Dénier le droit de création lexicale s’il n’y a pas de logique étymologique, c’est une logique qui s’apparente plus à du prescriptivisme académique qu’à un questionnement scientifique linguistique – prescriptivisme contre lequel nombre de signataires de ladite tribune s’érigent pourtant dans leurs vrais travaux scientifiques. Quant aux problèmes de découpages et d’accords soulignés par mes collègues, ils existent déjà en soi, et l’usage trouve un moyen de les contourner de façon créative – mais j’imagine qu’ils pestent peut-être parfois devant les trouvailles linguistiques des jeunes, qui comme chacun sait, ne savent plus écrire sans faire de fautes et parlent tous n’importe comment. Heureusement, nous, les vieux, on sait.

Ensuite, et cela a été déjà amplement repris et commenté sur certains réseaux, les auteurs de la tribune instrumentalisent, de manière assez incompréhensible, les personnes « dys » pour souligner les failles de l’écriture inclusive. Je ne sais pas combien des signataires de cette tribune ont fait des recherches sur la perception de l’écriture inclusive par les personnes « dys », réflexe scientifique élémentaire pour étayer une telle assertion (j’ai ma petite idée sur la question), mais j’ai la chance de suivre et connaître des collectifs « dys » qui sont pour certains, ô surprise, plutôt partisans de l’écriture inclusive. Je ne nie pas, bien évidemment, le fait que l’écriture inclusive puisse ostensiblement poser des difficultés d’apprentissage (et c’est peut-être là, pour moi, l’un des seuls bémols) – mais que je sache, la langue française n’a pas attendu l’écriture inclusive pour, précisément, avec la langue anglaise, concentrer le plus d’apprenants « dys » par rapport aux autres langues. Cela est dû surtout aux effets d’une correspondance grapho-phonétique souvent alambiquée (les recherches le montrent suffisamment) – les mots ne s’écrivent pas nécessairement comme ils se prononcent. Or, l’écriture inclusive n’introduit pas de nouvelles correspondance grapho-phonétique incongrue : elle introduit simplement une visibilité écrite du féminin.

Pour les auteurs de la tribune, l’écriture inclusive opacifierait l’écriture, « en réservant la maîtrise de cette écriture à une caste de spécialistes ». Là encore, problème : comment expliquer que quelques associations ou simples citoyens, qui n’ont pourtant rien de spécialistes ni de privilégiés sociaux (on y retrouve d’ailleurs une catégorie de populations précaires importantes), optent pour cette écriture tout simplement parce qu’ils se sentent mieux représentés ? Et quid justement de la place des représentations sociales, qui est ici totalement absente de la tribune, alors qu’il s’agit pourtant du sujet principal (sans parler des représentations des auteurs, par ailleurs, qui alimentent nécessairement leur écrit) ? Je peux affirmer ici sans trop me tromper que non, l’écriture inclusive n’est pas exclusivement le fait d’une frange radicalisée héritière d’une gauche caviar citadine et bobo, mais qu’on trouve au contraire nombre de citoyens aux statuts sociaux et professionnels très divers qui la pratiquent déjà, notamment sur les réseaux sociaux, qui constitueraient par ailleurs un terrain d’investigation scientifique particulièrement fécond pour la question qui nous occupe. Et ils utilisent cette écriture, tout simplement parce qu’ils se sentent représentés par cet exercice, et que cela convient à leur perception de la langue – de nombreux travaux en sociolinguistique le montrent abondamment, et je ne comprends pas que mes éminents collègues feignent de l’ignorer. Comme la langue est à tout le monde, je ne vois donc pas où est le mal. J’ajouterai que, malheureusement, ce pays produit déjà suffisamment d’exclusion sociale, et ce n’est certainement pas l’écriture inclusive qui va faire bondir le chômage, accroître le taux de décrochage à l’école ou casser le fameux ascenseur social.

Les auteurs de la tribune indiquent ensuite qu’il existe des pratiques chaotiques de l’écriture inclusive, qui ne permet pas l’établissement d’une norme (le mot est enfin lâché). Evidemment, puisqu’il s’agit d’expérimentations, d’essais, de propositions : le but n’est pas ici de taper à la porte de l’Académie française ou des éditions Larousse pour exiger la généralisation de l’écriture inclusive, mais de pouvoir trouver des solutions scripturales à des questionnements sociaux. Et pourquoi pas, d’ailleurs ! L’écriture inclusive n’est pas « à rebours de la logique grammaticale », comme ils l’écrivent (qu’est-ce qu’une logique grammaticale, d’ailleurs ?), mais se propose plutôt de la compléter. Les tenants de l’écriture inclusive n’ont jamais demandé de réduire la variété des temps verbaux, par exemple, mais il s’agit ici de savoir de quoi il est question, du point de vue strictement linguistique : il s’agit bel et bien de proposer une modification d’écriture. Et même si je connais, en tant que luxembourgeois, le rapport quasiment névrotique des français à leur orthographe et à leurs règles d’écriture, je ne peux me résoudre à penser que cela ne puisse évoluer.

Pour terminer sur l’analyse, je propose de prendre un peu de temps sur cette phrase : « en introduisant la spécification du sexe (ah là là, difficile d’écrire « genre »), on consacre une dissociation, ce qui est le contraire de l’inclusion ». Il s’agit là d’un problème de définition : l’écriture inclusive utilise le concept d’inclusion sociale, non pas pour rendre invisible, mais précisément pour rendre visibles des populations qui éprouvent ce besoin du point de vue de leurs représentations. Montrer que la société inclut, c’est donc rendre visible : à ce titre, spécifier n’est pas dissocier, mais préciser que cette spécification est bien là et fait partie de la société. Je refuse de croire que cette nuance ait échappé à la sagacité de mes collègues. Quant au fait d’affirmer que « l’écriture nouvelle aurait nécessairement un effet renforcé d’opposition des filles et des garçons, créant une exclusion réciproque », je pense que la situation des filles et des femmes en France est suffisamment problématique pour ne pas en faire porter le chapeau à l’écriture inclusive : ou alors cela voudrait bien dire que les pratiques linguistiques ont un poids extrêmement fort sur les représentations sociales, ce que les auteurs de la tribune ont pourtant nié en début de texte, en arguant du fait que l’écriture inclusive n’était pas nécessaire, puisqu’elle n’allait pas faire avancer la cause des femmes. A moins qu’il ne s’agisse d’un raccourci argumentatif et épistémologique, ce à quoi je ne peux me résoudre.

J’avoue avoir du mal à comprendre le sens de cette tribune – mais peut-être est-ce ma vision de la recherche qui est à accuser. J’ai cru comprendre, au cours de mes études, que le travail d’un linguiste était d’étudier les faits de langue, d’observer leurs évolutions dans la société, et de pouvoir comprendre la manière dont langue, discours et faits sociaux se mêlaient conjointement. Il me semblait avoir compris que le travail d’un chercheur en sciences du langage était de s’intéresser aux évolutions linguistiques, pas de les juger et de discerner ce qui est un « bon usage » de ce qui serait un « mauvais usage ». Peut-être ai-je eu de très mauvais enseignants, peut-être ai-je mal compris mes lectures fondamentales, peut-être suis-je un chercheur naïf à l’éthique chancelante – et peut-être suis-je également un mauvais enseignant en sciences du langage, puisque c’est ce que j’essaie de transmettre à mes étudiants.

Le genre de la tribune lui-même est somme toute piégeant : il ne peut que promettre la compression d’idées en des phrases réduites, que l’on espérera les plus percutantes possibles. On ne peut pas espérer de la profondeur scientifique dans un texte court, qui plus est signé par une multitude d’individus, qui auraient probablement tous des choses à redire et à corriger en relisant attentivement ladite tribune – je leur souhaite, en tout cas, et je me refuse d’ailleurs à penser qu’ils n’aient pas suffisamment relu les nuances de leur propre texte avant d’accepter d’y apposer leur signature. La tribune, tout au plus, constitue un exercice d’opinion : mais une opinion n ‘est pas une analyse scientifique, y compris lorsqu’elle est signée par des scientifiques – il s’agit là de deux exercices profondément différents. Mais précisément, dans ce cas, il aurait probablement été plus pertinent de porter la discussion sur le terrain rigoureusement scientifique (épistémologique, philosophique, méthodologique) plutôt que sur celui du jugement de valeurs, dans un exercice qui tient plus de la rhétorique que de la science, et qui dissimule mal la présence de jugements négatifs qui semblent proposer des justifications a posteriori. J’aurais peut-être préféré, finalement, un jugement esthétique du type « j’aime pas l’écriture inclusive, je trouve ça moche », ce qui est par ailleurs tout autant légitime et appréciable (moi aussi, il y a des faits de langue que je trouve moches ; pour autant, je ne vais pas faire en sorte d’empêcher qu’ils ne se produisent), plutôt qu’un ensemble d’arguments qui, pour certains, tiennent plus de la docte chaire du savoir que du questionnement dévolu à l’humble activité de recherche. C’est dommage.

Puisque les auteurs de la présente tribune signalent que l’écriture inclusive ne repose sur aucune base scientifique (quelle écriture dans le monde repose sur une base scientifique, déjà ?), sous-entendant par là que seuls les auteurs disposeraient de cette légitimité scientifique, je me permets d’inclure en bibliographie des références scientifiques (précisément) qui portent sur l’écriture inclusive – n’étant pourtant moi-même pas un militant pro-écriture inclusive, ce que je tiens aussi à repréciser, mais étant capable de reconnaître la qualité des travaux de mes collègues et leur intérêt pour les sciences du langage. Je me permets également, afin de nourrir la discussion scientifique et permettre des échanges de fond, d’appeler à la tenue d’une manifestation scientifique qui permettrait de nourrir, peut-être, des échanges bienveillants entre chercheuses et chercheurs de tous horizons, précisément sur ces questions. Je ne suis pas d’un naturel naïf, mais j’aime à croire que c’est précisément dans les moments de débat que la recherche permet de faire avancer les problématiques auxquelles elle se consacre, précisément en réunissant des consœurs et des confrères qui nourrissent de féconds désaccords. Il me semble que nous nous retrouvons ici, en effet, devant des débats épistémologiques, sociologiques, linguistiques et philosophiques qui méritent d’avoir lieu en dehors de l’exercice de simples tribunes, certes nécessaires, mais à compléter.

Quant à moi, en tant que linguiste systémicien et analyste de discours, je ne pense pas que l’écriture inclusive conduira notre société à notre perte, rendra une génération d’écoliers dépressifs ou demandera à ce qu’on brûle les dictionnaires et les manuels de grammaire. Je ne pense pas non plus que rendre visibles celles et ceux qui la demandent fera sécher et tomber les gonades des hommes, pas plus que je ne considère les tenants de l’écriture inclusive comme de dangereux extrémistes qui souhaitent détruire la civilisation à grand renfort de points médians. Ce que je crois, en revanche, c’est que cette polémique devrait peut-être permettre de rediscuter sereinement de concepts fondamentaux en sciences du langage – parce que ma discipline scientifique, je le crois, mérite mieux qu’une prise de position prescriptiviste qui n’en honore nullement les recherches. Effectivement, le langage est à tout le monde – et surtout à ceux qui l’écrivent et le parlent. Et je me permets ici de citer Wittgenstein, qui écrivait dans le célèbre Tractacus Logico-Philosophicus : « les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde ». Essayons donc de questionner ces limites et, modestement, de les faire bouger : elles en ont besoin, parce que les êtres qui parlent les langues en ont, eux aussi, profondément besoin. Promis, la langue française n’en déclinera pas pour autant.

Pour aller plus loin

  • Abbou, Julie, Arnold, Aron, Candea, Maria & Marignier, Noémie (2018). « Qui a peur de l’écriture inclusive ? Entre délire eschatologique et peur d’émasculation. Entretien », Semen, 44, http://journals.openedition.org/semen/10800.
  • Amossy, Ruth (2014). Apologie de la polémique. Paris : PUF.
  • Ball, Rodney (1999). « La réforme de l’orthographe en France et en Allemagne: attitudes et réactions », Current issues in language and society, 6 (3/4), 270-275.
  • Bard, Christine (2020). Féminismes : 150 ans d’idées reçues. Paris : Le Cavalier Bleu.
  • Celotti, Nadine (2018). « Femme, j’écris ton nom… ? Écriture inclusive, j’écris ton nom ? La visibilità linguistica delle donne nel mondo vario delle lingue francesi », Rivista internazionale di tecnica della traduzione, 20, 27-41.
  • Charaudeau, Patrick (2018). « L’écriture inclusive au défi de la neutralisation en français », Le débat, 199 (2), 13-31.
  • Dubois, Lise, LeBlanc, Mélanie & Beaudin, Maurice (2006). « La langue comme ressource productive et les rapports de pouvoir entre communautés linguistiques », Langage et société, 118 (4), 17-41.
  • Elmiger, Daniel (2017). « Binarité du genre grammatical – binarité des écritures ? », Mots. Les langages du politique, 113 (1), 37-52.
  • Fari, Pascale (2019). « Féminiser la langue ? », La cause du désir, 103 (3), 188-192.
  • Greco, Luca (2014) (dir). « Recherches linguistiques sur le genre : bilan et perspectives », Langage et société, 148 (2).
  • Gygax, Pascal, Gabriel, Ute & Zufferey, Sandrine (2019). « Le masculin et ses multiples sens : Un problème pour notre cerveau… et notre société », Savoirs en prisme, 10.
  • Houdebine, Anne-Marie (2003) (dir). « Hommes/femmes : langues, pratiques, idéologies », Langage et société, 106 (4).
  • Jaffré, Jean-Pierre (2010). « De la variation en orthographe », Ela. Etudes de linguistique appliquée, 159 (3), 309-323.
  • Kosnick, Kiki (2019). « The everyday poetics of gender-inclusive French: strategies for navigating the linguistic landscape », Modern & Contemporary France, 27 (2), 147-161.
  • Le Ru, Véronique, Meulleman, Machteld & Viennot, Eliane (2019) (dir.). « Les nouvelles formes d’écriture », Savoirs en prisme, 10.
  • Mastacan, Simina (2017). « Idéologies linguistiques actuelles. Le cas de l’écriture inclusive », Studii și cercetări științifice, 38, 91-100.
  • Michel, Lucy (2015). « Le ‘neutre’ d’une langue sans neutre », Implications philosophiques, http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/le-neutre-dune-langue-sans-neutre/.
  • Nadeau, Josée, Bourque, Jimmy & Pakzad, Sarah (2017). « La dyslexie en milieu minoritaire. Adaptation d’un test de dépistage des dyslexies pour une population francophone minoritaire : l’exemple de l’ODÉDYS », Education et francophonie, 45 (2), 107-131.
  • Nicolas, Loïc, Ravat, Jérôme & Wagener, Albin (2020) (dir.). La valeur du désaccord. Paris : Editions de la Sorbonne.
  • Peereman, Ronald & Content, Alain (1999). « LEXOP: A lexical database providing orthography- phonology statistics for French monosyllabic words », Behavior Research Methods, Instruments, and Computers, 31, 376-379.
  • Rabatel, Alain & Rosier, Laurence (2019) (dir.). « Les défis de l’écriture inclusive », Le discours et la langue, 11 (1).
  • Sarzi Amade, José (2018). « L’écriture et les signes inclusif·ve·s, avec ou sans ? Activité pédagogique de Français sur Objectifs Spécifiques », Caligrama: Revista de Estudos Românicos, 23 (2), 41-74.
  • Vadot, Maude, Roche, Françoise & Dahou, Chahrazed (2017) (dir). Genre et sciences du langage : enjeux et perspectives. Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée.
  • Wagener, Albin (2019). Discours et système : théorie systémique du discours et analyse des représentations. Bruxelles : Peter Lang.
  • Zaccour, Suzanne & Lessard, Michaël (2018). « Dialogue dissident : la désobéissance a-t-elle sa place sous une autorité linguistique inclusive ? », Cahiers de l’éducation permanente, 53, 35-43.

Ressource et néolibéralisme

Nombreux sont les termes que l’on voit passer dans les bouches des experts, des commentateurs et des politique, sans que l’on prenne garde au contexte de leur usage. Ils se présentent à nous comme des évidences disponibles et valident ou reconfigurent la doxa (Sarfati 2011) à laquelle nous souscrivons parfois mécaniquement, sans toujours saisir l’implication des représentations discursives qui s’y logent et l’animent. Ici, je me permets de m’attarder dans ce billet sur le lexème « ressource », devenu au fil des décennies un cas d’école d’idéologème (Angenot 1984), au sens où il représente une unité combinable relevant d’une idéologie, elle-même capable d’alimenter une doxa (Stockinger 2001) ; dans ce sens, un discours apparemment anodin et relativement commun masque en fait une représentation du monde orientée, porteuse d’un projet politique qui n’a rien de neutre.

A l’heure où l’écologie est devenue un thème central et incontournable dans le débat public, on ne peut s’empêcher de penser d’abord aux ressources naturelles – soit toutes ces commodités offertes par la nature et qui seraient à disposition d’un être humain organisé en société marchande, dans un esprit anthropocentriste relativement évident. C’est le cas d’abord des ressources dites « animalières », qui envisagent l’animal comme une entité à élever, chasser ou pêcher. Dans un article assez remarquable sur le sujet, Oozeerally et Hookoomsing ont montré comment cette inscription idéologique est organisée dès l’éducation des jeunes enfants, notamment dans les manuels scolaires (Oozeerally & Hookoomsing 2017). Les animaux sont des êtres qui se retrouvent donc fortuitement sur Terre pour être consommés, dévorés, traits et transportés, dans le plus pur esprit d’une logique d’économie marchande. Bref : ils existent pour être exploités – ou, à la rigueur, « utilisés » comme animaux de compagnie, ce qui les transforme en « ressource affective ».

Car la ressource, c’est d’abord et avant tout quelque chose que l’on exploite. Certes, cela n’a pas toujours été le cas : une simple recherche rapide sur le CNRTL permet d’envisager l’évolution diachronique des usages du lexème, et d’y distinguer un tournant aux alentours du dix-neuvième siècle, au moment où le capitalisme se donne les moyens d’industrialiser sa logique d’exploitation consubstantielle au colonialisme. On y repère tour à tour des « moyens pécuniaires », des « moyens matériels », des « éléments biotiques et non biotiques de la Terre », des « formes d’énergies », des « moyens financiers » ou encore des « richesses disponibles ». Pour le site d’aide à la traduction Linguee, on peut lire des sources externes éloquentes et très informative sur l’utilisation du terme, dans des contextes langagiers authentiques.

Les « ressources » sont donc des éléments que l’on « exploite », et même les chercheurs tombent dans ce piège linguistique : recherches avicoles (Germain et. al. 2015), recherches managériales (Asselineau et. al. 2014), sciences sociales (Guionnet & Rétif 2015) et même études linguistiques elles-mêmes (Duchêne 2011), pour ne citer que quelques exemples. On parle donc pêle-mêle de « ressources linguistiques », de « ressources naturelles », de « ressources humaines », de « ressources pédagogiques » ou encore de « ressources numériques ». Sur chacune de ces associations, il y aurait beaucoup à dire et à écrire, du point de vue de la langue, de l’usage et des discours en circulation. On peut puiser dans les ressources, les exploiter ou les utiliser ; parfois, on les gaspille, on les épuise ou on les surexploite. Cette galaxie sémantique de la ressource comme réservoir est distincte de la « source » à laquelle on s’abreuve : elle renferme ce que j’appelle une matière noire sémantique (Wagener 2019) bel et bien idéologique, soit un ensemble de représentations a priori non visibles, « normales » ou « neutres », mais qui n’en ont que l’apparence – et qui sont toujours présentes, qu’on le veuille ou non, malgré l’usage quotidien anodin que peuvent en faire les énonciateurs.

Cet usage inflationniste du lexème « ressource » est lié à une logique néolibérale et capitaliste de l’exploitation et de la marchandisation. Dans le cas des « ressources naturelles », une telle inclinaison sémantique et discursive témoigne d’une logique inconciliable avec une définition de l’environnement qui permette une co-existence harmonieuse entre les activités humaines et la nature, au sens large – au sens d’une conceptualisation qui met la distance entre humains et non humains (Descola 2005). Parler de l’environnement, des êtres et des pratiques sociales comme « ressources », c’est participer à une extension sociale du marché (Legrand 2007) qui prend appui sur les réactions émotionnelles des individus (Scribano 2019), en introduisant un rapport de pouvoir structurant (Cingolani 2019) entre la ressource et celle ou celui qui va l’exploiter – donc l’utiliser pour en faire ce que bon lui semble. Tout ceci participe du fait que le discours participe bel et bien des constructions sociales, en (dé)formant et (dés/ré)incarnant les valeurs, les idéologies et les identités (Kopytowska 2015), elles-mêmes par ailleurs soumises à la même logique de marché (Halter 2000) – en écho troublant avec l’actualité, par ailleurs.

Et puis, enfin, il y a l’usage plus individuel, voire plus intime. On dit de quelqu’un qu’il/elle a « de la ressource » lorsqu’il est capable de se sortir d’une situation compliquée – il/elle peut donc y « puiser » (comme l’on fore une terre pour en extraire le pétrole) afin de pouvoir « rebondir » (un terme qui demanderait, à lui seul, encore un autre billet). En d’autres termes, il/elle a donc, suffisamment de « réserves » pour pouvoir s’en sortir. Dans un tout autre contexte, pourtant, on notera qu’il y a un monde assez significatif entre une « ressource naturelle » et une « réserve naturelle ». Revenir à la source, sous toute réserve, c’est peut-être aussi déshabiller la ressource de ses oripeaux contaminés par l’idéologie néolibérale.

Pour aller plus loin

  • Angenot, Marc (1984). « La lutte pour la vie: migrations et usages d’un idéologème », Le Moyen Français, 14-15, 171–190.
  • Asselineau, Alexandre, Albert-Cromarias, Anne & Ditter, Jean-Guillaume (2014). « L’écosystème local, ressource clé du développement d’une entreprise », Entreprendre & innover, 23 (4), 59-70.
  • Cingolani, Patrick (2019). « Neoliberalism, outsourcing, and domination’. In Adrian Scribano, Freddy Timmermann Lopez & Maximiliano Korstanje (éds.), Neoliberalism in multi-disciplinary-perspective (171-184). Londres : Palgrave Macmillan.
  • CNRTL. « Ressource », consulté le 15 juillet 2020, https://www.cnrtl.fr/definition/ressource.
  • Descola, Philippe (2005). Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard.
  • Duchêne, Alexandre (2011). « Néolibéralisme, inégalités sociales et plurilinguisme : l’exploitation des ressources langagières et des locuteurs », Langage et société, 136 (2), 81-108.
  • Germain, Karine, Brachet, Mathilde, Juin, Hervé, Lamothe, Eddie & Roinsard, Antoine (2015). « Le parcours pour volailles de chair : une ressource protéique à exploiter », Onzièmes Journées de la Recherche Avicole et Palmipèdes à Foie Gras, Tours, 1023-1026.
  • Guionnet, Christine & Rétif, Sophie (2015). Exploiter les difficultés méthodologiques. Une ressource pour l’analyse en sciences sociales.Rennes : Presses universitaires de Rennes.
  • Halter, Marilyn (2000). Shopping for Identity : the Marketing of Ethnicity. New York : Schocken Books.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Legrand, Stéphane (2007). « L’extension sociale du marché dans le néolibéralisme », Raisons politiques, 28 (4), 33-47.
  • Linguee. « Ressource », Dictionnaire français-anglais, consulté le 15 juillet 2020, https://www.linguee.fr/francais-anglais/traduction/ressource.html.
  • Oozeerally, Shameem & Hookoomsing, Hélina (2017). « Le poulpe qui existait pour être mangé : l’anthropocentrisme et le spécisme dans les manuels du cycle primaire mauricien », Cahiers internationaux de sociolinguistique, 12 (2), 179-210.
  • Sarfati, Georges-Elia (2011). « Analyse du discours et sens commun : institutions de sens, communautés de sens, doxa, idéologie ». In Jacques Guilhaumou & Philippe Schepens (éds), Matériaux philosophiques pour l’analyse du discours (139-174). Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.
  • Scribano, Adrian (2019). « The thousand faces of neoliberalism : from politics to sensibilities ». In Adrian Scribano, Freddy Timmermann Lopez & Maximiliano Korstanje (éds.), Neoliberalism in multi-disciplinary-perspective (89-118). Londres : Palgrave Macmillan.
  • Stockinger, Peter (2001). Traîtement et contrôle de l’information. Paris : Hermès.
  • Wagener, Albin (2019). Discours et système. Théorie systémique du discours et analyse des représentations. Bruxelles : Peter Lang.

Les statues de la liberté

Auteur du XIXè siècle désormais un peu oublié, Alphonse Karr avait jadis écrit cette phrase : « on diminue la taille des statues en s’en éloignant, celle des hommes en s’en approchant ». Force est de reconnaître que les statues ne sont jamais aussi visibles dans le débat public que lorsqu’on s’y attaque. Clément Viktorovitch, au cours de l’une de ses célèbres chroniques, a récemment rappelé le poids social et politique des statues en vulgarisant habilement une distinction utile entre mémoire et histoire.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit ici : si les statues déchaînent autant les passions, c’est parce qu’elles cristallisent un ensemble de discours complexes et un enchevêtrement de jeux de pouvoir qui s’incarnent, de manière matérielle et publique, dans les méandres de nos rapports collectifs à l’Histoire. Mais pour bien comprendre ce qu’il se joue ici et mettre en perspective toutes les réactions qui entourent ces mouvements autour des statues occidentales, il convient d’ores et déjà de s’attarder sur le rôle des statues.

Déconstruire pour reconstruire

Il convient ici de le souligner et de le rappeler : le déboulonnement de statues n’a rien d’un fait nouveau, et n’est pas plus le marqueur de notre époque troublée que d’une autre. A vrai dire, nous assistons même à un phénomène assez banal : dans le monde romain, déjà, les statues étaient détruites puis remplacées au gré des changements politiques (Cadario 2013). Plus récemment, c’est en Afrique du Sud que les statues avaient été la cible de vandalisme, notamment en lien avec l’histoire pour le moins tourmentée de ce pays aux rapports sociaux pour le moins inégaux (Marschall 2017). Quels que soient les motifs, les statues semblent ne jamais être totalement faites pour survivre à tout : elles ne sont que le reflet d’un ordre social et des choix politiques d’une époque, fusse-t-elle appréciée ou non par certains. Et en ce sens, même si elles tombent de leur socle, elles peuvent toujours être conservées dans d’autres lieux ou à travers d’autres supports (Pittnauer 2018).

Ce qui se joue actuellement n’est bien évidemment pas lié à la statue elle-même, mais à ce qu’elle représente. Pour enfoncer une porte ouverte, il convient de souligner ici le fait que les statues ne sont pas seulement de belles sculptures qui ornent l’espace public : elles forment un discours sur les choix politiques, historiques, mémoriels et nationaux d’un Etat. En ce sens, elles se retrouvent donc irrémédiablement liées aux relations de pouvoir qui s’exercent au sein des Etats. Mais dans les pays occidentaux, on a coutume de se réjouir lorsque les statues tombent loin de chez nous : lorsque celles de Saddam Hussein sont déboulonnées en Irak en 2003, on crie à la libération. Lorsque celles de Lénine s’effondrent en Ukraine en 2014, même son de cloche du côté des pays occidentaux : les sculptures géantes tomberaient donc au nom de la liberté et de la démocratie. Mais dans ce cas, si l’on se réjouit de la chute de certains de ces monuments chez nos voisins, pourquoi nous émouvons-nous des actes de vandalisme qui ont lieu en 2020 ?

Mémoire, espace public et politique

Disons qu’en fonction de la nature des statues et de leur fonction politique et sociale, les réactions ne sont pas les mêmes. Lorsque les statues tombent en Irak, c’est pour se libérer du joug de ce que l’on considère être une dictature. Lorsqu’elles sont déboulonnées en Ukraine, c’est pour protester contre l’ingérence russe, qui alimente beaucoup de fantasmes dans les pays occidentaux. Mais bien évidemment, lorsque ce sont les buddhas de Bamyan qui sont dynamités en Afghanistan, cela devient insupportable : puisque ce sont les Talibans qui le font et qu’il s’agit ainsi d’œuvres classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, l’occident cultivé s’époumone. Il y aurait donc des statues dignes du patrimoine et d’autres qui ne le seraient pas ? Curieuse distinction, qui ne s’opère bien évidemment jamais selon des critères autres que politiques.

C’est clair : comme tous les monuments publics, les statues témoignent de luttes identitaires et politiques (Veschambre 2009), concentrent des opérations de violence symbolique extrêmement puissantes (Sniter 2001) et peuvent représenter des rapports de domination sociale, qui se dissimulent fort commodément derrière la simple dimension sculpturale et artistique (Rossignol 2017). Difficile alors pour le grand public d’y retrouver son latin : on attribue à la statue un ensemble de qualités, mais surtout, on lui attribue la garantie d’un ordre établi, matérialisé, et inscrit dans l’espace public. Les structures socio-politiques se retrouvent donc mises en valeur au grand jour, pour que toute citoyenne et tout citoyen puisse s’y conformer, en prenant l’habitude de les contempler, de les contourner ou simplement de prendre conscience de leur présence. Depuis la Grèce antique, ces fonctions éminemment politiques n’ont pas beaucoup évolué (Ducat 1976).

Les statues comme corpus

Pourtant, il est évident que les statues ne sont pas de simples objets d’art ou d’artisanat exposés publiquement : on confond très souvent la pièce muséale (qui a sa place dans un lieu dédié, qui permet sa contextualisation à des fins d’éducation) et l’objet institutionnalisé dans un espace public, et donc investi, qu’on le veuille ou non, d’un rôle politique (Cohen 1989). De ce point de vue, la statue est un carrefour de toutes les contradictions d’une société (Popescu 2003) : elle constitue un bout de corpus qui permet, de manière intertextuelle et interdiscursive, de lire et comprendre la manière dont nous habitons notre Histoire, et dont notre pays décide de certains hommages politiques en (ré)écrivant le passé, le présent et l’avenir à construire (Boursier 2001).

Que les statues déchaînent autant de violence, c’est à vrai dire assez heureux : même si les réactions sont d’abord émotionnelles et populaires, elles montrent que rien n’est totalement inscrit dans la roche et que les populations peuvent décider, à tout moment, de contester la manière dont l’Histoire est écrite (Young 1993). Du point de vue de l’analyse discursive systémique, les statues sont le reflet de leur époque : elles tombent et sont érigées au rythme des ordres, des désordres, des contestations et des affirmations des peuples et de leurs choix politiques. Parfois, oui, elles témoignent d’époques douloureuses (Dresser 2007) ou commémorent des périodes spécifiques de l’Histoire de manière contextualisée, comme à Budapest avec le Memento Park (James 1999). Comme tout objet complexe et public, elles doivent donc périodiquement être remises en question et interrogées : le contraire serait malsain.

Il serait donc malhonnête de considérer que les individus qui s’attaquent actuellement aux statues le font en violentant la culture, le patrimoine ou l’art ; ils souhaitent justement remettre en question l’universalité politiquement construite de ce qu’ils considèrent être des instruments de violence symbolique, qui plus est installés doctement en plein espace public. Les mouvements sociaux et politiques ne se sont jamais opérés en accord avec la discipline voulue par l’ordre en place, et peuvent même apporter un regard neuf, utile et précieux sur ce que nous considérons être acquis, normal ou institutionnalisé.

L’Histoire des femmes et des hommes vaut probablement mieux que la conservation de symboles de pouvoir, fussent-ils esthétiques ou confectionnés par les artisans les plus doués de nos pays. Et si leur art est si précieux, alors de grâce : installons-les dans des musées, bien à l’abri des aléas du climat, et assortissons-les de ces discours historiographiques et pédagogiques qui, quant à eux, ont la malchance d’être si peu présents dans l’espace public.

Pour aller plus loin

  • Boursier, Jean-Yves (2001). « Le monument, la commémoration et l’écriture de l’Histoire », Socio-anthropologie (en ligne), 9, http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3.
  • Cadario, Matteo (2013). « La destruction délibérée des statues pour des raisons politiques dans le monde romain », In Jan Driessen (Ed.), Destruction. Archaelogical, philological and historical perspectives (pp. 415-433). Louvain : Presses Universitaires de Louvain.
  • Cardesín, José María (2002). « Que faire de la statue de Franco ? Mémoire historique et action politique à Ferrol (Espagne) », Histoire urbaine, 6 (2), 131-150.
  • Chivallon, Christine (2005). « L’émergence récente de la mémoire de l’esclavage dans l’espace public : enjeux et significations », Revue d’histoire moderne contemporaine, 52-4bis (5), 64-81.
  • Cohen, William (1989). « Symbols of Power: Statues in Nineteenth-Century Provincial France », Comparative Studies in Society and History, 31 (3), 491-513.
  • Dresser, Madge (2007). « Set in Stone? Statues and Slavery in London », 64 (1), 162-199.
  • Ducat, Jean (1976). « Fonctions de la statue dans la Grèce archaïque : kouros et kolossos », Bulletin de correspondance hellénique, 100 (1), 239-251.
  • Goddeeris, Idesbald (2015). « Colonial Streets and Statues: Postcolonial Belgium in the Public Space », Postcolonial studies, 18 (4), 397-409.
  • James, Beverly (1999). « Fencing in the past: Budapest’s Statue Park Museum », Media, Culture & Society, 21 (3), 291-311.
  • Johnson, Nuala (1995). « Cast in Stone: Monuments, Geography, and Nationalism », Society and space, 13 (1), 51-65.
  • Knafou, Rémy (2012). « Brigitte Bardot à Buzios (Brésil), les statues et les touristes », Via. Tourism Review (en ligne), 1, http://journals.openedition.org/viatourism/1542 .
  • Levinson, Sanford (1998). Written in stone. Public monuments in changing societies. Durham : Duke University Press.
  • Marschall, Sabine (2017). « Targeting Statues: Monument “Vandalism” as an Expression of Sociopolitical Protest in South Africa », African Studies Review, 60 (3), 203-219.
  • Morel, Maia (2014). « Quand les statues descendent de leur socle (la rue Sherbrooke à Montréal) », Arta, 1, 185-188.
  • Pittnauer, Beate (2018). « Perdre son époque. La destruction des statues parisiennes et leur conservation au moyen de la photographie. Une relation dialectique ? », Perspective (en ligne), 2, http://journals.openedition.org/perspective/11998
  • Popescu, Monica (2003). « Lenin’s Statues, Post-communism, and Post-apartheid », The Yale Journal of Criticism, 16 (2), 406-423.
  • Queyrel, François (2013). « Les statues honorifiques entre texte et image », Pallas. Revue d’études antiques, 93, 99-109.
  • Rossignol, Marie-Jeanne (2017). « Les statues des confédérés dans l’espace public aux États-Unis : pourra-t-on en finir avec une « mauvaise cause » ? », Transtlantica (en ligne), 1, https://journals.openedition.org/transatlantica/8973.
  • Sniter, Christel (2001). « La guerre des statues. La statuaire publique, un enjeu de violence symbolique : l’exemple des statues de Jeanne d’Arc à Paris entre 1870 et 1914 », Sociétés et représentations, 11 (1), 263-286.
  • Sniter, Christel (2008). « La gloire des femmes célèbres. Métamorphoses et disparités de la statuaire publique parisienne de 1870 à nos jours », Sociétés et représentation, 26 (2), 153-170.
  • Van Vollenhoven, Anton (2015). « Dealing with statues, monuments and memorials in South Africa – a heritage based response to current controversies », South African Journal of Cultural History, 29 (1), 7-21.
  • Veschambre, Vincent (2009). « Entre luttes identitaires et instrumentalisation consensuelle. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la mise en mémoire des lieux », Géographie et cultures, 72, 63-79.
  • Young, James E. (1993). « Écrire le monument: site, mémoire, critique », Annales. Histoire, sciences sociales, 48 (3), 729-743.

Jupiter contre Minerve

Le jeudi 11 juin dernier dans un article du Monde (retranscrit par Les Inrocks), le Président de la République a réussi à accuser le monde universitaire, qui n’en demandait pas tant, d’avoir contribué à la fragmentation de notre société. S’il ne s’agit que d’une formule rhétorique dont le locataire de l’Elysée a le secret, elle mérite pourtant que l’on s’y attarde – ne serait-ce que par respect et déférence pour la qualité des recherches menées en sciences humaines et sociales.

Que les choses soient claires : on ne peut pas accuser un homme politique, fusse-t-il chef d’Etat, de faire commerce des petites phrases (c’est, bien malheureusement, son métier) et de ne pas être lui-même spécialiste de sciences humaines – bien que l’on puisse souhaiter que ses conseillers l’informent, a minima, sur l’état de ces recherches dans le pays qu’il dirige. En revanche, cette affaire met en lumière trois éléments distincts : 1) la place de la recherche dans l’espace public est plus que jamais détériorée ; 2) quelques exemples de travaux sur les discriminations méritent d’être rappelés ; 3) une brève analyse discursive paraît ici nécessaire.

Le cirque et la science

Dans un article éclairant paru à peine quelques heures avant la « sortie » d’Emmanuel Macron, Julien Longhi proposait une analyse intéressante, qui soulignait à la fois la confusion des registres, ainsi que la difficulté à pouvoir proposer une position scientifique médiatisable. Comment, en effet, faire entendre la voix des chercheurs, lorsque ceux-ci se retrouvent dans une disposition hypernarrative où les paroles s’expriment en toute horizontalité – sans distinction de légitimité ou de degré de positionnement ? Que les choses soient claires : le problème n’est pas que les chercheurs puissent être en capacité de dialoguer sur un plateau télé avec des éditorialistes et des politiques – mais le fait que les dispositifs médiatiques proposés ne permettent pas la distinction du degré d’expertise de ceux qui parlent. La recherche serait-elle une opinion comme les autres ? Opinion publique et science sont-elles vouées à se livrer à d’insolubles combats de boue, comme l’analyse l’ouvrage de Bernadette Bensaude-Vincent, paru en 2013 ?

Dans tous les cas, il est difficile d’y voir clair – d’autant plus que le Président de la République semble avoir réussi à orchestrer un clivage néfaste entre sciences dures (celles qui ont conseillé le Chef de l’Etat dans sa gestion du Covid-19) et sciences humaines et sociales (ou « subtiles », voire « molles »), qui peinent à trouver leur place dans l’espace public, comme le souligne Bernard Lahire. Face à des objets sociaux complexes qui commandent la finesse de la nuance, l’espace médiatique a besoin d’opinions tranchées pour mettre en scène des oppositions sociales, économiques et politiques. Réduits à la liquidité de leurs objets, les chercheurs en sciences humaines interrogent, questionnent et postulent à propos de thématiques qui font heureusement réagir tous les citoyens – mais qui méritent un parti pris de la complexité. Une complexité difficile à conjuguer avec le temps politique, et caricaturée jusqu’à l’extrême dans l’espace médiatico-numérique.

Une science des discriminations

Quand le Président de la République s’insurge, de manière simpliste et interlope, à propos des chercheurs qui oseraient étudier les discriminations, il est difficile de savoir de qui il parle exactement. En effet, c’est peu dire que la question des discriminations, sous toutes leurs formes, ont permis de produire des recherches de grande qualité, et ce depuis plusieurs dizaines d’années. Aucune discipline n’est en reste : sociologues, historiens, psychologues, infocomologues, linguistes, politologues, anthropologues, historiens de l’art et philosophes (j’en oublie probablement et prie mes collègues de m’en excuser) s’emparent des ces objets sociaux depuis bon nombre d’années – pas par effet de mode (on ne peut pas dire que les financements pleuvent sur ces questions), ni parce que c’est « sexy », mais parce que la question des vulnérabilités et fragilités sociales mérite que l’on s’y intéresse – ne serait-ce qu’en raison des urgences humanitaires qu’elles provoquent.

Et même si le consensus scientifique voudrait que les chercheurs participent à la constitution de leurs objets de recherche, il serait à la fois flatteur et grave de postuler le fait que les chercheurs créent de toutes pièces des problématiques sociales. Nous ne sommes pas démiurges, fort heureusement, et l’insinuer est injurieux, au regard des objets étudiés et des personnes humaines qui se trouvent directement concernées. Peut-on seulement accuser Laura Calabrese de Marie Veniard d’avoir créé les mots de la migration pour cliver la société ? Insinuerait-on qu’Alexandra Galitzine-Loumpet, pour ne citer qu’elle, aurait inventé les violences dont sont victimes les migrants uniquement par opportunisme ? Soupçonne-t-on Cécile Canut de mettre en avant ses travaux à propos de la situation des populations Rom par pur plaisir ? Nombreuses et nombreux sont les consœurs et les confrères qui travaillent avec les populations, les professionnels et les associations afin de pouvoir situer leurs recherches, structurer avec exigence leur éthique et leur appareil épistémologique afin de faire dialoguer terrain et théorie. Et si les ouvrages et les articles pleuvent, c’est d’abord en raison du caractère impérieux des personnes, des objets et des terrains – non par opportunisme cynique.

Quand Minerve fend le crâne de Jupiter

Difficile de ne pas être estomaqué par ces déclarations, jetées ainsi dans l’espace public avec la légèreté perverse du pompier pyromane. Accuser les chercheurs d’être coupables d’avoir créé les objets qu’ils ne font qu’étudier (si tant est que le terme d' »objets » soit d’ailleurs bienvenu ici), cela reviendrait à accuser des médecins d’avoir créé une maladie simplement parce qu’ils l’ont détectée – ou d’accuser les juges de créer du contentieux, simplement parce que des citoyens saisissent les tribunaux. Cette petite pirouette rhétorique, qui fait par ailleurs très largement écho aux travaux salutaires de Ruth Amossy, montre que plus personne n’est à l’abri de la polémique – et que le plus haut personnage de l’Etat peut s’y adonner, écrasant de par son autorité celles et ceux qui se retrouvent sous le poids de l’accusation.

Ainsi donc, c’est le monde universitaire tout entier qui serait coupable, rien que ça. Nous aurions, chères consœurs et chers confrères, ethnicisé la question sociale et pour quelle raison, déjà ? Parce que c’était un bon filon. De quel filon parle-t-on ? S’il s’agit de subsides, que le locataire de l’Elysée soit rassuré : ce type de sujet ne déchaîne pas vraiment l’excitation des financeurs potentiels, y compris publics. Parle-t-on d’avancement de carrière ? Là aussi, que le Chef de l’Etat dorme tranquille : les horizons concernant les recrutements de maîtres de conférences et de professeurs des universités, surtout en sciences humaines et sociales, ne sont pas vraiment des plus dégagés. Parle-t-on de célébrité ou de visibilité ? Que le Président de la République soit rasséréné : le filon de l’ethnicisation de la question sociale n’a rien de sexy, et on ne peut pas dire que les chercheurs défilent sur les plateaux télé lorsqu’il s’agit d’aborder les questions de discrimination – sujet ontologiquement plus grave, convenons-en, que celui des petites saillies communicationnelles.

La République n’est, de surcroît, pas cassée en deux : elle est en mille morceaux, et il faudra plus que des agitations stériles et puériles pour en recoller quelques-uns. Le Chef de l’Etat serait probablement plus inspiré de s’en alarmer, plutôt que de parler d’un monde auquel il ne connaît rien. S’il avait connu l’exigence d’un parcours disciplinaire universitaire, la rigueur des méthodologies et de la construction des problématiques, ou bien encore le sacerdoce d’années doctorales de plus en plus difficiles à vivre, peut-être aurait-il plus de considérations pour ces femmes et ces hommes qui tentent, avec leurs moyens et leur savoir-faire, de contribuer à la mission passionnelle de la recherche.

Il est à craindre que la migraine fasse dire n’importe quoi à Jupiter, lorsque Minerve lui fend le crâne.

Pour aller plus loin

  • Amossy, Ruth (2014). Apologie de la polémique. Paris : PUF.
  • Benhabib, Seyla (2002). The claims of culture : equality and diversity in the global era. Princeton : Princeton university press.
  • Bensaude-Vincent, Bernadette (2013). L’opinion publique et la science. Paris : La Découverte.
  • Bertheleu, Hélène (2007). « Sens et usages de ‘l’ethnicisation’. Le regard majoritaire sur les rapports sociaux ethniques », Revue européenne des migrations internationales, 23 (2), 7-28.
  • Boucher, Manuel & Belqasmi, Mohamed (2017). « Enquêter sur les migrations et le racisme dans l’intervention sociale : entre engagement et distanciation », Migrations société, 167 (1), 77-90.
  • Calabrese, Laura & Veniard, Marie (2018). Penser les mots, dire la migration. Paris : L’Harmattan.
  • Canut, Cécile (2016). Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires. Paris : Petra.
  • Crenn, Chantal & Kotobi, Laurence (2012). Du point de vue de l’ethnicité : pratiques françaises. Paris : Armand Colin.
  • Galitzine-Loumpet, Alexandra (2018). « Le livre de ‘la jungle de Calais’ : imaginaires et désubjectivations », Journal des anthropologues, 5, 99-127.
  • Hourmant, François, Lalancette, Mireille & Leroux, Pierre (2019). Selfies et stars : Politique et culture de la célébrité en France et en Amérique du Nord. Rennes : PUR.
  • Lahire, Bernard (2017). « Ce que peut la sociologie », The Canadian Review of Sociology, 54 (3), 261-279.
  • Lochak, Danièle (2007).  » Le ‘modèle républicain’ dans le débat public : usages rhétoriques et reconstitution mythique », in Bertrand Badie & Yves Déloye (éds), Le temps de l’État : mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum (398-407). Paris : Fayard.
  • Longhi, Julien (2018). Du discours comme champ au corpus comme terrain. Contribution méthodologique à l’analyse sémantique du discours. Paris : L’Harmattan.
  • Nicolas, Loïc, Ravat, Jérôme & Wagener, Albin (2020). La valeur du désaccord. Paris : Editions de la Sorbonne.
  • Paveau, Marie-Anne (2009). « Chronique ‘linguistique’. Peut-on dire n’importe quoi ? Langage et morale », Le français aujourd’hui, 167 (4), 105-113.
  • Wagener, Albin (2020). « Hypernarrativity, storytelling, and the relativity of truth : digital semiotics of communication and interaction », Postdigital science and education, 2, 147-169.