Archives de catégorie : Ecologie

Greenwash me, Daddy

Cela fait déjà plusieurs années que la notion de greenwashing est présente dans un certain nombre de discours : elle s’est en effet imposée dans la sphère publique dans une perspective critique, afin de qualifier une forme de communication aux atours supposément écologiques, mais qui ne serait pas suivie d’effets – ou bien même des actions qui n’iraient pas assez loin dans la prise en considération du changement climatique et l’éradication des privilèges écocides dont nous jouissions au quotidien. Contraintes par la loi, de nombreuses structures ont entrepris de mettre en place des stratégies vertes, en lien avec leur politique RSE (responsabilité sociale de l’entreprise) ; selon le secteur d’activité de l’entreprise en question, tout n’est pas toujours simple. Et bien évidemment, le greenwashing est également visible dans la sphère publique et dans les choix politiques.

Notons-le tout de suite, la publicité verte n’aide pas nécessairement les entreprises à engager les consommateurs, tout au contraire : il semblerait que plus une entreprise verdit sa stratégie publicitaire, moins elle encourage les consommateurs à s’engager pour ses produits ou ses services (Breduillieard 2013 ; Nyilasi, Gangadharbatla & Paladino 2014). Pour Nyilasi, Gangadharbatla et Paladino, le constat est sans appel : les consommatrices et les consommateurs ne seraient en fait pas dupes (tiens tiens !) et auraient un réflexe de méfiance relativement fort, en raison de la perception d’un écart entre la communication de la marque et ses actions concrètes. En d’autres termes, verdir sa communication met immédiatement en relief les écarts entre les paroles et les actes – mieux vaudrait ne pas communiquer du tout sur la stratégie environnementale et les actes écologiques, tant il paraît difficile de concilier communication (a priori dans un cadre marketing) et environnement (Libaert 2010 ; Libaert 2012).

Et pourtant, certaines marques s’engouffrent grossièrement dans la brèche, de la même manière que McDonalds a verdi son logo en France, afin d’induire chez le consommateur un sentiment de réassurance par rapport à la qualité des produits et les supposés bienfaits de cette alimentation pour la santé. C’est le cas de Daddy notamment, qui a profité de l’automne 2020 pour s’engager dans une campagne publicitaire pour le moins putassière, afin de surfer à la fois sur la sensibilité verte des consommateurs et de contrer la vague de protestation suite à la réintroduction des pesticides néocotinoïdes dans la filière de la betterave à sucre. On retrouve donc des publicités qui jouent grossièrement avec des couleurs propres au bio (le vert de la plante, ainsi que le brun clair du sac en papier kraft que l’on utilise sur les marchés), allant jusqu’à mettre en avant un packaging repensé et la couleur locale du produit (un bon drapeau français et une marinière bien franchouille, au cas où on aurait été trop bêtes pour ne pas comprendre).

Et pourtant, il y a fort à parier pour que cette campagne publicitaire, aussi subtile qu’une blague des Grosses Têtes un jour d’enterrement, n’atteigne même pas son objectif. De nombreuses études l’ont montré : plus une entreprise fait des efforts pour construire un discours vert, plus elle est perçue comme mettant en place des opérations de greenwashing par les consommateurs (De Jong, Harkink & Barth 2018). D’un autre côté, moins une entreprise est tapageuse concernant ses efforts pour l’environnement, plus elle est perçue comme intègre et présentant un accord entre ses actions et ses valeurs. Pour Delmas et Cuerel Burbano, l’impression de greenwashing émerge lorsqu’il existe un écart significatif entre la publicité, les actions effectives de la structure, sa communication interne et enfin le manque de cadre légal qui oblige cette structure à agir (Delmas & Cuerel Burbano 2011). Ces quatre points sont importants et montrent que lorsqu’un locuteur est conscient des brèches dans le discours de manipulation, la contrainte de sélection contextuelle ne fonctionne pas (Maillat 2013) ; autrement dit, si on veut me faire croire quelque chose alors que l’écart entre les conditions à réunir est trop important, il est impossible que je me laisse à aller à y croire.

Macron annonce un référendum sur une référence au climat dans la  Constitution - L'Orient-Le Jour

Mais il n’y a pas que dans le secteur très concurrentiel et inventif de la publicité verte que le greenwashing peut se faire jour ; tout au contraire, c’est l’ensemble de l’espace démocratique qui est touché par cette fâcheuse tendance à parler d’écologie avant que d’en faire réellement et concrètement. Et lorsque l’on essaie d’en faire concrètement et de proposer des mesures radicales, comme l’ont fait le GIEC ou Greta Thunberg, les qualificatifs dépréciatifs, les insultes et les moqueries pleuvent de manière nourrie (Wagener 2020). La raison est simple : l’écologie et l’environnement n’ont jamais tant occupé le haut du panier dans les discussions politiques, économiques et sociales, notamment en raison des urgences posées par le changement climatique – les discours circulent donc abondamment (Fracchiolla 2019), ce qui a permis notamment l’élaboration d’un numéro riche et précieux des Cahiers de praxématique (Fløttum 2019), entre autres travaux scientifiques.

Mais il est un personnage politique de premier plan qui a fini par céder aux sirènes du greenwashing, et non des moindres : Emmanuel Macron. Le problème est que lorsque l’on représente une institution, comme la Présidence de la République, et que l’on s’engage publiquement avec force discours pour proposer une Convention citoyenne pour le climat, avec pour double objectif de redynamiser le fonctionnement démocratique et de plancher sur l’urgence climatique, le retour de bâton est d’autant plus violent en cas de manque d’engagement. Prendre des citoyennes et des citoyens à témoin demande de répondre à leurs propositions, autrement que par ce qui constitue une première dans l’histoire politique des démocraties occidentales : Emmanuel Macron a en effet inventé le greenwashing constitutionnel, en proposant le 14 décembre 2020 de répondre aux impatiences de la Convention citoyenne par un référendum pour inscrire l’enjeu climatique dans la constitution française. A l’urgence concrète, il préfère donc (encore une fois) l’esthétique de la symbolique. Soyons sans crainte : l’égalité entre hommes et femmes est également inscrite dans la constitution nationale, et la France reste quand même un mauvais élève en la matière (pour le dire sobrement). Il y a donc fort à parier pour que la symbolique du discours, même écrite dans un texte aussi fondamental qu’une constitution, n’ait que peu d’effet face à l’urgence liée au changement climatique.

Greenwashing • Les Horizons

Le macronisme, comme d’autres avatars du néolibéralisme contemporain, tente de laver plus blanc que blanc – ou plutôt plus vert que vert ; las, nous sommes toutes et tous sensibilisés à la verdisation progressive des discours dans la sphère publique. Qu’il s’agisse des nouvelles petits capsules de couleur verte produites par Nespresso, de la conversion environnementale des lessives Le Chat, de l’essor fortement controversé des moteurs électriques (non, un SUV électrique n’est pas une solution écologique, vous avez encore tout faux, désolé) ou bien encore de la nouvelle canette de Coca-Cola couleur brocoli, les exemples surabondent : les réponses ne sont pas toujours apportées du point de vue des actions concrètes, mais plutôt pour satisfaire les consommateurs et leur donner l’illusion de l’image du discours. C’est l’âge du greenwashing (Athanasiou 1996) et de la tentative de manipulation cognitive somme toute éculée (Hart 2013) : puisqu’il faut parler d’écologie, celle-ci est convertie en un argument capable de faire monter la valeur marchande d’un produit, d’un service ou d’une mesure politique – le discours avant l’acte, ou plutôt et surtout, le discours sans l’acte.

C’est peut-être là la limite, d’ailleurs, de la prédominance du discours dans la sphère publique, et de l’obligation de rédaction et du contrôle de l’écriture. Pensons par exemple à la dimension RSE : celle-ci est souvent perçue par les salariés eux-mêmes comme une manière de modifier l’image d’une structure, avant même que de modifier réellement le quotidien de celles et ceux qui y travaillent (Mahoney et. al. 2013). Qui plus est, une telle stratégie de dupe qui finit toujours par laisser éclater au grand jour l’écart entre les paroles et les actes ne convainc même pas les actionnaires des structures concernées (Torelli, Balluchi & Lazzini 2020) ; même si l’on voulait se placer du point de vue cynique de la rentabilité financière, le compte n’y est pas. La course à la légitimité verte ne peut se faire s’il y a perception d’une distorsion entre le dit et le fait (Seele & Gatti 2015) : la légitimité, cela s’acquiert et se construit dans un rapport de confiance. Comme pour beaucoup de sujets qui agitent la sphère publique, lorsque l’on a rien à dire ou que l’on ne souhaite pas en faire plus (ou qu’on en a, littéralement, rien à faire), mieux vaut encore se taire. Sur ce sujet comme pour tant d’autres, agir sans communiquer restera toujours plus efficace que communiquer sans agir.

Pour aller plus loin

  • Alexander, Richard (2009). Framing discourse on the environment : a critical discourse approach. Londres : Routledge.
  • Athanasiou, Tom (1996). « The age of greenwashing », Capitalism nature socialism, 7 (1), 1-36.
  • Baker, Paul (2006). Using corpora in discourse analysis. Londres : Continuum.
  • Bendinelli, Marion (2011). « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », Asp, 60, 103-123.
  • Biros, Camille (2014). « Les couleurs du discours environnemental », Mots. Les langages du politique, 105, 45-66.
  • Bowen, Frances (2014). After greenwashing : symbolic corporate environmentalism and society. Cambridge : Cambridge University Press.
  • Bowen, Frances & Arragon-Correa, Alberto (2014). « Greenwashing in corporate environmentalism research and practice : the importance of what we say and do », Organization & environment, 27 (2), 107-112.
  • Breduillieard, Pauline (2013). « Publicité verte et greenwashing », Gestion 2000, 30 (6), 115-131.
  • Dahlberg, Lincoln (2013). « Discourse theory as critical media politics? Five questions ». In Dahlberg, Lincoln & Sean Phelan (éds.). Discourse theory and critical media politics, 41-63. Londres : Palgrave Macmillan.
  • De Jong, Menno, Harkink, Karen & Barth, Susanne (2018). « Making green stuff ? Effects of corporate greenwashing on consumers », Journal of business and technical communication, 32 (1), 77-112.
  • Delmas, Magali & Cuerel Burbano, Vanessa (2011). « The drivers of greenwashing », California management review, 54 (1), 64-87.
  • Dury, Pascaline (2013). « Quelle(s) traduction(s) pour le terme anglais greenwashing ? Quelques observations croisées en terminologie », Traduire, 229, 26-35
  • Fløttum, Kjersti (2019) (dir). « Le changement climatique en discours », Cahiers de praxématique, 73, https://doi.org/10.4000/praxematique.5739.
  • Fracchiolla, Béatrice (2019). « Ecologie et environnement : des mots aux discours. Mises en perspective historiques et discursives », Mots. Les langages du politique, 119, https://doi.org/10.400/mots.24230.
  • Hart, Christopher (2013). « Argumentation meets adapted cognition : manipulation in media discourse on immigration », Journal of pragmatics, 59 (2), 200-209.
  • Laufer, William (2003). « Social accountability and corporate greenwashing », Journal of business ethics, 43, 253-261.
  • Libaert, Thierry (2012). « De la critique du greenwashing à l’accroissement de la régulation publicitaire », Communication et organisation, 42, 267-274.
  • Libaert, Thierry (2010). Communication et environnement, le pacte impossible. Paris : PUF.
  • Howarth, David (2000). Discourse. Buckingham : Open University Press.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Mahoney, Lois, Thorne, Linda, Cecil, Lianna & LaGore, William (2013). « A research note on standalone corporate social responsibility reports : signaling or greenwashing ? », Critical perspectives on accounting, 24, 350-359.
  • Maillat, Didier (2013). « Constraining context selection : on the pragmatic inevitability of manipulation », Journal of pragmatics, 59 (2), 190-199.
  • Marquis, Christopher, Toffel, Michael & Zhou, Yanhua (2016). « Scrutiny, norms, and selective disclosure : a global study of greenwashing », Organization science, 27 (2), 483-504.
  • Munshi, Debashish & Kurian, Priya (2005). « Imperializing spin cycles : a postcolonial look at public relations, greenwashing, and the separation of publics », Public relations review, 31, 513-520.
  • Mustiko Aji, Hendy & Sutikno, Bayu (2015). « The extended consequence of greenwashing : perceived consumer skepticism », International journal of business and information, 10 (4), 433-468.
  • Nyilasy, Gergely, Gangadharbatla, Harsha & Paladino, Angela (2014). « Perceived greenwashing : the interactive effects of green advertising and corporate environmental performance on consumer reactions », Journal of business ethics, 125, 693-707.
  • Parguel, Béatrice, Benoit-Moreau, Florence & Russell, Cristel Antonia (2015). « Can evoking nature in advertising mislead consumers ? The power of ‘executional greenwashing’ », International journal of advertising, 34 (1), 107-134.
  • Rahman, Imran, Park, Jeongdoo & Chi, Christina Geng-Qing (2015). « Consequences of ‘greenwashing’ : consumers’ reactions to hotels’ green initiatives », International journal of contemporary hospitality management, 27 (6), 1054-1081.
  • Ramus, Catherine & Montiel, Ivan (2005). « When are corporate environmental policies a form of greenwashing », Business society, 44 (4), 377-414.
  • Seele, Peter & Gatti, Lucia (2015). « Greenwashing revisited : in search of a typology and accusation-based definition incorporating legitimacy strategies », Business strategy and the environment, 26 (2), 239-252.
  • Siano, Alfonso, Vollero, Agostino, Conte, Francesca & Amabile, Sara (2017). « ‘More than words’ : expanding the taxonomy of greenwashing after the Volkswagen scandal », Journal of business research, 71, 27-37.
  • Torelli, Riccardo, Balluchi, Federica & Lazzini, Arianna (2020). « Greenwashing and environmental communication : effects on stakeholders’ perceptions », Business strategy and the environment, 29 (2), 407-421.
  • Wagener, Albin (2020). « Internet contre Greta Thunberg : une étude discursive et argumentative », Argumentation et analyse du discours, 25, https://journals.openedition.org/aad/4747.

Greta de Siège

Périodiquement, comme une sorte de marronnier qui permet assez aisément de distinguer ceux qui s’intéressent au changement climatique de ceux qui s’intéressent uniquement aux personnes qui en parlent, on voit ici et là poindre des diatribes contre Greta Thunberg, l’activiste et militante suédoise qui inspire d’autres individus comme elle de s’engager pour cette cause si pressante. Dernier en date : Marc Lambron, qui a choisi d’honorer son auditoire grâce à une œuvre à la qualité discutable, qui s’inspire librement (sic) de Greta Thunberg pour en faire un conte moderne (re-sic), chargé d’alerter non pas sur les dangers du climat, mais sur les individus qui nous alertent sur les risques liés au changement climatique. Rien que ça.

Nous sommes plusieurs à alerter sur la manière dont Greta Thunberg se retrouve utilisée comme bouc-émissaire et comme cible médiatique, obstruant ainsi le véritable sujet – et de loin plus urgent – du changement climatique, comme André Gunthert (EHESS) notamment. Nombreux (et très peu nombreuses, en revanche…) sont en effet ceux s’en sont pris à Greta Thunberg : qu’il s’agisse de Laurent Alexandre, Michel Onfray ou encore Pascal Bruckner, pour ne citer que les plus illustres, ils sont toute une frange d’essayistes réactionnaires à se déchaîner contre la militante suédoise, à défaut de proposer une vision écologique de la société concernant le changement climatique. Soyons magnanimes, on ne peut pas être bon partout. Ce que ces critiques ont en commun, pour une large majorité d’entre eux, c’est d’appartenir souvent à une même catégorie socio-démographique, pour ne pas dire générationnelle (et éviter une surmobilisation du terme « boomer »).

https://static.cnews.fr/sites/default/files/greta-thunberg-sosie_5dd46819c355a_0.jpg

L’année 2019 avait été particulièrement riche par ailleurs, puisque Greta Thunberg avait fait un tour par l’Assemblée Nationale. Mais elle n’était pas seule, bien évidemment : tout un panel de scientifiques et de militants avaient été invité.e.s, sur initiative du député Matthieu Orphelin. On y retrouvait par ailleurs également Valérie-Masson Delmotte, co-présidente du groupe 1 du GIEC ; malheureusement, ce n’est pas la diversité et la qualité de cet aréopage qui aura marqué l’histoire, mais le fait qu’une citoyenne suédoise, mineure qui plus est (et Asperger, de surcroît), ait foulé le Saint-Sol du parlement, comme si cela constituait une offense d’une gravité sans précédente faite à la face de la République française. Une sorte de crachat façon smørbrød qui a eu le désavantage de réveiller les néo-conservateurs assoupis, qui n’y connaissent strictement rien en écologie ou en climatologie, mais s’y connaisse nettement mieux en arguments fallacieux, dépréciatifs et discriminants. On a les médailles qu’on mérite.

Je m’étais alors amusé à constituer un petit corpus, mis d’ailleurs en ligne sur ce carnet de recherche et libre d’utilisation pour celleux qui le désirent, qui balayait plusieurs mois de publications médiatiques diverses qui critiquaient Greta Thunberg – la fréquence de ces publications culminant bien évidemment autour du mardi 23 juillet 2019, date fatidique s’il en est. Le 12 octobre 2019, Le Monde avait par ailleurs publié sur sa chaîne YouTube une analyse des critiques dont la militante suédoise était la cible, et avait mis à disposition ce même corpus, ainsi que les premières conclusions de l’étude. Depuis, celle-ci a été publiée dans la revue scientifique Argumentation et analyse du discours, et c’est sur celle-ci que je voudrais revenir dans ce billet, afin de balayer les différents contre-discours qui ont ciblé (et ciblent encore !) Greta Thunberg.

Kuva

Ces résultats sont éloquents et avaient été préalablement diffusés dans une petite infographie, afin d’en livrer les éléments les plus emblématiques. Greta Thunberg est en fait perçue, au sein des contre-discours en circulation, comme une personne fragile : elle serait trop jeune (comme s’il y avait un âge limite pour s’engager pour des causes), elle serait même une enfant (donc nécessairement manipulée par son entourage, et même ses parents), et souffre en plus d’un handicap. Ce handicap, qui a probablement stimulé l’une des salves les plus historiques de propos horriblement validistes et normatifs, c’est le syndrome d’Asperger – un syndrome qui n’empêche a priori nullement de s’engager pour une cause, d’y développer une expertise, et d’en faire un combat à porter par-delà les frontières. Greta Thunberg y était donc dépeinte comme une marionnette sans conscience, dont la tête pouvait être farcie par la propagande d’un entourage malveillant. Je ne sais pas comment les détracteurs de Greta Thunberg étaient quand ils avaient son âge (pour mémoire, entre 16 et 17 ans, donc pas 5 ou 6 ans), mais ça en dit long sur leur vision de la jeunesse et l’adolescence qu’ils ont dû passer.

L’invalidité de la parole non-experte était également particulièrement vivace : on reprochait à Greta (si je peux me permettre cette familiarité) de ne pas être légitime. Il faudrait donc que les militants laissent la parole aux politiques (qui ont largement fait leurs preuves en matière de politique écologique ambitieuse, comme chacun sait) et aux scientifiques. Pourtant, comme dans nombre de sujets, le militantisme aide souvent la recherche à porter et diffuser ses résultats au sein de la société civile, en sensibilisant à des causes, sans pour autant dévoyer le propos des chercheuses et des chercheurs qui travaillent sans relâche pour obtenir des résultats et alerter à leur propos. De surcroît, comme Greta Thunberg est jeune, elle aurait dû surtout écouter, se taire, et éventuellement s’engager un peu plus tard, après études – les deux étant apparemment incompatibles (sic).

https://i.dailymail.co.uk/1s/2020/11/05/23/35313192-0-image-a-8_1604618712292.jpg

L’appel au pathos constituait également une autre critique : la militante suédoise utiliserait des ressorts trop émotionnels, trop psycho-affectifs, et dévoierait par-là même la parole rationnelle nécessaire pour mieux comprendre les enjeux du climat. Pourtant, encore une fois, il est parfaitement possible de lier expertise technique et sensibilisation percutante, comme le font Jean-Marc Jancovici ou Aurélien Barrau par exemple. D’autre part, pour sensibiliser (comme le laisse deviner d’ailleurs la racine de ce verbe), il faut pouvoir faire appel aux sens ; dans ce cas de figure, les réactions émotionnelles sont nécessaires. Et de fait, d’une manière plus générale, elles ne sont pas sales ni contre-productives, tout au contraire d’ailleurs : c’est en éveillant ces alertes émotionnelles qu’il serait possible d’agir. Par ailleurs, et bien malheureusement, les apports purement « rationnels » des nombreux rapports du GIEC, depuis des décennies, n’ont pas réussi à faire bouger les politiques publiques – ou si peu.

La conspiration du greenwashing a été particulièrement nourrie dans les contre-discours en circulation – et plus largement, ce type de débat est d’ailleurs toujours assez vif au sein des tenants de l’écologie et des solutions politiques à apporter. En d’autres termes, au sein du spectre politique en présence, on retrouve à la fois celleux qui militent pour une radicalité dans les propositions à mettre en oeuvre, et celleux qui estiment que l’écologie est soluble dans le statu quo néolibéral, comme a tenté de le faire Emmanuel Macron avec la Convention citoyenne pour le climat – et avec les manques, les insuffisances et les déconvenues que l’on sait. Mais dans le cas de Greta Thunberg, l’aspect conspirationniste a été nourri par son entourage, et ce malgré ses réponses incessantes et précises sur le sujet ; il n’en reste pas moins que la militante n’avance évidemment pas seule, et qu’elle a autour d’elle des individus qui l’aident à faire avancer son combat. Comme n’importe quel.le militant.e, par ailleurs.

I love the Greta Thunberg Memes. - 9GAG

Mais Greta Thunberg n’est pas seulement jeune ou atteinte du syndrome d’Asperger : elle n’est pas un homme. Et c’est en tant que femme, précisément, qu’elle aura subi les critiques les plus violentes et les plus ahurissantes. De ce fait, à travers ses prises de parole, ses postures et ses expressions non verbales, la militante suédoise souffre très exactement des accusations attribuées aux sorcières depuis des siècles : on l’accuse d’être une dévote qui sacralise (et donc dé-rationnalise) les enjeux du changement climatique, dans une aura qui se rapprocherait d’une forme de mysticisme eschatologique. Comme une Pythie moderne, elle annoncerait donc l’apocalypse (alors que, soyons honnêtes, absolument tous les chiffres scientifiques le soulignent tout autant), puisqu’elle le verbalise comme tel et l’énonce dans ses affects et ses choix énonciatifs. Et dans le même temps, on l’accuse d’une forme d’impassibilité et d’insensibilité, tout en l’accusant d’hyperaffectivité : bref, on l’accuse d’une forme d' »hystérie » (un grand classique des attaques masculinistes), tout en lui reprochant d’avoir, finalement, des attributs perçus comme masculins (impassibilité et insensibilité). Une sorte de Jeanne d’Arc écologiste, en quelque sorte, qui se retrouve affublée d’une posture de vierge de fer par ses plus féroces détracteurs.

Enfin, les attaques ad feminem pleuvent de manière relativement forte, notamment à travers l’attaque du corps – grand classique, malheureusement, des agressions masculinistes, pour qui le corps de la femme reste un corps public, que l’on critique, que l’on commente, que l’on convoite et que l’on souhaite ultimement posséder. Cela semble être un problème pour ses détracteurs (majoritairement hommes blancs et au-dessus de la cinquantaine, pour situer leur posture énonciative), qui ne sont visiblement pas étouffés par les haut-le-cœur en lui reprochant une apparence non désirable (alors qu’il s’agit d’une adolescente au moment où nous rédigeons ces lignes, rappelons-le). Plus précisément ici, il s’agit d’un corps décrit comme non désirable, mais également d’un visage décrit comme non désirable – un visage qui énoncerait donc des paroles trop chargées d’émotions, tout en étant incapable d’en exprimer, d’après les contre-discours en circulation. Mais lorsque l’on critique par dégoût, par désamour ou par peur, l’on est pas à un paradoxe près, n’est-ce pas ?

How Dare You Not Enjoy These Greta Thunberg Memes - Greta Thunberg | Memes

Ces différents contre-discours ne sont pas limités au champ francophone stricto sensu : on les retrouve finalement dans bon nombre de situations politiques et de pays dans le monde – même si la plupart proviennent, il faut bien l’avouer ici, de critiques d’inspiration réactionnaire, néo-conservatrice ou d’extrême droite. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de constater que, malgré tout le mal que ces milieux pensent de Greta Thunberg et de son discours (tout en refusant toujours d’avancer un quelconque propos construit à propos de l’écologie ou du changement climatique, bien sûr), ceux-ci aient néanmoins imaginé construire une figure anti-Greta Thunberg – à savoir Naomi Seibt, qui utilise nombre des méthodes de la militante suédoise pour diffuser des propos climato-négationnistes vérifiés. Comme quoi, on ne déteste jamais autant que ce qu’on envie.

Pour aller plus loin

  • Amossy, Ruth (2011). « Des sciences du langage aux sciences sociales : l’argumentation dans le discours », A contrario, 16 (2), 10-25.
  • Baker, Paul (2006). Using corpora in discourse analysis. Londres : Continuum.
  • Bendinelli, Marion (2011). « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », Asp, 60, 103-123.
  • Dahlberg, Lincoln (2013). « Discourse theory as critical media politics? Five questions ». In Dahlberg, Lincoln & Sean Phelan (éds.). Discourse theory and critical media politics, 41-63. Londres : Palgrave Macmillan.
  • Frigon, Sylvie & Michèle Kérisit (2000). Du corps des femmes : contrôles, surveillances et résistances. Ottawa : University of Ottawa Press.
  • Hart, Christopher (2013)« Argumentation meets adapted cognition : manipulation in media discourse on immigration », Journal of pragmatics, 59 (2), 200-209.
  • Howarth, David (2000). Discourse. Buckingham : Open University Press.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Maillat, Didier (2013). « Constraining context selection : on the pragmatic inevitability of manipulation », Journal of pragmatics, 59 (2), 190-199.
  • Martinez, William (2012). « Au-delà de la cooccurrence binaire… Poly-cooccurrences et trames de cooccurrence », Corpus, 11, 191-216.
  • Moirand, Sophie (2007). Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre. Paris : PUF.
  • Moïse, Claudine, Auger, Nathalie, Fracchiolla, Béatrice & Schultz-Romain, Christina (2008) (dir). La violence verbale (2 tomes). Paris : L’Harmattan.
  • Nathan, Dev, Govind Kelkar & Yu Xiaogang (1998). « Women as witches and keepers of demons: cross-cultural analysis of struggles to change gender relations », Economic and Political Weekly, 33 (44), WS58-WS59.
  • Nicolas, Loïc (2014). « L’évidence du complot : un défi à l’argumentation. Douter de tout pour ne plus douter du tout », Argumentation et Analyse du Discours, 13, http://journals.openedition.org/aad/1833.
  • Paveau, Marie-Anne (2006). Les prédiscours : sens, mémoire, cognition. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.
  • Rabatel, Alain (2007). « Les enjeux des postures énonciatives et de leur utilisation en didactique », Education & didactique, 2 (1), 89-116.
  • Rosier, Laurence (2012) (dir). « Insulte, violence verbale, argumentation », Argumentation et analyse du discours, 8, https://journals.openedition.org/aad/1242.
  • Scott, Mike (2001). « Comparing corpora and identifying key words, collocations, frequency distributions through the Wordsmith Tools suite of computer programs ». In Ghadessy, Mohsen, Henry, Alex & Robert L. Roseberry (éds.). Small corpus studies and ELT. Theory and practice, 47-70. Amsterdam : John Benjamins.
  • Tileagă, Cristian (2007). « Ideologies of moral exclusion: A critical discursive reframing of depersonalization, delegitimization and dehumanization », British Journal of Social Psychology, 46 (4), 717–737.
  • Wagener, Albin (2020). « Internet contre Greta Thunberg : une étude discursive et argumentative », Argumentation et analyse du discours, 25, https://journals.openedition.org/aad/4747.
  • Wartenberg, Thomas (1990). The forms of power. From domination to transformation. Philadelphia : Temple University Press.
  • Watts, Richard (1991). Power in family discourse. New York: Mouton de Gruyter.
  • Wodak, Ruth (2015). The politics of fear : what right-wing populist discourses mean. London : Sage.

Ressource et néolibéralisme

Nombreux sont les termes que l’on voit passer dans les bouches des experts, des commentateurs et des politique, sans que l’on prenne garde au contexte de leur usage. Ils se présentent à nous comme des évidences disponibles et valident ou reconfigurent la doxa (Sarfati 2011) à laquelle nous souscrivons parfois mécaniquement, sans toujours saisir l’implication des représentations discursives qui s’y logent et l’animent. Ici, je me permets de m’attarder dans ce billet sur le lexème « ressource », devenu au fil des décennies un cas d’école d’idéologème (Angenot 1984), au sens où il représente une unité combinable relevant d’une idéologie, elle-même capable d’alimenter une doxa (Stockinger 2001) ; dans ce sens, un discours apparemment anodin et relativement commun masque en fait une représentation du monde orientée, porteuse d’un projet politique qui n’a rien de neutre.

A l’heure où l’écologie est devenue un thème central et incontournable dans le débat public, on ne peut s’empêcher de penser d’abord aux ressources naturelles – soit toutes ces commodités offertes par la nature et qui seraient à disposition d’un être humain organisé en société marchande, dans un esprit anthropocentriste relativement évident. C’est le cas d’abord des ressources dites « animalières », qui envisagent l’animal comme une entité à élever, chasser ou pêcher. Dans un article assez remarquable sur le sujet, Oozeerally et Hookoomsing ont montré comment cette inscription idéologique est organisée dès l’éducation des jeunes enfants, notamment dans les manuels scolaires (Oozeerally & Hookoomsing 2017). Les animaux sont des êtres qui se retrouvent donc fortuitement sur Terre pour être consommés, dévorés, traits et transportés, dans le plus pur esprit d’une logique d’économie marchande. Bref : ils existent pour être exploités – ou, à la rigueur, « utilisés » comme animaux de compagnie, ce qui les transforme en « ressource affective ».

Car la ressource, c’est d’abord et avant tout quelque chose que l’on exploite. Certes, cela n’a pas toujours été le cas : une simple recherche rapide sur le CNRTL permet d’envisager l’évolution diachronique des usages du lexème, et d’y distinguer un tournant aux alentours du dix-neuvième siècle, au moment où le capitalisme se donne les moyens d’industrialiser sa logique d’exploitation consubstantielle au colonialisme. On y repère tour à tour des « moyens pécuniaires », des « moyens matériels », des « éléments biotiques et non biotiques de la Terre », des « formes d’énergies », des « moyens financiers » ou encore des « richesses disponibles ». Pour le site d’aide à la traduction Linguee, on peut lire des sources externes éloquentes et très informative sur l’utilisation du terme, dans des contextes langagiers authentiques.

Les « ressources » sont donc des éléments que l’on « exploite », et même les chercheurs tombent dans ce piège linguistique : recherches avicoles (Germain et. al. 2015), recherches managériales (Asselineau et. al. 2014), sciences sociales (Guionnet & Rétif 2015) et même études linguistiques elles-mêmes (Duchêne 2011), pour ne citer que quelques exemples. On parle donc pêle-mêle de « ressources linguistiques », de « ressources naturelles », de « ressources humaines », de « ressources pédagogiques » ou encore de « ressources numériques ». Sur chacune de ces associations, il y aurait beaucoup à dire et à écrire, du point de vue de la langue, de l’usage et des discours en circulation. On peut puiser dans les ressources, les exploiter ou les utiliser ; parfois, on les gaspille, on les épuise ou on les surexploite. Cette galaxie sémantique de la ressource comme réservoir est distincte de la « source » à laquelle on s’abreuve : elle renferme ce que j’appelle une matière noire sémantique (Wagener 2019) bel et bien idéologique, soit un ensemble de représentations a priori non visibles, « normales » ou « neutres », mais qui n’en ont que l’apparence – et qui sont toujours présentes, qu’on le veuille ou non, malgré l’usage quotidien anodin que peuvent en faire les énonciateurs.

Cet usage inflationniste du lexème « ressource » est lié à une logique néolibérale et capitaliste de l’exploitation et de la marchandisation. Dans le cas des « ressources naturelles », une telle inclinaison sémantique et discursive témoigne d’une logique inconciliable avec une définition de l’environnement qui permette une co-existence harmonieuse entre les activités humaines et la nature, au sens large – au sens d’une conceptualisation qui met la distance entre humains et non humains (Descola 2005). Parler de l’environnement, des êtres et des pratiques sociales comme « ressources », c’est participer à une extension sociale du marché (Legrand 2007) qui prend appui sur les réactions émotionnelles des individus (Scribano 2019), en introduisant un rapport de pouvoir structurant (Cingolani 2019) entre la ressource et celle ou celui qui va l’exploiter – donc l’utiliser pour en faire ce que bon lui semble. Tout ceci participe du fait que le discours participe bel et bien des constructions sociales, en (dé)formant et (dés/ré)incarnant les valeurs, les idéologies et les identités (Kopytowska 2015), elles-mêmes par ailleurs soumises à la même logique de marché (Halter 2000) – en écho troublant avec l’actualité, par ailleurs.

Et puis, enfin, il y a l’usage plus individuel, voire plus intime. On dit de quelqu’un qu’il/elle a « de la ressource » lorsqu’il est capable de se sortir d’une situation compliquée – il/elle peut donc y « puiser » (comme l’on fore une terre pour en extraire le pétrole) afin de pouvoir « rebondir » (un terme qui demanderait, à lui seul, encore un autre billet). En d’autres termes, il/elle a donc, suffisamment de « réserves » pour pouvoir s’en sortir. Dans un tout autre contexte, pourtant, on notera qu’il y a un monde assez significatif entre une « ressource naturelle » et une « réserve naturelle ». Revenir à la source, sous toute réserve, c’est peut-être aussi déshabiller la ressource de ses oripeaux contaminés par l’idéologie néolibérale.

Pour aller plus loin

  • Angenot, Marc (1984). « La lutte pour la vie: migrations et usages d’un idéologème », Le Moyen Français, 14-15, 171–190.
  • Asselineau, Alexandre, Albert-Cromarias, Anne & Ditter, Jean-Guillaume (2014). « L’écosystème local, ressource clé du développement d’une entreprise », Entreprendre & innover, 23 (4), 59-70.
  • Cingolani, Patrick (2019). « Neoliberalism, outsourcing, and domination’. In Adrian Scribano, Freddy Timmermann Lopez & Maximiliano Korstanje (éds.), Neoliberalism in multi-disciplinary-perspective (171-184). Londres : Palgrave Macmillan.
  • CNRTL. « Ressource », consulté le 15 juillet 2020, https://www.cnrtl.fr/definition/ressource.
  • Descola, Philippe (2005). Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard.
  • Duchêne, Alexandre (2011). « Néolibéralisme, inégalités sociales et plurilinguisme : l’exploitation des ressources langagières et des locuteurs », Langage et société, 136 (2), 81-108.
  • Germain, Karine, Brachet, Mathilde, Juin, Hervé, Lamothe, Eddie & Roinsard, Antoine (2015). « Le parcours pour volailles de chair : une ressource protéique à exploiter », Onzièmes Journées de la Recherche Avicole et Palmipèdes à Foie Gras, Tours, 1023-1026.
  • Guionnet, Christine & Rétif, Sophie (2015). Exploiter les difficultés méthodologiques. Une ressource pour l’analyse en sciences sociales.Rennes : Presses universitaires de Rennes.
  • Halter, Marilyn (2000). Shopping for Identity : the Marketing of Ethnicity. New York : Schocken Books.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Legrand, Stéphane (2007). « L’extension sociale du marché dans le néolibéralisme », Raisons politiques, 28 (4), 33-47.
  • Linguee. « Ressource », Dictionnaire français-anglais, consulté le 15 juillet 2020, https://www.linguee.fr/francais-anglais/traduction/ressource.html.
  • Oozeerally, Shameem & Hookoomsing, Hélina (2017). « Le poulpe qui existait pour être mangé : l’anthropocentrisme et le spécisme dans les manuels du cycle primaire mauricien », Cahiers internationaux de sociolinguistique, 12 (2), 179-210.
  • Sarfati, Georges-Elia (2011). « Analyse du discours et sens commun : institutions de sens, communautés de sens, doxa, idéologie ». In Jacques Guilhaumou & Philippe Schepens (éds), Matériaux philosophiques pour l’analyse du discours (139-174). Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.
  • Scribano, Adrian (2019). « The thousand faces of neoliberalism : from politics to sensibilities ». In Adrian Scribano, Freddy Timmermann Lopez & Maximiliano Korstanje (éds.), Neoliberalism in multi-disciplinary-perspective (89-118). Londres : Palgrave Macmillan.
  • Stockinger, Peter (2001). Traîtement et contrôle de l’information. Paris : Hermès.
  • Wagener, Albin (2019). Discours et système. Théorie systémique du discours et analyse des représentations. Bruxelles : Peter Lang.