Information et communication, vol. 1 : culture numérique

1. Web 2.0 et postdigitalité

Depuis le début des années 2000, l’internet que nous connaissons est passé de sa version web 1.0 au web 2.0. Ces termes ont été notamment inventés dans un objectif marketing, mais ils ont depuis également validés par un certain nombre d’études et de recherches, pour expliquer la manière dont nous avions basculé dans une ère informationnelle nouvelle – une ère qui bouleverse notre rapport à la technologie, mais aussi aux relations humaines. En gros, il s’agit d’un tournant anthropologique majeur :

  • le web 1.0 était le web d’avant les réseaux sociaux : c’était un internet consacré exclusivement à l’information et à la documentation, et on se connectait alors sur internet uniquement pour faire une recherche sur des sites dédiés, notamment. Evidemment, cette fonctionnalité du web n’a pas disparu, mais elle a considérablement évolué.
  • le web 2.0 apparaît au moment de l’essor considérable des réseaux sociaux et d’une autre manière de pratiquer l’internet : en sortiront notamment les GAFAM. Avec le web 2.0, les individus se connectent aussi pour échanger, entrer en relation, débattre, créer du savoir ensemble (en témoigne Wikipedia) et se positionner dans une dimension très interactionnelle.

Par ailleurs, les évolutions technologiques vont finir par faire exploser les frontières entre le “hors ligne” et le “en ligne” : tout est désormais mêlé, et d’une certaine manière, nos utilisations des smartphones et des réseaux sociaux font penser à une extension anthropologique. Si ces frontières n’existent plus, cela pose en revanche problème sur de nombreux aspects, notamment juridiques par exemple, avec le statut et l’utilisation des données personnelles, et les nombreuses dérives possibles – comme le cyberharcèlement.

2. Littéracie numérique

Connaître Internet, c’est bien : comprendre son fonctionnement et ses enjeux en termes d’information et de communication pour notre société, c’est encore mieux. Des documentaires fournis et brillants, comme Traque interdite (https://donottrack-doc.com/ca/episodes/) le montrent parfaitement. Et depuis le Covid-19 et le passage au tout numérique pour une grande partie de nos vies professionnelles et éducatives, c’est encore plus important !

https://www.youtube.com/watch?v=JIEHuR9f5mw

Comprendre le fonctionnement d’Internet, c’est s’intéresser aux enjeux liées aux données, c’est comprendre le fonctionnement des algorithmes des moteurs de recherche, c’est affronter les réels problèmes juridiques qui permettent de protéger les personnes, bref : c’est voir que le web n’est pas qu’un simple outil, mais une manière de rythmer notre quotidien et notre société. C’est donc un instrument politique qu’il est possible de dompter grâce à la littéracie numérique.

Un modèle de littératie numérique
Source : Habilomedias.ca

Outre le fait que nous utilisons tous internet, nous l’utilisons surtout par le biais des médias numériques (réseaux sociaux ou sites d’information), qui ne constituent qu’une partie du web. Mais avant d’être numériques, les médias numériques sont d’abord des médias, qui obéissent à un fonctionnement typique :

  • Les médias numériques sont en réseau : grâce aux systèmes d’hyperliens et aux partages possibles sur les réseaux sociaux, la viralité est toujours possible. Cela veut aussi dire qu’on peut créer du contenu dans les médias, qui ne sont plus seulement ouverts aux seuls journalistes (voire Mediapart, Usbek & Rica, Medium, etc.).
  • Les médias numériques sont continus, rechargeables et partageables. Bref, ils ne disparaissent pas et sont archivables : on peut toujours retrouver une vidéo d’une manière ou d’une autre, ce qui pose notamment le problème du droit à l’oubli.
  • L’auditoire de ces médias est nécessairement inconnu et potentiellement imprévu : on ne sait pas qui se connecte, qui le fait de manière anonyme ou non, et qui peut potentiellement réutiliser une information en fonction de l’actualité. L’ensemble est très incertain et labile.
  • Les interactions sont réelles et ont des effets réels : même si le numérique peut parfois donner l’impression d’une distance ou d’une dimension insincère de la relation, on a bien, en face de nous, une vraie personne derrière son ordinateur. Ce sont de vraies relations humaines, médiées par la technologie.
  • L’architecture et les dispositifs des plateformes influence grandement notre manière de réagir et d’interagir sur ces médias : par exemple, le nombre de caractère limité de Twitter exige une brièveté dans les messages, au risque d’une succession de punchlines agressives. Ces architectures sont le fruit des biais et suppositions de leurs créateurs (développeurs et autres).

Impossible de terminer cette partie sans évoquer le regretté philosophe Bernard Stiegler, auteur d’une pensée particulièrement riche et prolifique sur le numérique, et ce qu’il appelait les études digitales. Et il faut également ajouter qu’Internet, ce n’est pas que de l’immatériel, du virtuel et du rapide : pour que le web mondial fonctionne, il faut un nombre incalculable de serveurs et d’ordinateurs extrêmement puissants. Bref : la culture numérique, c’est aussi une histoire d’écologie.

3. Mèmes, trolling et fake news : le bestiaire du web

La culture numérique dispose de ses propres références et fonctionnements. Impossible, par exemple, de faire l’impasse sur les mèmes et les gifs : ces petites capsules icono-textuelles (qui contiennent donc de l’image et du texte) qui nous permettent de communiquer des idées, des états affectifs et mentaux, des réactions à de l’actualité et j’en passe. Bref : le mème est un objet postdigital par excellence : il n’est pas qu’un simple objet numérique, mais un objet de communication qui implique des réactions humaines authentiques, émotionnelles, cognitives et interactionnelles.

La culture numérique, surtout depuis l’ère du web 2.0, c’est donc d’abord une culture d’interactions renouvelées. Et dans ces interactions humaines, il y a le meilleur comme le pire : trolling, cyberharcèlement et autre revenge porn mettent parfois en lumière le pire des comportements humains, avec des retentissements viraux colossaux qui peuvent fragiliser durablement les vies des personnes ciblées, avec des répercussions réelles. Les trolls, par exemple, sont quasiment aussi vieux qu’internet lui-même : il s’agit de personnes qui vont, par exemple, profiter d’un statut anonyme pour faire tourner une conversation à l’absurde, harceler une personne ou faire en sorte de ridiculiser une publication ou encore mettre fin à une page. A cela s’ajoutent souvent des phénomènes de meute hélas trop présents sur les réseaux sociaux, et très faciles à initier si on a beaucoup de followers.

https://youtube.com/watch?v=QEs30InxZE0

A cela s’ajoute un dernier élément : le fait qu’interaction et communication impliquent de la circulation de l’information. Et dans le monde numérique, cette information peut être fabriquée ou prendre les apparences du vrai : à partir du moment où un site internet semble crédible, ou si une vidéo à l’air authentique, il peut être aisé de se dire que l’information est valable, pertinente et transmissible. Cependant, il ne faut jamais faire l’économie de la vérification des sources – et sur le net, cette dimension devient particulièrement impactante pour la société. En témoignent la capacité des fake news à nuire aux processus démocratiques, à la prise en considération des risques liés aux changements climatiques ou à une tonne de sujets d’actualités sur lesquels il est possible d’être mis en défaut, en raison d’informations fausses, complotistes, conspirationnistes ou détournées. Et tout cela est dû à l’un des traits anthropologiques les plus significatifs : on aime raconter des histoires – et parfois, peu importe que l’histoire soit vraie, du moment qu’elle nous plaît.

Bref : la culture numérique, c’est d’abord une culture d’interactions, de bricolage, de tâtonnements, de créations, d’hypercirculation d’informations, de communication incontrôlable et d’enjeux politiques variés mais bien réels. Une culture qu’il faut impérativement maîtriser, aussi bien pour des raisons citoyennes, sociales que professionnelles.

Idée pédagogique : permettre aux apprenants de proposer un dossier sur un sujet donné, en utilisant exclusivement des mèmes ou des éléments issus de la culture numérique.

Analyse systémique des phénomènes discursifs et de leurs représentations

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search