Archives de catégorie : Actualités

Greta de Siège

Périodiquement, comme une sorte de marronnier qui permet assez aisément de distinguer ceux qui s’intéressent au changement climatique de ceux qui s’intéressent uniquement aux personnes qui en parlent, on voit ici et là poindre des diatribes contre Greta Thunberg, l’activiste et militante suédoise qui inspire d’autres individus comme elle de s’engager pour cette cause si pressante. Dernier en date : Marc Lambron, qui a choisi d’honorer son auditoire grâce à une œuvre à la qualité discutable, qui s’inspire librement (sic) de Greta Thunberg pour en faire un conte moderne (re-sic), chargé d’alerter non pas sur les dangers du climat, mais sur les individus qui nous alertent sur les risques liés au changement climatique. Rien que ça.

Nous sommes plusieurs à alerter sur la manière dont Greta Thunberg se retrouve utilisée comme bouc-émissaire et comme cible médiatique, obstruant ainsi le véritable sujet – et de loin plus urgent – du changement climatique, comme André Gunthert (EHESS) notamment. Nombreux (et très peu nombreuses, en revanche…) sont en effet ceux s’en sont pris à Greta Thunberg : qu’il s’agisse de Laurent Alexandre, Michel Onfray ou encore Pascal Bruckner, pour ne citer que les plus illustres, ils sont toute une frange d’essayistes réactionnaires à se déchaîner contre la militante suédoise, à défaut de proposer une vision écologique de la société concernant le changement climatique. Soyons magnanimes, on ne peut pas être bon partout. Ce que ces critiques ont en commun, pour une large majorité d’entre eux, c’est d’appartenir souvent à une même catégorie socio-démographique, pour ne pas dire générationnelle (et éviter une surmobilisation du terme « boomer »).

https://static.cnews.fr/sites/default/files/greta-thunberg-sosie_5dd46819c355a_0.jpg

L’année 2019 avait été particulièrement riche par ailleurs, puisque Greta Thunberg avait fait un tour par l’Assemblée Nationale. Mais elle n’était pas seule, bien évidemment : tout un panel de scientifiques et de militants avaient été invité.e.s, sur initiative du député Matthieu Orphelin. On y retrouvait par ailleurs également Valérie-Masson Delmotte, co-présidente du groupe 1 du GIEC ; malheureusement, ce n’est pas la diversité et la qualité de cet aréopage qui aura marqué l’histoire, mais le fait qu’une citoyenne suédoise, mineure qui plus est (et Asperger, de surcroît), ait foulé le Saint-Sol du parlement, comme si cela constituait une offense d’une gravité sans précédente faite à la face de la République française. Une sorte de crachat façon smørbrød qui a eu le désavantage de réveiller les néo-conservateurs assoupis, qui n’y connaissent strictement rien en écologie ou en climatologie, mais s’y connaisse nettement mieux en arguments fallacieux, dépréciatifs et discriminants. On a les médailles qu’on mérite.

Je m’étais alors amusé à constituer un petit corpus, mis d’ailleurs en ligne sur ce carnet de recherche et libre d’utilisation pour celleux qui le désirent, qui balayait plusieurs mois de publications médiatiques diverses qui critiquaient Greta Thunberg – la fréquence de ces publications culminant bien évidemment autour du mardi 23 juillet 2019, date fatidique s’il en est. Le 12 octobre 2019, Le Monde avait par ailleurs publié sur sa chaîne YouTube une analyse des critiques dont la militante suédoise était la cible, et avait mis à disposition ce même corpus, ainsi que les premières conclusions de l’étude. Depuis, celle-ci a été publiée dans la revue scientifique Argumentation et analyse du discours, et c’est sur celle-ci que je voudrais revenir dans ce billet, afin de balayer les différents contre-discours qui ont ciblé (et ciblent encore !) Greta Thunberg.

Kuva

Ces résultats sont éloquents et avaient été préalablement diffusés dans une petite infographie, afin d’en livrer les éléments les plus emblématiques. Greta Thunberg est en fait perçue, au sein des contre-discours en circulation, comme une personne fragile : elle serait trop jeune (comme s’il y avait un âge limite pour s’engager pour des causes), elle serait même une enfant (donc nécessairement manipulée par son entourage, et même ses parents), et souffre en plus d’un handicap. Ce handicap, qui a probablement stimulé l’une des salves les plus historiques de propos horriblement validistes et normatifs, c’est le syndrome d’Asperger – un syndrome qui n’empêche a priori nullement de s’engager pour une cause, d’y développer une expertise, et d’en faire un combat à porter par-delà les frontières. Greta Thunberg y était donc dépeinte comme une marionnette sans conscience, dont la tête pouvait être farcie par la propagande d’un entourage malveillant. Je ne sais pas comment les détracteurs de Greta Thunberg étaient quand ils avaient son âge (pour mémoire, entre 16 et 17 ans, donc pas 5 ou 6 ans), mais ça en dit long sur leur vision de la jeunesse et l’adolescence qu’ils ont dû passer.

L’invalidité de la parole non-experte était également particulièrement vivace : on reprochait à Greta (si je peux me permettre cette familiarité) de ne pas être légitime. Il faudrait donc que les militants laissent la parole aux politiques (qui ont largement fait leurs preuves en matière de politique écologique ambitieuse, comme chacun sait) et aux scientifiques. Pourtant, comme dans nombre de sujets, le militantisme aide souvent la recherche à porter et diffuser ses résultats au sein de la société civile, en sensibilisant à des causes, sans pour autant dévoyer le propos des chercheuses et des chercheurs qui travaillent sans relâche pour obtenir des résultats et alerter à leur propos. De surcroît, comme Greta Thunberg est jeune, elle aurait dû surtout écouter, se taire, et éventuellement s’engager un peu plus tard, après études – les deux étant apparemment incompatibles (sic).

https://i.dailymail.co.uk/1s/2020/11/05/23/35313192-0-image-a-8_1604618712292.jpg

L’appel au pathos constituait également une autre critique : la militante suédoise utiliserait des ressorts trop émotionnels, trop psycho-affectifs, et dévoierait par-là même la parole rationnelle nécessaire pour mieux comprendre les enjeux du climat. Pourtant, encore une fois, il est parfaitement possible de lier expertise technique et sensibilisation percutante, comme le font Jean-Marc Jancovici ou Aurélien Barrau par exemple. D’autre part, pour sensibiliser (comme le laisse devenir d’ailleurs la racine de ce verbe), il faut pouvoir faire appel aux sens ; dans ce cas de figure, les réactions émotionnelles sont nécessaires. Et de fait, d’une manière plus générale, elles ne sont pas sales ni contre-productives, tout au contraire d’ailleurs : c’est en éveillant ces alertes émotionnelles qu’il serait possible d’agir. Par ailleurs, et bien malheureusement, les apports purement « rationnels » des nombreux rapports du GIEC, depuis des décennies, n’ont pas réussi à faire bouger les politiques publiques – ou si peu.

La conspiration du greenwashing a été particulièrement nourrie dans les contre-discours en circulation – et plus largement, ce type de débat est d’ailleurs toujours assez vif au sein des tenants de l’écologie et des solutions politiques à apporter. En d’autres termes, au sein du spectre politique en présence, on retrouve à la fois celleux qui militent pour une radicalité dans les propositions à mettre en oeuvre, et celleux qui estiment que l’écologie est soluble dans le statu quo néolibéral, comme a tenté de le faire Emmanuel Macron avec la Convention citoyenne pour le climat – et avec les manques, les insuffisances et les déconvenues que l’on sait. Mais dans le cas de Greta Thunberg, l’aspect conspirationniste a été nourri par son entourage, et ce malgré ses réponses incessantes et précises sur le sujet ; il n’en reste pas moins que la militante n’avance évidemment pas seul, et qu’elle a autour d’elle des individus qui l’aident à faire avancer son combat. Comme n’importe quel.le militant.e, par ailleurs.

I love the Greta Thunberg Memes. - 9GAG

Mais Greta Thunberg n’est pas seulement jeune ou atteinte du syndrome d’Asperger : elle n’est pas un homme. Et c’est en tant que femme, précisément, qu’elle aura subi les critiques les plus violentes et les plus ahurissantes. De ce fait, à travers ses prises de parole, ses postures et ses expressions non verbales, la militante suédoise souffre très exactement des accusations attribuées aux sorcières depuis des siècles : on l’accuse d’être une dévote qui sacralise (et donc dé-rationnalise) les enjeux du changement climatique, dans une aura qui se rapprocherait d’une forme de mysticisme eschatologique. Comme une Pythie moderne, elle annoncerait donc l’apocalypse (alors que, soyons honnêtes, absolument tous les chiffres scientifiques le soulignent tout autant), puisqu’elle le verbalise comme tel et l’énonce dans ses affects et ses choix énonciatifs. Et dans le même temps, on l’accuse d’une forme d’impassibilité et d’insensibilité, tout en l’accusant d’hyperaffectivité : bref, on l’accuse d’une forme d' »hystérie » (un grand classique des attaques masculinistes), tout en lui reprochant d’avoir, finalement, des attributs perçus comme masculins (impassibilité et insensibilité). Une sorte de Jeanne d’Arc écologiste, en quelque sorte, qui se retrouve affublée d’une posture de vierge de fer par ses plus féroces détracteurs.

Enfin, les attaques ad feminem pleuvent de manière relativement forte, notamment à travers l’attaque du corps – grand classique, malheureusement, des agressions masculinistes, pour qui le corps de la femme reste un corps public, que l’on critique, que l’on commente, que l’on convoite et que l’on souhaite ultimement posséder. Cela semble être un problème pour ses détracteurs (majoritairement hommes blancs et au-dessus de la cinquantaine, pour situer leur posture énonciative), qui ne sont visiblement pas étouffés par les haut-le-cœur en lui reprochant une apparence non désirable (alors qu’il s’agit d’une adolescente au moment où nous rédigeons ces lignes, rappelons-le). Plus précisément ici, il s’agit d’un corps décrit comme non désirable, mais également d’un visage décrit comme non désirable – un visage qui énoncerait donc des paroles trop chargées d’émotions, tout en étant incapable d’en exprimer, d’après les contre-discours en circulation. Mais lorsque l’on critique par dégoût, par désamour ou par peur, l’on est pas à un paradoxe près, n’est-ce pas ?

How Dare You Not Enjoy These Greta Thunberg Memes - Greta Thunberg | Memes

Ces différents contre-discours ne sont pas limités au champ francophone stricto sensu : on les retrouve finalement dans bon nombre de situations politiques et de pays dans le monde – même si la plupart proviennent, il faut bien l’avouer ici, de critiques d’inspiration réactionnaire, néo-conservatrice ou d’extrême droite. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de constater que, malgré tout le mal que ces milieux pensent de Greta Thunberg et de son discours (tout en refusant toujours d’avancer un quelconque propos construit à propos de l’écologie ou du changement climatique, bien sûr), ceux-ci aient néanmoins imaginé construire une figure anti-Greta Thunberg – à savoir Naomi Seibt, qui utilise nombre des méthodes de la militante suédoise pour diffuser des propos climato-négationnistes vérifiés. Comme quoi, on ne déteste jamais autant que ce qu’on envie.

Pour aller plus loin

  • Amossy, Ruth (2011). « Des sciences du langage aux sciences sociales : l’argumentation dans le discours », A contrario, 16 (2), 10-25.
  • Baker, Paul (2006). Using corpora in discourse analysis. Londres : Continuum.
  • Bendinelli, Marion (2011). « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », Asp, 60, 103-123.
  • Dahlberg, Lincoln (2013). « Discourse theory as critical media politics? Five questions ». In Dahlberg, Lincoln & Sean Phelan (éds.). Discourse theory and critical media politics, 41-63. Londres : Palgrave Macmillan.
  • Frigon, Sylvie & Michèle Kérisit (2000). Du corps des femmes : contrôles, surveillances et résistances. Ottawa : University of Ottawa Press.
  • Hart, Christopher (2013)« Argumentation meets adapted cognition : manipulation in media discourse on immigration », Journal of pragmatics, 59 (2), 200-209.
  • Howarth, David (2000). Discourse. Buckingham : Open University Press.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Maillat, Didier (2013). « Constraining context selection : on the pragmatic inevitability of manipulation », Journal of pragmatics, 59 (2), 190-199.
  • Martinez, William (2012). « Au-delà de la cooccurrence binaire… Poly-cooccurrences et trames de cooccurrence », Corpus, 11, 191-216.
  • Moirand, Sophie (2007). Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre. Paris : PUF.
  • Moïse, Claudine, Auger, Nathalie, Fracchiolla, Béatrice & Schultz-Romain, Christina (2008) (dir). La violence verbale (2 tomes). Paris : L’Harmattan.
  • Nathan, Dev, Govind Kelkar & Yu Xiaogang (1998). « Women as witches and keepers of demons: cross-cultural analysis of struggles to change gender relations », Economic and Political Weekly, 33 (44), WS58-WS59.
  • Nicolas, Loïc (2014). « L’évidence du complot : un défi à l’argumentation. Douter de tout pour ne plus douter du tout », Argumentation et Analyse du Discours, 13, http://journals.openedition.org/aad/1833.
  • Paveau, Marie-Anne (2006). Les prédiscours : sens, mémoire, cognition. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.
  • Rabatel, Alain (2007). « Les enjeux des postures énonciatives et de leur utilisation en didactique », Education & didactique, 2 (1), 89-116.
  • Rosier, Laurence (2012) (dir). « Insulte, violence verbale, argumentation », Argumentation et analyse du discours, 8, https://journals.openedition.org/aad/1242.
  • Scott, Mike (2001). « Comparing corpora and identifying key words, collocations, frequency distributions through the Wordsmith Tools suite of computer programs ». In Ghadessy, Mohsen, Henry, Alex & Robert L. Roseberry (éds.). Small corpus studies and ELT. Theory and practice, 47-70. Amsterdam : John Benjamins.
  • Tileagă, Cristian (2007). « Ideologies of moral exclusion: A critical discursive reframing of depersonalization, delegitimization and dehumanization », British Journal of Social Psychology, 46 (4), 717–737.
  • Wagener, Albin (2020). « Internet contre Greta Thunberg : une étude discursive et argumentative », Argumentation et analyse du discours, 25, https://journals.openedition.org/aad/4747.
  • Wartenberg, Thomas (1990). The forms of power. From domination to transformation. Philadelphia : Temple University Press.
  • Watts, Richard (1991). Power in family discourse. New York: Mouton de Gruyter.
  • Wodak, Ruth (2015). The politics of fear : what right-wing populist discourses mean. London : Sage.

Le pire contre-attaque

L’analyse de discours dispose probablement d’une aimable qualité : elle permet, de manière plutôt opportune, de mieux comprendre l’écologie de l’emploi des mots, au cœur de leur contexte d’énonciation, afin de saisir les enjeux de l’argumentation produite. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette sous-discipline des sciences du langage se veut particulièrement utile lorsque l’actualité devient tonitruante, bruyante, violente et indigente. Elle l’est tout particulièrement lorsqu’un ministre de l’éducation nationale, à savoir Jean-Michel Blanquer, croit bon de cibler les universitaires et les étudiants au moment où ceux-ci se remettent à peine du choc de l’attentat terroriste qui a visé l’enseignant Samuel Paty. De fait, qu’un ministre se retourne contre une communauté enseignante, fût-elle du supérieur, au moment où un prof est assassiné, constitue un fait remarquable – que la ministre de l’enseignement supérieur, ait été obligée de lui répondre, tout comme la conférence des présidents d’université, est également à souligner.

Mais peu importe : au-delà de ce contexte et de ce véritable moment discursif, il convient d’analyser de manière intelligible, comme l’a fait Samuel Hayat par exemple, ce qui se joue au-delà du choc légitime et des récupérations de tout bord – au-delà également des voyages sémantiques qui trahissent surtout d’inquiétants glissements politiques, qui témoignent probablement de l’état de santé de nos démocraties.

Qui est vraiment Jean-Michel Blanquer ? - Challenges

Plus qu’une formule, l’islamo-gauchisme est une notion à la trajectoire discursive plutôt floue, mais qui trouve son origine dans un certain nombre d’écrits et de suppositions ; en gros, l’islamo-gauchisme n’existe pas en tant que tel et représente une conjecture discutable qui prend sa source, entre autres, dans les hypothèses d’intellectuels comme Pierre-André Taguieff, qui soupçonnent un certain nombre de courants de gauche (et surtout d’extrême-gauche) de collusion avec une certaine forme d’islam fondamentaliste. Cette supposition se base sur des anecdotes disparates qui, comme souvent dans les proto-théories péri-conspirationnistes, se trouvent reliées entre elles par un fil conducteur commode : si certains acteurs politiques de gauche ont, localement, travaillé de près ou de loin avec des acteurs de l’islam fondamental (ce qui est effectivement arrivé, il faut être clair là-dessus), c’est que les courants de gauche porteraient donc en eux-mêmes le germe d’une collaboration coupable avec le fondamentalisme islamiste.

Evidemment, dans cette configuration discutable, il n’est jamais question de l’islam lui-même comme religion de France, au même titre que le judaïsme ou le christianisme ; dans la bouche (ou sous les doigts) des pourfendeurs de l’islamo-gauchisme, l’islam est d’emblée conceptualisé comme un culte dont le fondamentalisme et le terrorisme ne peuvent être que des dérives logiques et programmatiques. Avec cette définition terriblement réductrice et discriminante de la religion musulmane, il faut alors désigner un coupable : il y a bien des gens qui, de l’intérieur, favorisent ce développement fondamentaliste. Ce serait donc les « gauchistes » – si tant est que l’on puisse définir un terme aussi vague, aussi protéiforme et aussi ridiculement réducteur.

De surcroît, le mot composé « islamo-gauchisme » possède une analogie de forme totalement assumé avec le « judéo-bolchévisme », et la même charge criminogène : dans les deux cas, on accule à la fois une religion et un certain nombre de courants politiques de gauche. Dans les deux cas, la religion dispose d’une charge conspirationniste : complot juif d’un côté, complot musulman fondamentaliste de l’autre (sans même parler du grand remplacement). Dans les deux cas, ce sont les courants progressistes, dits de gauche, qui seraient les « collabos » notoires : las, le « bolchévisme » et sa charge soviétique patentée ont été remplacés par le « gauchisme », confisquant ainsi les termes du débat en les répartissant entre la droite et l’extrême-droite. Dans les deux cas, les personnalités qui utilisent ces termes puisent dans les ressources discursives d’une extrême-droite nationaliste, qui utilise le paravent de la République laïque pour défendre une vision de la société chrétienne, néo-conservatrice et pré-fascisante.

Injure" et "subjectivité", de l'injonction culturelle paradoxale à  l'ordonnance de placement, Evelyne Larguèche, Diogène, Delphine Horvilleur,  Sophie Mendelsohn, Pierre-Henri Castel, le film "Le Grand Soir", de Benoit  Delépine et Gustave Kervern et

Il n’est donc pas malaisé de constater que le terme « islamo-gauchisme » n’est pas véritablement utilisé comme un compliment. Insulte ou injure, le mot composé ne fait pas que stigmatiser : il accuse. Il accuse ceux qui travaillent avec les musulmans pour tisser de véritables liens interculturels. Il accuse les associations, les partis politiques et la communauté musulmane. Il désigne un coupable par rapport à certains maux de la société, dans une logique assez classique du « nous » contre « eux » : le « nous » (les bons), ce sont ceux qui ne sont donc pas de gauche (de facto) et qui ne disposent d’aucun lien avec l’islam en général – sachant qu’ici, le terme « islamo » peut laisser à la fois penser à l’islam en tant que religion, ou à l’islamisme en tant que dérive : un glissement sémantique bien commode. Au fond, c’est si facile de répondre à la haine par la haine.

Le « eux », ce sont ceux qui seraient, consciemment ou inconsciemment, dans une logique de trahison de la République et de ses valeurs (notamment la laïcité), en osant dialoguer avec les musulmans. Cette accusation injurieuse dispose d’une commodité sémantique pour les tenants du « nous » : elle permet à la fois de stigmatiser l’adversaire politique (la gauche dans son entièreté, sans distinction de courant ou d’obédience), tout en galvanisant le camp de l’extrême-droite, notoirement connu pour son islamophobie – une islamophobie qui fait historiquement écho à l’antisémitisme malheureusement bien implanté dans les milieux d’extrême-droite.

Ignorer le fait que le terme d’islamo-gauchisme ait été théorisé par des milieux néoconservateurs qui flirtent avec l’extrême-droite, c’est assez difficilement pardonnable. En réutilisant un concept qui dispose d’une popularité très claire dans les milieux nationalistes les plus énervés, tout locuteur légitime ce concept et transforme une notion extrémiste en un terme « normal », qui peut être véhiculé sans difficulté dans la doxa médiatique et politique. Ce faisant, à travers l’injure, l’extrême-droite gagne du terrain en toute quiétude, puisque ses concepts se retrouvent dans la bouche d’éditorialistes, d’opinionistes et même de ministres.

Il faut lui faire des câlins ! » : Jean-Michel Blanquer agace dans son camp  - Gala

Passons maintenant à un autre aspect de la polémique de l’islamo-gauchisme et de sa présence dans le discours d’un ministre de l’éducation nationale : la posture énonciative. Qu’un terme soit utilisé dans le débat public n’a rien de surprenant en soi : la vie des notions et des concepts, dans l’environnement politico-médiatique, est construite par une tectonique qui suit les mouvements de la société, avec ses frictions, ses éruptions et ses volcans endormis. Toutefois, il est évident que lorsqu’un locuteur dispose d’une position de pouvoir au sein d’une société, a fortiori d’un pouvoir politique, sa parole dispose d’une charge tout à fait singulière. En d’autres termes, tout membre de gouvernement dispose d’une position verticale plutôt élevée, sur l’échelle socio-politique, qui va donner d’autant plus d’importance à sa parole.

Ainsi, lorsqu’un ministre de la République accuse certains enseignants d’avoir, en creux, armé le bras de celui qui a décapité un de leurs confrères, il ne peut ignorer que sa parole aura des conséquences publiques et politiques. Tout ministre qu’il est, il ne peut donc ignorer l’histoire d’un mot composé, ses contextes d’énonciation traditionnels et sa charge lexico-sémantique : la première responsabilité d’un locuteur de premier plan, du point de vue sociolinguistique, est de connaître parfaitement la charge des mots qu’il emploie. Quand un terme circule dans les sphères proches de l’extrême-droite, c’est pour une bonne raison, et en raison d’un certain historique lexical.

Cette analyse rejoint, en partie, la théorie des actes de langage : accuser des universitaires de collusions avec des terroristes islamistes, c’est les mettre potentiellement en danger eux aussi. Il n’est pas à exclure que certains militants d’extrême-droite se débrouillent pour s’en prendre à des universitaires, puisqu’ils se retrouvent légitimés par la parole d’un ministre de la République. Le fait que le nombre d’actes terroristes d’extrême-droite ait triplé dans le monde occidental, ces dernières années, devrait à tout le moins faire réfléchir le ministre. En désignant des adversaires sur les campus universitaires, Jean-Michel Blanquer réalise un acte de langage à visée potentiellement perlocutoire : il risque d’encourager d’autres actes terroristes et produire une escalade de violence, toujours à destination du corps enseignant.

3 conseils pour assumer son féminisme – Lallab

Au travers du millefeuille d’accusations proféré par le ministre de l’éducation nationale, il est aisé de constater que l’islamo-gauchisme ainsi utilisé ne constitue pour lui que la partie émergée de l’iceberg : derrière le mot composé se cache, précisément, une bouillie conceptuelle composée d’un ensemble de notions dont les finesses semblent échapper totalement au ministre. C’est le lot des concepts complexes, malheureusement : ils ne sont pas faits pour le temps médiatique éjaculatoire auquel nous sommes obligés d’assister. Ils sortent du cadre des opinions relayées ici ou là, alors qu’une notion comme islamo-gauchisme, par exemple, simplifie et réduit à outrance le réel, en réifiant des représentations plus faciles à manipuler et à transmettre.

Dans la commode de l’islamo-gauchisme se dissimulent en effet plusieurs tiroirs : on fustige les études décoloniales, on moque les analyses intersectionnelles, et on conspue le féminisme du début du vingt-et-unième siècle. Car le « gauchisme » (si tant est, encore une fois, que ce -isme ait un sens) cible tout ce qui, de près ou de loin, remet en cause la simplicité des discours paternalistes. Bien évidemment, de manière assez logique, lorsque deux galaxies représentationnelles s’affrontent, chacune se défend. Et ici, l’anti-islamo-gauchisme se pose en fait en défenseur contre tout ce qui interroge la société, sous toutes ses coutures, et remet en question une forme apparente d’ordre – qui cache en fait plus de désordres qu’elle ne le croit.

Bien que le ministre de l’éducation nationale ait fait des études universitaires, il est passé à côté de la complexité critique d’un certain nombre de notions en sciences sociales. L’intersectionnalité, par exemple, est un concept d’un foisonnement riche et qui permet d’interroger énormément de phénomènes sociaux et politiques : il s’agit de montrer, justement, que les catégories sociales simples sont limitantes pour observer le réel, et que celles-ci s’interpénètrent. En d’autres termes, l’intersectionnalité rejoint, par exemple, les discussions fécondes sur l’identité (ou plutôt les identités ou les phénomènes d’identification), en démontrant que l’on est jamais un seul rôle social, mais une multitude d’incarnations plurielles qui peuvent bouger, évoluer, se tisser et se détisser au gré des évolutions, des événements et des choix actanciels. Nier cela, c’est méconnaître la complexité de la société – mais c’est bien, très précisément, le but d’un terme comme « islamo-gauchisme ».

The best medieval memes memes :) Memedroid

Un petit détour par la pragmatique cognitive nous permet de compléter cette petite analyse de discours par la construction des positionnements des uns et des autres. En effet, derrière le discours du ministre, se cache en creux la construction d’une certaine idée de la République et des valeurs qu’elle doit incarner : si l’islamo-gauchisme la menace et collabore à l’assassinat d’enseignants, cela signifie que la sécurité républicaine ne peut être gardée que par une forme de laïco-droitisme (qui ne se nommera évidemment pas comme tel et que je ne fais que nommer grossièrement en miroir). Ce qui est important dans les discours, en effet, c’est également ce qui n’est pas dit, et la matière noire sémantique qui s’y loge – invisible à l’œil nu, mais bien présente dans sa chimie complexe.

Il y a donc les gardiens de la République d’un côté, et de l’autre, les intellectuels de la démocratie (du « démocratisme » ?). Le problème, c’est que cette binarité discursive construite par le ministre de l’éducation nationale est analogue à d’autres périodes historiques aisément identifiables : nombre de régimes ont, en effet, abusé de ce type de figure pour finir par conduire de véritables expéditions contre ce que l’on pourrait nommer « les intellectuels », et qui rassemblait enseignants, journalistes, artistes et autres observateurs de la complexité. Le problème, c’est que l’unité d’un régime politique supporte parfois mal la complexité – surtout lorsqu’il se positionne plus comme un culte national que comme une démocratie éclairée, au cœur d’un monde, il est vrai, tourmenté de toutes parts. D’une certaine manière, la République française peut parfois apparaître comme une forme de religion d’Etat qui ne dit pas son nom – et notamment sa conception souvent peu claire mais systématiquement brandie de la laïcité.

Dans tout système qui se défend (et dans toute religion d’ailleurs), il y a des rituels, des moments de culte incontournables, un clergé et une forme de chaîne d’autorité verticale qui se positionne du côté du juste, du bon et du bien. C’est peut-être là tout le problème : en ciblant ceux qui, comme Samuel Paty d’ailleurs, s’emploient à interroger, comprendre et observer la complexité du monde, ceux qui utilisent le terme d’islamo-gauchisme en disent finalement plus sur eux-mêmes, sur leur idéologie et sur leurs desseins que sur ceux qu’ils ciblent. Et il va bien évidemment de soi, en écrivant cela, qu’il ne s’agit ici nullement de légitimer les attentats islamistes ou de nier qu’ils existassent : en tant qu’actes violents anti-démocratiques, ils doivent bel et bien être traités comme tels, en eux-mêmes et pour eux-mêmes – mais sans oublier d’observer la réalité confuse, difficile et ontologiquement complexe qui en facilite l’émergence.

Drapeaux en berne dans toute la France

Au-delà de cette petite analyse, quels sont les enjeux de ce moment discursif et de la situation politique qui la sous-tend ? Au-delà du symbole d’un enseignant décapité, qui est d’une extrême violence et qui appelle à l’intransigeance face à celles et ceux qui ont pour objectif d’attaquer les démocraties, quel est l’état de santé de ces mêmes démocraties ? Les acteurs politiques regardent-ils vraiment là où il faut, afin de résoudre les problèmes qui ont encouragé l’émergence d’un tel acte, ou bien assiste-t-on à un mélange de cynisme politique, de pré-fascisme républicain ou d’auto-défense d’une forme de capitalo-fascisme, dont les thuriféraires succomberaient à une glose en panique, tels des poulets sans tête ?

Il faut ici le souligner : des travaux scientifiques de qualité ont, depuis quelques années, montré que l’antisémitisme et l’islamophobie prennent racine dans les mêmes mécanismes, et que les analogies historiques entre ces deux formes de xénophobie sont légion. L’extrême-droite qui encourage ces deux xénophobies ne s’attaque pas seulement au « gauchisme » ou, plus traditionnellement, à la gauche : en s’en prenant aux enseignants, aux chercheurs, aux journalistes (et non pas aux éditorialistes, d’ailleurs) et aux intellectuels, ils s’attaquent au cœur de ce que permet la démocratie – à savoir le débat, le désaccord et la dispute dans leurs sens les plus nobles. En ce sens, comme plusieurs attentats d’extrême-droite ont pu le montrer en Europe ces dernières années, ils ne sont pas des défenseurs de la démocratie : ils en souhaitent le déclin, tout autant que les terroristes islamistes.

Comme souvent, dans les débats politiques français, la démocratie étouffe sous le régime républicain. Si la République laïque est brandie comme une (contre-)religion, elle ne résout pas de problèmes : elle ne fait qu’alimenter une logique de concurrence entre cultes. Du point de vue discursif, cela se manifeste par une guerre des extrémismes : à l’extrémisme islamiste, c’est une certaine forme d’extrémisme républicain qui répond, en s’acoquinant avec un allié de circonstance, à savoir l’extrémisme de droite. Et au centre du champ de bataille, comme un objet de conquête désœuvré et fragilisé par les saillies verbales, phalliques et pénétrantes de chacun des camps, c’est la démocratie qui agonise doucement, en espérant secrètement qu’il ne s’agisse que d’un mauvais moment à passer – et non pas de l’une de ces sombres anecdotes dont l’Histoire a le secret.

Pour aller plus loin

  • Amossy, Ruth (2011). « Des sciences du langage aux sciences sociales : l’argumentation dans le discours », A contrario, 16 (2), 10-25.
  • Bard, Christine (2020). Féminismes : 150 ans d’idées reçues. Paris : Le Cavalier Bleu.
  • Bendinelli, Marion (2011). « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », Asp, 60, 103-123.
  • Benhabib, Seyla (2002). The claims of culture : equality and diversity in the global era. Princeton : Princeton University Press.
  • Brubaker, Rogers, & Cooper, Frederick. (2000). « Beyond ‘Identity’ », Theory and society, 29, 1-47.
  • Buscatto, Marie (2016). « La forge conceptuelle. “Intersectionnalité” : à propos des usages épistémologiques d’un concept (très) à la mode », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47 (2), 101-115.
  • Calabrese, Laura (2015). « Reformulation et non-reformulation du mot islamophobie. Une analyse des dynamiques de la nomination dans les commentaires des lecteurs », Langue française, 188 (4), 91-104.
  • Deltombe, Thomas (2007). L’islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2005. Paris : La Découverte.
  • Fassin, Eric (2015) (dir). « Les langages de l’intersectionnalité », Raisons politiques, 58 (2).
  • Ferhat, Ismail (2018). « Marx et Allah. Les gauches alternatives françaises face à l’islam, de Mai 1968 au 11 septembre 2001 », Revue historique, 686 (2), 421-442.
  • Gélard, Marie-Luce (2017) (dir). « Islam en France. Pratiques et vécu du quotidiens », Ethnologie française, 168 (4).
  • Guénif-Souilamas, Nacira (2006). « The other French exception : virtuous racism and the war of the sexes in postcolonial France », French Politics, Culture & Society, 24 (3), 23-41.
  • Halter, Marilyn (2000). Shopping for Identity : the Marketing of Ethnicity. New York : Schocken Books.
  • Hart, Christopher (2013). « Argumentation meets adapted cognition : manipulation in media discourse on immigration », Journal of pragmatics, 59 (2), 200-209.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Krieg-Planque, Alice (2009). La notion de ‘formule’ en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.
  • Lebourg, Nicolas (2011). « La diffusion des péjorations communautaires après 1945 : les nouvelles altérophobies », Revue d’éthique et de théologie morale, 267 (4), 35-58.
  • Lindner, Kolja (2012). « Idéologie, racisme, intersectionnalité. Une invitation à lire Stuart Hall », Raisons politiques, 48 (4), 119-129.
  • Lochak, Danièle (2007). « Le ‘modèle républicain’ dans le débat public : usages rhétoriques et reconstitution mythique », in Bertrand Badie & Yves Déloye (éds), Le temps de l’État : mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum (398-407). Paris : Fayard.
  • Maillat, Didier (2013). « Constraining context selection : on the pragmatic inevitability of manipulation », Journal of pragmatics, 59 (2), 190-199.
  • Mayer, Nonna, Michelat, Guy, Tiberj, Vincent & Vitale, Tommaso (2019). « Évolution et structures des préjugés : Le regard des chercheurs – Section 4. Permanences et mutations de l’antisémitisme et de l’islamophobie », La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, Année 2018, 113-126. Paris : La documentation française.
  • Mignolo, Walter & Walsh, Catherine (2018). On decoloniality : concepts, analytics, praxis. Durham : Duke University Press.
  • Mohammed, Marwan (2014) (dir). « Sociologie de l’islamophobie », Sociologie, 5 (1).
  • Moirand, Sophie (2007). Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre. Paris : PUF.
  • Moïse, Claudine, Auger, Nathalie, Fracchiolla, Béatrice & Schultz-Romain, Christina (2008) (dir). La violence verbale (2 tomes). Paris : L’Harmattan.
  • Nicolas, Loïc, Ravat, Jérôme & Wagener, Albin (2020) (dir.). La valeur du désaccord. Paris : Editions de la Sorbonne.
  • Poinsot, Marie (2019) (dir). « Religion et discrimination », Hommes & migrations, 1324 (1).
  • Rosier, Laurence (2012) (dir). « Insulte, violence verbale, argumentation », Argumentation et analyse du discours, 8, https://journals.openedition.org/aad/1242.
  • Schmelck, Clara (2017). « Plongée en fachosphère », Medium, 52/53 (3/4), 199-212.
  • Slaouti, Omar & Le Cour Grandmaison, Olivier (2020) (dir). Racismes de France. Paris : La Découverte.
  • Stockinger, Peter (2001). Traîtement et contrôle de l’information. Paris : Hermès.
  • Wagener, Albin (2010). Le débat sur l’identité nationale : essai à propos d’un fantôme. Paris : L’Harmattan.
  • Wagener, Albin (2015). L’échec culturel. Bruxelles : Peter Lang.
  • Wagener, Albin (2019). Discours et système. Théorie systémique du discours et analyse des représentations. Bruxelles : Peter Lang.
  • Wartenberg, Thomas (1990). The forms of power. From domination to transformation. Philadelphia : Temple University Press.
  • Wodak, Ruth (2015). The politics of fear : what right-wing populist discourses mean. London : Sage.

Les statues de la liberté

Auteur du XIXè siècle désormais un peu oublié, Alphonse Karr avait jadis écrit cette phrase : « on diminue la taille des statues en s’en éloignant, celle des hommes en s’en approchant ». Force est de reconnaître que les statues ne sont jamais aussi visibles dans le débat public que lorsqu’on s’y attaque. Clément Viktorovitch, au cours de l’une de ses célèbres chroniques, a récemment rappelé le poids social et politique des statues en vulgarisant habilement une distinction utile entre mémoire et histoire.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit ici : si les statues déchaînent autant les passions, c’est parce qu’elles cristallisent un ensemble de discours complexes et un enchevêtrement de jeux de pouvoir qui s’incarnent, de manière matérielle et publique, dans les méandres de nos rapports collectifs à l’Histoire. Mais pour bien comprendre ce qu’il se joue ici et mettre en perspective toutes les réactions qui entourent ces mouvements autour des statues occidentales, il convient d’ores et déjà de s’attarder sur le rôle des statues.

Déconstruire pour reconstruire

Il convient ici de le souligner et de le rappeler : le déboulonnement de statues n’a rien d’un fait nouveau, et n’est pas plus le marqueur de notre époque troublée que d’une autre. A vrai dire, nous assistons même à un phénomène assez banal : dans le monde romain, déjà, les statues étaient détruites puis remplacées au gré des changements politiques (Cadario 2013). Plus récemment, c’est en Afrique du Sud que les statues avaient été la cible de vandalisme, notamment en lien avec l’histoire pour le moins tourmentée de ce pays aux rapports sociaux pour le moins inégaux (Marschall 2017). Quels que soient les motifs, les statues semblent ne jamais être totalement faites pour survivre à tout : elles ne sont que le reflet d’un ordre social et des choix politiques d’une époque, fusse-t-elle appréciée ou non par certains. Et en ce sens, même si elles tombent de leur socle, elles peuvent toujours être conservées dans d’autres lieux ou à travers d’autres supports (Pittnauer 2018).

Ce qui se joue actuellement n’est bien évidemment pas lié à la statue elle-même, mais à ce qu’elle représente. Pour enfoncer une porte ouverte, il convient de souligner ici le fait que les statues ne sont pas seulement de belles sculptures qui ornent l’espace public : elles forment un discours sur les choix politiques, historiques, mémoriels et nationaux d’un Etat. En ce sens, elles se retrouvent donc irrémédiablement liées aux relations de pouvoir qui s’exercent au sein des Etats. Mais dans les pays occidentaux, on a coutume de se réjouir lorsque les statues tombent loin de chez nous : lorsque celles de Saddam Hussein sont déboulonnées en Irak en 2003, on crie à la libération. Lorsque celles de Lénine s’effondrent en Ukraine en 2014, même son de cloche du côté des pays occidentaux : les sculptures géantes tomberaient donc au nom de la liberté et de la démocratie. Mais dans ce cas, si l’on se réjouit de la chute de certains de ces monuments chez nos voisins, pourquoi nous émouvons-nous des actes de vandalisme qui ont lieu en 2020 ?

Mémoire, espace public et politique

Disons qu’en fonction de la nature des statues et de leur fonction politique et sociale, les réactions ne sont pas les mêmes. Lorsque les statues tombent en Irak, c’est pour se libérer du joug de ce que l’on considère être une dictature. Lorsqu’elles sont déboulonnées en Ukraine, c’est pour protester contre l’ingérence russe, qui alimente beaucoup de fantasmes dans les pays occidentaux. Mais bien évidemment, lorsque ce sont les buddhas de Bamyan qui sont dynamités en Afghanistan, cela devient insupportable : puisque ce sont les Talibans qui le font et qu’il s’agit ainsi d’œuvres classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, l’occident cultivé s’époumone. Il y aurait donc des statues dignes du patrimoine et d’autres qui ne le seraient pas ? Curieuse distinction, qui ne s’opère bien évidemment jamais selon des critères autres que politiques.

C’est clair : comme tous les monuments publics, les statues témoignent de luttes identitaires et politiques (Veschambre 2009), concentrent des opérations de violence symbolique extrêmement puissantes (Sniter 2001) et peuvent représenter des rapports de domination sociale, qui se dissimulent fort commodément derrière la simple dimension sculpturale et artistique (Rossignol 2017). Difficile alors pour le grand public d’y retrouver son latin : on attribue à la statue un ensemble de qualités, mais surtout, on lui attribue la garantie d’un ordre établi, matérialisé, et inscrit dans l’espace public. Les structures socio-politiques se retrouvent donc mises en valeur au grand jour, pour que toute citoyenne et tout citoyen puisse s’y conformer, en prenant l’habitude de les contempler, de les contourner ou simplement de prendre conscience de leur présence. Depuis la Grèce antique, ces fonctions éminemment politiques n’ont pas beaucoup évolué (Ducat 1976).

Les statues comme corpus

Pourtant, il est évident que les statues ne sont pas de simples objets d’art ou d’artisanat exposés publiquement : on confond très souvent la pièce muséale (qui a sa place dans un lieu dédié, qui permet sa contextualisation à des fins d’éducation) et l’objet institutionnalisé dans un espace public, et donc investi, qu’on le veuille ou non, d’un rôle politique (Cohen 1989). De ce point de vue, la statue est un carrefour de toutes les contradictions d’une société (Popescu 2003) : elle constitue un bout de corpus qui permet, de manière intertextuelle et interdiscursive, de lire et comprendre la manière dont nous habitons notre Histoire, et dont notre pays décide de certains hommages politiques en (ré)écrivant le passé, le présent et l’avenir à construire (Boursier 2001).

Que les statues déchaînent autant de violence, c’est à vrai dire assez heureux : même si les réactions sont d’abord émotionnelles et populaires, elles montrent que rien n’est totalement inscrit dans la roche et que les populations peuvent décider, à tout moment, de contester la manière dont l’Histoire est écrite (Young 1993). Du point de vue de l’analyse discursive systémique, les statues sont le reflet de leur époque : elles tombent et sont érigées au rythme des ordres, des désordres, des contestations et des affirmations des peuples et de leurs choix politiques. Parfois, oui, elles témoignent d’époques douloureuses (Dresser 2007) ou commémorent des périodes spécifiques de l’Histoire de manière contextualisée, comme à Budapest avec le Memento Park (James 1999). Comme tout objet complexe et public, elles doivent donc périodiquement être remises en question et interrogées : le contraire serait malsain.

Il serait donc malhonnête de considérer que les individus qui s’attaquent actuellement aux statues le font en violentant la culture, le patrimoine ou l’art ; ils souhaitent justement remettre en question l’universalité politiquement construite de ce qu’ils considèrent être des instruments de violence symbolique, qui plus est installés doctement en plein espace public. Les mouvements sociaux et politiques ne se sont jamais opérés en accord avec la discipline voulue par l’ordre en place, et peuvent même apporter un regard neuf, utile et précieux sur ce que nous considérons être acquis, normal ou institutionnalisé.

L’Histoire des femmes et des hommes vaut probablement mieux que la conservation de symboles de pouvoir, fussent-ils esthétiques ou confectionnés par les artisans les plus doués de nos pays. Et si leur art est si précieux, alors de grâce : installons-les dans des musées, bien à l’abri des aléas du climat, et assortissons-les de ces discours historiographiques et pédagogiques qui, quant à eux, ont la malchance d’être si peu présents dans l’espace public.

Pour aller plus loin

  • Boursier, Jean-Yves (2001). « Le monument, la commémoration et l’écriture de l’Histoire », Socio-anthropologie (en ligne), 9, http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3.
  • Cadario, Matteo (2013). « La destruction délibérée des statues pour des raisons politiques dans le monde romain », In Jan Driessen (Ed.), Destruction. Archaelogical, philological and historical perspectives (pp. 415-433). Louvain : Presses Universitaires de Louvain.
  • Cardesín, José María (2002). « Que faire de la statue de Franco ? Mémoire historique et action politique à Ferrol (Espagne) », Histoire urbaine, 6 (2), 131-150.
  • Chivallon, Christine (2005). « L’émergence récente de la mémoire de l’esclavage dans l’espace public : enjeux et significations », Revue d’histoire moderne contemporaine, 52-4bis (5), 64-81.
  • Cohen, William (1989). « Symbols of Power: Statues in Nineteenth-Century Provincial France », Comparative Studies in Society and History, 31 (3), 491-513.
  • Dresser, Madge (2007). « Set in Stone? Statues and Slavery in London », 64 (1), 162-199.
  • Ducat, Jean (1976). « Fonctions de la statue dans la Grèce archaïque : kouros et kolossos », Bulletin de correspondance hellénique, 100 (1), 239-251.
  • Goddeeris, Idesbald (2015). « Colonial Streets and Statues: Postcolonial Belgium in the Public Space », Postcolonial studies, 18 (4), 397-409.
  • James, Beverly (1999). « Fencing in the past: Budapest’s Statue Park Museum », Media, Culture & Society, 21 (3), 291-311.
  • Johnson, Nuala (1995). « Cast in Stone: Monuments, Geography, and Nationalism », Society and space, 13 (1), 51-65.
  • Knafou, Rémy (2012). « Brigitte Bardot à Buzios (Brésil), les statues et les touristes », Via. Tourism Review (en ligne), 1, http://journals.openedition.org/viatourism/1542 .
  • Levinson, Sanford (1998). Written in stone. Public monuments in changing societies. Durham : Duke University Press.
  • Marschall, Sabine (2017). « Targeting Statues: Monument “Vandalism” as an Expression of Sociopolitical Protest in South Africa », African Studies Review, 60 (3), 203-219.
  • Morel, Maia (2014). « Quand les statues descendent de leur socle (la rue Sherbrooke à Montréal) », Arta, 1, 185-188.
  • Pittnauer, Beate (2018). « Perdre son époque. La destruction des statues parisiennes et leur conservation au moyen de la photographie. Une relation dialectique ? », Perspective (en ligne), 2, http://journals.openedition.org/perspective/11998
  • Popescu, Monica (2003). « Lenin’s Statues, Post-communism, and Post-apartheid », The Yale Journal of Criticism, 16 (2), 406-423.
  • Queyrel, François (2013). « Les statues honorifiques entre texte et image », Pallas. Revue d’études antiques, 93, 99-109.
  • Rossignol, Marie-Jeanne (2017). « Les statues des confédérés dans l’espace public aux États-Unis : pourra-t-on en finir avec une « mauvaise cause » ? », Transtlantica (en ligne), 1, https://journals.openedition.org/transatlantica/8973.
  • Sniter, Christel (2001). « La guerre des statues. La statuaire publique, un enjeu de violence symbolique : l’exemple des statues de Jeanne d’Arc à Paris entre 1870 et 1914 », Sociétés et représentations, 11 (1), 263-286.
  • Sniter, Christel (2008). « La gloire des femmes célèbres. Métamorphoses et disparités de la statuaire publique parisienne de 1870 à nos jours », Sociétés et représentation, 26 (2), 153-170.
  • Van Vollenhoven, Anton (2015). « Dealing with statues, monuments and memorials in South Africa – a heritage based response to current controversies », South African Journal of Cultural History, 29 (1), 7-21.
  • Veschambre, Vincent (2009). « Entre luttes identitaires et instrumentalisation consensuelle. Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la mise en mémoire des lieux », Géographie et cultures, 72, 63-79.
  • Young, James E. (1993). « Écrire le monument: site, mémoire, critique », Annales. Histoire, sciences sociales, 48 (3), 729-743.

Jupiter contre Minerve

Le jeudi 11 juin dernier dans un article du Monde (retranscrit par Les Inrocks), le Président de la République a réussi à accuser le monde universitaire, qui n’en demandait pas tant, d’avoir contribué à la fragmentation de notre société. S’il ne s’agit que d’une formule rhétorique dont le locataire de l’Elysée a le secret, elle mérite pourtant que l’on s’y attarde – ne serait-ce que par respect et déférence pour la qualité des recherches menées en sciences humaines et sociales.

Que les choses soient claires : on ne peut pas accuser un homme politique, fusse-t-il chef d’Etat, de faire commerce des petites phrases (c’est, bien malheureusement, son métier) et de ne pas être lui-même spécialiste de sciences humaines – bien que l’on puisse souhaiter que ses conseillers l’informent, a minima, sur l’état de ces recherches dans le pays qu’il dirige. En revanche, cette affaire met en lumière trois éléments distincts : 1) la place de la recherche dans l’espace public est plus que jamais détériorée ; 2) quelques exemples de travaux sur les discriminations méritent d’être rappelés ; 3) une brève analyse discursive paraît ici nécessaire.

Le cirque et la science

Dans un article éclairant paru à peine quelques heures avant la « sortie » d’Emmanuel Macron, Julien Longhi proposait une analyse intéressante, qui soulignait à la fois la confusion des registres, ainsi que la difficulté à pouvoir proposer une position scientifique médiatisable. Comment, en effet, faire entendre la voix des chercheurs, lorsque ceux-ci se retrouvent dans une disposition hypernarrative où les paroles s’expriment en toute horizontalité – sans distinction de légitimité ou de degré de positionnement ? Que les choses soient claires : le problème n’est pas que les chercheurs puissent être en capacité de dialoguer sur un plateau télé avec des éditorialistes et des politiques – mais le fait que les dispositifs médiatiques proposés ne permettent pas la distinction du degré d’expertise de ceux qui parlent. La recherche serait-elle une opinion comme les autres ? Opinion publique et science sont-elles vouées à se livrer à d’insolubles combats de boue, comme l’analyse l’ouvrage de Bernadette Bensaude-Vincent, paru en 2013 ?

Dans tous les cas, il est difficile d’y voir clair – d’autant plus que le Président de la République semble avoir réussi à orchestrer un clivage néfaste entre sciences dures (celles qui ont conseillé le Chef de l’Etat dans sa gestion du Covid-19) et sciences humaines et sociales (ou « subtiles », voire « molles »), qui peinent à trouver leur place dans l’espace public, comme le souligne Bernard Lahire. Face à des objets sociaux complexes qui commandent la finesse de la nuance, l’espace médiatique a besoin d’opinions tranchées pour mettre en scène des oppositions sociales, économiques et politiques. Réduits à la liquidité de leurs objets, les chercheurs en sciences humaines interrogent, questionnent et postulent à propos de thématiques qui font heureusement réagir tous les citoyens – mais qui méritent un parti pris de la complexité. Une complexité difficile à conjuguer avec le temps politique, et caricaturée jusqu’à l’extrême dans l’espace médiatico-numérique.

Une science des discriminations

Quand le Président de la République s’insurge, de manière simpliste et interlope, à propos des chercheurs qui oseraient étudier les discriminations, il est difficile de savoir de qui il parle exactement. En effet, c’est peu dire que la question des discriminations, sous toutes leurs formes, ont permis de produire des recherches de grande qualité, et ce depuis plusieurs dizaines d’années. Aucune discipline n’est en reste : sociologues, historiens, psychologues, infocomologues, linguistes, politologues, anthropologues, historiens de l’art et philosophes (j’en oublie probablement et prie mes collègues de m’en excuser) s’emparent des ces objets sociaux depuis bon nombre d’années – pas par effet de mode (on ne peut pas dire que les financements pleuvent sur ces questions), ni parce que c’est « sexy », mais parce que la question des vulnérabilités et fragilités sociales mérite que l’on s’y intéresse – ne serait-ce qu’en raison des urgences humanitaires qu’elles provoquent.

Et même si le consensus scientifique voudrait que les chercheurs participent à la constitution de leurs objets de recherche, il serait à la fois flatteur et grave de postuler le fait que les chercheurs créent de toutes pièces des problématiques sociales. Nous ne sommes pas démiurges, fort heureusement, et l’insinuer est injurieux, au regard des objets étudiés et des personnes humaines qui se trouvent directement concernées. Peut-on seulement accuser Laura Calabrese de Marie Veniard d’avoir créé les mots de la migration pour cliver la société ? Insinuerait-on qu’Alexandra Galitzine-Loumpet, pour ne citer qu’elle, aurait inventé les violences dont sont victimes les migrants uniquement par opportunisme ? Soupçonne-t-on Cécile Canut de mettre en avant ses travaux à propos de la situation des populations Rom par pur plaisir ? Nombreuses et nombreux sont les consœurs et les confrères qui travaillent avec les populations, les professionnels et les associations afin de pouvoir situer leurs recherches, structurer avec exigence leur éthique et leur appareil épistémologique afin de faire dialoguer terrain et théorie. Et si les ouvrages et les articles pleuvent, c’est d’abord en raison du caractère impérieux des personnes, des objets et des terrains – non par opportunisme cynique.

Quand Minerve fend le crâne de Jupiter

Difficile de ne pas être estomaqué par ces déclarations, jetées ainsi dans l’espace public avec la légèreté perverse du pompier pyromane. Accuser les chercheurs d’être coupables d’avoir créé les objets qu’ils ne font qu’étudier (si tant est que le terme d' »objets » soit d’ailleurs bienvenu ici), cela reviendrait à accuser des médecins d’avoir créé une maladie simplement parce qu’ils l’ont détectée – ou d’accuser les juges de créer du contentieux, simplement parce que des citoyens saisissent les tribunaux. Cette petite pirouette rhétorique, qui fait par ailleurs très largement écho aux travaux salutaires de Ruth Amossy, montre que plus personne n’est à l’abri de la polémique – et que le plus haut personnage de l’Etat peut s’y adonner, écrasant de par son autorité celles et ceux qui se retrouvent sous le poids de l’accusation.

Ainsi donc, c’est le monde universitaire tout entier qui serait coupable, rien que ça. Nous aurions, chères consœurs et chers confrères, ethnicisé la question sociale et pour quelle raison, déjà ? Parce que c’était un bon filon. De quel filon parle-t-on ? S’il s’agit de subsides, que le locataire de l’Elysée soit rassuré : ce type de sujet ne déchaîne pas vraiment l’excitation des financeurs potentiels, y compris publics. Parle-t-on d’avancement de carrière ? Là aussi, que le Chef de l’Etat dorme tranquille : les horizons concernant les recrutements de maîtres de conférences et de professeurs des universités, surtout en sciences humaines et sociales, ne sont pas vraiment des plus dégagés. Parle-t-on de célébrité ou de visibilité ? Que le Président de la République soit rasséréné : le filon de l’ethnicisation de la question sociale n’a rien de sexy, et on ne peut pas dire que les chercheurs défilent sur les plateaux télé lorsqu’il s’agit d’aborder les questions de discrimination – sujet ontologiquement plus grave, convenons-en, que celui des petites saillies communicationnelles.

La République n’est, de surcroît, pas cassée en deux : elle est en mille morceaux, et il faudra plus que des agitations stériles et puériles pour en recoller quelques-uns. Le Chef de l’Etat serait probablement plus inspiré de s’en alarmer, plutôt que de parler d’un monde auquel il ne connaît rien. S’il avait connu l’exigence d’un parcours disciplinaire universitaire, la rigueur des méthodologies et de la construction des problématiques, ou bien encore le sacerdoce d’années doctorales de plus en plus difficiles à vivre, peut-être aurait-il plus de considérations pour ces femmes et ces hommes qui tentent, avec leurs moyens et leur savoir-faire, de contribuer à la mission passionnelle de la recherche.

Il est à craindre que la migraine fasse dire n’importe quoi à Jupiter, lorsque Minerve lui fend le crâne.

Pour aller plus loin

  • Amossy, Ruth (2014). Apologie de la polémique. Paris : PUF.
  • Benhabib, Seyla (2002). The claims of culture : equality and diversity in the global era. Princeton : Princeton university press.
  • Bensaude-Vincent, Bernadette (2013). L’opinion publique et la science. Paris : La Découverte.
  • Bertheleu, Hélène (2007). « Sens et usages de ‘l’ethnicisation’. Le regard majoritaire sur les rapports sociaux ethniques », Revue européenne des migrations internationales, 23 (2), 7-28.
  • Boucher, Manuel & Belqasmi, Mohamed (2017). « Enquêter sur les migrations et le racisme dans l’intervention sociale : entre engagement et distanciation », Migrations société, 167 (1), 77-90.
  • Calabrese, Laura & Veniard, Marie (2018). Penser les mots, dire la migration. Paris : L’Harmattan.
  • Canut, Cécile (2016). Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires. Paris : Petra.
  • Crenn, Chantal & Kotobi, Laurence (2012). Du point de vue de l’ethnicité : pratiques françaises. Paris : Armand Colin.
  • Galitzine-Loumpet, Alexandra (2018). « Le livre de ‘la jungle de Calais’ : imaginaires et désubjectivations », Journal des anthropologues, 5, 99-127.
  • Hourmant, François, Lalancette, Mireille & Leroux, Pierre (2019). Selfies et stars : Politique et culture de la célébrité en France et en Amérique du Nord. Rennes : PUR.
  • Lahire, Bernard (2017). « Ce que peut la sociologie », The Canadian Review of Sociology, 54 (3), 261-279.
  • Lochak, Danièle (2007).  » Le ‘modèle républicain’ dans le débat public : usages rhétoriques et reconstitution mythique », in Bertrand Badie & Yves Déloye (éds), Le temps de l’État : mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum (398-407). Paris : Fayard.
  • Longhi, Julien (2018). Du discours comme champ au corpus comme terrain. Contribution méthodologique à l’analyse sémantique du discours. Paris : L’Harmattan.
  • Nicolas, Loïc, Ravat, Jérôme & Wagener, Albin (2020). La valeur du désaccord. Paris : Editions de la Sorbonne.
  • Paveau, Marie-Anne (2009). « Chronique ‘linguistique’. Peut-on dire n’importe quoi ? Langage et morale », Le français aujourd’hui, 167 (4), 105-113.
  • Wagener, Albin (2020). « Hypernarrativity, storytelling, and the relativity of truth : digital semiotics of communication and interaction », Postdigital science and education, 2, 147-169.