Archives de catégorie : Société

Greta de Siège

Périodiquement, comme une sorte de marronnier qui permet assez aisément de distinguer ceux qui s’intéressent au changement climatique de ceux qui s’intéressent uniquement aux personnes qui en parlent, on voit ici et là poindre des diatribes contre Greta Thunberg, l’activiste et militante suédoise qui inspire d’autres individus comme elle de s’engager pour cette cause si pressante. Dernier en date : Marc Lambron, qui a choisi d’honorer son auditoire grâce à une œuvre à la qualité discutable, qui s’inspire librement (sic) de Greta Thunberg pour en faire un conte moderne (re-sic), chargé d’alerter non pas sur les dangers du climat, mais sur les individus qui nous alertent sur les risques liés au changement climatique. Rien que ça.

Nous sommes plusieurs à alerter sur la manière dont Greta Thunberg se retrouve utilisée comme bouc-émissaire et comme cible médiatique, obstruant ainsi le véritable sujet – et de loin plus urgent – du changement climatique, comme André Gunthert (EHESS) notamment. Nombreux (et très peu nombreuses, en revanche…) sont en effet ceux s’en sont pris à Greta Thunberg : qu’il s’agisse de Laurent Alexandre, Michel Onfray ou encore Pascal Bruckner, pour ne citer que les plus illustres, ils sont toute une frange d’essayistes réactionnaires à se déchaîner contre la militante suédoise, à défaut de proposer une vision écologique de la société concernant le changement climatique. Soyons magnanimes, on ne peut pas être bon partout. Ce que ces critiques ont en commun, pour une large majorité d’entre eux, c’est d’appartenir souvent à une même catégorie socio-démographique, pour ne pas dire générationnelle (et éviter une surmobilisation du terme « boomer »).

https://static.cnews.fr/sites/default/files/greta-thunberg-sosie_5dd46819c355a_0.jpg

L’année 2019 avait été particulièrement riche par ailleurs, puisque Greta Thunberg avait fait un tour par l’Assemblée Nationale. Mais elle n’était pas seule, bien évidemment : tout un panel de scientifiques et de militants avaient été invité.e.s, sur initiative du député Matthieu Orphelin. On y retrouvait par ailleurs également Valérie-Masson Delmotte, co-présidente du groupe 1 du GIEC ; malheureusement, ce n’est pas la diversité et la qualité de cet aréopage qui aura marqué l’histoire, mais le fait qu’une citoyenne suédoise, mineure qui plus est (et Asperger, de surcroît), ait foulé le Saint-Sol du parlement, comme si cela constituait une offense d’une gravité sans précédente faite à la face de la République française. Une sorte de crachat façon smørbrød qui a eu le désavantage de réveiller les néo-conservateurs assoupis, qui n’y connaissent strictement rien en écologie ou en climatologie, mais s’y connaisse nettement mieux en arguments fallacieux, dépréciatifs et discriminants. On a les médailles qu’on mérite.

Je m’étais alors amusé à constituer un petit corpus, mis d’ailleurs en ligne sur ce carnet de recherche et libre d’utilisation pour celleux qui le désirent, qui balayait plusieurs mois de publications médiatiques diverses qui critiquaient Greta Thunberg – la fréquence de ces publications culminant bien évidemment autour du mardi 23 juillet 2019, date fatidique s’il en est. Le 12 octobre 2019, Le Monde avait par ailleurs publié sur sa chaîne YouTube une analyse des critiques dont la militante suédoise était la cible, et avait mis à disposition ce même corpus, ainsi que les premières conclusions de l’étude. Depuis, celle-ci a été publiée dans la revue scientifique Argumentation et analyse du discours, et c’est sur celle-ci que je voudrais revenir dans ce billet, afin de balayer les différents contre-discours qui ont ciblé (et ciblent encore !) Greta Thunberg.

Kuva

Ces résultats sont éloquents et avaient été préalablement diffusés dans une petite infographie, afin d’en livrer les éléments les plus emblématiques. Greta Thunberg est en fait perçue, au sein des contre-discours en circulation, comme une personne fragile : elle serait trop jeune (comme s’il y avait un âge limite pour s’engager pour des causes), elle serait même une enfant (donc nécessairement manipulée par son entourage, et même ses parents), et souffre en plus d’un handicap. Ce handicap, qui a probablement stimulé l’une des salves les plus historiques de propos horriblement validistes et normatifs, c’est le syndrome d’Asperger – un syndrome qui n’empêche a priori nullement de s’engager pour une cause, d’y développer une expertise, et d’en faire un combat à porter par-delà les frontières. Greta Thunberg y était donc dépeinte comme une marionnette sans conscience, dont la tête pouvait être farcie par la propagande d’un entourage malveillant. Je ne sais pas comment les détracteurs de Greta Thunberg étaient quand ils avaient son âge (pour mémoire, entre 16 et 17 ans, donc pas 5 ou 6 ans), mais ça en dit long sur leur vision de la jeunesse et l’adolescence qu’ils ont dû passer.

L’invalidité de la parole non-experte était également particulièrement vivace : on reprochait à Greta (si je peux me permettre cette familiarité) de ne pas être légitime. Il faudrait donc que les militants laissent la parole aux politiques (qui ont largement fait leurs preuves en matière de politique écologique ambitieuse, comme chacun sait) et aux scientifiques. Pourtant, comme dans nombre de sujets, le militantisme aide souvent la recherche à porter et diffuser ses résultats au sein de la société civile, en sensibilisant à des causes, sans pour autant dévoyer le propos des chercheuses et des chercheurs qui travaillent sans relâche pour obtenir des résultats et alerter à leur propos. De surcroît, comme Greta Thunberg est jeune, elle aurait dû surtout écouter, se taire, et éventuellement s’engager un peu plus tard, après études – les deux étant apparemment incompatibles (sic).

https://i.dailymail.co.uk/1s/2020/11/05/23/35313192-0-image-a-8_1604618712292.jpg

L’appel au pathos constituait également une autre critique : la militante suédoise utiliserait des ressorts trop émotionnels, trop psycho-affectifs, et dévoierait par-là même la parole rationnelle nécessaire pour mieux comprendre les enjeux du climat. Pourtant, encore une fois, il est parfaitement possible de lier expertise technique et sensibilisation percutante, comme le font Jean-Marc Jancovici ou Aurélien Barrau par exemple. D’autre part, pour sensibiliser (comme le laisse devenir d’ailleurs la racine de ce verbe), il faut pouvoir faire appel aux sens ; dans ce cas de figure, les réactions émotionnelles sont nécessaires. Et de fait, d’une manière plus générale, elles ne sont pas sales ni contre-productives, tout au contraire d’ailleurs : c’est en éveillant ces alertes émotionnelles qu’il serait possible d’agir. Par ailleurs, et bien malheureusement, les apports purement « rationnels » des nombreux rapports du GIEC, depuis des décennies, n’ont pas réussi à faire bouger les politiques publiques – ou si peu.

La conspiration du greenwashing a été particulièrement nourrie dans les contre-discours en circulation – et plus largement, ce type de débat est d’ailleurs toujours assez vif au sein des tenants de l’écologie et des solutions politiques à apporter. En d’autres termes, au sein du spectre politique en présence, on retrouve à la fois celleux qui militent pour une radicalité dans les propositions à mettre en oeuvre, et celleux qui estiment que l’écologie est soluble dans le statu quo néolibéral, comme a tenté de le faire Emmanuel Macron avec la Convention citoyenne pour le climat – et avec les manques, les insuffisances et les déconvenues que l’on sait. Mais dans le cas de Greta Thunberg, l’aspect conspirationniste a été nourri par son entourage, et ce malgré ses réponses incessantes et précises sur le sujet ; il n’en reste pas moins que la militante n’avance évidemment pas seul, et qu’elle a autour d’elle des individus qui l’aident à faire avancer son combat. Comme n’importe quel.le militant.e, par ailleurs.

I love the Greta Thunberg Memes. - 9GAG

Mais Greta Thunberg n’est pas seulement jeune ou atteinte du syndrome d’Asperger : elle n’est pas un homme. Et c’est en tant que femme, précisément, qu’elle aura subi les critiques les plus violentes et les plus ahurissantes. De ce fait, à travers ses prises de parole, ses postures et ses expressions non verbales, la militante suédoise souffre très exactement des accusations attribuées aux sorcières depuis des siècles : on l’accuse d’être une dévote qui sacralise (et donc dé-rationnalise) les enjeux du changement climatique, dans une aura qui se rapprocherait d’une forme de mysticisme eschatologique. Comme une Pythie moderne, elle annoncerait donc l’apocalypse (alors que, soyons honnêtes, absolument tous les chiffres scientifiques le soulignent tout autant), puisqu’elle le verbalise comme tel et l’énonce dans ses affects et ses choix énonciatifs. Et dans le même temps, on l’accuse d’une forme d’impassibilité et d’insensibilité, tout en l’accusant d’hyperaffectivité : bref, on l’accuse d’une forme d' »hystérie » (un grand classique des attaques masculinistes), tout en lui reprochant d’avoir, finalement, des attributs perçus comme masculins (impassibilité et insensibilité). Une sorte de Jeanne d’Arc écologiste, en quelque sorte, qui se retrouve affublée d’une posture de vierge de fer par ses plus féroces détracteurs.

Enfin, les attaques ad feminem pleuvent de manière relativement forte, notamment à travers l’attaque du corps – grand classique, malheureusement, des agressions masculinistes, pour qui le corps de la femme reste un corps public, que l’on critique, que l’on commente, que l’on convoite et que l’on souhaite ultimement posséder. Cela semble être un problème pour ses détracteurs (majoritairement hommes blancs et au-dessus de la cinquantaine, pour situer leur posture énonciative), qui ne sont visiblement pas étouffés par les haut-le-cœur en lui reprochant une apparence non désirable (alors qu’il s’agit d’une adolescente au moment où nous rédigeons ces lignes, rappelons-le). Plus précisément ici, il s’agit d’un corps décrit comme non désirable, mais également d’un visage décrit comme non désirable – un visage qui énoncerait donc des paroles trop chargées d’émotions, tout en étant incapable d’en exprimer, d’après les contre-discours en circulation. Mais lorsque l’on critique par dégoût, par désamour ou par peur, l’on est pas à un paradoxe près, n’est-ce pas ?

How Dare You Not Enjoy These Greta Thunberg Memes - Greta Thunberg | Memes

Ces différents contre-discours ne sont pas limités au champ francophone stricto sensu : on les retrouve finalement dans bon nombre de situations politiques et de pays dans le monde – même si la plupart proviennent, il faut bien l’avouer ici, de critiques d’inspiration réactionnaire, néo-conservatrice ou d’extrême droite. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de constater que, malgré tout le mal que ces milieux pensent de Greta Thunberg et de son discours (tout en refusant toujours d’avancer un quelconque propos construit à propos de l’écologie ou du changement climatique, bien sûr), ceux-ci aient néanmoins imaginé construire une figure anti-Greta Thunberg – à savoir Naomi Seibt, qui utilise nombre des méthodes de la militante suédoise pour diffuser des propos climato-négationnistes vérifiés. Comme quoi, on ne déteste jamais autant que ce qu’on envie.

Pour aller plus loin

  • Amossy, Ruth (2011). « Des sciences du langage aux sciences sociales : l’argumentation dans le discours », A contrario, 16 (2), 10-25.
  • Baker, Paul (2006). Using corpora in discourse analysis. Londres : Continuum.
  • Bendinelli, Marion (2011). « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », Asp, 60, 103-123.
  • Dahlberg, Lincoln (2013). « Discourse theory as critical media politics? Five questions ». In Dahlberg, Lincoln & Sean Phelan (éds.). Discourse theory and critical media politics, 41-63. Londres : Palgrave Macmillan.
  • Frigon, Sylvie & Michèle Kérisit (2000). Du corps des femmes : contrôles, surveillances et résistances. Ottawa : University of Ottawa Press.
  • Hart, Christopher (2013)« Argumentation meets adapted cognition : manipulation in media discourse on immigration », Journal of pragmatics, 59 (2), 200-209.
  • Howarth, David (2000). Discourse. Buckingham : Open University Press.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Maillat, Didier (2013). « Constraining context selection : on the pragmatic inevitability of manipulation », Journal of pragmatics, 59 (2), 190-199.
  • Martinez, William (2012). « Au-delà de la cooccurrence binaire… Poly-cooccurrences et trames de cooccurrence », Corpus, 11, 191-216.
  • Moirand, Sophie (2007). Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre. Paris : PUF.
  • Moïse, Claudine, Auger, Nathalie, Fracchiolla, Béatrice & Schultz-Romain, Christina (2008) (dir). La violence verbale (2 tomes). Paris : L’Harmattan.
  • Nathan, Dev, Govind Kelkar & Yu Xiaogang (1998). « Women as witches and keepers of demons: cross-cultural analysis of struggles to change gender relations », Economic and Political Weekly, 33 (44), WS58-WS59.
  • Nicolas, Loïc (2014). « L’évidence du complot : un défi à l’argumentation. Douter de tout pour ne plus douter du tout », Argumentation et Analyse du Discours, 13, http://journals.openedition.org/aad/1833.
  • Paveau, Marie-Anne (2006). Les prédiscours : sens, mémoire, cognition. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.
  • Rabatel, Alain (2007). « Les enjeux des postures énonciatives et de leur utilisation en didactique », Education & didactique, 2 (1), 89-116.
  • Rosier, Laurence (2012) (dir). « Insulte, violence verbale, argumentation », Argumentation et analyse du discours, 8, https://journals.openedition.org/aad/1242.
  • Scott, Mike (2001). « Comparing corpora and identifying key words, collocations, frequency distributions through the Wordsmith Tools suite of computer programs ». In Ghadessy, Mohsen, Henry, Alex & Robert L. Roseberry (éds.). Small corpus studies and ELT. Theory and practice, 47-70. Amsterdam : John Benjamins.
  • Tileagă, Cristian (2007). « Ideologies of moral exclusion: A critical discursive reframing of depersonalization, delegitimization and dehumanization », British Journal of Social Psychology, 46 (4), 717–737.
  • Wagener, Albin (2020). « Internet contre Greta Thunberg : une étude discursive et argumentative », Argumentation et analyse du discours, 25, https://journals.openedition.org/aad/4747.
  • Wartenberg, Thomas (1990). The forms of power. From domination to transformation. Philadelphia : Temple University Press.
  • Watts, Richard (1991). Power in family discourse. New York: Mouton de Gruyter.
  • Wodak, Ruth (2015). The politics of fear : what right-wing populist discourses mean. London : Sage.

Le pire contre-attaque

L’analyse de discours dispose probablement d’une aimable qualité : elle permet, de manière plutôt opportune, de mieux comprendre l’écologie de l’emploi des mots, au cœur de leur contexte d’énonciation, afin de saisir les enjeux de l’argumentation produite. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette sous-discipline des sciences du langage se veut particulièrement utile lorsque l’actualité devient tonitruante, bruyante, violente et indigente. Elle l’est tout particulièrement lorsqu’un ministre de l’éducation nationale, à savoir Jean-Michel Blanquer, croit bon de cibler les universitaires et les étudiants au moment où ceux-ci se remettent à peine du choc de l’attentat terroriste qui a visé l’enseignant Samuel Paty. De fait, qu’un ministre se retourne contre une communauté enseignante, fût-elle du supérieur, au moment où un prof est assassiné, constitue un fait remarquable – que la ministre de l’enseignement supérieur, ait été obligée de lui répondre, tout comme la conférence des présidents d’université, est également à souligner.

Mais peu importe : au-delà de ce contexte et de ce véritable moment discursif, il convient d’analyser de manière intelligible, comme l’a fait Samuel Hayat par exemple, ce qui se joue au-delà du choc légitime et des récupérations de tout bord – au-delà également des voyages sémantiques qui trahissent surtout d’inquiétants glissements politiques, qui témoignent probablement de l’état de santé de nos démocraties.

Qui est vraiment Jean-Michel Blanquer ? - Challenges

Plus qu’une formule, l’islamo-gauchisme est une notion à la trajectoire discursive plutôt floue, mais qui trouve son origine dans un certain nombre d’écrits et de suppositions ; en gros, l’islamo-gauchisme n’existe pas en tant que tel et représente une conjecture discutable qui prend sa source, entre autres, dans les hypothèses d’intellectuels comme Pierre-André Taguieff, qui soupçonnent un certain nombre de courants de gauche (et surtout d’extrême-gauche) de collusion avec une certaine forme d’islam fondamentaliste. Cette supposition se base sur des anecdotes disparates qui, comme souvent dans les proto-théories péri-conspirationnistes, se trouvent reliées entre elles par un fil conducteur commode : si certains acteurs politiques de gauche ont, localement, travaillé de près ou de loin avec des acteurs de l’islam fondamental (ce qui est effectivement arrivé, il faut être clair là-dessus), c’est que les courants de gauche porteraient donc en eux-mêmes le germe d’une collaboration coupable avec le fondamentalisme islamiste.

Evidemment, dans cette configuration discutable, il n’est jamais question de l’islam lui-même comme religion de France, au même titre que le judaïsme ou le christianisme ; dans la bouche (ou sous les doigts) des pourfendeurs de l’islamo-gauchisme, l’islam est d’emblée conceptualisé comme un culte dont le fondamentalisme et le terrorisme ne peuvent être que des dérives logiques et programmatiques. Avec cette définition terriblement réductrice et discriminante de la religion musulmane, il faut alors désigner un coupable : il y a bien des gens qui, de l’intérieur, favorisent ce développement fondamentaliste. Ce serait donc les « gauchistes » – si tant est que l’on puisse définir un terme aussi vague, aussi protéiforme et aussi ridiculement réducteur.

De surcroît, le mot composé « islamo-gauchisme » possède une analogie de forme totalement assumé avec le « judéo-bolchévisme », et la même charge criminogène : dans les deux cas, on accule à la fois une religion et un certain nombre de courants politiques de gauche. Dans les deux cas, la religion dispose d’une charge conspirationniste : complot juif d’un côté, complot musulman fondamentaliste de l’autre (sans même parler du grand remplacement). Dans les deux cas, ce sont les courants progressistes, dits de gauche, qui seraient les « collabos » notoires : las, le « bolchévisme » et sa charge soviétique patentée ont été remplacés par le « gauchisme », confisquant ainsi les termes du débat en les répartissant entre la droite et l’extrême-droite. Dans les deux cas, les personnalités qui utilisent ces termes puisent dans les ressources discursives d’une extrême-droite nationaliste, qui utilise le paravent de la République laïque pour défendre une vision de la société chrétienne, néo-conservatrice et pré-fascisante.

Injure" et "subjectivité", de l'injonction culturelle paradoxale à  l'ordonnance de placement, Evelyne Larguèche, Diogène, Delphine Horvilleur,  Sophie Mendelsohn, Pierre-Henri Castel, le film "Le Grand Soir", de Benoit  Delépine et Gustave Kervern et

Il n’est donc pas malaisé de constater que le terme « islamo-gauchisme » n’est pas véritablement utilisé comme un compliment. Insulte ou injure, le mot composé ne fait pas que stigmatiser : il accuse. Il accuse ceux qui travaillent avec les musulmans pour tisser de véritables liens interculturels. Il accuse les associations, les partis politiques et la communauté musulmane. Il désigne un coupable par rapport à certains maux de la société, dans une logique assez classique du « nous » contre « eux » : le « nous » (les bons), ce sont ceux qui ne sont donc pas de gauche (de facto) et qui ne disposent d’aucun lien avec l’islam en général – sachant qu’ici, le terme « islamo » peut laisser à la fois penser à l’islam en tant que religion, ou à l’islamisme en tant que dérive : un glissement sémantique bien commode. Au fond, c’est si facile de répondre à la haine par la haine.

Le « eux », ce sont ceux qui seraient, consciemment ou inconsciemment, dans une logique de trahison de la République et de ses valeurs (notamment la laïcité), en osant dialoguer avec les musulmans. Cette accusation injurieuse dispose d’une commodité sémantique pour les tenants du « nous » : elle permet à la fois de stigmatiser l’adversaire politique (la gauche dans son entièreté, sans distinction de courant ou d’obédience), tout en galvanisant le camp de l’extrême-droite, notoirement connu pour son islamophobie – une islamophobie qui fait historiquement écho à l’antisémitisme malheureusement bien implanté dans les milieux d’extrême-droite.

Ignorer le fait que le terme d’islamo-gauchisme ait été théorisé par des milieux néoconservateurs qui flirtent avec l’extrême-droite, c’est assez difficilement pardonnable. En réutilisant un concept qui dispose d’une popularité très claire dans les milieux nationalistes les plus énervés, tout locuteur légitime ce concept et transforme une notion extrémiste en un terme « normal », qui peut être véhiculé sans difficulté dans la doxa médiatique et politique. Ce faisant, à travers l’injure, l’extrême-droite gagne du terrain en toute quiétude, puisque ses concepts se retrouvent dans la bouche d’éditorialistes, d’opinionistes et même de ministres.

Il faut lui faire des câlins ! » : Jean-Michel Blanquer agace dans son camp  - Gala

Passons maintenant à un autre aspect de la polémique de l’islamo-gauchisme et de sa présence dans le discours d’un ministre de l’éducation nationale : la posture énonciative. Qu’un terme soit utilisé dans le débat public n’a rien de surprenant en soi : la vie des notions et des concepts, dans l’environnement politico-médiatique, est construite par une tectonique qui suit les mouvements de la société, avec ses frictions, ses éruptions et ses volcans endormis. Toutefois, il est évident que lorsqu’un locuteur dispose d’une position de pouvoir au sein d’une société, a fortiori d’un pouvoir politique, sa parole dispose d’une charge tout à fait singulière. En d’autres termes, tout membre de gouvernement dispose d’une position verticale plutôt élevée, sur l’échelle socio-politique, qui va donner d’autant plus d’importance à sa parole.

Ainsi, lorsqu’un ministre de la République accuse certains enseignants d’avoir, en creux, armé le bras de celui qui a décapité un de leurs confrères, il ne peut ignorer que sa parole aura des conséquences publiques et politiques. Tout ministre qu’il est, il ne peut donc ignorer l’histoire d’un mot composé, ses contextes d’énonciation traditionnels et sa charge lexico-sémantique : la première responsabilité d’un locuteur de premier plan, du point de vue sociolinguistique, est de connaître parfaitement la charge des mots qu’il emploie. Quand un terme circule dans les sphères proches de l’extrême-droite, c’est pour une bonne raison, et en raison d’un certain historique lexical.

Cette analyse rejoint, en partie, la théorie des actes de langage : accuser des universitaires de collusions avec des terroristes islamistes, c’est les mettre potentiellement en danger eux aussi. Il n’est pas à exclure que certains militants d’extrême-droite se débrouillent pour s’en prendre à des universitaires, puisqu’ils se retrouvent légitimés par la parole d’un ministre de la République. Le fait que le nombre d’actes terroristes d’extrême-droite ait triplé dans le monde occidental, ces dernières années, devrait à tout le moins faire réfléchir le ministre. En désignant des adversaires sur les campus universitaires, Jean-Michel Blanquer réalise un acte de langage à visée potentiellement perlocutoire : il risque d’encourager d’autres actes terroristes et produire une escalade de violence, toujours à destination du corps enseignant.

3 conseils pour assumer son féminisme – Lallab

Au travers du millefeuille d’accusations proféré par le ministre de l’éducation nationale, il est aisé de constater que l’islamo-gauchisme ainsi utilisé ne constitue pour lui que la partie émergée de l’iceberg : derrière le mot composé se cache, précisément, une bouillie conceptuelle composée d’un ensemble de notions dont les finesses semblent échapper totalement au ministre. C’est le lot des concepts complexes, malheureusement : ils ne sont pas faits pour le temps médiatique éjaculatoire auquel nous sommes obligés d’assister. Ils sortent du cadre des opinions relayées ici ou là, alors qu’une notion comme islamo-gauchisme, par exemple, simplifie et réduit à outrance le réel, en réifiant des représentations plus faciles à manipuler et à transmettre.

Dans la commode de l’islamo-gauchisme se dissimulent en effet plusieurs tiroirs : on fustige les études décoloniales, on moque les analyses intersectionnelles, et on conspue le féminisme du début du vingt-et-unième siècle. Car le « gauchisme » (si tant est, encore une fois, que ce -isme ait un sens) cible tout ce qui, de près ou de loin, remet en cause la simplicité des discours paternalistes. Bien évidemment, de manière assez logique, lorsque deux galaxies représentationnelles s’affrontent, chacune se défend. Et ici, l’anti-islamo-gauchisme se pose en fait en défenseur contre tout ce qui interroge la société, sous toutes ses coutures, et remet en question une forme apparente d’ordre – qui cache en fait plus de désordres qu’elle ne le croit.

Bien que le ministre de l’éducation nationale ait fait des études universitaires, il est passé à côté de la complexité critique d’un certain nombre de notions en sciences sociales. L’intersectionnalité, par exemple, est un concept d’un foisonnement riche et qui permet d’interroger énormément de phénomènes sociaux et politiques : il s’agit de montrer, justement, que les catégories sociales simples sont limitantes pour observer le réel, et que celles-ci s’interpénètrent. En d’autres termes, l’intersectionnalité rejoint, par exemple, les discussions fécondes sur l’identité (ou plutôt les identités ou les phénomènes d’identification), en démontrant que l’on est jamais un seul rôle social, mais une multitude d’incarnations plurielles qui peuvent bouger, évoluer, se tisser et se détisser au gré des évolutions, des événements et des choix actanciels. Nier cela, c’est méconnaître la complexité de la société – mais c’est bien, très précisément, le but d’un terme comme « islamo-gauchisme ».

The best medieval memes memes :) Memedroid

Un petit détour par la pragmatique cognitive nous permet de compléter cette petite analyse de discours par la construction des positionnements des uns et des autres. En effet, derrière le discours du ministre, se cache en creux la construction d’une certaine idée de la République et des valeurs qu’elle doit incarner : si l’islamo-gauchisme la menace et collabore à l’assassinat d’enseignants, cela signifie que la sécurité républicaine ne peut être gardée que par une forme de laïco-droitisme (qui ne se nommera évidemment pas comme tel et que je ne fais que nommer grossièrement en miroir). Ce qui est important dans les discours, en effet, c’est également ce qui n’est pas dit, et la matière noire sémantique qui s’y loge – invisible à l’œil nu, mais bien présente dans sa chimie complexe.

Il y a donc les gardiens de la République d’un côté, et de l’autre, les intellectuels de la démocratie (du « démocratisme » ?). Le problème, c’est que cette binarité discursive construite par le ministre de l’éducation nationale est analogue à d’autres périodes historiques aisément identifiables : nombre de régimes ont, en effet, abusé de ce type de figure pour finir par conduire de véritables expéditions contre ce que l’on pourrait nommer « les intellectuels », et qui rassemblait enseignants, journalistes, artistes et autres observateurs de la complexité. Le problème, c’est que l’unité d’un régime politique supporte parfois mal la complexité – surtout lorsqu’il se positionne plus comme un culte national que comme une démocratie éclairée, au cœur d’un monde, il est vrai, tourmenté de toutes parts. D’une certaine manière, la République française peut parfois apparaître comme une forme de religion d’Etat qui ne dit pas son nom – et notamment sa conception souvent peu claire mais systématiquement brandie de la laïcité.

Dans tout système qui se défend (et dans toute religion d’ailleurs), il y a des rituels, des moments de culte incontournables, un clergé et une forme de chaîne d’autorité verticale qui se positionne du côté du juste, du bon et du bien. C’est peut-être là tout le problème : en ciblant ceux qui, comme Samuel Paty d’ailleurs, s’emploient à interroger, comprendre et observer la complexité du monde, ceux qui utilisent le terme d’islamo-gauchisme en disent finalement plus sur eux-mêmes, sur leur idéologie et sur leurs desseins que sur ceux qu’ils ciblent. Et il va bien évidemment de soi, en écrivant cela, qu’il ne s’agit ici nullement de légitimer les attentats islamistes ou de nier qu’ils existassent : en tant qu’actes violents anti-démocratiques, ils doivent bel et bien être traités comme tels, en eux-mêmes et pour eux-mêmes – mais sans oublier d’observer la réalité confuse, difficile et ontologiquement complexe qui en facilite l’émergence.

Drapeaux en berne dans toute la France

Au-delà de cette petite analyse, quels sont les enjeux de ce moment discursif et de la situation politique qui la sous-tend ? Au-delà du symbole d’un enseignant décapité, qui est d’une extrême violence et qui appelle à l’intransigeance face à celles et ceux qui ont pour objectif d’attaquer les démocraties, quel est l’état de santé de ces mêmes démocraties ? Les acteurs politiques regardent-ils vraiment là où il faut, afin de résoudre les problèmes qui ont encouragé l’émergence d’un tel acte, ou bien assiste-t-on à un mélange de cynisme politique, de pré-fascisme républicain ou d’auto-défense d’une forme de capitalo-fascisme, dont les thuriféraires succomberaient à une glose en panique, tels des poulets sans tête ?

Il faut ici le souligner : des travaux scientifiques de qualité ont, depuis quelques années, montré que l’antisémitisme et l’islamophobie prennent racine dans les mêmes mécanismes, et que les analogies historiques entre ces deux formes de xénophobie sont légion. L’extrême-droite qui encourage ces deux xénophobies ne s’attaque pas seulement au « gauchisme » ou, plus traditionnellement, à la gauche : en s’en prenant aux enseignants, aux chercheurs, aux journalistes (et non pas aux éditorialistes, d’ailleurs) et aux intellectuels, ils s’attaquent au cœur de ce que permet la démocratie – à savoir le débat, le désaccord et la dispute dans leurs sens les plus nobles. En ce sens, comme plusieurs attentats d’extrême-droite ont pu le montrer en Europe ces dernières années, ils ne sont pas des défenseurs de la démocratie : ils en souhaitent le déclin, tout autant que les terroristes islamistes.

Comme souvent, dans les débats politiques français, la démocratie étouffe sous le régime républicain. Si la République laïque est brandie comme une (contre-)religion, elle ne résout pas de problèmes : elle ne fait qu’alimenter une logique de concurrence entre cultes. Du point de vue discursif, cela se manifeste par une guerre des extrémismes : à l’extrémisme islamiste, c’est une certaine forme d’extrémisme républicain qui répond, en s’acoquinant avec un allié de circonstance, à savoir l’extrémisme de droite. Et au centre du champ de bataille, comme un objet de conquête désœuvré et fragilisé par les saillies verbales, phalliques et pénétrantes de chacun des camps, c’est la démocratie qui agonise doucement, en espérant secrètement qu’il ne s’agisse que d’un mauvais moment à passer – et non pas de l’une de ces sombres anecdotes dont l’Histoire a le secret.

Pour aller plus loin

  • Amossy, Ruth (2011). « Des sciences du langage aux sciences sociales : l’argumentation dans le discours », A contrario, 16 (2), 10-25.
  • Bard, Christine (2020). Féminismes : 150 ans d’idées reçues. Paris : Le Cavalier Bleu.
  • Bendinelli, Marion (2011). « Anglais de spécialité et logométrie. L’exemple des débats présidentiels américains », Asp, 60, 103-123.
  • Benhabib, Seyla (2002). The claims of culture : equality and diversity in the global era. Princeton : Princeton University Press.
  • Brubaker, Rogers, & Cooper, Frederick. (2000). « Beyond ‘Identity’ », Theory and society, 29, 1-47.
  • Buscatto, Marie (2016). « La forge conceptuelle. “Intersectionnalité” : à propos des usages épistémologiques d’un concept (très) à la mode », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47 (2), 101-115.
  • Calabrese, Laura (2015). « Reformulation et non-reformulation du mot islamophobie. Une analyse des dynamiques de la nomination dans les commentaires des lecteurs », Langue française, 188 (4), 91-104.
  • Deltombe, Thomas (2007). L’islam imaginaire : la construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2005. Paris : La Découverte.
  • Fassin, Eric (2015) (dir). « Les langages de l’intersectionnalité », Raisons politiques, 58 (2).
  • Ferhat, Ismail (2018). « Marx et Allah. Les gauches alternatives françaises face à l’islam, de Mai 1968 au 11 septembre 2001 », Revue historique, 686 (2), 421-442.
  • Gélard, Marie-Luce (2017) (dir). « Islam en France. Pratiques et vécu du quotidiens », Ethnologie française, 168 (4).
  • Guénif-Souilamas, Nacira (2006). « The other French exception : virtuous racism and the war of the sexes in postcolonial France », French Politics, Culture & Society, 24 (3), 23-41.
  • Halter, Marilyn (2000). Shopping for Identity : the Marketing of Ethnicity. New York : Schocken Books.
  • Hart, Christopher (2013). « Argumentation meets adapted cognition : manipulation in media discourse on immigration », Journal of pragmatics, 59 (2), 200-209.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Krieg-Planque, Alice (2009). La notion de ‘formule’ en analyse du discours : cadre théorique et méthodologique. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.
  • Lebourg, Nicolas (2011). « La diffusion des péjorations communautaires après 1945 : les nouvelles altérophobies », Revue d’éthique et de théologie morale, 267 (4), 35-58.
  • Lindner, Kolja (2012). « Idéologie, racisme, intersectionnalité. Une invitation à lire Stuart Hall », Raisons politiques, 48 (4), 119-129.
  • Lochak, Danièle (2007). « Le ‘modèle républicain’ dans le débat public : usages rhétoriques et reconstitution mythique », in Bertrand Badie & Yves Déloye (éds), Le temps de l’État : mélanges en l’honneur de Pierre Birnbaum (398-407). Paris : Fayard.
  • Maillat, Didier (2013). « Constraining context selection : on the pragmatic inevitability of manipulation », Journal of pragmatics, 59 (2), 190-199.
  • Mayer, Nonna, Michelat, Guy, Tiberj, Vincent & Vitale, Tommaso (2019). « Évolution et structures des préjugés : Le regard des chercheurs – Section 4. Permanences et mutations de l’antisémitisme et de l’islamophobie », La lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, Année 2018, 113-126. Paris : La documentation française.
  • Mignolo, Walter & Walsh, Catherine (2018). On decoloniality : concepts, analytics, praxis. Durham : Duke University Press.
  • Mohammed, Marwan (2014) (dir). « Sociologie de l’islamophobie », Sociologie, 5 (1).
  • Moirand, Sophie (2007). Les discours de la presse quotidienne : observer, analyser, comprendre. Paris : PUF.
  • Moïse, Claudine, Auger, Nathalie, Fracchiolla, Béatrice & Schultz-Romain, Christina (2008) (dir). La violence verbale (2 tomes). Paris : L’Harmattan.
  • Nicolas, Loïc, Ravat, Jérôme & Wagener, Albin (2020) (dir.). La valeur du désaccord. Paris : Editions de la Sorbonne.
  • Poinsot, Marie (2019) (dir). « Religion et discrimination », Hommes & migrations, 1324 (1).
  • Rosier, Laurence (2012) (dir). « Insulte, violence verbale, argumentation », Argumentation et analyse du discours, 8, https://journals.openedition.org/aad/1242.
  • Schmelck, Clara (2017). « Plongée en fachosphère », Medium, 52/53 (3/4), 199-212.
  • Slaouti, Omar & Le Cour Grandmaison, Olivier (2020) (dir). Racismes de France. Paris : La Découverte.
  • Stockinger, Peter (2001). Traîtement et contrôle de l’information. Paris : Hermès.
  • Wagener, Albin (2010). Le débat sur l’identité nationale : essai à propos d’un fantôme. Paris : L’Harmattan.
  • Wagener, Albin (2015). L’échec culturel. Bruxelles : Peter Lang.
  • Wagener, Albin (2019). Discours et système. Théorie systémique du discours et analyse des représentations. Bruxelles : Peter Lang.
  • Wartenberg, Thomas (1990). The forms of power. From domination to transformation. Philadelphia : Temple University Press.
  • Wodak, Ruth (2015). The politics of fear : what right-wing populist discourses mean. London : Sage.

Point médian ou point Godwin ?

L’écriture inclusive fait partie de ces quelques sujets brûlants qui secouent les sciences humaines et sociales depuis quelques années maintenant, et plus particulièrement les sciences du langage, dans la variété de leurs composantes (sociolinguistique, sémantique, didactique des langues, pragmatique, etc.). De fait, l’écriture inclusive est une solution expérimentale imaginée pour résoudre la question du genre dans la langue, et des représentations sociales qui y sont liées, tout en étant réutilisée dans des milieux plus militants – mais ce n’est pas de militantisme que je parlerai aujourd’hui. Je précise d’emblée, au passage, que je n’ai jamais été connu pour mes positions militantes sur l’écriture inclusive, et que je ne vais donc pas ici me positionner dans un débat « pour ou contre », mais dans une optique de commentaire d’argumentation scientifique.

En tant que linguiste, j’ai toujours observé le phénomène de l’écriture inclusive en m’informant et en lisant articles et ouvrages, de part et d’autre, et en m’intéressant plus particulièrement (entre autres, je vous rassure !) à ce que l’on appelle les études de genre, qui regroupent un nombre foisonnant de disciplines (sciences du langage, sociologie, anthropologie, psychologie, histoire, études littéraires) et qui, n’en déplaisent à certains fantasmes, ne sont pas des productions idéologiques de « féminazis » qui, écume aux lèvres, auraient pour ambition de brûler les fondements de notre société, de démolir les écoles et d’empêcher les hommes de siroter une Heineken tiède devant un match de foot : pas d’amalgame. En outre, ces lectures m’ont permis de travailler de manière approfondie sur le concept de culture, il y a quelques années de cela. Et c’est toujours en tant que linguiste que je ne peux m’empêcher de rédiger quelques paragraphes vis-à-vis de la tribune signée par plusieurs de mes collègues chercheurs dans Marianne.

Sans malice aucune, j’avertis ici que ce billet ne sera pas rédigé en écriture inclusive, non pas par positionnement militant, mais pour ne pas attiser inutilement l’agacement des consœurs et confrères concernés. J’en profite par ailleurs pour dire, le plus sincèrement du monde, tout le respect confraternel, et même la sympathie franche, que j’ai pour plusieurs d’entre eux ; je me nourris régulièrement de leurs lectures et utilise même leurs travaux pour alimenter mes propres recherches. L’apport de certaines et certains de ces collègues aux sciences du langage est considérable, et ce n’est bien évidemment pas cela qui sera ici étudié. Ce présent billet n’a dont aucune prétention d’outrage ad hominem ou ad feminem, et ne se place pas non plus dans une querelle d’egos malvenue. Je préfère ici souligner cette subtilité pour bien contextualiser les propos qui vont suivre.

Etant par ailleurs engagé dans un processus de réponse collective qui répond à celle de mes collègues (ce billet ayant été rédigé de manière totalement indépendante), je préfère ici me consacrer à une analyse de discours, comme une forme d’exercice pédagogique à destination de mes étudiants (passés, présents et à venir), par rapport aux questions posées par l’argumentation, notamment dans une controverse scientifique linguistique, plus précisément lorsque celle-ci touche à des questions de société – puisque c’est ici le cas. Pour ceux qui veulent un billet sarcastique rédigé par quelqu’un qui ne connaît rien à la complexité des problématiques linguistiques tout en donnant l’impression inverse, vous pourrez toujours vous rabattre sur le blog d’Un odieux connard, par exemple. Pour les autres, ça y est, ma (trop) longue introduction est terminée.

La tribune publiée le 18 septembre 2020 dans Marianne fait écho à de vifs débats internes aux sciences du langage, et qui n’ont finalement pas grand-chose de surprenant : cela fait plusieurs décennies, au rythme des évolutions de la langue (emprunts à l’anglais, réforme de l’orthographe et féminisation des noms de métier), qu’anciens et modernes s’égratignent, sur fond de politiques linguistiques nationales. Evidemment, en France, il y a des sujets sur lesquels tout le monde a toujours un avis définitif : la langue, le voile, les vacances des profs, les allocations chômage, les impôts ou la bouffe des cantines sont autant de marronniers qui agitent périodiquement notre délicieuse République. Mais quand il s’agit de la langue, et quand bien même tout locuteur a bien évidemment le droit d’avoir un avis construit sur la question, il est toujours intéressant d’aller voir du côté des sciences du langage, afin de lire ce que proposent les travaux des spécialistes.

Des spécialistes, nous n’en manquons pas : la linguistique dite « à la française » s’est fait une place de choix, en cultivant sa différence face à l’hégémonie de certains courants scientifiques anglo-saxons, notamment. Et précisément, même si la tribune représente un genre linguistique qui ne rend pas justice aux subtilités de la recherche, les auteurs du texte étudié se présentent d’emblée comme tenant une position scientifique respectable (les scientifiques, donc ceux qui seraient du côté de la raison), en représentant les autres collègues pro-écriture inclusive comme des promoteurs politiques (les militants, donc ceux qui seraient du côté de la passion). Cette première construction pose tout de même problème : elle balaye d’un revers de main tout un pan de la littérature scientifique sur le sujet, de manière définitive et, disons-le, très peu scientifique.

Les auteurs de la tribune rappellent, à juste titre, que « la langue est à tout le monde ». C’est d’ailleurs précisément parce que la langue est à tout le monde que chaque locuteur ou groupe de locuteurs peut se permettre d’expérimenter, de jouer avec la langue et de proposer, à travers des modifications linguistiques, des réponses à des questions sociales – ce que se propose de faire l’écriture inclusive, point médian ou non. D’autre part, les auteurs de la tribune taclent une vision qui serait plus ou moins conspirationniste de la langue, à travers les intentions prêtées aux grammairiens (qui, sauf erreur de ma part, étaient probablement en grande majorité des hommes). Ici, un peu de philologie et d’histoire politique linguistique rappelle pourtant combien la langue française est une langue qui a été, en partie, créée par des processus d’écriture qui ont été le fruit de petits groupes d’individus (notamment pour ce qui concerne l’orthographe) et combien elle a joué dans l’imposition d’un pouvoir politique fort dans le pays. A ce titre, il existe un rapport ontologique de lien de pouvoir entre le peuple français et sa langue, d’abord imposée puis partagée par des locuteurs qui, pour le dire sommairement, n’avaient pas vraiment trop le choix – et je propose ici aux curieux d’aller voir l’histoire politique linguistique d’autres pays européens, et également les évolutions orthographiques d’autres langues.

J’en profite pour signaler que les questions de masculin et de féminin dans la langue sont des questions tout à fait légitimes : elles ont lieu dans d’autres langues et sont encore en cours de débat pour certaines. On est donc très loin d’une marotte isolée qui ferait de la langue française un cas d’école honteux, mais bel et bien d’une tendance générale des langues dans le monde : elles évoluent avec les questions sociales et politiques des peuples qui les parlent, évidemment, et précisément parce que « la langue est à tout le monde ». A ce titre, je rappelle que, contrairement à ce qu’écrivent mes collègues, aucun chercheur sur la question du français inclusif n’a jamais écrit où que ce soit qu’il y aurait une langue originelle pure, pervertie par la gent masculine (sauf erreur grossière de ma part, ce qui est toujours possible). Je vais maintenant me permettre de rebondir sur la liste des défauts reprochés à l’écriture inclusive.

La langue n’est pas la création de grammairiens, mais son institutionnalisation réglementaire, en revanche, est bien le fait d’institutions dédiées – et l’on sait le poids que l’Académie Française a longtemps fait peser sur le bon usage de la langue française, pour reprendre la sacro-sainte expression du Grévisse. Précisément, comme l’écrivent d’ailleurs mes collègues, ce sont les locuteurs qui créent la langue. Dans ce cas, pourquoi vouloir dénier à certains locuteurs le droit de modifier des pratiques orthographiques, dans une optique d’évolution de la langue française ? Qu’il y ait débat, c’est toujours sain : qu’il y ait procès d’intention ou erreur d’analyse scientifique, c’est tout de même dommage. Quant à cette petite phrase « le masculin l’emporte sur le féminin », c’est une formulation qui n’a, j’en suis navré, absolument rien de rare : ce n’est pas parce que quelque chose ne figure pas dans un Bescherelle que la pratique n’existe pas. Il serait ici peu honnête de nier l’usage social de cette phrase, répétée à l’envi par nombre d’enseignants à certaines époques, pour que les écoliers puissent apprivoiser la graphie du pluriel. A ce titre, si, il y a bien une règle d’usage totalement grammaticale qui vaut pour le pluriel, c’est bien celle-là.

La tribune poursuit ensuite avec une distinction qui fait qu’il y aurait une séparation nette entre les mots « féminin » et « masculin » en grammaire et les mêmes termes dans la vie quotidienne : autrement dit, il n’y aurait aucun lien entre le genre des mots, si je puis dire, et le genre des individus (les auteurs de la tribune utilisent eux le mot « sexe »). La langue, fait social par excellence, creuset de représentations sociales et culturelles, disposerait donc d’un temple isolé du fait social, à savoir la grammaire, au sein duquel le sens des mots resterait pur et hermétique à toute forme de contamination extérieure, dans la mesure où il concerne uniquement les cas et les désinences. Je ne sais pas personnellement sur quelle théorie linguistique repose ce subterfuge épistémologique, et je serai très sincèrement ravi d’en discuter, mais il me semble au contraire que nombre de travaux, notamment en sémantique ou en pragmatique cognitive, ont bien montré la contamination des représentations liées aux sèmes (unités de sens) activées par les lexèmes (unités lexicales ou mots, pour vulgariser fort grossièrement) – il suffirait d’ailleurs de retourner lire les travaux fondateurs de ce bon vieux Charles Sanders Peirce, a minima, pour l’observer.

« Trouver un quelconque privilège social dans l’accord des adjectifs est une simple vue de l’esprit » : dommage pour les travaux fondateurs de Basil Bernstein, pourtant capital dans la sociolinguistique contemporaine, qui a pourtant bien montré que la maîtrise et l’application de la langue variaient de manière considérable en fonction des milieux sociaux des apprenants – et que ces privilèges sociaux vont, par exemple, durablement impacter les capacités d’apprentissage des individus. Donc oui, il peut y avoir des privilèges sociaux logés dans le maniement de certains adverbes, dans tels choix lexicaux, ou dans la capacité à accorder les adjectifs : pourquoi n’y en aurait-il donc pas pour ce qui concerne les différences liées au genre (j’utilise genre, alors que les auteurs de la tribune utilisent sciemment le terme « sexe », et je le précise : « genre » n’est pas un gros mot et ne fait de personne un dangereux extrémiste) ?

Je trouve d’autre part étrange l’affirmation suivante (basée sur des travaux scientifiques que j’ai probablement le malheur de méconnaître) : « si la féminisation est bien une évolution légitime et naturelle de la langue, elle n’est pas un principe directeur des langues ». Si la féminisation n’est pas un principe directeur des langues, qu’est-ce à dire ? Cela signifierait-il que les locuteurs sont rétifs à la féminisation, ou qu’il existe une tendance cognitive directrice et socialement partagée ? Qu’est-ce qu’un principe directeur d’une langue ? Et quels sont les principes directeurs d’une langue ? Et puisque la langue appartient à tout le monde, qu’est-ce qui empêcherait les locuteurs de souhaiter, précisément, la féminiser ? Quant aux exemples utilisés pour étayer l’argument, ils ne soutiennent en aucun cas la précédente affirmation. Par ailleurs, dans plusieurs langues, on peut parfaitement modifier les lexèmes pour féminiser un mot, et ça ne fait peur à personne. « Une médecin » en français devient « eine Ärztin » en allemand, et jusque là cela n’a pas vraiment agité nos amis d’outre-Rhin. On pourra par ailleurs par moment regretter, dans cette tribune, le mélange d’arguments et d’exemples parfois contradictoires, qui n’honore certainement pas l’argument de la question de la féminisation de la langue. Certes, on peut dire que « ma fille est un vrai génie des maths » et « c’est Jules, la vraie victime de l’accident », mais le simple fait que les auteurs de la tribune aient choisi « génie » pour illustrer le masculin et « victime » pour le féminin en dit déjà suffisamment pour que j’y passe encore quelques lignes (idem pour les deux animaux choisis, « un aigle » et « une grenouille »).

Puisqu’on parle de nos amis les animaux et que les auteurs de la tribune précisent qu’il suffit de dire « un aigle femelle » et « une grenouille mâle » pour résoudre le problème (dans ce cas pourquoi pas écrire « un médecin femelle » pour utiliser une logique rigoureuse et générale ?), précisons aussi que la langue est ainsi faite qu’on peut également féminiser un mot pour pouvoir délimiter les spécimens (« un lion » et « une lionne », ou encore « un loup » et « une louve »), mais que de surcroît, certaines espèces ont même droit à des termes carrément différents pour pouvoir faire la différence entre les sexes (« un cochon » et « une truie », « un lièvre » et « une hase », etc). Qu’est-ce que ça veut dire ? Rien, pas plus que les exemples de mes collègues, sinon d’affirmer qu’il existe une multitude de cas. Sauf que bien évidemment, l’écriture inclusive n’a jamais concerné les animaux (sans spécisme aucun bien sûr), et il serait malhonnête de feindre de l’ignorer : l’écriture inclusive s’intéresse au genre (mot visiblement imprononçable pour les auteurs de la tribune), pas au sexe, et plus précisément des humains qui vivent en société. C’est bien de cela, et uniquement de cela, qu’il s’agit ici.

« La langue n’est pas une liste de mots dénués de contexte et d’intentions, renvoyant à des essences » : je partage ce constat, et c’est précisément pour cela que les expérimentations linguistiques liées à l’écriture inclusive sont tout aussi légitimes que toute autre réponse potentielle aux questions posées par le rapport entre masculin et féminin dans la langue – et donc, nécessairement, dans la société. Toutes les langues n’ont pas les mêmes ressources lexicales, ni même grammaticales d’ailleurs, mais mes collègues reviennent ici à une théorisation qui représente peut-être le schisme épistémologique le plus fondamental entre opposants et tenants de l’écriture inclusive. En français, le masculin ferait office de neutre – sauf que dans les faits, c’est bien le masculin qui se retrouve systématiquement mentionné d’une manière ou d’une autre, dans certains singuliers comme dans certains pluriels. Affirmer « il n’y a là aucune domination symbolique ou socialement interprétable » ne relève certainement pas de l’hypothèse scientifique ou même d’un positionnement épistémologique construit, mais semble tout simplement ignorer cinquante ans de littérature sociolinguistique sur le sujet, en langue française comme en langue anglaise par ailleurs (et je passe sur les publications en allemand, pour ne citer que cette autre langue). Et encore une fois, puisque la langue appartient à tout le monde, qu’est-ce qui empêcherait des locuteurs de vouloir changer cette donne ? Je passe sur le fait de commander (là encore, exemple surprenant) « un lapin aux pruneaux » et non pas « un.e lapin.e aux pruneaux », qui a évidemment pour objectif pur de ridiculiser la position adverse pour mieux la délégitimer – procédé rhétorique intéressant qui n’a que peu de place dans une discussion scientifique, ce que je regrette.

« La langue a ses fonctionnements propres qui ne dépendent pas de revendications identitaires individuelles ». Premièrement, il s’agit ici de revendications collectives, sauf erreur de ma part (sauf à considérer, ce qui semble être le cas, que les utilisateurs de l’écriture inclusive seraient de dangereux illuminés isolés), puisqu’il s’agit ici de la question de la féminisation de la langue, en lien d’ailleurs avec les questions posés par certains courants féministes en ce moment (et je dis bien « certains courants », puisqu’il n’aura, j’espère, pas échappé aux auteurs de la tribune qu’il existe plusieurs féminismes). Deuxièmement, je ne vois pas comment l’on peut écrire, dans le même texte, que la langue appartient à tout le monde, qu’elle dépend des contextes d’énonciation, et en même temps qu’elle dispose de fonctionnements propres qui ne dépendent pas de revendications – donc de faits sociaux. Il s’agit ici d’un problème de cohérence épistémologique. Les fonctionnements « propres » (sic) de la langue n’en sont pas : ils sont déterminés, situés dans des époques, des sociétés et des choix politiques, et il n’aura échappé à personne que les langues évoluent – soit qu’il y a eu quelques modifications légères entre le français du quatorzième siècle et celui que nous parlons et écrivons aujourd’hui. Il y a fort à parier pour que le français parlé dans cinq siècles soit encore bien différent de celui que nous faisons vivre aujourd’hui, autant qu’il fait vivre nos représentations. Laissons également Simone de Beauvoir tranquille, qui a donc pu être féministe expressément parce que la langue n’exerce pas de pouvoir sexiste, selon les auteurs de la tribune. Il y a eu, au passage, beaucoup d’autrices féminines qui se sont penchées sur la question du pouvoir sexiste de la langue – Simone de Beauvoir y compris, justement.

Il faudrait également, selon les auteurs de la tribune, nécessairement une logique étymologique pour modifier un mot – en d’autres termes, ceux qui ne sont ni latinistes, ni hellénistes, peuvent gentiment passer leur chemin et ouvrir un dictionnaire. Et pourtant, il en existe quelques-uns, des mots apparus sans logique étymologique spécifique (on pourrait commencer par les interjections) – sans même parler de la logique orthographique complexe du français, soulignée d’ailleurs par les auteurs, qui avaient auparavant écrit, je le répète, que la langue est à tout le monde – mais un petit peu moins quand même à ceux qui expérimentent avec l’écriture inclusive : il s’agirait de ne pas badiner avec l’ordre grammatical. Des normes, il en existe : mais cela tombe bien, les normes sont aussi là pour être créées, modifiées, supplantées, contestées. Elles évoluent avec les sociétés et les actions des locuteurs. Encore une fois, la philologie (et je bénis mes cours de philologie à l’université) nous le montre de manière relativement claire, surtout dans un contexte de linguistique comparée. Dénier le droit de création lexicale s’il n’y a pas de logique étymologique, c’est une logique qui s’apparente plus à du prescriptivisme académique qu’à un questionnement scientifique linguistique – prescriptivisme contre lequel nombre de signataires de ladite tribune s’érigent pourtant dans leurs vrais travaux scientifiques. Quant aux problèmes de découpages et d’accords soulignés par mes collègues, ils existent déjà en soi, et l’usage trouve un moyen de les contourner de façon créative – mais j’imagine qu’ils pestent peut-être parfois devant les trouvailles linguistiques des jeunes, qui comme chacun sait, ne savent plus écrire sans faire de fautes et parlent tous n’importe comment. Heureusement, nous, les vieux, on sait.

Ensuite, et cela a été déjà amplement repris et commenté sur certains réseaux, les auteurs de la tribune instrumentalisent, de manière assez incompréhensible, les personnes « dys » pour souligner les failles de l’écriture inclusive. Je ne sais pas combien des signataires de cette tribune ont fait des recherches sur la perception de l’écriture inclusive par les personnes « dys », réflexe scientifique élémentaire pour étayer une telle assertion (j’ai ma petite idée sur la question), mais j’ai la chance de suivre et connaître des collectifs « dys » qui sont pour certains, ô surprise, plutôt partisans de l’écriture inclusive. Je ne nie pas, bien évidemment, le fait que l’écriture inclusive puisse ostensiblement poser des difficultés d’apprentissage (et c’est peut-être là, pour moi, l’un des seuls bémols) – mais que je sache, la langue française n’a pas attendu l’écriture inclusive pour, précisément, avec la langue anglaise, concentrer le plus d’apprenants « dys » par rapport aux autres langues. Cela est dû surtout aux effets d’une correspondance grapho-phonétique souvent alambiquée (les recherches le montrent suffisamment) – les mots ne s’écrivent pas nécessairement comme ils se prononcent. Or, l’écriture inclusive n’introduit pas de nouvelles correspondance grapho-phonétique incongrue : elle introduit simplement une visibilité écrite du féminin.

Pour les auteurs de la tribune, l’écriture inclusive opacifierait l’écriture, « en réservant la maîtrise de cette écriture à une caste de spécialistes ». Là encore, problème : comment expliquer que quelques associations ou simples citoyens, qui n’ont pourtant rien de spécialistes ni de privilégiés sociaux (on y retrouve d’ailleurs une catégorie de populations précaires importantes), optent pour cette écriture tout simplement parce qu’ils se sentent mieux représentés ? Et quid justement de la place des représentations sociales, qui est ici totalement absente de la tribune, alors qu’il s’agit pourtant du sujet principal (sans parler des représentations des auteurs, par ailleurs, qui alimentent nécessairement leur écrit) ? Je peux affirmer ici sans trop me tromper que non, l’écriture inclusive n’est pas exclusivement le fait d’une frange radicalisée héritière d’une gauche caviar citadine et bobo, mais qu’on trouve au contraire nombre de citoyens aux statuts sociaux et professionnels très divers qui la pratiquent déjà, notamment sur les réseaux sociaux, qui constitueraient par ailleurs un terrain d’investigation scientifique particulièrement fécond pour la question qui nous occupe. Et ils utilisent cette écriture, tout simplement parce qu’ils se sentent représentés par cet exercice, et que cela convient à leur perception de la langue – de nombreux travaux en sociolinguistique le montrent abondamment, et je ne comprends pas que mes éminents collègues feignent de l’ignorer. Comme la langue est à tout le monde, je ne vois donc pas où est le mal. J’ajouterai que, malheureusement, ce pays produit déjà suffisamment d’exclusion sociale, et ce n’est certainement pas l’écriture inclusive qui va faire bondir le chômage, accroître le taux de décrochage à l’école ou casser le fameux ascenseur social.

Les auteurs de la tribune indiquent ensuite qu’il existe des pratiques chaotiques de l’écriture inclusive, qui ne permet pas l’établissement d’une norme (le mot est enfin lâché). Evidemment, puisqu’il s’agit d’expérimentations, d’essais, de propositions : le but n’est pas ici de taper à la porte de l’Académie française ou des éditions Larousse pour exiger la généralisation de l’écriture inclusive, mais de pouvoir trouver des solutions scripturales à des questionnements sociaux. Et pourquoi pas, d’ailleurs ! L’écriture inclusive n’est pas « à rebours de la logique grammaticale », comme ils l’écrivent (qu’est-ce qu’une logique grammaticale, d’ailleurs ?), mais se propose plutôt de la compléter. Les tenants de l’écriture inclusive n’ont jamais demandé de réduire la variété des temps verbaux, par exemple, mais il s’agit ici de savoir de quoi il est question, du point de vue strictement linguistique : il s’agit bel et bien de proposer une modification d’écriture. Et même si je connais, en tant que luxembourgeois, le rapport quasiment névrotique des français à leur orthographe et à leurs règles d’écriture, je ne peux me résoudre à penser que cela ne puisse évoluer.

Pour terminer sur l’analyse, je propose de prendre un peu de temps sur cette phrase : « en introduisant la spécification du sexe (ah là là, difficile d’écrire « genre »), on consacre une dissociation, ce qui est le contraire de l’inclusion ». Il s’agit là d’un problème de définition : l’écriture inclusive utilise le concept d’inclusion sociale, non pas pour rendre invisible, mais précisément pour rendre visibles des populations qui éprouvent ce besoin du point de vue de leurs représentations. Montrer que la société inclut, c’est donc rendre visible : à ce titre, spécifier n’est pas dissocier, mais préciser que cette spécification est bien là et fait partie de la société. Je refuse de croire que cette nuance ait échappé à la sagacité de mes collègues. Quant au fait d’affirmer que « l’écriture nouvelle aurait nécessairement un effet renforcé d’opposition des filles et des garçons, créant une exclusion réciproque », je pense que la situation des filles et des femmes en France est suffisamment problématique pour ne pas en faire porter le chapeau à l’écriture inclusive : ou alors cela voudrait bien dire que les pratiques linguistiques ont un poids extrêmement fort sur les représentations sociales, ce que les auteurs de la tribune ont pourtant nié en début de texte, en arguant du fait que l’écriture inclusive n’était pas nécessaire, puisqu’elle n’allait pas faire avancer la cause des femmes. A moins qu’il ne s’agisse d’un raccourci argumentatif et épistémologique, ce à quoi je ne peux me résoudre.

J’avoue avoir du mal à comprendre le sens de cette tribune – mais peut-être est-ce ma vision de la recherche qui est à accuser. J’ai cru comprendre, au cours de mes études, que le travail d’un linguiste était d’étudier les faits de langue, d’observer leurs évolutions dans la société, et de pouvoir comprendre la manière dont langue, discours et faits sociaux se mêlaient conjointement. Il me semblait avoir compris que le travail d’un chercheur en sciences du langage était de s’intéresser aux évolutions linguistiques, pas de les juger et de discerner ce qui est un « bon usage » de ce qui serait un « mauvais usage ». Peut-être ai-je eu de très mauvais enseignants, peut-être ai-je mal compris mes lectures fondamentales, peut-être suis-je un chercheur naïf à l’éthique chancelante – et peut-être suis-je également un mauvais enseignant en sciences du langage, puisque c’est ce que j’essaie de transmettre à mes étudiants.

Le genre de la tribune lui-même est somme toute piégeant : il ne peut que promettre la compression d’idées en des phrases réduites, que l’on espérera les plus percutantes possibles. On ne peut pas espérer de la profondeur scientifique dans un texte court, qui plus est signé par une multitude d’individus, qui auraient probablement tous des choses à redire et à corriger en relisant attentivement ladite tribune – je leur souhaite, en tout cas, et je me refuse d’ailleurs à penser qu’ils n’aient pas suffisamment relu les nuances de leur propre texte avant d’accepter d’y apposer leur signature. La tribune, tout au plus, constitue un exercice d’opinion : mais une opinion n ‘est pas une analyse scientifique, y compris lorsqu’elle est signée par des scientifiques – il s’agit là de deux exercices profondément différents. Mais précisément, dans ce cas, il aurait probablement été plus pertinent de porter la discussion sur le terrain rigoureusement scientifique (épistémologique, philosophique, méthodologique) plutôt que sur celui du jugement de valeurs, dans un exercice qui tient plus de la rhétorique que de la science, et qui dissimule mal la présence de jugements négatifs qui semblent proposer des justifications a posteriori. J’aurais peut-être préféré, finalement, un jugement esthétique du type « j’aime pas l’écriture inclusive, je trouve ça moche », ce qui est par ailleurs tout autant légitime et appréciable (moi aussi, il y a des faits de langue que je trouve moches ; pour autant, je ne vais pas faire en sorte d’empêcher qu’ils ne se produisent), plutôt qu’un ensemble d’arguments qui, pour certains, tiennent plus de la docte chaire du savoir que du questionnement dévolu à l’humble activité de recherche. C’est dommage.

Puisque les auteurs de la présente tribune signalent que l’écriture inclusive ne repose sur aucune base scientifique (quelle écriture dans le monde repose sur une base scientifique, déjà ?), sous-entendant par là que seuls les auteurs disposeraient de cette légitimité scientifique, je me permets d’inclure en bibliographie des références scientifiques (précisément) qui portent sur l’écriture inclusive – n’étant pourtant moi-même pas un militant pro-écriture inclusive, ce que je tiens aussi à repréciser, mais étant capable de reconnaître la qualité des travaux de mes collègues et leur intérêt pour les sciences du langage. Je me permets également, afin de nourrir la discussion scientifique et permettre des échanges de fond, d’appeler à la tenue d’une manifestation scientifique qui permettrait de nourrir, peut-être, des échanges bienveillants entre chercheuses et chercheurs de tous horizons, précisément sur ces questions. Je ne suis pas d’un naturel naïf, mais j’aime à croire que c’est précisément dans les moments de débat que la recherche permet de faire avancer les problématiques auxquelles elle se consacre, précisément en réunissant des consœurs et des confrères qui nourrissent de féconds désaccords. Il me semble que nous nous retrouvons ici, en effet, devant des débats épistémologiques, sociologiques, linguistiques et philosophiques qui méritent d’avoir lieu en dehors de l’exercice de simples tribunes, certes nécessaires, mais à compléter.

Quant à moi, en tant que linguiste systémicien et analyste de discours, je ne pense pas que l’écriture inclusive conduira notre société à notre perte, rendra une génération d’écoliers dépressifs ou demandera à ce qu’on brûle les dictionnaires et les manuels de grammaire. Je ne pense pas non plus que rendre visibles celles et ceux qui la demandent fera sécher et tomber les gonades des hommes, pas plus que je ne considère les tenants de l’écriture inclusive comme de dangereux extrémistes qui souhaitent détruire la civilisation à grand renfort de points médians. Ce que je crois, en revanche, c’est que cette polémique devrait peut-être permettre de rediscuter sereinement de concepts fondamentaux en sciences du langage – parce que ma discipline scientifique, je le crois, mérite mieux qu’une prise de position prescriptiviste qui n’en honore nullement les recherches. Effectivement, le langage est à tout le monde – et surtout à ceux qui l’écrivent et le parlent. Et je me permets ici de citer Wittgenstein, qui écrivait dans le célèbre Tractacus Logico-Philosophicus : « les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde ». Essayons donc de questionner ces limites et, modestement, de les faire bouger : elles en ont besoin, parce que les êtres qui parlent les langues en ont, eux aussi, profondément besoin. Promis, la langue française n’en déclinera pas pour autant.

Pour aller plus loin

  • Abbou, Julie, Arnold, Aron, Candea, Maria & Marignier, Noémie (2018). « Qui a peur de l’écriture inclusive ? Entre délire eschatologique et peur d’émasculation. Entretien », Semen, 44, http://journals.openedition.org/semen/10800.
  • Amossy, Ruth (2014). Apologie de la polémique. Paris : PUF.
  • Ball, Rodney (1999). « La réforme de l’orthographe en France et en Allemagne: attitudes et réactions », Current issues in language and society, 6 (3/4), 270-275.
  • Bard, Christine (2020). Féminismes : 150 ans d’idées reçues. Paris : Le Cavalier Bleu.
  • Celotti, Nadine (2018). « Femme, j’écris ton nom… ? Écriture inclusive, j’écris ton nom ? La visibilità linguistica delle donne nel mondo vario delle lingue francesi », Rivista internazionale di tecnica della traduzione, 20, 27-41.
  • Charaudeau, Patrick (2018). « L’écriture inclusive au défi de la neutralisation en français », Le débat, 199 (2), 13-31.
  • Dubois, Lise, LeBlanc, Mélanie & Beaudin, Maurice (2006). « La langue comme ressource productive et les rapports de pouvoir entre communautés linguistiques », Langage et société, 118 (4), 17-41.
  • Elmiger, Daniel (2017). « Binarité du genre grammatical – binarité des écritures ? », Mots. Les langages du politique, 113 (1), 37-52.
  • Fari, Pascale (2019). « Féminiser la langue ? », La cause du désir, 103 (3), 188-192.
  • Greco, Luca (2014) (dir). « Recherches linguistiques sur le genre : bilan et perspectives », Langage et société, 148 (2).
  • Gygax, Pascal, Gabriel, Ute & Zufferey, Sandrine (2019). « Le masculin et ses multiples sens : Un problème pour notre cerveau… et notre société », Savoirs en prisme, 10.
  • Houdebine, Anne-Marie (2003) (dir). « Hommes/femmes : langues, pratiques, idéologies », Langage et société, 106 (4).
  • Jaffré, Jean-Pierre (2010). « De la variation en orthographe », Ela. Etudes de linguistique appliquée, 159 (3), 309-323.
  • Kosnick, Kiki (2019). « The everyday poetics of gender-inclusive French: strategies for navigating the linguistic landscape », Modern & Contemporary France, 27 (2), 147-161.
  • Le Ru, Véronique, Meulleman, Machteld & Viennot, Eliane (2019) (dir.). « Les nouvelles formes d’écriture », Savoirs en prisme, 10.
  • Mastacan, Simina (2017). « Idéologies linguistiques actuelles. Le cas de l’écriture inclusive », Studii și cercetări științifice, 38, 91-100.
  • Michel, Lucy (2015). « Le ‘neutre’ d’une langue sans neutre », Implications philosophiques, http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/le-neutre-dune-langue-sans-neutre/.
  • Nadeau, Josée, Bourque, Jimmy & Pakzad, Sarah (2017). « La dyslexie en milieu minoritaire. Adaptation d’un test de dépistage des dyslexies pour une population francophone minoritaire : l’exemple de l’ODÉDYS », Education et francophonie, 45 (2), 107-131.
  • Nicolas, Loïc, Ravat, Jérôme & Wagener, Albin (2020) (dir.). La valeur du désaccord. Paris : Editions de la Sorbonne.
  • Peereman, Ronald & Content, Alain (1999). « LEXOP: A lexical database providing orthography- phonology statistics for French monosyllabic words », Behavior Research Methods, Instruments, and Computers, 31, 376-379.
  • Rabatel, Alain & Rosier, Laurence (2019) (dir.). « Les défis de l’écriture inclusive », Le discours et la langue, 11 (1).
  • Sarzi Amade, José (2018). « L’écriture et les signes inclusif·ve·s, avec ou sans ? Activité pédagogique de Français sur Objectifs Spécifiques », Caligrama: Revista de Estudos Românicos, 23 (2), 41-74.
  • Vadot, Maude, Roche, Françoise & Dahou, Chahrazed (2017) (dir). Genre et sciences du langage : enjeux et perspectives. Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée.
  • Wagener, Albin (2019). Discours et système : théorie systémique du discours et analyse des représentations. Bruxelles : Peter Lang.
  • Zaccour, Suzanne & Lessard, Michaël (2018). « Dialogue dissident : la désobéissance a-t-elle sa place sous une autorité linguistique inclusive ? », Cahiers de l’éducation permanente, 53, 35-43.