Ressource et néolibéralisme

Nombreux sont les termes que l’on voit passer dans les bouches des experts, des commentateurs et des politique, sans que l’on prenne garde au contexte de leur usage. Ils se présentent à nous comme des évidences disponibles et valident ou reconfigurent la doxa (Sarfati 2011) à laquelle nous souscrivons parfois mécaniquement, sans toujours saisir l’implication des représentations discursives qui s’y logent et l’animent. Ici, je me permets de m’attarder dans ce billet sur le lexème « ressource », devenu au fil des décennies un cas d’école d’idéologème (Angenot 1984), au sens où il représente une unité combinable relevant d’une idéologie, elle-même capable d’alimenter une doxa (Stockinger 2001) ; dans ce sens, un discours apparemment anodin et relativement commun masque en fait une représentation du monde orientée, porteuse d’un projet politique qui n’a rien de neutre.

A l’heure où l’écologie est devenue un thème central et incontournable dans le débat public, on ne peut s’empêcher de penser d’abord aux ressources naturelles – soit toutes ces commodités offertes par la nature et qui seraient à disposition d’un être humain organisé en société marchande, dans un esprit anthropocentriste relativement évident. C’est le cas d’abord des ressources dites « animalières », qui envisagent l’animal comme une entité à élever, chasser ou pêcher. Dans un article assez remarquable sur le sujet, Oozeerally et Hookoomsing ont montré comment cette inscription idéologique est organisée dès l’éducation des jeunes enfants, notamment dans les manuels scolaires (Oozeerally & Hookoomsing 2017). Les animaux sont des êtres qui se retrouvent donc fortuitement sur Terre pour être consommés, dévorés, traits et transportés, dans le plus pur esprit d’une logique d’économie marchande. Bref : ils existent pour être exploités – ou, à la rigueur, « utilisés » comme animaux de compagnie, ce qui les transforme en « ressource affective ».

Car la ressource, c’est d’abord et avant tout quelque chose que l’on exploite. Certes, cela n’a pas toujours été le cas : une simple recherche rapide sur le CNRTL permet d’envisager l’évolution diachronique des usages du lexème, et d’y distinguer un tournant aux alentours du dix-neuvième siècle, au moment où le capitalisme se donne les moyens d’industrialiser sa logique d’exploitation consubstantielle au colonialisme. On y repère tour à tour des « moyens pécuniaires », des « moyens matériels », des « éléments biotiques et non biotiques de la Terre », des « formes d’énergies », des « moyens financiers » ou encore des « richesses disponibles ». Pour le site d’aide à la traduction Linguee, on peut lire des sources externes éloquentes et très informative sur l’utilisation du terme, dans des contextes langagiers authentiques.

Les « ressources » sont donc des éléments que l’on « exploite », et même les chercheurs tombent dans ce piège linguistique : recherches avicoles (Germain et. al. 2015), recherches managériales (Asselineau et. al. 2014), sciences sociales (Guionnet & Rétif 2015) et même études linguistiques elles-mêmes (Duchêne 2011), pour ne citer que quelques exemples. On parle donc pêle-mêle de « ressources linguistiques », de « ressources naturelles », de « ressources humaines », de « ressources pédagogiques » ou encore de « ressources numériques ». Sur chacune de ces associations, il y aurait beaucoup à dire et à écrire, du point de vue de la langue, de l’usage et des discours en circulation. On peut puiser dans les ressources, les exploiter ou les utiliser ; parfois, on les gaspille, on les épuise ou on les surexploite. Cette galaxie sémantique de la ressource comme réservoir est distincte de la « source » à laquelle on s’abreuve : elle renferme ce que j’appelle une matière noire sémantique (Wagener 2019) bel et bien idéologique, soit un ensemble de représentations a priori non visibles, « normales » ou « neutres », mais qui n’en ont que l’apparence – et qui sont toujours présentes, qu’on le veuille ou non, malgré l’usage quotidien anodin que peuvent en faire les énonciateurs.

Cet usage inflationniste du lexème « ressource » est lié à une logique néolibérale et capitaliste de l’exploitation et de la marchandisation. Dans le cas des « ressources naturelles », une telle inclinaison sémantique et discursive témoigne d’une logique inconciliable avec une définition de l’environnement qui permette une co-existence harmonieuse entre les activités humaines et la nature, au sens large – au sens d’une conceptualisation qui met la distance entre humains et non humains (Descola 2005). Parler de l’environnement, des êtres et des pratiques sociales comme « ressources », c’est participer à une extension sociale du marché (Legrand 2007) qui prend appui sur les réactions émotionnelles des individus (Scribano 2019), en introduisant un rapport de pouvoir structurant (Cingolani 2019) entre la ressource et celle ou celui qui va l’exploiter – donc l’utiliser pour en faire ce que bon lui semble. Tout ceci participe du fait que le discours participe bel et bien des constructions sociales, en (dé)formant et (dés/ré)incarnant les valeurs, les idéologies et les identités (Kopytowska 2015), elles-mêmes par ailleurs soumises à la même logique de marché (Halter 2000) – en écho troublant avec l’actualité, par ailleurs.

Et puis, enfin, il y a l’usage plus individuel, voire plus intime. On dit de quelqu’un qu’il/elle a « de la ressource » lorsqu’il est capable de se sortir d’une situation compliquée – il/elle peut donc y « puiser » (comme l’on fore une terre pour en extraire le pétrole) afin de pouvoir « rebondir » (un terme qui demanderait, à lui seul, encore un autre billet). En d’autres termes, il/elle a donc, suffisamment de « réserves » pour pouvoir s’en sortir. Dans un tout autre contexte, pourtant, on notera qu’il y a un monde assez significatif entre une « ressource naturelle » et une « réserve naturelle ». Revenir à la source, sous toute réserve, c’est peut-être aussi déshabiller la ressource de ses oripeaux contaminés par l’idéologie néolibérale.

Pour aller plus loin

  • Angenot, Marc (1984). « La lutte pour la vie: migrations et usages d’un idéologème », Le Moyen Français, 14-15, 171–190.
  • Asselineau, Alexandre, Albert-Cromarias, Anne & Ditter, Jean-Guillaume (2014). « L’écosystème local, ressource clé du développement d’une entreprise », Entreprendre & innover, 23 (4), 59-70.
  • Cingolani, Patrick (2019). « Neoliberalism, outsourcing, and domination’. In Adrian Scribano, Freddy Timmermann Lopez & Maximiliano Korstanje (éds.), Neoliberalism in multi-disciplinary-perspective (171-184). Londres : Palgrave Macmillan.
  • CNRTL. « Ressource », consulté le 15 juillet 2020, https://www.cnrtl.fr/definition/ressource.
  • Descola, Philippe (2005). Par-delà nature et culture. Paris : Gallimard.
  • Duchêne, Alexandre (2011). « Néolibéralisme, inégalités sociales et plurilinguisme : l’exploitation des ressources langagières et des locuteurs », Langage et société, 136 (2), 81-108.
  • Germain, Karine, Brachet, Mathilde, Juin, Hervé, Lamothe, Eddie & Roinsard, Antoine (2015). « Le parcours pour volailles de chair : une ressource protéique à exploiter », Onzièmes Journées de la Recherche Avicole et Palmipèdes à Foie Gras, Tours, 1023-1026.
  • Guionnet, Christine & Rétif, Sophie (2015). Exploiter les difficultés méthodologiques. Une ressource pour l’analyse en sciences sociales.Rennes : Presses universitaires de Rennes.
  • Halter, Marilyn (2000). Shopping for Identity : the Marketing of Ethnicity. New York : Schocken Books.
  • Kopytowska, Monika (2015). « Mediating identity, ideology and values in the public sphere : towards a new model of (constructed) social reality », Lodz papers in pragmatics, 11 (2), 133-156.
  • Legrand, Stéphane (2007). « L’extension sociale du marché dans le néolibéralisme », Raisons politiques, 28 (4), 33-47.
  • Linguee. « Ressource », Dictionnaire français-anglais, consulté le 15 juillet 2020, https://www.linguee.fr/francais-anglais/traduction/ressource.html.
  • Oozeerally, Shameem & Hookoomsing, Hélina (2017). « Le poulpe qui existait pour être mangé : l’anthropocentrisme et le spécisme dans les manuels du cycle primaire mauricien », Cahiers internationaux de sociolinguistique, 12 (2), 179-210.
  • Sarfati, Georges-Elia (2011). « Analyse du discours et sens commun : institutions de sens, communautés de sens, doxa, idéologie ». In Jacques Guilhaumou & Philippe Schepens (éds), Matériaux philosophiques pour l’analyse du discours (139-174). Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté.
  • Scribano, Adrian (2019). « The thousand faces of neoliberalism : from politics to sensibilities ». In Adrian Scribano, Freddy Timmermann Lopez & Maximiliano Korstanje (éds.), Neoliberalism in multi-disciplinary-perspective (89-118). Londres : Palgrave Macmillan.
  • Stockinger, Peter (2001). Traîtement et contrôle de l’information. Paris : Hermès.
  • Wagener, Albin (2019). Discours et système. Théorie systémique du discours et analyse des représentations. Bruxelles : Peter Lang.